AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Le Deal du moment : -41%
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony ...
Voir le deal
129 €
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
95.97 € 159.99 €
Voir le deal

 

 Biggs - Après le plan C vient le plan E

Biggs
⊶ Free as a wild chocobo ⊷
Biggs
• Anniversaire : 2 Septembre
• Age : 25 ans
• Résidence : ...
• Localisation : Kalm
Double compte : Snow
Credits avatar : Nika
Gils : 93

Inventaire
:
Biggs - Après le plan C vient le plan E
    Lun 4 Mai - 14:11



Prénom NOM

       

Pas de surnom


       

25 ans


       

2 Septembre


       

1m75


       

Électron libre


       

En recherche d'emploi


       

Pistolets  


       

Poings


       
Nika

   

   
Personnaliser


      Tiens, un jeune homme au bandeau rouge noué sur le front ! C’est un ancien membre d’AVALANCHE : la tête pensante du groupe, Biggs pour vous servir. Souvent en proie au doute, le jeune homme saute parfois les repas pour se réfugier dans ses pensées ou se défouler dans des séries d’exercice physique variés, d’où son corps élancé et ses muscles fins. Le bandeau rouge est devenu comme un code vestimentaire qu’il partage avec ses deux meilleurs amis : Jessie et Wedge, mais il est également pratique pour que ses cheveux brins ne lui tombent pas devant ses yeux marron lorsqu’il fait des squat ou s’amuse à hacker un ordinateur. Sa tenue reste également relativement décontractée pour permettre à ses mouvements de rester souples et agiles : un bermuda et un haut vert. Il a aussi un tablier avec un petit chien dessus, mais comme il ne fait pas souvent la cuisine, seul ses amis les plus intimes connaissent son existence. Enfin, son regard est peut-être parfois trop sérieux, mais il n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de plaisanter et il gratifie souvent les remarques douteuses de Jessie d’un haussement de sourcil ou d’un sourire boudeur, selon son humeur.
   

   
   
 
Charisme


    En apparence, Biggs semble d’un naturel joyeux et railleur, ce qui est vrai dans une certaine mesure. Le jeune est surtout consciencieux et il n’est pas rare de le voir perdu dans ses pensées pour échafauder un plan pour aider ses amis du mieux qu’il peut. Ce souci de bien faire se manifeste très souvent dans son appétit, car il n’est pas rare qu’il oublie de finir son assiette, bien trop occupé à réfléchir au bien fondé de ses actions ou aux conséquences de ce qu’il entreprend. C’est que le jeune homme est avant tout un idéaliste et un ami loyal qui aspire à un avenir meilleur pour son entourage. Même s’il peut paraître hésitant lorsqu’il s’agit de se salir les mains, Biggs a gagné vers la fin de sa vie en assurance aux côtés de ses camarades d’AVALANCHE et d’un certain mercenaire dont la force de combat a redonné espoir au petit groupe. Depuis son retour sur la Planète, le jeune idéaliste est plutôt désorienté, ce qui peut se comprendre après la violence de la destruction du pilier du Secteur 7. Ses souvenirs des derniers événements restant lacunaires, il cherche à se reconstruire en comprenant ce qui est arrivé à ses amis et lui. Le monde semble avoir bien changé depuis quelques temps…
 



 
Expérience


    Chapitre 1 – Life Stream

Où suis-je ? C’est quoi cette lumière ? Je… ne comprends pas… Il fait si sombre, mais je vois cette lumière là-bas. J’essaie, mais je n’arrive pas à la rattraper. Je n’arrive pas à bouger. Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ?  Je suis tout seul ici… Pourtant, il y a toutes ces voix, toutes ces images. Ce soldat sur un robot qui avance dans la neige. Ils sont trois et… Non ! Ils attaquent un village de mineurs ! Et ces soldats-là… Qu’est-ce qu’ils font ? Ils essaient de retaper une vieille tour radio – je ne sais où. Mais pourquoi ? Oh non ! Une tornade les entraîne au loin. Ces images… Ce sont mes souvenirs ? Ça ne me dit rien… C’est moi ? Je suis mort alors ? Comme ça ?! Je ne sais plus. J’ai mal. Non… Je crois me souvenir de la douleur. Mais ici, je ne ressens rien. Mais… moi alors ? Qui suis-je ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

« Il faut que tu te concentres. Remets en place tes idées… te souvenirs. Tu peux y arriver. Tu dois te souvenir. Allez… »

Cette voix… Je l’entends plus fort que les autres. Elle douce… rassurante. Je crois bien que c’est une fille… Jessie ? Non, je ne crois pas. Et… Tiens, mais ce prénom. Ça me dit quelque chose. Ça sent bon les fleurs tout à coup…



Chapitre 2 – La Maison Feuillue

« Un Mog ? Est…. Trrrrèèsss… soua… Mais Biggs ! J’comprends pas ! C’est difficile…
– Hein ? Ne t’en fais pas… Encore un peu de courage et tu vas y arriver. Je te le promets.
 Promis ?
– Parole de prof ! Promis ! Allez, on reprend. »

Le jeune garçon sourit et se replongea sur son cahier pour suivre difficilement avec son doigt les lettres des quelques phrases qui accompagnaient l’une des pages de son livre d’images. Le jeune professeur, les cheveux en broussailles, posa une main bienveillante sur l’épaule de son élève avant de se lever rejoindre une fillette en proie aux mêmes difficultés. Et ainsi de suite. Les enfants étaient assis sur de grandes tables à l’entrée d’une bâtisse couverte de mousse et qui sentait bon la verveine et les fleurs sauvages. Il faisait beau, il faisait chaud.

Tout le monde semblait afféré et motivé pour réussir le défi de l’apprentissage de la lecture en suivant les Aventures de Moogie le Mog simplifiées que le dénommé Biggs avait pris le temps de recopier en abrégeant les descriptions trop complexes ; en simplifiant certains mots et en en imposant d’autres pour travailler un son plutôt qu’un autre ; en modifiant certains passages quitte à en rajouter même pour créer plus de suspens là où il en fallait pour que personne n’abandonne l’exercice ; en adoucissant les mauvais moments sans pour autant taire les étapes importantes de la vie dont la mort faisait indubitablement partie ; ou surtout en rajoutant des dessins griffonnés avec les moyens du bord pour faciliter la compréhension de l’histoire. Et à force d’ajouts et de modifications, selon les difficultés et la curiosité de chaque élève, plusieurs versions différentes des « Aventures de Moogie le Mog » se mirent à circuler dans les taudis du Secteur 5, au-delà même de la Maison feuillue.

Biggs s’adossa contre un mur de la maison pour regarder ses ouailles au travail tout en s’accordant un semblant de pause avant que les enfants ne se lassent des exercices et ne se remettent à la confection d’épée de bois pour aller jouer à patrouiller dans le quartier et apporter leur aide aux habitants. L’idée ne l’avait pas trop rassuré au début, mais, dans le fond, cela occupait aussi les pensionnaires de la Maison Feuillue, les empêchant de trop ressasser le passé, la perte d’un proche ou l’incertitude face à l’avenir, tout en se focalisant sur des tâches utiles pour le Secteur 5. Autant qu’ils apprennent rapidement à se débrouiller par eux-même. On n’était pas sur la Plaque ici : c’était ça, vivre en-dessous des soleils artificiels de Midgar.

Le jeune idéaliste leva les yeux en direction des infrastructures de la Shinra qui semblaient dominer leur petit monde et les empêchaient de voir le ciel en intégralité et de vrais nuages, là où les taudis étaient plutôt fréquemment envahis par la fumée des usines et du réacteur qui trônait non loin au-dessus de leur tête. Ce satané réacteur Mako qui aspirait l’énergie vitale de la Planète, les âmes des défunts retournées dans son flux ! Biggs l’avait lu dans quelques études rapidement censurées par les autorités. C’est qu’il y avait bien anguille sous roche après tout… Mais combien de temps cela allait-il pouvoir durer ?…

« Oui ! Je me souviens ! Je m’appelle Biggs. Et j’ai aidé tous ces gosses ! Mais… dans ce cas… Pourquoi je ne me sens pas en paix ? Pourquoi j’ai la boule au ventre ? Pourquoi est-ce que j’ai autant de remords ? J’ai… comme un mauvais pressentiment… Aïe ! Mais c’est que j’en ai des crampes d’estomac ! »




Chapitre 3 – Une part de pizza

« Biggs ! Tu ne finis pas ton assiette ? »

Le brun secoua la tête, chassant par la même occasion les idées dans lesquelles il s’était l’espace d’un instant perdu. À quoi bon réfléchir à l’industrialisation massive de la ville ? Si le peuple n’en vivait que mieux ? Mais vivait-on vraiment mieux ? Biggs avait machinalement porté sa main sur son ventre qui gargouillait doucement. Son stress se manifestait à sa manière. Il esquissa un sourire aux autres qui le regardaient pour les rassurer.

« Toi, tu cogitais encore trop.
– Mais Jess…
– Non, non. Ce soir, on mange sans se retourner le cerveau. J’ai raison ? Pas vrai, Wedge ? »

Un homme au visage poupon, Wedge, acquiesça avant de mordre dans une nouvelle part de pizza qu’il venait de servir à nouveau. Biggs sourit et leva les mains en l’air en signe de résignation avant de s’avachir sur sa chaise et de se tapoter le ventre en adoptant une moue semi-boudeuse, semi-moqueuse.

« Pris en flagrant délit, hein… »

Malgré le récent accident de son père, Jessie laissa éclater un petit rire, très vite accompagnée par Wedge. La jeune fille avait l’habitude de voir son ami se perdre comme ça dans ses pensées ; à trop peser les pour et les contre avant de prendre une décision ; au point de s’en donner des crampes d’estomac. Il faut dire qu’elle le connaissait bien, depuis le temps : alors qu’ils étaient trois bambins, presque privilégiés d’avoir pu se rendre dans des centres de formation, là où la plupart de la population des bidonvilles peinait à avoir accès à une véritable eau courante, garantie par le développement urbain et non par le système D et la débrouille… Biggs avait toujours été soucieux de tout maîtriser, de tout bien connaître avant de s’engager, mais elle savait que lorsqu’il s’engageait dans une lutte, il ne revenait jamais sur ses promesses ; et c’est ça qui lui plaisait. Même ses tics et ses hésitations.

« En tout cas, c’était super bon ! »

Le jeune homme accompagna sa déclaration d’un sourire et, après un coup d’œil complice à ses deux amis, sortit de sa poche un ruban rouge qu’il noua à son front, comme l’arborait fièrement Jessie ou Wedge, à sa façon.

« J’en suis ! Pour la Planète ! »

Leur pacte se scella alors dans un tintement de bouteilles de bière de Corel, apportées la veille par un homme à l’imposante musculature et au bras mécanique, un certain Barett. Et la joyeuse bande trinqua à la santé de la Planète, d’Avalanche et du père de Jessie. Le lendemain, ils rejoignaient la branche du Secteur 7 !

C’est vrai qu’elle était bonne cette pizza. Je me souviens de mes amis maintenant et de notre combat. Mais où sont-ils ? On a gagné finalement ?




Chapitre 4 – Des taudis au Septième Ciel

« Biggs ! Tu n’as pas fini ton assiette ? »

Le jeune homme sursauta, chassé du fin fond de ses pensées. Une jolie brune en T-shirt sans manche se tenait face à lui, les poings sur les hanches comme pour le sermonner mais la bouche et les yeux rieurs pour en réalité le taquiner. La famille s’était vite agrandie après quelques changements. Depuis qu’ils avaient rejoint la branche du Secteur 7 d’AVALANCHE, le trio s’était installé dans ce même quartier pour faire cause commune avec ses habitants et son leader Barret Wallace. La bande avait coutume de se retrouver au Septième Ciel dont la gérante, Tifa Lockheart, faisait également partie du groupe de rebelles. Celui-ci était encore jeune par rapport aux branches principales d’AVALANCHE, mais il était composé de personnes soudées, passionnées et prêtes à tout pour défendre un monde meilleur. En y repensant, Biggs se disait que s’engageait dans la voie du terrorisme était peut-être un peu trop extrême comme décision, mais, il avait beau retourner le problème dans tous les sens, face à une multinationale sans foi ni loi, peut-être fallait-il adapter les moyens de lutte et il ne lui paraissait pas très utile de faire du commerce de matéria avec le Wutai dans l’espoir, qu’un jour, ce continent lointain, déjà vaincu par la Shinra par le passé, puisse se relever et stopper les ambitions sans fin du Président. Ses petits de la Maison feuillue lui manquaient assurément, mais il fallait bien aspirer à un projet plus grand. Ils étaient entre de bonnes mains après tout et il lui fallait continuer à se rendre utile pour rendre ce monde meilleur. Avait-il raison ? C’est du moins ce qu’il se disait pour se rassurer. Mais il ne pouvait s’empêcher d’hésiter, inlassablement sur la marche à suivre, à la différence de Jessie ou surtout de Barret dont rien ne pouvait ébranler les convictions. Et c’était peut-être suffisant de suivre un leader sûr de lui et d’épouser sans rechigner ses projets. Mais n’était-ce pas déjà ce que proposait Heidegger, le Président et toute sa clique ?

Trop de questions. Le rebelle porta à nouveau sa main droite sur son ventre comme pour lui sommer de se taire, ce qui ne manqua pas de faire rire la jolie Tifa. Était-il donc aussi prévisible pour que chacun de ses camarades soient capables de le percer à jour aussi facilement ? Sans le quitter du regard, la barmaid se mit à secouer dans un shaker un cocktail dont elle avait le secret avant de le verser à son client.

« Tiens, bois-ça. Ça va te requinquer avant ta prochaine mission. »

Biggs sourit et prit le verre qu’il porta aussitôt à ses lèvres pour le boire cul sec. Le breuvage était bizarrement aussi doux qu’amer pour être agréable tout en le secouant un peu. Il se racla la gorge avant de se lever, prêt à affronter le monde.

« N’en fais pas trop, d’accord ? »

Le jeune homme se contenta de répéter son sourire tout en levant le pouce comme pour l’assurer que tout allait bien se passer. Pourtant, faire sauter un réacteur mako, ce n’était pas rien. Aïe ! Rien que d’y penser, il avait l’impression que ses maux de ventre le reprenaient.

Ça me manque aussi ces moments. Je crois que je me souviens maintenant… Il me faut juste encore un peu de temps. Ça sent toujours les fleurs comme à la Maison feuillue. J’ai vraiment envie de me reposer, mais je n’y arrive pas. Pas encore. Pas déjà.



Chapitre 5 – Le réacteur Mako du Secteur 1

« Biggs ! Arrête de t’en faire. Je suis sûr que t’es déjà arrivé au plan G dans ta tête !
– Non… seulement le plan E pour l’instant. C’est ça qui m’inquiète.
– Franchement, tu devrais faire un effort. Ce n’est pas un mythe le point G. »

La jeune fille éclata d’un rire qui sortir Biggs de ses pensées. Le jeune homme au bandeau rouge qu’il arborait maintenant fièrement releva la tête, offrant à son interlocutrice l’ébauche d’un sourire, avant de laisser glisser son regard soucieux vers le reste de la bande. Barret, leur brute de chef au grand cœur, était assis et tapotait nerveusement sur son bras métallique avec sa main valide, plus pour calmer sa trop grande motivation que pour se donner du courage. Lui, il n’en manquait certainement pas ! Wedge était assis en face du boss et mangeait calmement son dernier sandwich en regardant par la fenêtre du wagon. Biggs avait toujours admiré l’incroyable calme dont pouvait faire preuve son meilleur ami, dès lors qu’un peu de nourriture permettait d’occuper son esprit. Lui, ça avait toujours été plutôt l’inverse. Son ventre se serrait à la première source de stress. Alors… Quand il était question d’aller faire sauter un réacteur Mako, il avait de quoi bouder les merveilleux plats de Tifa et les pizzas de Jessie ! Cette dernière, qui ne manquait décidément pas une occasion pour le taquiner, s’intéressait à présent au dernier membre de leur commando. Un certain Cloud Strife, vieil ami de la barmaid du Septième Ciel, ancien SOLDAT, selon ses dires, qui s’était reconverti récemment en tant que mercenaire.

Biggs observa longuement l’ex SOLDAT. Son physique était loin d’être quelconque. Avec ses cheveux blonds en bataille, il aurait presque pu inspirer à l’ancien professeur des histoires de Chocobos pour les orphelins du Secteur 5 ; mais c’était sans compter sur l’éclat froid de ses yeux bleu-mako ainsi que son épée gigantesque, qui lui rappelaient clairement d’éviter ce genre de plaisanterie avec lui. Et c’est ainsi que l’idée de raconter les aventures d’un Chocobo mercenaire qui viendrait en aide à Moogie le Mog avait aussi vite disparu qu’elle était apparue. Déjà l’inquiétude reprenait le résistant. Pouvait-on lui faire confiance ? En le regardant, il était indéniable que le type sentait le professionnalisme, la force de caractère et la détermination. Il y avait de quoi en être jaloux. Mais s’il les vendait à la Shinra, son ancien employeur ? Biggs fronça les sourcils tout en continuant d’observer silencieusement le dernier venu. Il avait envie de lui faire confiance. De toute façon… foutu pour foutu. Merde ! Ils allaient faire sauter le réacteur Mako du Secteur 1 ! Et il était là à regarder sous tous les angles une vieille connaissance de Tifa au lieu d’élaborer ce fameux plan H, si jamais tout ne se déroulait pas comme prévu.

Et puis, ils avaient débarqué en précipitation du train pour infiltrer le réacteur n°1. Quelle angoisse ! Fidèle à ses habitudes, Biggs avait dû prendre une grande inspiration, contracter son ventre au point de sentir son cœur battre à tout rompre contre ses côtes, avant de s’élancer le long des quais sans se laisser distancer par la bande. Ses crampes d’estomacs, ou son stress – au choix, finiraient par avoir raison de lui à ce rythme. Il ne s’en plaignait pas pourtant. Le vent soufflait contre son visage tandis que son cœur poursuivait sa course folle dans ce combat pour la Planète et pour un monde plus juste. À moins que ce ne soit la sensation de jouer les héros qui le grisait… Jouer les héros… C’était bien différent que d’en être un, comme l’était le mercenaire qui de sa lame immense tranchait les dogues modifiés de la Shinra et les escouades envoyées pour les arrêter. C’était même presque trop facile. Une fois devant le moniteur qu’il devait pirater et surveiller pour permettre à ses coéquipiers de poursuivre leur progression et de revenir sans problème, il ne rencontra aucune difficulté supplémentaire. Tous les verrous informatiques sautaient les uns après les autres. Sous ses airs un peu fantasques, Jessie l’avait bien formé au hackage – et il aimait ça, pianoter sur les touches du clavier et décrypter les codes que l’écran lui offrait comme un nouveau défi à relever. C’était aussi l’occasion de fouiller un peu… Mais, il n’eut pas beaucoup de temps, car déjà l’annonce d’un compte-à-rebours avant explosion se fit entendre, tandis que Barret, Cloud et Jessie s’élançaient déjà dans sa direction pour fuir avant que le minuteur n’indique le zéro fatal.

Il était difficile de dire ce qui était le plus effrayant : le bruit de la détonation ou le souffle de la destruction du réacteur qui lécha sa nuque et les projetèrent en avant tandis que la bombe explosait. Biggs ne réfléchissait plus trop. Il se contentait, à vrai dire, de suivre le dos massif du chef sans trop se poser de question. Ils n’étaient pas encore rentrés au QG et son ventre continuait de grogner. Ce n’est que lorsqu’il déboula dans la rue Loveless qu’il prit le temps de regarder derrière lui et de constater avec horreur l’ampleur des dégâts. L’explosion avec propulser des débris jusque dans les quartiers plus animés de Midgar où des bâtiments étaient en proie aux flammes ou certaines routes barrées par les décombres d’un immeuble effondré ici, d’un pont détruit là. C’était la panique dans cette ville qui ne dormait jamais. Et en voyant le visage rempli d’effroi des citadins, Biggs, lui aussi en proie à l’angoisse, trancha le débat. Ce n’était ni l’explosion, ni le bruit le plus terrible, c’était la panique générale qu’elle avait engendrée. Les conséquences de leur acte. Et c’est ces images de chaos qui s’imprimèrent dans son esprit et ne le quittèrent plus, même après leur trajet retour en train sous de fausses identités avec des pass bricolés par Jessie. Est-ce que c’était vraiment bien ce qu’ils avaient fait ? Jusqu’à présent, il s’imaginait détruire des réacteurs, nocifs pour la planète comme pour la population, mais pas devenir lui-même un danger pour les autres.

Le soir venu, il ne mangea pas plus qu’au matin au Septième Ciel, mais personne n’eut le cœur a l’y forcer. La victoire avait décidément un goût de plus en plus amer.



Chapitre 6 – Encore des explosions…

« Et j’ai remis ça avec le Réacteur 5 ?
– Oui. Tu as fait ce que tu croyais juste. Les autres aussi. »

À mesure que les souvenirs lui revenaient. Biggs se reprenait de plein fouet le poids de son existence et l’impact qu’avaient pu avoir ses décisions. Et puis… il y a eu le Pilier du Secteur 7.

Après l’attentat du Réacteur 5, le moral de la bande n’était pas au beau fixe. Malgré les efforts de Jessie pour confectionner une bombe qui ne ferait qu’exploser les turbines sans mettre en danger la population, la dernière opération s’était, comme la première, soldée par une énorme explosion qui, au lieu de servir l’idéal d’AVALANCHE, servait plutôt la propagande pro-Shinra diffusée sur tous les téléviseurs, semant le doute, par la même occasion, dans les esprits des gens, même des membres du groupuscule. Biggs le premier… Et si des débris de l’explosion étaient tombés sur les bidonvilles du Secteur 5…, que serait-il advenu des enfants ? Et si c’était toute la plaque qui s’était effondrée comme lors du chantier du Secteur 6 ! Jusqu’à quand pourrait-on continuer comme ça ? La cause était juste, assurément, mais les moyens mis en œuvre, eux, ne l’étaient pas. Au moins étaient-ils efficaces, dans une moindre mesure, parce que, comment lutter contre un géant industriel, si ce n’est en se faufilant comme un rat entre les recoins sales, au fond des égouts, dans les entrepôts désaffectés et au cœur de leurs saloperies de réacteurs pour tout saboter ? D’habitude si bavards, Wedge et Jessie n’avaient demandé que peu de détails sur l’opération. Le visage sombre de chacun et l’absence de Cloud étaient suffisamment éloquents comme ça. La chaîne officielle de la Shinra n’avait d’ailleurs pas tari de détails et d’images sur le combat entre les membres d’AVALANCHE et un robot géant tentant au mieux de sauver la population contre ces infâmes terroristes, puis de l’impressionnante explosion qui s’en était suivi. Pour couronner le tout, le visage de Barret, sans oublier son inoubliable bras motorisé, étaient apparus à plusieurs reprises en gros plan dans les vidéos diffusées en boucle par la Shinra. Et si les gens se mettaient à parler pour le retrouver et l’arrêter ? Ce début de célébrité ne présageait rien de bon pour AVALANCHE… Des types louches du Secteur 6 traînaient déjà dans le coin depuis quelques temps, posant des questions sur un homme avec un fusil à la place du bras.

« Don Cornéo sait quelque chose. J’en suis sûr ! Et si on finissait pas trouver notre planque ?
– Ne dramatise pas, Biggs, qu’ils viennent me voir et je leur tire dessus.
– Et t’as pensé aux habitants ? À Marlène ?
– Bien sûr ! Mais on ne va pas se laisser faire quand même ! Pour l’avenir de la Planète ! L’honneur d’AVALANCHE ! Tu crois que je ne réfléchis pas, c’est ça ? Que je ne pense pas à Marlène ? Aux autres ??? »

Tout ça pour ça ? Vraiment? C’était peut-être les premiers germes d’une dispute entre la tête pensante du groupe et leur leader charismatique. Biggs refusait de voir le dernier attentat comme un succès. Au contraire… Avec la perte de Cloud et leur très mauvaise publicité, c’était un échec cuisant et plus que douloureux. Il l’aimait bien ce mercenaire en fin de comptes. Il n’était peut-être pas très loquace, mais on pouvait compter sur lui et il avait fait ses preuves au combat. Dans le fond, ce n’était pas un mauvais gars, mais, à cause d’eux, son existence s’était arrêtée beaucoup trop tôt. Le jeune homme serra les poings. Barret pouvait parfois être borné et là, il l’énervait. Ça lui coûtait quoi de faire preuve d’un peu de compassion pour leur compagnon ? Ou même d’être plus prudent ? Le ton montait encore, lorsque Tifa accourut dans la pièce dissimulée sous le flipper du Septième Paradis avant de prendre une grave décision.

« J’irai.
– Mais…
– Cht ! J’irai. Le Don fait des auditions en ce moment pour se trouver une concubine. Je vais m’infiltrer à Wall Market. »

C’était peut-être l’idée la plus folle qui soit d’un point de vue stratégique, mais Biggs eut beau tout faire, tout dire, Tifa était encore plus déterminée que Barret depuis que Cloud était tombé du haut de la plaque n°5. Il faut avouer aussi que son plan était moins risqué que celui de leur chef survolté. La jolie barmaid se prépara donc à rejoindre le Wall Market en début de soirée, pendant que Barret se terrait au fond de leur repaire, pour la sécurité de tous. Et que Biggs se rongeait les sangs pour ses amis, occupé à patrouiller près de la décharge pour se défouler sur un monstre ou deux, en compagnie de Wedge.

Le pistolet en main, les sens à l’affût, les deux amis étaient prêts à en découdre avec un rat garou ou deux. Bon, peut-être pas plus, et surtout pas un molosse errant, parce que là, ça pourrait être compliqué à gérer. Une nuée d’hélicoptères de la Shinra interrompit pourtant leur chasse silencieuse alors que du ciel tombaient une série d’injonctions récitées, sans grande conviction, au mégaphone : « NON AVALANCHE ! Vous ne pouvez pas détruire le pilier du Secteur 7 ! Cessez vos… agissements de terroristes. »

« Ils nous font quoi là ?
– Ils sèment la terreur… Ils font qu’on prévienne Jessie et Barret !
– Ils ne vont quand même pas… »

Wedge n’acheva pas sa question. Ils avaient bien vu l’artillerie lourde déployée à la télévision, les mensonges éhontée de la directrice Scarlett à propos des attentats et tout ce qu’avait pu dire ou faire la Shinra jusqu’à présent. Si… Ils étaient potentiellement capables de faire ça. Et même cette potentialité, aussi infime soit-elle, était suffisante pour les alerter, car le géant avait le pouvoir de les broyer à tout moment. Il était donc plus que légitime de s’inquiéter à la première menace proférée.

Les deux compères coururent en direction des bidonvilles pour alerter leurs amis. Biggs se dirigea vers leur QG pour prévenir Barret, tandis que Wedge promit d’aller prévenir Jessie après avoir repris son souffle après leur course folle au milieu des détritus. Le chef avait entendu le simulacre d’attentat et dévalait déjà les marches du Septième Ciel, le fusil mitrailleur bien chargé et prêt à en découdre. Les excuses après la dispute viendraient pour plus tard. Pour l’heure, il fallait filer au pilier sans plus attendre. Le jeune idéaliste l’avait bien compris et suivit son leader sans rien dire. Il fallait à tout prix éviter le pire. Ils auraient le temps de parler et se réconcilier, plus tard.

Une fois au pied du pilonne qui soutenait la plaque et les quartiers résidentiels au-dessus des bidonvilles du Secteur 7, leurs craintes se confirmèrent. La Shinra allait bien faire péter ce fichu pilier pour les écraser littéralement et mettre cet acte abject sur le compte de leur cadavres enterrés sous les décombres. Et qu’importe le nombre de victimes ! Biggs serra les points et les dents. C’était tout simplement ignoble, inacceptable. Après un bref regard, la bande s’élança vers les escaliers métalliques qui permettaient de remonter le pilonne, dans l’espoir, d’empêcher le désastre. Les rafales de tirs plurent aussitôt dans leur direction, comme s’ils étaient fermement attendus ; comme s’ils étaient à présent pris dans un piège qui se refermait lentement sur leur existence sans grande importance.

L’ascension fut difficile. Les coups pleuvaient et il fallait redoubler de réflexes et d’attention pour esquiver les attaques des drones et des soldats dépêchés sur place. Rapidement, dans la confusion de l’assaut, Biggs s’était retrouvé seul. Il avait d’abord laissé Barret et Jessie le devancer pour attendre Wedge qui peinait à grimper les marches. Mais très vite, la situation avait dégénéré et il avait dû presser le pas lui aussi pour empêcher l’explosion. Les hélicoptères tiraient à vue sur tout ce qui bougeait et les miliciens accouraient à renfort de matraques électriques et fusils mitrailleurs. Bientôt, il ne fut plus possible d’atteindre le palier supérieur car déjà les ennemis se pressaient autour de Biggs qui se résolut à ne pas fuir. Il allait, au moins, pouvoir occuper ses adversaires et les empêcher de rejoindre les autres. Son cœur battait à tout rompre et il avait le ventre en feu. Mais il fallait poursuivre la lutte, coûte que coûte. Pour la Planète ? Pour AVALANCHE ? Non, c’est pour vous les amis.

« Biggs ! Biggs ! Est-ce que ça va ?
– Perds pas de temps… Je… Cloud, continue… la lutte… Hein ?
– Dis pas de bêtise.
– Et les enfants… La maison feuillue… Tu…
– Tu iras, toi-même… ça va aller… »

Il faudrait, mais là… J’ai sommeil… Juste cinq minutes. Demain peut-être. Oui, demain.



Chapitre 7 – Et maintenant ?

« Mais je suis où là ? Qu’est-ce qui se passe ? »
 

   
   
   
   

           
     
Joueur

     
 

Prénom ou Pseudo : Kay  


     

Age : 27


     

Anniversaire : 5 Mars

 
     

Depuis combien de temps faites-vous du RP ? Une douzaine d'années


     

Niveau de connaissance FFVII : Bon - sauf sur DoC


     

Où nous avez-vous trouvé ? Nika


     

Votre avis sur notre humble repaire : J'adore.


     

Autre chose ? J'ai hâte de jouer et écrire avec vous !

 
.:.
     

Code du règlement : « Un mog est très soyeux quand le printemps arrive. »




Fiche par Nika pour FF7 Lifestream's Breath

 
Invité
Invité
Anonymous
Re: Biggs - Après le plan C vient le plan E
    Lun 4 Mai - 14:14
BIGGS ! Mon nouveau pote !!
Rebienvenue officiellement huhu
Biggs
⊶ Free as a wild chocobo ⊷
Biggs
• Anniversaire : 2 Septembre
• Age : 25 ans
• Résidence : ...
• Localisation : Kalm
Double compte : Snow
Credits avatar : Nika
Gils : 93

Inventaire
:
Re: Biggs - Après le plan C vient le plan E
    Lun 4 Mai - 20:46
Moh t'es gentil mon rouquin. Merci ! Smile
Sinon - j'ai enfin terminé ! /o
Tifa Lockheart
⊶ John Cena ! ⊷
Tifa Lockheart
• Anniversaire : 3 mai
• Age : 23 ans
• Résidence : 7th Heaven
• Localisation : Edge
Double compte : Lucrecia Crescent & Reanbell Valdès & Gentiana
Credits avatar : Baka-neearts & moi
Gils : 1163

Inventaire
:
Re: Biggs - Après le plan C vient le plan E
    Mar 5 Mai - 0:32
Tu es des nooOootreuh ♪


Et pouf ! Je viens te valider avant d'aller au dodo :mah:
Tu n'as pas perdu la patte, je reconnais bien ta façon d'écrire, toujours en détail et en finesse ^-^ du coup rien à redire, c'est top, j'ai beaucoup aimé ta façon d'interpréter Biggs, ont sent bien la profondeur du personnage avec sa bienveillance et ses doutes =)
Du coup j'ai hâte qu'on se retrouve en RP !

Allez zou, validation !

J'espère que tu t'amuseras bien ici :beuzou:



Suivez le guide !


Maintenant que ta fiche est validée, les portes du RP et du flood se sont ouvertes !
• Tu peux dès maintenant ouvrir ta fiche de relations, ton répertoire de RPs ainsi que ton sujet P.H.S si ton personnage en est équipé (n'oublie pas de commencer les titres de ces sujets par le nom de ton personnage, ils sont classés par ordre alphabétique pour des raisons pratiques).
• N'oublie pas de remplir les informations relatives à ton personnage dans ton profile et ton inventaire si ce n'est pas encore fait (rappelle : tu peux disposer de 3 matérias au début de ton aventure)
• Si tu as besoin d'aide pour un avatar, une signature ou un codage, c'est par ici !
• Et bien sûr, pour trouver un ou des partenaire.s afin de commencer à RP, c'est juste !
• Pour toute autre question, n'hésite pas à contacter le staff ou à poster tes questions directement ici en ouvrant un nouveau sujet (cela pourra toujours être utile à d'autres !).
• Tu peux aussi venir papoter dans le flood ou sur le Discord !

Fiche par Nika pour FF7 Lifestream's Breath

http://dark6nika.deviantart.com/

.:.

Promise beyond the stars:
 
Contenu sponsorisé
Re: Biggs - Après le plan C vient le plan E
   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Start a new game :: Nouvelle partie :: Présentations validées-
Sauter vers: