AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
95.97 € 159.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -10%
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
Voir le deal
179 €

 

 [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]

Invité
Invité
Anonymous
[Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Dim 31 Déc - 16:15
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3


La journée semblait avoir bien commencé. Du moins, malgré l’habituelle routine qui s’était instaurée dès son plus jeune âge, Martial avait trouvé que les choses s’étaient plutôt bien déroulées jusque-là. Alors certes, l’entrainement avait été laborieux, mais ce n’était pas comme s’il n’en avait pas eu l’habitude. Il n’en ressortait que courbaturé, quelque peu roué de coups, mais satisfait de ce qu’il était parvenu à faire. Pour une fois, il n’avait pas seulement encaissé sans ciller, ce qu’il faisait le mieux, et s’il n’était guère aussi rapide que son compagnon d’entrainement du jour, il avait porté quelques coups intéressants. A travailler, donc, s’il désirait devenir meilleur encore. Et ils le désiraient tous, sans grandes exceptions. Quittant la salle qui avait accueilli bien des douleurs et de la sueur pendant des années, il fit un détour pour aller se rafraichir, ce qui était une priorité absolue vu l’état lamentable dans lequel il se trouvait. L’uniforme de Deepground était bien beau, mais il trouvait qu’il faisait, là-dessous, une chaleur équatoriale qui achevait de mettre sa patience à rude épreuve. Comme il était jeune, et peu prédisposé à la pudeur, il profita du silence et de la solitude d’un couloir où il s’était faufilé pour enlever quelques couches, et enfin sentir l’air sur sa peau, malgré l’endroit renfermé où il vivait. Trop calme, cette description, trop… Normale ? Il n’était pas censé savoir vivre un enfer sans avoir connu quoi que ce soit d’autre. Alors ces dédales de couloirs sombres, ces scientifiques qui pullulaient par endroits, tout lui semblait être une douce et rassurante mécanique qui rythmait sa vie et celle des autres. Là était l’avantage de n’être qu’un simple soldat : aucun besoin de se poser des questions, de penser en amont à diverses situations possibles. De s’inquiéter. Pas vraiment, du moins, il suffisait la plupart du temps de suivre, de se taire, et tout se passait pour le mieux. L’indiscipline était un mot rarement employé, tout simplement parce que des « accidents » de passage réglaient parfois bien vite le problème. Il n’était pas non plus censé chercher un quelconque contact en dehors de celui de ses camarades. Ils s’entendaient bien, mais ce n’était guère plus. Une famille, certes, un groupe soudé, mais y-a-t-il un quelconque besoin d’amitié pour forger des liens durables ? Dans le cas présent, ce qui les unissait si bien, en dehors des puces, c’était les buts communs qu’ils partageaient. C’était, jusqu’à ce jour, ce qui les regroupait encore. L’esprit Deepground.

Mais il était tout de même seul. Seul dans ce couloir, alors qu’il marchait sans savoir quoi faire par la suite à part retourner aussi sec s’entrainer comme il le devait, seul dans sa jeunesse. Tic sans Tac. Cortex sans Minus. Voilà le topos, et le point où l’on voulait en arriver : ce jour-là, qui s’annonçait comme bon, allait changer tout ce qu’il avait construit tout seul. Un grain de folie, un ouragan d’idioties, un véritable cataclysme qui le heurta en la personne d’Evelyn. Elle le heurta par ailleurs au sens propre du terme, manquant de le faire grogner de contestation. Il ne l’avait pas vue, ou n’y avait pas fait très attention, et il dut baisser les yeux, encore tous deux intacts et scintillants de mako, vers cette petite pousse qui lui barrait le passage. Elle avait l’air renfrognée. En réalité, elle semblait prête à lui sauter à la gorge, et il jura qu’elle possédait déjà toute la fougue vengeresse que certains aînés peinaient encore à trouver.

-Eh… Désolé. Fais gaffe quand tu marches, marmonna-t-il à contre-cœur tout en essayant de la contourner.

Mais c’est qu’elle n’était pas d’accord, la petite ! Loin de le laisser passer, elle semblait occuper tout l’espace malgré sa frêle silhouette, et il fut bien contraint de la regarder de nouveau bien en face. Elle devait avoir quinze ans, de ce qu’il pouvait en déduire, mais il n’avait jamais été doué pour donner un âge à quiconque. Peut-être en avait-elle plus, peut-être moins, mais quinze lui semblait être un bon chiffre. En plus d’afficher une expression qui, malgré sa douceur, lui faisait froid dans le dos, elle possédait deux véritables joyaux en guise d’yeux, qui luisaient faiblement dans l’obscurité du couloir. Elle était jeune, et elle était jolie, mais il n’aurait alors su dire ce qui, en la personne de cette petite adolescente qui s’amusait à le bloquer, lui donnait déjà une bien étrange impression. Il lâcha un profond soupir : voilà qui risquait de le mettre en retard, et ce peu importe ce qu’il allait faire pas la suite. Elle n’était tout simplement pas prévue dans l’équation. Il lui fit signe de la main, mais elle ne lui répondit que par un silence qui acheva de le rendre mal à l’aise. Le doux visage de poupée, encadré d’un voile de soie noire, entretenu avec une farouche volonté comme il l’apprendrait plus tard, ne quitta jamais son sourire délicat, dont les lèvres rosées soulignaient une étrange perfection. Il devait l’avoir déjà aperçue : tout le monde connaissait tout le monde, en ce lieu, mais il ne se souvenait pas de son nom, et cette attitude déconcertante ne l’aidait pas à se rappeler.  « Mis à mal par une petite fille », lui criait l’homme de presque vingt ans qu’il était, mais il ne pouvait lui répondre qu’une seule chose : « « cette petite fille, bon sang, c’est quelqu’un ! ». Et alors, en désespoir de cause, et avec toute la maladresse du monde, il lui sortit la phrase qui changerait bien des choses :

-Jolies boucles, au fait, et il pointa les délicates mèches qui logeaient sur la poitrine de la poupée, sa main libre venant se glisser sur sa nuque avec une gêne apparente.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Dim 31 Déc - 17:36
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3
S’il y avait bien une chose dont Evelyn avait horreur, c’était le temps qu’elle passait dans les laboratoires. Depuis le début de ses souvenirs, rien n’avait changé, notamment le vieil homme à l’air continuellement renfrogné, mis à part le fait qu’il avait sans aucun doute gagné quelques rides. Chaque matin, elle devait suivre sa routine habituelle et ennuyeuse à souhait : le passage des nombreux tests consistant à vérifier sa santé, qui n’avait pas bougé non plus. Parfois, elle se demandait comment elle faisait pour se retenir d’embêter le scientifique en lui posant mille et une questions, ou encore en déplaçant ses babioles si soigneusement rangées. Elle soupira, le bras tendu en attente de désinfectant. Elle avait réellement l’impression de perdre son temps. À ses yeux, l’entraînement qui suivait dans le programme de ses journées était bien plus important que quelques injections.

Une fois le protocole terminé, elle gratifia le scientifique d’un joli sourire en guise de remerciements et sauta de la table d’analyse. Elle se dirigea vers la sortie, s’arrêtant devant une cuve de mako pour vérifier son apparence dans son reflet, mais décida qu’elle y verrait bien plus clair dans un miroir. Aussi, en sortant des laboratoires, fit-elle un petit détour vers ce qui leur servait de vestiaires. Elle remit sa frange et son uniforme en place, passa une main dans ses bien aimées boucles, et se sourit à elle-même, satisfaite.

Ce fut alors en sautillant qu’elle s’engagea dans le dédale de couloirs vides du QG, ses longs cheveux de jais battant souplement contre le haut de ses cuisses. La jeune femme pouvait passer les heures à les entretenir avec soin, sans aucun doute parce-qu’elle n’avait pas vraiment d’autre chose à faire durant son temps libre. Petite, elle pouvait passer des heures à observer ce qui l’entourait, chaque visage, chaque démarche, chaque mur, se perdant parfois intentionnellement dans le labyrinthe qu’était son lieu de vie. Mais désormais, cela l’ennuyait. Elle connaissait le moindre détail de cet endroit, en passant par les passages secrets et les fissures dans les murs. Elle pouvait s’y orienter les yeux fermés, peu importe sa position et sa destination. Et, honnêtement, cela l’ennuyait. Elle voulait mettre un peu de piment dans son quotidien morose, quelque chose qui le bouleverserait, le changerait radicalement. Peut-être se sentait-elle un peu seule, parfois, lorsqu’elle regardait des groupes de soldats rire ensemble. Oh non, pas qu’elle s’entendait mal avec les siens, bien au contraire. Elle était grandement appréciée, cette petite poupée de porcelaine, ou crainte, par moments, notamment durant les entraînements. Mais il manquait quelque chose. Elle ne savait pas quoi, mais elle le sentait.

Cependant, ce qu’elle n’avait pas senti, c’est que contrairement aux autres, ce jour-là allait être celui qu’elle recherchait plus ou moins inconsciemment. Car ce fut dans ce dédale de couloirs sans vie qu’elle rencontra ce quelque chose. Et la rencontre fut... brutale, dans le sens où elle lui rentra littéralement dedans. Elle marmonna quelque chose, frottant doucement son joli petit nez endolori. Elle détestait être interrompue dans son cheminement de pensées. Elle s’apprêta à remballer l’idiot qui n’avait pas été fichu de la voir, mais toute parole resta bloquée lorsqu’elle releva la tête.
Se trouvait devant elle un jeune homme qu’elle ne se souvenait pas avoir déjà croisé. Il était grand, très grand, et sa peau et ses cheveux sombres contrastaient avec la clarté du bleu de ses yeux. Il avait l’air un peu ébahi, et ce fut lorsqu’il parla qu’elle remarqua les étranges tatouages blancs qui glissaient sur son menton pour aller former d’étranges arabesques sur son torse dénudé. Était-elle tombée sur un adepte du nudisme ? Elle balaya ces pensées ridicules en même temps que les excuses de son vis-à-vis avec un joli sourire.

Il essaya de la contourner, mais elle n’était visiblement pas de cet avis. Non, elle voulait observer un peu plus cet étrange personnage qui se baladait à moitié nu dans le quartier général, peu importe si cela risquait de la mettre en retard pour sa séance d’entraînement. Elle était intriguée par ses tatouages, mais aussi par ses yeux si clairs. Contrairement aux siens, on n’y voyait pas vraiment les traces de la quantité inimaginable de mako coulant dans ses veines. Mais ce bleu, à la faible lumière du couloir, semblait presque se fondre avec le blanc de la sclérotique qui l’entourait. Quel âge avait-il ? Il était de plusieurs années son aîné, c’était certain. Il semblait côtoyer la vingtaine, mais elle ne pouvait en être réellement sûre.
Il la complimenta sur ses jolies boucles, la faisant sortir de son intense observation, et son sourire s’agrandit légèrement. Les mains dans le dos, elle se balança doucement d’un pied à l’autre en une mimique adorable démontrant une gêne qu’elle était bien loin de ressentir.

« Merci. Vous n’êtes pas mal non plus. »

Il affichait une expression à la fois gênée et ennuyée un peu étrange. Elle s’avança au point de presque le toucher et se mit sur la pointe des pieds, ses grandes orbes améthystes teintées de mako plongeant dans la lagune transparente des yeux du jeune homme. Puis elle se recula en sautillant, gardant ses mains derrière elle, et pencha la tête sur le côté, un air faussement innocent gravé sur ses traits.

« Z’auriez pas un léger strabisme, Monsieur ? »

Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Lun 1 Jan - 20:56
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3

Il en venait à se demander si le sourire de ce jeune bout de femme connaissait des limites. Le voilà qui s’élargissait encore, dévoilant des dents blanches, et il commençait à prendre des intonations bien trop inquiétantes à son goût. Il n’avait pas eu ce sentiment d’être scruté de la tête aux pieds depuis un moment, si ce n’était dans les laboratoires où ce n’était même plus gênant. Mais elle, elle paraissait ne plus seulement le fixer, avec ses délicates prunelles si vives, mais véritablement le sonder jusqu’au tréfond de son âme. Le commentaire des boucles eut l’effet escompté, et elle cessa de le gratifier de cet air étrange. Tant mieux, il n’était pas certain de pouvoir le supporter encore très longtemps sans la bousculer. La voilà qui se dandinait, l’air satisfait, d’un pied à l’autre, et qui, semblable à une danseuse ou une petite enfant, faisait une moue qui n’exprimait même pas le dixième de la gêne que lui pouvait ressentir. Elle venait de toute manière de l’enfoncer avec cette phrase qui, tournée ainsi, s’apparentait presque à une forme de compliment, et il n’osait même plus la regarder en face. Il était ennuyé de se montrer ainsi face à quelqu’un, mais les circonstances étaient pour le moins exceptionnelle.
Il retint un mouvement de recul quand elle entreprit d’avancer vers lui avec une démarche légère, chaloupée, qui n’était pas sans rappeler celle d’un prédateur en chasse. Elle était bien trop proche, et il grimaça lorsqu’elle le fit loucher d’avoir été trop près de son visage. Il avait vu dans ces grands yeux de biche bien trop de couleurs pour pouvoir un jour espérer toutes les citer. Cela lui confirma au moins une chose : des joyaux pareils vaudraient une véritable fortune, à supposer qu’il connaisse seulement quelle valeur marchande pouvaient avoir des pierres précieuses. Mais la remarque qu’elle lui lâcha, après avoir reculé avec de petits sauts qui lui conférèrent alors une douce innocence, acheva de le faire s’étrangler d’indignation.

-Pardon ? Eh, j’te complimente et c’est comme ça que tu me remercies petite peste ?!, protesta-t-il vivement, tout en laissant échapper un claquement de langue agacé.

Il la défia du regard un long moment, car elle semblait encore avoir trouvé la juste réponse dans un silence presque religieux. Elle parvint à ses fins, sans doute, car il s’agaça très vite. La patience n’était pas l’une de ses vertus, moins encore alors que la jeunesse dévorait toute forme de calme qu’il pouvait posséder. Elles étaient loin, les années où il apprendrait à se poser. Croisant les bras pour la préserver de cette contrariété naissante, et qui pourrait bien finir par lui faire craquer un nerf ou deux, ce fut lui qui rompit cette légère tension qui naissait entre eux :

-T’allais t’entraîner, pas vrai ? Si on allait régler ça dans la salle, plutôt que de simplement se fixer comme deux imbéciles ?

Il avait le sentiment qu’elle n’allait pas refuser l’invitation. Le repos attendrait bien, pour peu qu’il ait un jour eu droit de se reposer. Elle était bien curieuse, cette jeune femme, et pourtant il la voyait porter l’uniforme de Deepground. Frêle, enfantine avec son joli visage blanc, mais il n’était pas dupe. Pour être ainsi vêtue, aussi âgée, et en parfaite forme physique, nul doute qu’elle devait être un véritable fauve une fois lâchée. Il était rare de voir passer un doux minois qui n’était pas capable de briser des os à mains nues, entre ces murs. Il se détourna avec un signe l’incitant à le suivre, et son rictus moqueur suffisait à signaler qu’il ne pensait pas une seule seconde à l’écraser aisément pour imposer une quelconque autorité. Du moins pas uniquement. La rose avait-elle des épines ? Belle question à laquelle il aurait vite une réponse si par chance elle se décidait à lui emboiter le pas. Au départ, il crut qu’elle l’avait laissé tomber au détour du couloir, car il ne l’entendait pas marcher. C’était le cas, par ailleurs : elle ne le suivait pas. Alors qu’il pensait, roulant des yeux, qu’elle avait du se dégonfler, il continua cependant sa route. Fait très frustrant, il tomba nez à nez avec elle dans le couloir suivant, et il ignorait par où elle pouvait bien être passée pour lui jouer un coup pareil. Il s’était trompé. Elle devait vouloir en découdre avec lui. Nouveau grognement de sa part, et il lut une atroce satisfaction sur le visage de son bourreau.

-Tu comptes au moins me dire ton nom, que j’ai l’honneur de le hurler dans ces couloirs quand tu disparais comme ça ?


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Lun 1 Jan - 21:55
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3
Elle aurait pu être intimidée par la voix grave et menaçante du jeune homme, mais Evelyn restant fidèle à elle-même en toutes circonstances, elle ne put s’empêcher de glousser face à sa réaction. Elle adorait embêter les gens, leurs envoyer de petites piques pour les tester. Elle avait vu une certaine fougue dans les yeux de son vis-à-vis, aussi avait-elle décidé de s’amuser un peu, déclenchant ainsi l’effet escompté.

« Allons, ne monte pas ainsi sur tes grands chevaux, je ne fais que te taquiner... » lui répondit-elle de son habituel ton doucereux qui en faisait frissonner plus d’un. Ton qui sembla encore plus agacer le soldat, à son grand bonheur.

Ils restèrent tous les deux immobiles un moment à se toiser, la jeune fille ne se détachant pas de son adorable sourire. Peut-être pensait-il qu’elle allait détourner le regard. Malheureusement pour lui, ce ne fut pas le cas, et elle put constater à quel point la patience pouvait lui faire défaut. Elle voyait l’ennui et l’agacement se former petit à petit sur ses traits, et elle attendit tranquillement qu’il lui relance la balle, se retenant difficilement de lui envoyer une autre pique pour le faire bouger un peu.

À sa plus grande joie, elle n’en eu pas besoin. En effet, il lui lança un défi des plus alléchants : un combat dans la salle d’entraînement. Elle sentit l’excitation lui tordre les entrailles, et elle plissa les yeux avec satisfaction. Sa mine se fit plus inquiétante alors qu’elle l’observait s’enfoncer dans les couloirs sombres, se dirigeant vers la zone d’entraînement. Elle gloussa de nouveau, faisant demi-tour pour emprunter un petit raccourci et ainsi arriver avant lui. Elle voulait le surprendre, le perturber de nouveau. Elle sentait un regain d’énergie l’envahir alors qu’elle sautillait, puis marchait joyeusement en murmurant une petite mélodie. Depuis combien de temps ne lui avait-on pas lancé de défi ? Tous savaient à quel point elle pouvait être sournoise et dangereuse, aussi se défilaient-ils rapidement lorsqu’elle leur proposait un combat. Mais ce jeune homme-là n’avait visiblement pas entendu parler de ses exploits, et était donc l’occasion rêvée de savourer cet échange. Elle se retint de sautiller d’excitation, et lui offrit un doux sourire alors qu’il arrivait au point de rendez-vous. Dans ses yeux brillait cette étrange lueur qui la caractérisait tant, cette étincelle de danger qu’il apprendrait bien vite à connaître par la suite.

Elle put voir la frustration sur son visage lorsqu’il l’aperçut, et elle ne put retenir un petit rire satisfait. C’était tellement amusant de les voir si déconcertés, lorsqu’ils ne la connaissaient pas ! D’autres soldats autour d’eux les observèrent et comprirent le pourquoi de leur réunion, eux qui ne s’était pourtant jamais parlé. Du coin de l’oeil, elle en vit quelques uns jeter des regards inquiets au jeune homme, et elle n’en fut que plus satisfaite encore. Lorsqu’il lui demanda son prénom, elle reprit son attitude innocente, se dandinant adorablement tandis qu’elle posait un doigt sur son menton.

« Normalement, on se présente avant de demander son nom à une jeune femme. Mais puisque tu insistes tant, tu peux m’appeler Evelyn. Et toi, quel est ton nom, que je puisse le crier dans ces couloirs si jamais on se croise de nouveau ? » ajouta-t-elle d’un air malin, reprenant ses mots.

Pendant qu’elle parlait, elle s’était mise à lui tourner autour, telle un oiseau de proie. Puis elle entra dans l’immense salle d’entraînement, saluant chaleureusement les quelques soldats qui se reposaient, fredonnant avec légèreté une nouvelle chanson qui venait lui trotter dans la tête.

« Cut me open and I still bleed red ~ Do your best to get inside my head ~ »

Elle ôta sa veste pour plus de confort, et se dirigea d’un pas nonchalant vers un emplacement libre.

« ´Cause I’m gonna make you remember my name ~ »

Certains cessèrent leurs exercices sur son passage, l’observant regrouper d’un geste expert ses longs cheveux en une parfaite queue de cheval et se demandant sans doute ce qui la mettait d’aussi bonne humeur. Puis elle s’étira avec souplesse, et fit le tour du ring de sa démarche féline, sortant l’un de ses poignards de son fourreau pour le poser en équilibre sur la lame au bout de son doigt. Elle se tourna enfin vers son futur adversaire, attendant qu’il se mette en place, la tête légèrement inclinée sur le côté et un petit sourire sur les lèvres.

« Et bien ? Qu’attends-tu ? Ne me dis pas que tu te dégonfles ? »

Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Mer 3 Jan - 0:33
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3


Elle se riait de lui, c’était un fait qui devenait de plus en plus apparent alors qu’il voyait s’écouler les secondes, une à une, qui le rapprochaient inexorablement de la salle d’entrainement. Son sourire était doux, mais il n’atteignait pas son regard, et le jeune homme en venait à se demander s’il avait eu une si bonne idée que ça. Sans doute que non, car la lueur qui flambait dans les prunelles si précieuses face à lui aurait suffit à inquiéter quelqu’un de sain d’esprit. Mais quel soldat l’était, finalement, au sein de Deepground ? Pas tout à fait lui, dans tous les cas. Cette étincelle, il l’avait déjà vu chez plus d’un, mais la sienne était étonnante de part la jeunesse de sa porteuse. A son rire répondit la grimace de son aîné, et un regard aux alentours lui fit froncer les sourcils avec un élan de perplexité. Qu’avaient-ils donc, à les regarder ainsi, ces quelques soldats qui n’étaient que de passage. L’un d’eux lui fit un signe, qu’il interpréta comme une question silencieuse, et Martial ne fit qu’hausser les épaules, sans avoir une quelconque intention de faire demi-tour. Le visage de l’innocence et le mental du pêché, voilà ce qu’était la demoiselle, et son petit numéro eut l’effet escompté : elle était adorable. Mais comment ignorer les signaux d’alerte que lui envoyaient ses camarades, avant de filer dans les couloirs avec un rire, sûrement en train de plaisanter entre eux quant à l’issu de cette rencontre hasardeuse.

-C’est ça, fais-moi croire que tu es une jeune femme fragile qui tient aux conventions sociales… Evelyn. Je m’appelle Martial, ajouta-t-il après une petite pause, l’air de réfléchir à ce qu’elle lui avait dit. Se présenter avant, c’était trop demandé. La petite chose n’était décemment pas de celles auxquelles il donnerait son nom sans sourciller. Mais ils restaient avant tout des camarades, alors il n’avait rien à craindre de ce côté-là.

Il la suivait du regard alors qu’elle l’encerclait peu à peu, tournant, tournoyant autour de lui, mais il n’eut pas le temps de ressentir de profond malaise puisqu’elle se détacha pour pénétrer dans la salle qu’il venait de quitter, un peu plus tôt. C’était reparti pour un tour. Il avait depuis longtemps oublié à quoi pouvait bien ressembler la fatigue, avec leur mode de vie. Elle poussait la chansonnette, plutôt dérangeante d’ailleurs avec cette voix fluette et caressante, et alors qu’elle se préparait au combat, lui-même se plaçait tranquillement en face. Elle avait saisi un poignard, aussi s’orienta-t-il tout naturellement vers une dague qui, si elle était plus longue à première vue, les laissait sur un pied d’égalité. Quel était l’intérêt pour une première fois d’employer des armes complétement différentes… Lui voulait vraiment voir ce qu’elle avait dans le ventre. Il la contempla avec ennui alors qu’elle donnait l’impression de parader, comme un grand chat certain de ses charmes. Encore une fois, elle faisait son petit effet sur ceux qui, curieux ou complétement impotents, délaissaient leur propre entrainement pour les regarder faire.

-Sympa la chanson, mais il faudrait être un imbécile pour ne pas se souvenir du nom d’une telle sirène, s’amusa-t-il à mi-voix, à mi-chemin entre la moquerie et les éloges. Elle lui donnait l’impression de charmer pour détruire, et la façon qu’elle avait de jouer avec sa lame en disait long sur son expérience.

Lentement, il fit craquer ses articulations, parfaitement en place, mais il ne donnait en effet pas l’impression d’être prêt à attaquer. Il en était amplement capable, mais ce n’était pas dans sa façon de faire. Son adversaire était petite, légère, et il se doutait que sa vivacité devait être un atout considérable. Lancer une offensive ainsi, de front, n’était à ses yeux pas une solution intelligente. Il se fatiguerait, perdrait du temps, et un avantage précieux. Elle se lasserait avant lui. Ils se lassaient tous avant lui. Il ne lui offrit qu’un fin sourire en coin, et imprima un étrange mouvement rotatif à leur combat amical, avançant vers elle, les faisant tout deux tourner comme des fauves en cage, cherchant chacun les failles de l’autre. Il avait tout son temps.

-Allons bon, je suis déçu, j’aurais pensé que tu serais plus agressive une fois sur le ring… C’est moi qui te fait peur, petite Evie ?

Le surnom, qui ne relevait que d’une provocation, serait par la suite le mot qu’il hurlerait le plus souvent tout au long de sa sainte vie. Ses yeux étincelants de mako étaient empreints d’amusement, et de ce début d’adrénaline, de tension qu’ils possédaient tous lorsque le combat venait. Mais Evelyn… Evelyn apparaissait complétement transcendée. Elle devait avoir vu clair dans son jeu, mais encore une fois, la seule patience que possédait Martial se trouvait bien dans ce genre de situation. A ce moment précis, c’était plus la confrontation de deux volontés qu’un combat physique, et il s’avérait qu’ils étaient aussi têtus l’un que l’autre.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Mer 3 Jan - 13:12
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3
En le voyant sortir une dague, la jeune femme comprit qu’il voulait jouer avec un pied d’égalité, sans doute pour savoir ce qu’elle valait. Cela ne la dérangeait absolument pas, bien au contraire : à ses yeux, le combat n’en serait que bien plus amusant. D’un point de vue extérieur et étranger, cette confrontation aurait pu paraître bien inéquitable, voire même injuste si l’on se basait sur la masse de muscles qu’était Martial comparé à elle. Mais tous leurs spectateurs actuels se rendraient bien vite compte que cette jolie poupée était bien plus coriace qu’elle n’en avait l’air.

« Une sirène ? Que de flatteries, mon cher. Mais cela ne te vaudra aucune faveur, sois-en certain. » dit-elle en le regardant droit dans les yeux, rieuse.

En face d’elle, le jeune homme se craqua bruyamment les articulations, la faisant sourire. Cherchait-il à l’impressionner ? Si c’était le cas, cela n’était pas près de marcher. Elle avait déjà vu et entendu bien pire dans sa petite vie, et elle avait appris à savourer ce bruits distinctif d’un adversaire se préparant au combat. Puis ils se mirent à se tourner autour en une danse singulière, celle des animaux se toisant, cherchant les failles de l’autre, montrant les crocs, qui incita plusieurs de leurs spectateurs à s’écarter, conscients que ce combat ne serait peut-être pas aussi banal que cela.

« Evie ». Ce surnom fit remonter le long de son échine un agréable frisson, et sur ses jolis traits s’imprima une expression inquiétante, assortie à son regard où la mako semblait briller encore plus malgré le bon éclairage de la grande salle. Qu’y avait-il de mieux que la provocation pour faire monter l’adrénaline, ce sentiment euphorique qui lui tordait les entrailles, la nourrissait d’impatience au point presque d’en sautiller sur place ? Son poignard la démangeait, réclamant avec soif le début de cette confrontation. Mais ce n’était pas suffisant... Elle devait le provoquer, lui aussi, sinon où était l’amusement dans cette histoire ?

« Ouh là là, j’air peur, que quelqu’un me protège ! » se moqua-t-elle avec un ton décidément exagéré avant de le fixer de nouveau. « Alors tu es un gentleman, finalement, laissant l’honneur aux dames ? » lui répondit-elle un peu plus sérieusement, sa voix se faisant plus sombre, plus inquiétante. « À moins que tu n’appréhendes, dans ce cas je vais devoir effacer tes doutes, mon cher Marty. »

Elle eut un petit rire dérangeant, presque effrayant. Il ne semblait pas vouloir attaquer en premier ; et bien soit ! Elle s’en chargerait.
Alors aussitôt, sans prévenir, elle se rua droit sur lui. Mais au lieu de l’attaquer de front, elle le contourna au dernier moment pour le frapper dans le dos. Comme elle s’y attendait, il para. Au vu de son attitude et de sa carrure imposante, il était évident qu’il préférait la défense et la force brute à l’agilité. Elle devait se méfier de ses attaques et trouver des failles. Son petit rire excité semblait résonner autour d’eux, comme un écho éternel venant les tourmenter.

Evelyn enchaîna les petites attaques simples et rapides, comme si elle cherchait à s’échauffer tout en le taquinant. Elle profitait de sa grande endurance pour s’amuser un peu, étant donné qu’elle avait passé une grande partie de sa vie à perfectionner sa vitesse et son agilité. Mais si cela continuait ainsi, elle allait vite finir par s’ennuyer.

« Alors Marty ? » le provoqua-t-elle de nouveau, le petit surnom qu’elle garderait pendant longtemps glissant souplement le long de ses lèvres fines. « Je t’aurais pensé plus actif quand même. On dirait une tortue se protégeant des dangers extérieurs. Allez ! Montre-moi ce que tu as dans le ventre ! »

Elle l’effleurait, le contournait, se servait de sa petite taille pour disparaître et réapparaître. Elle semblait s’enrouler et se dérouler autour de lui comme un serpent sournois, et si le jeune homme se plongeait dans ses améthystes remplies de mako, il pourrait y discerner une lueur de folie d’autant plus horrifiante de par le jeune âge de sa propriétaire.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Mer 3 Jan - 23:10
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3


Des faveurs, il n’en cherchait pas. L’ennemi, sur le champ de bataille, ne lui en ferait aucune, comme il le constaterait bien plus tard. De toute façon, la jeune femme était de celles qui ne connaissait que le mot, mais pas la pratique. Deepground, des faveurs en combat ? Une belle utopie. L’éclairage soulignait les expressions changeantes de la nymphe, alors que le visage du jeune homme restait figé dans son éternel masque neutre, si ce n’était un peu lassé. Elle était tout en provocation, toute faite de mise en scène et de grandes paroles lancées à tout va, mais lui n’y faisait pas vraiment attention. Sur une impulsion, peut-être aurait-il répondu, mais il était d’humeur calme pour avoir déjà défoulé toute forme d’excitation un peu plus tôt lors de son entrainement précédent. Marty. Elle venait de l’appeler Marty, alors soit, ils seraient donc Marty et Evie. Rien de plus simple, rien de plus symbolique que ces deux noms jetés à la volée lors d’une première rencontre. Avec un rire un rien dérangeant, elle lança la première offensive. Il la vit venir, en raison de la distance qui les séparait, aussi pu-t-il la bloquer sans grand mal. Plus que ses attaques vives, c’était ces petits ricanements qui l’irritaient. Insupportable. Ne pouvait-elle donc pas rester silencieuse ? Elle donnait l’impression de danser sur le sol, évoluant autour de lui avec souplesse et aisance, mais aucun coup de lame ne perçait vraiment sa défense. Elle s’amusait. Elle était douée. Mais il n’était pas non plus en reste. Roulant des yeux alors qu’elle reprenait parole, il esquissa un léger sourire :

-Eh, chacun sa méthode, Evie. Tu bourrines, je suis tranquille. Occupe-toi plutôt de ce que tu fais !


La flamme qu’il vit dans les prunelles de la panthère libérée contre lui ne lui plut pas. C’était une lueur de démence qu’il croisait, parfois, chez certains, mais il n’avait jamais su passer outre sans en être gêné. Et elle, elle la possédait, l’attisait, et vivait au travers d’elle comme s’il s’agissait là de la plus normale des choses. Alors qu’elle continuait ses assauts, le son des lames s’entrechoquant étant un des seuls sons ponctuant le combat si on oubliait ces rires, il brisa enfin la monotonie qui s’était instaurée. Au lieu de faire glisser le poignard d’Evelyn le long de sa lame, il encaissa sèchement le coup, et usa d’un tour de force pour cette fois violemment la repousser, brisant le rapprochement qui s’était établi entre eux dès le départ. Elle était légère, ce ne fut pas quelque chose de très complexe à réaliser pour lui. En revanche, elle connaissait désormais la technique, et il se pouvait qu’elle ne se laisse plus avoir aussi aisément les prochaines fois. Il y parviendrait encore, mais plus de cette manière.

-On se fait avoir par une tortue, alors ? Dommage, ça arrive même aux meilleurs…


Ce fut à son tour de tourner autour d’elle, moins rapide, mais tout de même plutôt vif pour quelqu’un de sa carrure. Il n’appréciait pas de courir tout au long d’un combat, se fatiguer pour pas grand-chose, mais parfois il s’y retrouvait bien forcé, et il se plaisait désormais à lancer de petites attaques, parfois feintes, vers la jeune femme. C’était à lui de tester sa défense. Si elle était aussi rapide à parer qu’à attaquer, elle devait être redoutable. Et c’était visiblement le cas, car il voyait en elle une effrayante sauvagerie alors que, sans bondir, sans courir, simplement par quelques pas, il lui bloquait savamment le passage lorsqu’elle se décalait. Il n’aurait pas été contre une deuxième arme, les choses auraient été plus… Stratégiques. Mais à une main, livrés ainsi au bon vouloir d’une unique lame, tout devenait plus technique. Une véritable danse qui allait laisser leurs armes émoussées à souhait, abimées, et il aurait tout intérêt à passer un bon moment à l’aiguiser par la suite. Il ne parlait plus. Pas tout de suite, du moins. Les longs discours en pleine bataille, quelle perte de temps. Manquait plus que ça, perdre sa concentration aussi bêtement. Il attendit qu’un nouvel assaut mutuel les sépare de quelques pas pour reprendre son souffle, et la scruter avec un amusement croissant. Une adversaire coriace. Elle ne lâchait vraiment rien, et c’était plaisant même pour lui.

-Le visage d’une sainte, et la hargne d’un démon…



Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Jeu 4 Jan - 18:19
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3
Oui, contrairement aux apparences qui auraient pu laisser penser le contraire pour quelqu’un de relativement peu compétent, elle était celle qui attaquait avec la férocité d’un Béhémoth tandis que lui se contentait de parer et encaisser les coups. Il avait un bon niveau, c’était certain, et cela plaisait à la jeune femme qui s’amusait comme une petite folle. Elle voyait bien que ses petits rires le mettaient mal-à-l’aise. Elle, elle était comme un poisson dans l’eau. Elle avait en face d’elle un adversaire de choix, à son niveau malgré leur différence d’âge, et le combat n’en était que plus palpitant. Il gardait sur son visage un masque de tranquillité, mais elle pouvait voir dans ses yeux qu’il se plaisait à se battre contre elle. Leur échange était comme une danse, répétée mille fois et pourtant bien différente des autres, rythmée par le son métallique des lames qui s’entrechoquaient férocement.

Puis vint le moment où, à son plus grand plaisir, le jeune homme préféra encaisser plus durement l’un de ses assauts pour la repousser violemment, l’envoyant valser quelques mètres plus loin. Elle eut le temps d’utiliser sa souplesse et son agilité pour se rattraper en une jolie pirouette, telle un chat qui retomberait sur ses pattes. Quelques mèches sombres s’étaient échappées de sa queue de cheval, voilant pendant quelques secondes son visage aux yeux de Martial. Lorsqu’elle releva la tête pour le regarder, ce n’était pas une grimace qui s’y trouvait, non, elle avait appris à surmonter la douleur d’un coup depuis longtemps ; c’était plutôt un sourire dément, à l’image de la folie qui illuminait son regard, et elle se mordit les lèvres d’excitation à l’entente de la petite provocation. Non, elle n’était pas la meilleure et elle le savait. Que c’était bon de se battre enfin contre quelqu’un qui n’avait pas peur d’elle !

Les rôles changèrent alors. Mimant ses actions, certes plus lentement qu’elle, le brun se mit à lui lancer une multitudes de petites attaques qu’elle para avec la férocité d’une lionne. À chaque petit saut, il venait lui barrer le chemin, bloquant toute possibilité de feinte. Peut-être pensait-il que tout ceci allait la déstabiliser, mais il n’en fut rien. Car ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elle en voulait plus, toujours plus ! Elle s’amusait comme une petite enfant qui se roulerait dans la boue après la pluie, faisant des petits pâtés remplis d’herbe verte et de cailloux. Elle avait le même rire horriblement innocent, et beaucoup autour d’eux frissonnèrent en l’entendant. Lorsqu’Evelyn s’amusait, ce n’était jamais bon signe.

Elle para l’une des attaques du jeune homme et tira son bras armé, enveloppant le sien autour de son cou par-dessus lequel elle se balança. Elle profita d’être ainsi dans son dos pour lui asséner un coup entre les omoplates, puis lui fit un croche-pattes, se servant de tout son poids pour le faire basculer. Elle sautilla un peu plus loin. Si cela ne le faisait pas tomber, elle aurait au moins eu le mérite de faire trébucher le colosse, l’empêchant ainsi de charger.

Désormais plus excitée qu’une puce ayant vidé une carafe de café a elle toute seule, elle tourna sur elle-même, ses longs cheveux semblant flotter dans l’air, et, une fois de nouveau face à lui, elle écarta les bras. Elle eut de nouveau un rire, adorable mais un point hystérique, alors que ses yeux brillaient de folie.

« Quel combat ! » s’exclama-t-elle, le souffle court d’excitation. « Depuis combien de temps ne m’étais-je pas amusée ainsi ? Oh Marty, si tu savais, c’est merveilleux ! J’en ai des frissons ! Viens, continuons Marty, viens, viens ! Allez ! »

Et elle rit de nouveau, tournoyant tout autour de la zone de combat en attendant qu’il attaque encore. Elle avait de l’énergie à revendre, et cela ne faisait que commencer. Elle en voulait toujours plus, comme une enfant réclamant des bonbons, et elle savait qu’il n’était pas fatigué. Elle ignorait depuis combien de temps le combat avait commencé, et elle ne sut pas non plus pendant combien de temps encore ils se battirent. Car tout ce qui comptait à ses yeux, c’était à quel point elle s’amusait. Comme une petite folle.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Jeu 4 Jan - 22:06
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3


Il manqua très sincèrement de s’éclater au sol, et ne dû son salut qu’à l’entrainement qui lui permit d’au moins se redresser et conserver son égo entier. Jeté par une gamine, voilà quelque chose qu’il n’aurait pas mis dans la liste des choses à expérimenter dans la journée. Et pourtant… Il était surprenant de constater une fois dans le feu de l’action combien un si petit corps, une fois dopée au mako, pouvait faire de ravages. C’était à se demander quelle quantité coulait dans les veines de la jeune femme. Il se stabilisa, attentif, et grand bien lui en fit car il eut tout juste le temps de la repousser. Plus le temps s’écoulait et plus il se rendait compte qu’elle frôlait une certaine hystérie qui pouvait justifier bien des regards en biais qu’ils récoltaient depuis le départ.

-Calme ta joie, Evie, tu vas finir par vraiment m’effrayer, souffla-t-il avec une pointe d’irritation. De toutes les folles qui existaient au sein de ces murs, il était tombé sur l’une des pires, de son point de vue.  

Elle ne lui laissa pas le temps de protester plus, ou de prononcer un quelconque sermon à son égard. Déjà, le tourbillon reprenait, et la cadence s’accélérait de façon démentielle alors que les deux commençaient à réellement se réchauffer. Ils pouvaient tenir des heures, car c’était là une des raisons pour lesquelles ils étaient formés, mais l’ainé n’était pas sans savoir qu’il s’agissait d’une bien mauvaise idée. S’épuiser en excès, bien que pas une journée ne passe sans qu’ils ne soient exténués, c’était la certitude de voir s’accumuler de la fatigue, et peiner à reprendre le rythme par la suite. Tout était une question de dosage, en quelques sortes.

Le temps n’était toutefois pas celui d’être raisonnable. Alors leur lutte s’éternisa. Il commençait à s’épuiser, face aux assauts de cette tornade brune qui ne connaissait aucunes limites, mais sa fierté le poussa à continuer. Quelques minutes. Nouveaux éclats métalliques, sons sourds lors des impacts, et la danse était peu à peu devenu un véritable chaos de mouvements secs et plus acharnés. Il commençait à sentir son bras s’engourdir de trop recevoir de chocs. La jeune femme face à lui était dans un état qui n’était plus bien loin d’une certaine forme de démence. Aussi prit-il son rôle d’aîné au sérieux une rare fois dans sa vie. Il bloqua une attaque d’une force qui le laissa un instant sonné, et rompit la cadence qu’ils avaient prise, pour peu qu’elle existât encore, en attrapant le poignet armé de la tigresse. Abaissant son propre bras pour baisser les armes, il recula de quelques pas en constatant que l’information mettait un certain temps à monter éclairer la lanterne de la furie. S’il finissait blessé après cette confrontation, ce serait le comble du malheur à ses yeux.

-Temps mort, temps mort ! Evelyn, ne me regarde pas comme si tu allais me bouffer, j’en peux plus, là, grogna-t-il en rangeant sa dague saccagée, et en étirant savamment son bras pour chasser la gêne qui commençait à y naître. Tout surhomme qu’il était, il n’était pas non plus coulé directement dans de l’acier, à son grand déplaisir.

Il lui tourna le dos, surprenant une grimace d’un des soldats qui trainaient. Elle n’allait tout de même pas se jeter sur lui, cette paranoïa ambiante commençait à vraiment l’épuiser. Pourtant, comme mût par un instinct de conservation plus puissant que sa raison, il jeta un coup d’œil vers la brune pour s’assurer qu’elle n’allait effectivement pas continuer seul leur joyeuse bagarre. A priori non, mais le sourire qu’elle avait toujours au visage, ces joues à peine rosées par l’effort, et cette posture innocente lui donnaient l’impression d’avoir raté quelque chose. Il arqua un sourcil, perplexe, mais chassa bien vite le petit vent de doute qui commençait à s’élever en lui.

-C’était plutôt… Instructif, disons. On pourra recommencer plus tard, si le cœur t’en dit, il marqua une pause légère, avant de reprendre : Tu m’apprendrais à me déplacer comme tu le fais ?

Sans quêter de réelle réponse, il quitta la salle d’entrainement, avec la douce impression d’avoir été malmené jusqu’à la moelle. C’était euphorisant, et si cela avait cet effet sur lui, alors sur elle… Il comptait aller se caler dans un coin, le plus au calme possible, le temps de reprendre ses esprits. Se rafraichir, boire un peu, et se remettre d’aplomb pour terminer la journée. Mais, tandis qu’il s’asseyait à même le sol, dans un détour de couloir peu fréquenté, et qu’il voyait devant lui se balancer ses boucles soyeuses, il se dit qu’il risquait de ne plus connaître solitude et repos avant un bon moment. Alors, vaincu par celle qui venait de le suivre sans qu’il ne le remarque, de nouveau, il lui tendit sa bouteille avec un soupir contrit. Soit, il devrait bien faire avec…



Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Ven 5 Jan - 23:57
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3


Leur combat s’éternisait, encore et encore, mais cela ne l’empêchait pas de se battre avec la férocité d’une lionne. Elle n’était pas réellement fatiguée, et sa grande endurance acquise grâce à un nombre incalculable d’entraînements et d’injections de mako aurait largement lui permettre de continuer si son aîné n’en avait pas décidé autrement. Il para une violente attaque, et l’arrêt brusque de son mouvement lui brouilla un peu l’esprit. Elle le vit reculer et baisser son bras armé, la faisant cesser tout mouvement. Elle lui lança un regard rempli d’incompréhension, et cligna deux fois des yeux avant de comprendre qu’il arrêtait de se battre. Elle fit une moue déçue pouvant être qualifiée d’adorable alors qu’il lui tournait le dos, mais son joli sourire revint rapidement prendre sa place habituelle sur ses lèvres.

S’il avait volontairement abandonné le combat pour cause de fatigue, cela voulait dire qu’elle avait en quelque sorte gagné, non ? Même si elle aurait préféré une victoire par immobilisation, elle s’était bien amusée, et balaya la déception qui menaçait de prendre le dessus sur la satisfaction. Elle rangea son arme et l’observa remuer son bras sans doute endolori. Lorsqu’il lui proposa implicitement de recommencer quand l’occasion se présenterait, elle acquiesça, se dandinant d’un pied à l’autre. Puis il lui demanda si elle pourrait lui apprendre à se déplacer comme elle le faisait, mais elle n’eut pas le temps de lui répondre qu’il sortait déjà de la salle d’entraînement.

Mais Evelyn n’était pas réellement de l’avis d’en rester là. Ce jeune homme était spécial. Il n’était pas comme les autres, la preuve : personne n’avait jamais tenu autant contre elle, abandonnant le plus souvent par peur. Elle lâcha un petit rire avant de le poursuivre à travers les couloirs, pour finalement le retrouver assis dans un coin calme. Elle se planta devant lui et se pencha, laissant ses jolies boucles d’obsidienne pendre devant ses yeux, l’avertissant de sa présence. Il lui tendit sa bouteille qu’elle saisit avec gratitude, et alla s’asseoir à ses côtés.

« Bien sûr que je t’apprendrai, Marty, » lui répondit-elle doucement avant de prendre une gorgée d’eau. « Dis-moi juste quand tu veux qu’on s’y mette. »

~°~

Le temps passa, temps les deux jeunes gens passaient le plus souvent ensemble. Ou plutôt, la jeune femme s’arrangeait toujours pour retrouver Martial, et celui-ci la supportait pendant qu’elle s’amusait à le taquiner, tester sa patience, ou se pointait en plein milieu de ses entraînements. Sa routine avait changé, à son plus grand bonheur. Elle s’était trouvé un divertissement quotidien, une raison un peu plus agréable de se lever le matin, une raison qu’elle avait fini par identifier comme étant une sorte de grand frère. Elle aimait beaucoup et sincèrement le jeune homme, elle pour et chez qui la notion d’amour pouvait être bien étrange, et elle ne se gardait pas de le montrer. À sa manière.

Lorsqu’elle avait du temps libre, elle avait pris l’habitude de se faufiler jusqu’à la chambre du soldat pour voir s’il s’y trouvait et s’y infiltrer. C’est ce qu’elle avait fait, ce jour-là, le laissant la trouver avachie sur son lit en train de feuilleter un quelconque livre. Elle l’avait salué de son éternel sourire de lutin malicieux, et s’était étalée sur lui tandis qu’il avait pris place sur son matelas après l’avoir poussée du milieu. C’était sa manière à elle de l’embêter tranquillement, d’imposer sa présence. Des fois, au début surtout, il avait protesté, et avaient suivi de petites bagarres durant lesquelles elle s’obstinait à rester accroché à lui, les deux se hurlant dessus comme des sauvages. Mais elle finissait toujours par s’installer, comme elle l’avait encore fait cette fois-ci pour continuer de lire.

Malgré tout, cette ambiance était trop calme. Bouquiner était, certes, une chose qui lui plaisait, mais à présent, elle s’ennuyait. Elle avait envie de bouger, sa séance d’entraînement du matin ayant été annulée au profit de plusieurs tests horriblement longs et inutiles à ses yeux. Evelyn était une véritable pile électrique, sinon une batterie de vaisseau, et il lui fallait du temps pour dépenser cette énergie, au risque de se mettre à sautiller dans tous les sens sans aucune raison valable. Et elle sentait cette situation devenir imminente, aussi fit-elle ce qu’elle faisait le plus souvent dans ce genre de cas : elle se mit à tirer sur un doigt de Martial, jusqu’à-ce-que lui vienne une idée qui la fit sursauter de joie, et presque arracher le petit doigt du jeune homme.

« Marty ! » s’exclama-t-elle en portant son regard sur lui, ses grandes pierres précieuses lui servant d’yeux pétillant de malice. « Tu te souviens de quand tu m’avais demandé si je pouvais t’apprendre à améliorer ta vitesse ou je sais plus trop quoi ? Bah viens on y va, genre là, maintenant, tout de suite ? »

Elle fit une moue adorable et commença à lui rouler dessus, en bonne enfant insupportable qu’elle pouvait être. Elle s’ennuyait réellement, et il fallait qu’elle s’occupe. Mais elle n’avait pas vraiment envie de quitter son Marty. Alors pourquoi ne pas combiner les deux ?

« Alleeeez, s’il-te-plait Marty... » continua-t-elle, presque en gémissant. « Je m’ennuie moi... »


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Jeu 11 Jan - 19:38
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3


Il pensait être parvenu à trouver une paix toute relative dans le silence de sa chambre, mais c’était sans compter la furtivité suprême de sa camarade de tous les jours. Car Martial avait appris quelque chose d’aussi intéressant que déprimant : se défaire de la jeune femme était impossible. Où qu’il aille, quoi qu’il fasse, elle était derrière lui, rôdant comme une ombre, guettant, scrutant, et elle surveillait tout sur son passage. Il avait presque failli développer une forme de paranoïa, durant un temps, car il craignait de se retourner et tomber sur deux immenses améthystes luisantes de sournoiseries. Ce jour là n’avait en soit plus rien de différent des autres : il s’agissait d’une nouvelle routine, plus contraignante, plus fatigante, mais oh combien meilleure que l’ancienne. Il ne savait jamais à quoi s’attendre, et ce fut la raison pour laquelle son soupir atteignit des records quand il la retrouva sur son lit alors même qu’elle n’y était pas invitée.

-Eviiie… avait-il lâché en désespoir de cause, et il n’avait que pu s’installer près d’elle et faire mine de l’oublier.

Mais là intervenait un nouvel élément qu’il avait su rendre familier avec le temps : elle prenait de la place. Alors il l’avait fait rouler sur le côté pour espérer avoir une partie seulement de son lit, et le calme s’était installé pour ce qu’il aurait voulu être des heures. Un livre en main, et l’une d’elles toujours libre pour pouvoir repousser la peste qui, comme aimantée, finissait toujours par se rapprocher, il finit par ne plus prendre en compte sa présence. Le repos, c’était parfois nécessaire, mais elle ne parut guère le comprendre, car elle s’entêta soudain à tirer ses doigts avec la vigueur d’un enfant entamant un caprice. Il fit mine de l’ignorer, mais grimaça amplement lorsqu’il faillit perdre un morceau dans la manœuvre. Non. Pitié, il aimerait rêver cette lueur qu’elle avait dans le regard.

-Mais t’as vu l’heure, un peu ? Je suis ruiné, tu crois vraiment que j’ai envie de sauter d’un bout à l’autre de la salle maintenant ?

Mais la réflexion tomba dans le néant, et elle lui écrasa sauvagement le ventre avant qu’il n’ait le temps de contracter les abdominaux, le faisant doucement glapir.

-Eh ! J’ai dit non, arrête ça !

Gauche. Droite. Un passage. Deux. Dix. Elle semblait ne pas l’entendre, mais il était persuadé qu’elle ne faisait que se moqueur allégrement de ce qu’elle pourrait lui dire.

-Non. Evie. Non, bon sang, souffla-t-il entre ses dents serrées : Ça va, j’arrive !

Une nouvelle victoire de la bête responsable de son martyr, car il ne sut résister efficacement au visage profondément trahi qu’elle releva vers lui. C’était comme interdire à un enfant de s’amuser avec ses jouets favoris et récolter ses larmes. Seulement, c’était lui, le jouet, dans cette histoire, et il n’était pas certain d’apprécier cette idée. Plus vite qu’il ne l’aurait cru possible, il entendit la porte claquer devant lui. Alors, foutu pour foutu, il consentit à se lever et emboîter le pas à la furie qui lui servait d’amie.

~o~
C’était en soit la pire idée qu’il n’ait jamais osé accepter venant d’elle. Bien qu’il en verrait d’autres, à n’en point douter, sur le moment tout cela lui parût tiré de l’un de ses pires cauchemars. Car pour quelqu’un qui avait déjà donné de sa personne dans la journée, affronter une créature aussi coriace qu’elle relevait du suicide. Car il était fatigué, et lassé, et qu’elle ne l’était pas, comme si elle venait tout juste de se lever. Pourtant il commençait à se faire tard. Depuis qu’il l’avait rencontré, il avait certes eu le temps de s’habituer à sa façon de se battre, mais elle était impitoyable, ce soir-là. Autant dire que, s’il s’en était bien sorti jusque-là, il repartirait avec bien une douzaine de nouveaux bleus.

-Mais pourquoi tu t’es souvenue de ça maintenant, d’abord ?!

Pour avoir eu l’audace de la questionner, il se prit un croche patte qui manqua de lui fracasser l’arrière des genoux, et, tombant sur ces derniers, il la contempla avec une mine aussi consternée qu’emplie de reproches. Elle se jouait de lui, à ce niveau-là, plus aucun doute possible, et il n’était pas certain de pouvoir soutenir ce rythme aussi longtemps qu’elle le désirerait. Dans un grognement léger, il fut forcé -une nouvelle fois- de se redresser et reprendre appui sur ses jambes, se récoltant une nouvelle tape à l’arrière du dos. Elle avait tendance à oublier qu’il faisait presque deux fois sa largeur et sa taille, ou plutôt, elle s’en foutait allégrement. Et aussi rapide qu’il soit, il pouvait bien tenter de la rattraper, elle ferait vingt tours de piste avant qu’il ne le réalise. Il eut au moins la petite satisfaction de parvenir à la renverser, mais pour aussitôt la voir rouler comme une balle au sol et se relever deux mètres plus loin. Désespérant. Il la voyait gagner en énergie et motivation minute après minute alors que la sienne commençait peu à peu à décroître. Dire que son bouquin gisait, quelque part sur son lit si elle ne l’avait pas compressé entre le matelas et elle…

-Tu pourrais au moins m’accorder une pause… ! Couina-t-il malgré lui quand il vit passer un poignard bien trop près de son visage, ne devant son salut qu’à un réflexe heureusement bien acquis avec les années.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Mer 24 Jan - 17:57
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3


Comme elle l’avait prévu, Martial ne put résister à son adorable mine de chien battu qu’elle savait si bien faire lorsqu’elle en avait besoin. À peine eut-il accepté qu’elle bondissait déjà dans tous les sens, oubliant pour une fois de remettre ses jolis cheveux en place. Elle attrapa ses deux poignards qu’elle accrocha a sa ceinture et sortit de la chambre à la vitesse de l’éclair. Ce fut à peine si elle vit les murs des couloirs lorsqu’elle les traversa pour se rendre à la salle d’entraînement, où elle s’étira en attendant son ami, qui traîna un peu pour arriver.

Alors l’entraînement commença. Elle utilisait toutes les feintes possibles et inimaginables pour améliorer ses réflexes, l’attaquait sans relâche, lui tournait autour pour le laisser reprendre son souffle quelques secondes, puis retournait à l’offensive. Comparée à elle, le jeune homme était lent. Certes, sa vitesse était largement compensée par sa force, mais dans certains combats, cela pouvait s’avérer être un handicap. Alors elle s’était fixé un objectif : l’entraîner pour qu’il améliore ce point. Elle l’en savait capable.

Cependant, on ne pouvait pas dire qu’il essayait d’y mette du sien, dans le sens où il ne cessait de se plaindre. Cela agaçait un peu la jeune femme, mais elle ne dit rien. Elle le comprenait : il rentrait tout juste de l’entraînement, et devait en avoir marre. Elle lui envoya un coup de pied dans les genoux lorsqu’il lâcha une nouvelle complainte, lui faisant ainsi comprendre qu’il devait se concentrer. Elle ne savait pas pourquoi elle avait eu cette idée à ce moment-là. L’ennui, sans doute. Il ne fallait jamais laisser Evelyn s’ennuyer trop longtemps, car c’était dans ces instants d’inactivité déprimante que les pires idées lui venaient en tête. Idées bien évidemment merveilleuses à ses yeux.

« Allez Marty ! T’es mou, on dirait un asticot ! Concentre-toi sur mes mouvements, essaie de les prévoir. La vitesse joue sur l’anticipation. Si tu peux prédire ce que l’ennemi a en tête, tu pourra mieux l’éviter. »

Elle se doutait bien que c’était plus facile à dire qu’à faire, après tout, elle était aussi passée par là, bien qu’elle n’en eut pas donné l’impression. Alors qu’il se redressait, elle lui envoya une nouvelle frappe dans le dos, puis un coup de poignard qu’il évita de justesse. Elle fut ravie de voir que les instructions qu’elle lui donnait de temps en temps étaient utiles lorsqu’il réussi à la renverser. En quelques micro secondes, elle roula, puis se remit sur ses pieds en sautillant. Elle lui offrit un immense sourire dont elle seule avait le secret, posant ses mains sur ses hanches.

« Bien joué Marty ! » le félicita-t-elle, se sentant plus excitée que jamais, ce qui contrastait énormément avec l’état de fatigue apparent de son vis-à-vis. « Allez, on y retourne ! Je veux être sûre que ce n’était pas un coup de bol. »

Et elle se lança de nouveau sur lui. Elle avait bien conscience qu’elle ne lui laissait aucun répit. Et encore, elle augmentait le temps des instants où elle lui tournait autour, comme si elle cherchait des failles dans sa défense alors qu’elle ne faisait que lui accorder quelques secondes pour reprendre son souffle. Il ne fallut pas longtemps pour qu’il l’envoie de nouveau valser, plus loin cette fois. Elle resta un petit moment immobile, face contre terre, réfléchissant. Mine de rien, il apprenait vite. La mise en pratique et l’acquisition de ce qui devait devenir des réflexes prendrait plus de temps, mais il avait saisi les points qu’elle lui avait présentés. La prochaine fois, elle lui interdirait de lever une quelconque défense, pour qu’il puisse se focaliser sur l’esquive plus que sur la parade. Elle sortit de ses pensées en l’entendant s’approcher, et se redressa vivement, soudainement, s’asseyant en tailleur à même le sol en lui souriant.

« C’est bien Marty. Je pense que tu mérites qu’on s’arrête là pour aujourd’hui. »

Elle se releva, passa devant lui en lui tapant l’épaule, et sautilla joyeusement pour aller récupérer l’un de ses poignards tombé un peu plus tôt. Puis elle se dirigea vers les bancs de repos, et sortit une bouteille d’eau qu’elle tendit à son ami avant de prendre la sienne. Elle s’assit sur un banc et but. Cette séance d’entraînement lui avait plu. Elle aimait bien se battre avec Marty. Tous deux ressortaient toujours en ayant acquis quelques trucs utiles. Elle voulut parler pour lui faire remarquer quelque chose sur sa posture, mais un soldat vint les interrompre, lui faisant presque peur avec la grosse orbe bleue qui ornait son visage caché. Elle ne savait pas qui avait fait les designs de ces casques, mais elle les avait toujours trouvés horriblement moches au point de refuser catégoriquement d’en porter un. Quelle idée, aussi, de s’enfoncer la tête dans une marmite pareille ! Quel calvaire cela devait être de respirer, là-dedans.

« Evelyn, Martial, » commença le soldat de sa voix rendue presque caverneuse par le heaume, « un ordre de mission pour vous. »

Une mission ? Si tard ? Allons bon, que cela pouvait-il bien être ? Honnêtement, elle n’avait pas envie d’y aller, rêvant d’une bonne douche. Ses cheveux devaient sans aucun doute être un sac de noeuds géant, et elle se devait de les entretenir. Mais les soins attendraient visiblement. Elle saisit l’enveloppe contenant l’ordre de mission, et salua le soldat qui les laissa. Elle gonfla les joues comme une enfant, donnant le papier à Martial. Elle était soudainement prise d’un flegme immense. Aussi se craqua-t-elle bruyamment les articulations en bâillant en attendant que son compagnon ouvre l’enveloppe.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Ven 2 Fév - 13:03
Let's Grow Up Together!
Pv Evie <3


Mou ou non, et quoi qu’elle puisse en dire, il ne pouvait que constater combien elle le poussait à être plus vif et à affronter ses dernières limites dans l’espoir de ne pas se retrouver haché menu et envoyé en pâture aux dagues infernales de la guerrière. Elle lui parlait d’anticipation, mais comment pouvait-il espérer anticiper ce que sa petite tête folle pouvait planifier ? Car elle frappait là où il ne s’y attendait pas, et lorsqu’il s’y attendait… Eh bien elle frappait ailleurs, et il se retrouvait à parer à la dernière seconde. Pourtant, force était de constater qu’à mesure qu’elle lui assénait encouragements et menaces, il parvenait à se défendre de façon plus efficace, à éviter certains assauts, et, au prix d’un gros effort de concentration, à enfin la rejeter au loin. On aurait pu penser que tout s’arrêterait là, mais que nenni ! C’aurait été trop beau, et trop mal connaître le fauve auquel il faisait face inlassablement chaque jour de sa sainte vie. Déjà, elle se relevait d’une roulade, et lui afficha une mine dépitée au possible alors qu’elle plantait les mains sur les hanches et semblait gagner un niveau dans son enthousiasme débordant. Et ils repartaient pour un tour, tandis que ses poumons commençaient à souffrir et son âme à s’évaporer par les légères coupures qu’elle lui infligeait. Il prit plus de temps, cette fois, à réitérer l’exploit, mais fort heureusement cela sonna un répit qu’il espéra définitif. Il la regarda, elle et sa jolie bouille d’enfant, et lui adressa un sourire qui aurait pu être amical s’il n’avait pas été grimacé à cause de la fatigue.

-Un peu que je le mérite, petite peste, c’est ma deuxième tournée je te rappelle…

Il la suivit tranquillement pour lui aussi descendre une bouteille, mais il n’eut pas le temps de vraiment se ressaisir ou se rafraichir qu’un soldat vint les aborder pour leur remettre une enveloppe -à quoi bon ? L’officiel, ce n’était pas non plus leur fort à la base-, mais il laissa la jeune femme s’en charger tout en la couvant d’un œil curieux. A cette heure-ci, qui pouvait bien les déranger ? Il s’attendait à ce qu’elle l’ouvre, mais elle devait considérer la besogne comme n’étant pas assez digne d’elle car l’ordre de mission termina entre ses mains sans qu’il n’y prenne garde.

-Eviiie… Mais il avait beau se plaindre, il savait que cela n’y changerait absolument rien : elle lui bailla de toute manière allégrement au nez.

Alors il ouvrit l’enveloppe, et la manœuvre fut ponctuée des craquements dérangeants qu’elle produisait avec ses doigts. Dépliant le papier tout en maudissant le fait que le repos semblait lui échapper toujours un peu plus, glissant comme de la fumée entre ses doigts, il parcourut rapidement les quelques lignes qui s’adressaient à eux et les sommait de se dépêcher. En d’autres termes, c’était maintenant et guère plus tard qu’ils se devaient d’intervenir.

-Un groupe de soldats à pister dans Midgar… J’sais pas trop ce qu’ils veulent qu’on entende, mais j’imagine que c’est important ; finit-il par expliquer à demi-mot avec une visage renfrogné, et il placarda l’enveloppe et son contenu sur la poitrine de la jeune femme pour l’empêcher de poser une quelconque question et prenne elle-même connaissance de ce qu’il se tramait.


~o~


Ils s’étaient tout deux retrouvés à l’extérieur de la Tour après s’être séparés pour faire quelques préparatifs rapides. Entre autres, se changer, récupérer les armes, et remettre en ordre l’uniforme pour le moins froissé par leur combat. La nuit était dénuée de bruits, de lumière, et la lune elle-même semblait se cacher derrière un voile nuageux. Les yeux de son amie brillaient, seuls éclats scintillants comme deux étoiles dans la pénombre alors qu’il progressait à ses côtés dans les rues désertes. Cette lueur ne lui plaisait pas pour autant. Pire, la jeune femme lui semblait bien silencieuse et cela l’inquiétait plus encore que s’il l’avait vu s’exciter à l’idée de leur mission. Un mauvais pressentiment commençait à monter dans son ventre et l’angoissait, alors même qu’ils n’étaient pas encore arrivés, n’avaient pas encore repéré ceux qu’ils étaient venus espionner, ou éliminer, à bien choisir. Tels deux chats, souples, silencieux, et anonymes dans ces dédales de béton gris, ils avançaient avec l’efficacité de ceux qui, malgré tout, savaient exactement où ils se rendaient.

-Evie ? Evie, sérieusement, tu me stresses, à être aussi… Tenta-t-il, mais il se rendit très vite compte qu’il ne parvenait pas à trouver l’adjectif qui correspondait à son ressenti. Alors il se tût, et laissa couler l’idée.

D’un geste aussi nerveux que machinal, il porta une main à sa ceinture pour vérifier que chaque dague, chaque balle, était bien à sa place. Avec quelqu’un d’autre, ou même seul, il n’aurait rien ressenti de tout cela. Mais ce jour-ci, et en cette situation précise, quelque chose lui disait, dans les améthystes de son amie, que rien n’allait se dérouler comme prévu, et qu’il ne pourrait quoi qu’il y fasse rien y changer.


Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Dim 25 Fév - 13:20
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3


Il ouvrit la lettre avec un agacement visible, à moins que ce ne soit un flegme évident, et fit craquer ses doigts. Le jeune femme n’aimait pas ce son, et le lui fit savoir en grimaçant. Mais il l’ignora à son tour, et plaqua plutôt le papier déplié sur sa poitrine. Elle ne fit pas de commentaire et s’empara de la missive pour en découvrir le contenu. Comme le lui avait vaguement expliqué Marty, ils devaient prendre en chasse un groupe de soldats soupçonnés de mutinerie. Un poids s’abattit sur ses épaules, et elle plissa les yeux. Quelque chose de mauvais émanait de ces mots, mais elle ne sut pas le définir dans l’immédiat. Elle l’ignora alors, offrant un petit sourire à son ami tandis qu’ils allaient se préparer chacun de leur côté.

~º~

Ils se retrouvèrent peu de temps après devant l’entrée de la Tour, ce débris qui leur servait de base, et se mirent en route dans le silence. Contrairement à d’habitude, Evelyn ne sautait pas dans tous les sens, ne cherchait pas à embêter son compagnon, ne parlait pas de tout et de rien d’un air détaché, et cela alerta visiblement le jeune homme, dont les yeux aigue-marine brillaient parfois lorsqu’ils passaient non loin d’un vieux lampadaire crachotant avec détermination quelques rayons de lumière. Elle lui sourit, simplement, lui intimant ainsi de ne pas s’inquiéter, chose qu’elle aurait normalement fait a voix haute, mais sa gorge était nouée par de sombres pensées. Car elle avait un mauvais pressentiment, vis-à-vis de cette mission, et ce depuis qu’elle en avait lu l’ordre écrit sur ce papier parfaitement plié. Quelque chose allait mal se passer. Elle en avait la certitude, et elle serra les dents, son si beau regard s’assombrissant alors que ses pensées défilaient dans sa petite caboche mal rangée.

Ils avançaient, silencieux comme des ombres, leur silhouettes se détachant parfois sur les vieux murs en béton du quartier, formes difformes et effrayantes semblables à quelques fantômes mortels. Ils savaient où ils allaient, comme la mort sait toujours où se trouve sa prochaine proie. La mort, accompagnée de la souffrance, semblait les suivre pas à pas, et la jeune femme n’en était que plus anxieuse. Plus ils approchaient de leur destination, plus son cerveau imaginait mille scénarios catastrophe qui la faisaient pâlir bien plus qu’elle n’était déjà aussi blanche que la lune, qui semblait ce soir là les surplomber d’un air narquois.

Ils arrivèrent finalement non loin de la planque des prétendus renégats, et elle cessa brusquement d’avancer. Quelque chose allait mal se passer. Cette pensée dansait dans sa tête, se tordant et se retournant dans tous les sens comme pour échapper à la sortie de ses pensées. Elle regarda son ami, plusieurs émotions se mélangeant dans ses améthystes dont les reflets émeraudes étaient, cette nuit là, bien plus scintillant que d’habitude, et elle poussa un long soupir inquiet.

- J’ai un mauvais pressentiment, Marty, dit-elle dans un murmure presque inaudible.

Elle vérifia une dernière fois la présence de ses deux dagues favorites, de quelques autres petits couteaux, et réajusta son uniforme, tout ceci dans des gestes trop frénétiques pour être normaux. Elle inspira, comme incertaine, et se sentit comme faible, pour la première fois de sa vie. Elle détesta cette impression. Elle eut l’envie irrépressible de serrer son compagnon dans ses bras, et c’est ce qu’elle fit, cachant son visage dans le creux de son cou.

- Je t’aime Martial. Fais attention à toi.

Evelyn n’avait jamais aimé personne. Pour elle, la notion d’amour était quelque chose de trop abstrait pour qu’elle le comprenne réellement. Ce n’était pas un véritable amour qu’elle ressentait envers lui, mais un amour comme elle pouvait le percevoir. Elle ne voulait pas le perdre, et avait peur pour lui. Elle n’avait jamais dit de tels mot à qui que ce soit, et cela montrait à quel point il comptait pour elle.

Ce fut un bref contact, mais suffisant pour elle. Il n’était pas le moment de se laisser aller. Son regard s’assombrit alors qu’elle s’écartait de lui, et elle lui tourna le dos, regardant en direction de leur objectif. En un instant, deux lames, longues et effilées, se retrouvèrent dans ses petites mains, et un sourire étrange se dessina sur ses lèvres. Elle eut un petit rire impatient, comme pour se redonner contenance, mais il sonna faux, et elle se maudit intérieurement de se sentir aussi vulnérable.




Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Mer 21 Mar - 19:34
Let's grow up together!

Pv Evie


Il ne parvint pas à réagir, sur le coup. Pas même à réfléchir, en réalité, la repousser ou lever un bras pour lui rendre l’étreinte paraissaient être des actions bien loin de sa portée. Il était comme paralysé par ce qu’elle faisait, parce que c’était là la chose la plus inquiétante qui lui soit arrivée, et pourtant il en avait déjà vu pas mal. Evelyn n’était pas de ces jeunes femmes qu’il était envisageable de dompter, et moins encore disposée à serrer les gens contre elle. Cette attitude, cette inquiétude qu’il lisait en partie dans ses prunelles luisantes, ce n’était pas elle. Ainsi pressé contre sa poitrine, sentant le souffle de cette frêle et pourtant si dangereuse lionne contre sa gorge, l’aîné se retrouva complétement démuni. Elle venait de lui faire perdre les repères qu’ils avaient battis depuis longtemps déjà, car Evie n’avait jamais peur, n’avait jamais mal, et ne se laissait dépasser par rien, ni quiconque. C’était son rôle à lui, de juguler ses élans de passion et d’impulsivité, quand bien même il pût être pire qu’elle en certaines circonstances. Son souffle s’était coupé un instant, et il ne put que tapoter l’épaule de la brune avec maladresse avant qu’elle ne se recule ; et il était cette fois persuadé que tout n’allait pas se passer comme ils le désiraient. Si la Furie elle-même prenait des précautions, c’est que son instinct ne pouvait plus le tromper.

Il ne répondit pas à cette déclaration qu’elle lui faisait. Ce n’était pas dans sa façon d’être, quoi qu’il y fasse, et tout cela prenait des accents dramatiques d’adieux qu’il n’était pas certain d’apprécier. Pire, il les rejetait de toutes ses forces tandis qu’il contemplait le dos de ce petit bout de femme qui pourrait sans peine le mener aux tréfonds du monde si elle le désirait. Il glissa une main nerveuse, puis plus assurée dans ses cheveux encore courts, encore noirs, qui rajeunissaient son visage d’homme encore plus proche de l’adolescent que de l’adulte. Il n’était pas persuadé de l’utilité fondée de ces effusions avant un combat à venir, vu la sensation qu’il ressentait désormais comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Si l’amour était bien sûr partagé des deux côtés, il s’agissait d’un concept trop vague pour lui, alors y-réfléchirait-il plus tard, ou peut-être même jamais, car l’oubli était une bien belle forme de réconfort. C’était même plus que probable qu’il se laisse aller à la seconde option : ils n’en reparleraient pas, il n’y aurait ni gêne, ni raison de se prendre la tête.
Le rire qui brisa le silence de plomb lui envoya un délicieux frisson dans le dos, qui annonçait le début des festivités, et justifiait leur présence en ces lieux. Plus calme, bien plus posé qu’elle, silencieux comme à l’accoutumée, il sortit sa propre lame tout en faisant mine d’ignorer combien l’ambiance restait pesante. Leurs cibles s’empressèrent de chercher qui pouvait bien les épier dans l’ombre, et s’il ne voyait pas le visage de sa camarade, il se doutait qu’être en travers de son chemin était la dernière chose que pouvait désirer un être humain normalement constitué. Il la voyait déjà jouer avec ses dagues, et la lumière se reflétait sur les lames d’une bien sinistre façon.

-La prochaine fois, envoie-leur directement un signal trahissant ta présence, ça reviendra au même… Souffla-t-il d’un ton suave qui se voulait moqueur.

Il ne s’agissait plus que d’une question de poignées de secondes avant que tout ne dérape, et qu’ils leur mettent le grappin dessus. Il prit alors les devants en percevant les pas qui se rapprochaient, les murmures qu’échangeaient ceux qu’ils étaient venus traquer. Il dépassa vivement la brunette, non sans un sourire malicieux à son égard, dans l’espoir de soulager un peu son cœur nerveux. Il n’avait pas sa vitesse, mais n’en était pas moins rapide, flamboyant de sa jeunesse et de cette arrogante imprudence dont tous deux faisaient preuve jour après jour sans pour autant en subir les conséquences. Il offrit à Evelyn l’avantage de la surprise, dont elle raffolait, et porta sans attendre le premier coup sans plus prendre la peine de se cacher. Il était après tout bien meilleur une fois lancé en première ligne dans le chaos des corps à corps, et attira sans peine ces hommes sur lui. Il encaissa, sans broncher, comme il le faisait si bien, dans l’unique optique de se donner un air peu combattif, de les enorgueillir un peu, et de distraire leur attention. Quels idiots. N’avaient-ils pas compris qu’un tel rire aigu ne pouvait qu’appartenir à une douce poupée telle que celle qui s’abattit sur eux en traitre ?

Il eut un sifflement de colère léger en sentant riper une lame contre la sienne, et l’adversaire entailla son bras avant qu’il ne parvienne à le dévier. En voilà une qui laisserait une belle marque s’il ne prenait pas soin de la guérir au plus vite. Il cessa de se focaliser sur son amie, qui se débrouillait très bien seule, pour passer à l’offensive et cesser cette petite tactique de repli passager. C’était un véritable tourbillon de frappes, rapides d’un côté, puissantes de l’autre, et il sentit qu’ils étaient tous deux gagnants d’avance vu la débandade qui se déroulait dans le camp adverse. Mais quelque chose, cependant, lui fit relever les yeux de l’homme qu’il venait d’envoyer rouler au sol. Maintenant qu’il s’y attardait, tout se passait bien. Vraiment bien. Alors pourquoi avait-elle cet air sur le visage, sa petite lionne ? Il serra la mâchoire, écarquillant ses doux yeux bleus, et il recula de plusieurs pas lorsque son inattention lui valut un couteau planté dans la cuisse. Il ne chercha pas à poursuivre le fugitif qui n’avait alors que faire de continuer à se battre. Leurs proies hurlaient, c’était un fait, mais ce qui lui glaça le sang fut ce nouveau rire. Avec toute son impulsivité à mettre dans le combat, il n’avait pas joué son rôle de médiateur entre Evie et le monde.

Tout était en train d’échapper à tout contrôle, et il en était un spectateur impuissant.

Invité
Invité
Anonymous
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
    Lun 18 Juin - 23:35
Let’s grow up together !Feat Marty ~<3


Elle sentit son coeur faire un bond lorsqu’elle le vit s’élancer vers leurs proies avec un sourire aux lèvres. Était-ce l’adrénaline qui montait, ou la peur qui s’intensifiait ? Frustrée de ne pas pouvoir se répondre à elle-même, elle se contenta d’ignorer ses doutes et de s’élancer furtivement vers l’une de ses cibles, celle-ci ayant à peine le temps de voir ses yeux scintiller dans l’obscurité de la ruelle avant de la sentir s’abattre sur son dos, le froid de ses lames transperçant sa chair. La jeune femme gloussa en entendant son râle de douleur. Une petite pirouette dont elle avait le secret lui permit d’esquiver une riposte, et la voilà déjà repartie dans les ténèbres, monstre furtif et mortel sortit tout droit d’un cauchemar. Elle ne mit pas longtemps à se débarrasser de l’un des traitres, et ne se fit pas prier pour en attaquer un autre qui pensait la prendre par surprise.

Elle prit le temps de s’amuser avec lui, sans chercher à savoir à quel camps ils appartenaient. Les ordres ordonnaient de tuer les traîtres. Point. Elle le tuerait, bien sûr. Mais elle sentait le besoin de le faire languir, de lui faire ressentir la peur qu’elle-même sentait dans ses entrailles. Son sang battait dans ses tympans, et le rire qu’elle lâcha sonna déréglé, comme celui d’une jolie poupée aux mécanisme rouillé. La frustration fut telle qu’un excès soudain de colère la fit poignarder violemment son adversaire.

Mais son cri ne l’apaisa pas, bien au contraire. Car elle en avait perçu un autre, par-dessus les métaux qui s’entrechoquaient, les semelles qui dérapaient. Un grognement qu’elle entendait rarement, mais qui avait le don de la crisper comme elle ne l’avait jamais été. Un râle de douleur qu’elle détestait entendre.
Marty...
Elle jeta un regard à son ami. Quelque chose scintillait sur la peau sombre de son bras à la faible lueur des lampadaires, un liquide qui gouttait inlassablement, allant tâcher son uniforme. Un liquide qu’elle aimait voir, d’habitude, mais pas à ce moment là.
Du sang.

Martial était blessé.

Ce fut comme si son coeur cessait de battre. Elle perdit toute logique, tout sens des priorités. En un instant, elle devint la véritable machine qu’elle était, soldat mortel de Deepground, sans pitié, sans sentiment. Ses jolis traits se déformèrent pour créer une expression qui n’avait jusqu’alors jamais pris place sur son visage. À sa folie habituelle se mêla une peur viscérale qui refusa de la lâcher. Plus aucun son ne lui parvint. Ses mouvements devinrent mécaniques, dangereux, cruels. Sa lame trancha l’air, puis l’homme en face d’elle. Où exactement, elle n’y fit pas attention. Du rouge éclaboussa le sol, dans un faisceaux de lumière. Du rouge. Du sang. Comme celui de Marty.

Marty saigne. Marty est blessé. Marty a mal.

Un son étranglé, perdu a mi-chemin entre le gémissement et le gloussement, traversa ses lèvres. Et alors que ces pensées s’entrechoquaient encore et encore dans son crâne trop plein, Evelyn cessa de jouer. La lune fit scintiller le mako de ses yeux, cause de sa folie, et ses dagues, dont le métal avait perdu sa couleur d’origine, renvoyèrent des reflets effrayants sur le béton. Elle tourna la tête pour voir un couteau se planter dans la cuisse de son compagnon. Du rouge. Du rouge. Encore du rouge. Le rouge de Marty. Elle vit une silhouette se relever, et un sourire étira sa jolie bouche. Cette fois-ci, elle rit.
Un rire sombre. Glacial. Dément.
Le fugitif s’écroula, un couteau planté en travers de sa gorge. Des voix retentirent entre les murs rougis de la rue. Elles les interpellaient. La jeune femme entendait la menace qu’elles contenaient. Ils avaient appelé des renforts. Et ils couraient droit vers Martial.

- Viens là...

Quelques bonds lui suffirent pour dépasser le jeune homme. Une de ses dagues alla se loger dans le crâne d’un premier homme, et un mouvement de balancier la jetait déjà vers un autre.

- VIENS LÀ !

Elle ne contrôlait plus rien. Elle avait peur. Elle n’aimait pas avoir peur. Marty allait mal, elle n’avait pas été assez vigilante. Son coeur battait à un rythme effréné, autant que celui de ses attaques. Son rire trop aigu résonnait à travers les cris. C’était de leur faute si Marty était blessé. S’ils ne les avaient pas trahis, rien de tout cela ne serait arrivé, son ami serait sain et sauf. Elle porta un nouveau coup du dos à l’aide de la garde de sa lame, sans se soucier de l’éclat bleu pourtant si familier de l’orbe qui se brisa sous le choc. Tous étaient leurs ennemis. Si elle se débarrassait d’eux, Martial serait en sécurité. N’est-ce-pas ?



Contenu sponsorisé
Re: [Flashbacks] Let's grow up together ! [Pv Evelyn <3]
   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Friends zone :: Archives RP abandonnés-
Sauter vers: