AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Le Deal du moment : -41%
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony ...
Voir le deal
129 €
Le Deal du moment : -40%
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
Voir le deal
95.97 €

Partagez
 

 [Flashback] Come what may... until my dying day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyLun 18 Mar - 12:51



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Après un moment, elle ouvrit les yeux sur le paysage secoué par le pouvoir de Ramuh. Tous deux l'un à côté de l'autre sans se porter le moindre regard, ils pouvaient donner l'impression d'être séparer par une sorte de voile de réalité … le voile de l'interdit qui les séparaient encore, mais peut-être plus pour très longtemps … ou le contraire. Elle ne répondit pas lorsqu'il tenta de la convaincre qu'elle n'avait pas besoin d'en arriver là, elle médita un moment sur la question … et en fait elle était plutôt confiante. Comme il la connaissait déjà si bien, il ne tarda pas à évoquer le caractère borné de sa chère et tendre qui eut un léger sourire énigmatique. Non, il ne pouvait effectivement rien lui interdire, mais tout ce qui comptait, c'était effectivement qu'il reste à ses côtés quoi qu'il arrive. Tout ce qui comptait c'était qu'ils soient tous les deux, uni face à l'adversité en espérant tout de même que leur vie commune ne soit pas composé que de cela et qu'ils auraient aussi leurs moments de paix. Elle avait le sentiment que l'avenir était incertain, que bien d'autres épreuves les attendaient, mais elle savait aussi qu'ils seraient heureux. Elle ne savait pas pourquoi, comment … mais elle le savait.

Son regard était porté dans la même direction que celui de son amant interdit, perdu au loin dans le déluge. Elle qui n'avait jamais apprécié les transports et avait été formatée à une vie pieuse au sein de son temple, elle ne s'était jamais vraiment permise de rêver à de grands voyages … et elle avait même toujours trouvé assez angoissant l'idée d'être perdue dans le cosmos comme les Anciens. Malgré tout, cette fibre du voyage était encrée dans ses veines et plus rien ne lui semblait inquiétant dès lorsqu'elle pensait à Ardyn Izunia.

— Reclus dans une grotte, sur les chemins ou perdus dans l'immensité du cosmos … Le lieu m'importe peu, finalement … Toujours sans lui adresser un regard, contemplant inlassablement le paysage, sa main glissa doucement jusqu'à la sienne pour l'étreindre. C'est toi mon foyer …
Elle ferma les yeux un moment, profitant du contacte de sa main chaude dans la sienne …
— Il n'y a rien de plus banal que des querelles familiales, n'incombe pas cette histoire à la Déesse et au statut qu'elle t'a donné. Tu es toujours si affairé … Prend le temps d'écouter la planète un moment, prend ce temps pour toi.
Elle se leva, relâchant doucement sa main à regret. Elle ne savait pas quand elle pourrait la tenir à nouveau … mais étrangement elle n'avait pas peur.
— Je suis confiante. Elle avait ouvert les yeux pour le regarder et réapprendre ce visage qu'elle connaissait pourtant déjà par cœur. Tu dois réapprendre à l'être.

Après une hésitation, elle se pencha finalement vers lui pour l'embrasser sur le front de ses lèvres glacées. Ils n'étaient pas spécialement exposés, mais pas vraiment bien cachés non plus … mais cela n'avait plus trop d'importance maintenant, elle avait pris sa décision. Après ce baiser, elle s'éloigna en silence, disparaissant presque comme un fantôme. Elle contourna les festivités et affronta longuement la pluie pour rentrer au temple de Shiva. La plupart de ses sœurs étaient encore à la fête de Ramuh, il n'y avait donc que quelques matriarches pour garder le temple. Une des suivantes de la Grande Matriarche vint à sa rencontre dans le couloir menant aux appartements de la vieille prêtresse aveugle, lui assurant qu'elle l'attendait. Gentiana n'en fut pas surprise et elle accueillit la nouvelle avec une certaine sérénité. La seule chose qui l'inquiétait était un sentiment de culpabilité face aux règles qu'elle avait enfreint dans le plus grand secret.

— Grande Matriarche … Je viens me confesser.

La cellule de la Grande Matriarche n'était pas vraiment différente de n'importe quelle autre cellule du temple. Même taille, tout aussi modeste. Il y avait une grande cheminé qui renfermait une sculpture abstraite de glace au lieu du feu. La vielle femme qui était encore moins expressive que Gentiana lui fit un simple signe afin d'elle s'assied en face d'elle et tout en gardant les yeux clos, elle restait tournée vers sa cadette qui savait qu'elle la regardait.

— Puissiez-vous me pardonner, vous et Shiva, pour ce secret que je garde depuis plusieurs mois maintenant. Mère, des sentiments très forts se sont éveillés en moi à l'égard d'une personne demeurant en cette cité … et en plus d'y avoir délibérément cédé, j'ai moi-même imposé le secret dans lequel nous vivons depuis. J'avais peur des répercussions … mais je me rend compte aujourd'hui que cela n'apporte que de la souffrance. Pardonnez-moi, mère … sachez que cette confession n'est en aucun cas un retour en arrière, jamais je ne pourrais ignorer ou faire taire ces sentiments.

Un long silence s'en suivit pendant lequel elle resta étrangement sereine alors que la Matriarche semblait voir au fond d'elle, réfléchir à ses aveux tout en écoutant quelque chose qu'elle était la seule à entendre. La jeune prêtresse resta calme et patiente devant son aîné qui lui céda finalement un léger sourire.

— Je suis heureuse que tu décides finalement de m'avouer ton affection pour le Sauveur, Gentiana.

Son cœur se serra légèrement, elle avait évité de parler son identité par précaution, s'il devait y avoir une quelconque punition, elle voulait être la seule à la recevoir … Enfin, elle était persuadée que dans tous les cas son bien-aimé, chevaleresque qu'il est, se serait vite dénoncé, mais tout de même. Malgré tout, elle n'était pas vraiment surprise que la Grande Matriarche ait deviné … Elle était la grande Matriarche après tout !

— Vous saviez … Souffla-t-elle, comme une évidence.
— Peut-être même avant toi. Tu as un parfait contrôle de toi et tu as été très discrète, ma fille … mais il y a des choses que l'on ne contrôle pas. Quand mes doutes on germé, Mère Gridda m'a fait remarquer ce que je ne pouvais voir de mes propres yeux, une dilatation flagrante de tes pupilles à chaque fois que tu posais les yeux sur lui … Mais je n'avais pas besoin de voir cela pour sentir une divergence dans ta ferveur.
— Mais j'ai cédé … et vous n'avez pas l'air fâché, c'est pourtant interdit.
— Les frivolités sont contre-productives et parfois même très dangereuses. Elle peuvent mener à des conflits, des pertes de foi, à des guerres civiles entre les temples …
Elle lui prit doucement les mains, elles étaient encore plus froides que les siennes. Mais ce qui te lie à lui n'est pas frivole, Shiva elle-même en est témoin. Vous êtes des âmes liées … Entends bien cela, ma fille … Vous rencontrerez bien des épreuves, mais vous serez toujours voués à vous retrouver. Ce qui vous lie est puissant, c'est à la fois une bénédiction et une malédiction.

Le cœur de Gentiana s’alourdit légèrement, elle avait l'impression que les paroles de la matriarche faisait écho à cet étrange pressentiment qu'elle avait toujours plus ou moins eut en elle … avant même de rencontrer Ardyn. Cela semblait confirmer qu'ils seraient heureux, puisqu'ils seraient ensemble … mais qu'ils auraient également de difficiles épreuves à traverser. Elle serra les mains de la Matriarche en signe de gratitude pour l'absolution qu'elle et Shiva lui accordaient.

— Vous avez ma bénédiction, ma fille … mais cela ne te dispense pas de tes devoirs.
— Mère, je me fais un devoir et un honneur de répondre à mes obligations de prêtresse, plus encore en sachant qu'ils peuvent coexister avec mes sentiments les plus profonds. Je serai toujours fidèle au temple et j’accomplirai ma confirmation.
— Tu devras demeurer au temple jusqu'à lors. Tu pourras cependant utiliser librement tes permissions … Je te demanderai simplement de faire preuve d'une certaine discrétion, par pudeur. Ce genre d'histoire exceptionnelles et romanesques peuvent guider les jeunes novices sur un chemin dangereux, veillez à ne pas faire d'esclandre.
— Bien sûr, mère … cela paraît difficile à croire mais soyez certaine qu'il apprécie la discrétion au moins autant que moi. Je vous suis extrêmement reconnaissante pour cette faveur que vous nous accordez … il le sera aussi.
— Il faut que jeunesse se passe … Va, tu sais bien qu'il n'y a aucun couvre-feu les soirs de fêtes.


Après de derniers remerciements sincères, Gentiana quitta la pièce et se dirigea aussitôt à l'extérieur du temple … Elle devait absolument annoncer cela à quelqu'un de particulier … Par Ardyn, non, elle irait juste ensuite et ils auraient toute la nuit pour fêter ça et commencer très concrètement à élaborer leur avenir en toute sérénité. Non … Il fallait d'abord qu'elle l’annonce à ses parents, sa mère avait tellement espérer cette vie pour elle, elle méritait de savoir au plus vite. Ils venaient tout juste de rentrer des festivités quand elle arriva chez eux – trempée, encore une fois, la pluie ne s'était pas calmée et c'est ce qui avait poussé les Narthécia à rentrer plus tôt. Gentiana fut un peu plus surprise que sa mère semble tout savoir avant qu'elle ne lui dise et elle sauta au plafond lorsqu'elle lui annonça, s'esclaffant d'un grand « je le savais ! ». Elle lui sortit elle aussi le coup de la dilatation des pupilles … diantre, heureusement qu'elle fermait les yeux la plupart du temps, sinon toute la cité aurait fini par la griller ! Si Gentiana l'avait laissé faire, sa mère l'aurait sûrement amené devant l'autel tout de suite … Mais elle lui demanda de ne pas en parler, même si ce n'était plus vraiment un secret, elle voulait rester discrète. Sa mère lui en fit la promesse et Gentiana dû s’éclipser assez vite, sinon elle aurait passé la nuit à essayer de préparer son mariage.

Elle du braver la pluie sur plusieurs kilomètres cette fois – heureusement, sa mère lui avait donné un parapluie. C'était bien d'habiter en périphérie pour le calme et tout ça … mais quand on s'entête à vouloir marcher, cela n'est pas toujours très pratique. Heureusement, Ardyn devait être rentré le temps qu'elle fasse sa tournée  d'annonces car il y avait de la lumière dans leur refuge. Elle se contenta de frapper à la porte et d'attendre qu'il vienne ouvrir, un sourire aux lèvres qu'elle ne pouvait pas maîtriser … et toujours aussi trempé malgré le parapluie. Elle espérait que cette nouvelle lui rende enfin le sourire et l'optimisme qui le caractérisait au début de leur relation.


 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyMar 26 Mar - 16:45



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Coup du sort ou simple banalité, peut-être devenait-il un peu trop paranoïaque et engagé dans sa voie de ce sauveur chevaleresque qu'Ardyn en perdait parfois sa réalité mortelle... sans doute avait-elle raison, que ce n'était là qu'un point de détail parmi tant d'autres et que cela changera avec le temps, que c'était monnaie courante. Mais le résultat restait néanmoins le même, la solitude se faisait plus grande encore après ce nouveau coup d'estoc en plein cœur, si bien que les propos de Gentiana le firent réfléchir... réapprendre à être comme avant ? D'ordinaire on ne revient jamais dans le passé, tout n'est qu'évolution selon les expériences que l'on affronte, et dans un sens cela le renvoyait à cette image figée, non pas d'homme connaissant parfois des détresses, mais d'un sauveur qui se devait inébranlable. Communiquer avec la planète de surcroît... comme si elle pouvait y faire quelque chose, si ce n'est essayé de l’apaiser en dissimulant les problèmes sous la surface sans pour autant y remédier. « J'essaierai... mais j'ai bien peur que cela ne serve à rien, plus le temps passe et moins je m'y retrouve en mon propre esprit, en ma propre identité. Mais peut-être y a t-il quelque chose que je doive me faire pardonner, afin d'expliquer une telle chose. » en haussant simplement les épaules, profitant de ce baiser glacé sur son front avant de voir la prêtresse de Shiva se détourner de son chemin, quittant le kiosque pour rejoindre les festivités... et s'en aller bien peu de temps après, la suivant du regard depuis là-haut, n'ayant pas bougé depuis un moment pour profiter d'un peu de calme. Quelques minutes plus tard, vint le tour d'Ardyn de quitter ces tristes lieux, non sans laisser apparaître son sempiternel sourire chaleureux mais de plus en plus hypocrite cependant, promettant à ces politiciens et détracteurs de leur répondre à leur proposition dans les prochains jours. Un rapide crochet par les écuries et les voila tous les deux partis, sauveur et destrier, en direction de leur nouveau refuge loin de toutes ces personnes qui ne le comprendrait sans doute jamais... il avait besoin de souffler, de libérer un peu tout ce poids présent sur ses épaules, mais la pluie dense ne faisait que rendre la chevauchée plus pénible encore... comme si nécessaire.

Après avoir installé Aquilon au chaud dans sa nouvelle maison que son maître avait terminé de construire quelques jours de cela à peine, en l'apparence d'une petite écurie privatisée, Ardyn avait demandé à ces quelques ouvriers volontaires et amis qui lui restaient de cesser de venir l'aider, se coupant un peu plus de ce qui le rattachait à sa sociabilité d'antan, depuis un bon mois déjà. Soit, le rythme s'en était alors trouvé bien ralentit, mais tout semblait tout de même bientôt terminé, et puis notre protagoniste préférait travailler seul, lui et ses pensées, plutôt que de devoir commander toute une petite équipe... il n'avait jamais éprouvé le moindre intérêt à diriger qui que ce soit. Quelques heures s'étaient écoulées depuis son départ de la fête de Ramuh, et entre le temps passé avec son fidèle destrier et les quelques travaux à finaliser en son refuge, Ardyn n'avait pas eu le temps de s'ennuyer... ni même de se poser un peu pour s'essayer à la méditation ou à la communication avec Gaïa. Alors que la nuit commençait peu à peu à tomber, la lumière vint s'allumer à l'intérieur de l'édifice, profitant de l'obscurité et du temps désastreux à l'extérieur pour s'installer paisiblement dans un fauteuil au sein du salon... le regard figé sur ces cristaux qu'ils avaient récupéré dans les entrailles de la terre, au cours d'une de leur nombreuses mésaventures.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyMer 27 Mar - 11:05



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Un éclair déchira le ciel et le tonnerre raisonna dans toute la lande, faisant inévitablement se retourner la prêtresse de Shiva qui venait de frapper à la porte du refuge qu'elle partageait avec son bien-aimé. Elle se perdit un instant à la contemplation du déluge qui avait valeur de festivité ce soir … il lui semblait que cela faisait bien longtemps que les prêtres et prêtresses fulguréens ne s'étaient pas autant donnés. La pluie et l'orage avait quelque chose de reposant qu'elle appréciait, même si son éducation la poussait à préférer les tempêtes de neige …
Après un instant à observer le paysage, elle se rendit compte que … et bien, elle était toujours dehors ! Elle se tourna à nouveau vers la porte et frappa à nouveau, un peu plus fort cette fois, en songeant qu'elle devraient peut-être installer une cloche. Elle attendit à nouveau un moment … toujours pas de réponse. Soit il s'était endormi profondément, soit il était en train d'écouter son conseil et il était perdu en pleine méditation … soit il n'avait tout simplement pas envie d'une quelconque compagnie. Ou alors il lui faisait une mauvaise blague ! Enfin, force est de constater qu'il n'était pas d'humeur à cela ces derniers temps … et même bougon, il ne refusait jamais sa compagnie à elle.

Bon, tant pis pour l'effet de surprise, elle avait pourtant préparé son effet !

Elle ouvrit doucement la porte et la referma derrière elle après avoir secoué son parapluie dehors. Elle le déposa dans un coin à l'instar de son long châle blanc qui était totalement trempé – bon, tout le reste était trempée aussi, mais elle se devait bien d'attendre un peu avant de tout enlever  ! Après tout, il n'était peut-être pas tout seul …

— Tu as dû avoir le temps de te rhabiller et de faire sortir ta deuxième prétendante alors je me permet de rentrer.

Mais non elle ne le pensait pas une seule seconde capable de fricoter avec une autre ! Cela dit il était peut-être bien rentré avec quelqu'un … le Roc, un autre ami ou peut-être un de ses parents, qui sait ? Malgré sa petite blague, elle s'était donc bien gardée d'émettre un quelconque commentaire trop explicite. Après avoir essoré un peu ses vêtements et retiré ses chaussures, elle se dirigea enfin vers la pièce principale, le rencontrant finalement à mi-chemin. Un sourire radieux illumina le visage pourtant peu expressif de la prêtresse de Shiva, mais son cœur se serra dans sa poitrine … car elle voyait bien qu'il n'allait pas vraiment mieux malgré l'aspect positif que représentait sa simple présence ici ce soir. Une pointe de compassion et d'impuissance traversa alors son regard bicolore et elle chassa ce triste sentiment par une expression espiègle, faussement soupçonneuse et elle se pencha légèrement pour faire semblant de chercher quelque chose dans le salon derrière lui.

— Hm, partie sans laisser de trace on dirait. Puis elle reporta son regard plein de tendresse sur lui pour lui caresser sa joue. Tu dormais ? Ne t'inquiète pas, Amour, je ne suis pas venue te prévenir de faire vite tes bagages afin que l'on s’enfuie au plus vite pour échapper au courroux de mes sœurs. On va pouvoir se reposer … et à partir de maintenant nous n'aurons plus à nous inquiéter de mon temple ou de qui que ce soit d'autre … Elle caressait doucement le coin des lèvres de son aimé du pouce. J'ai l'impression que la grande matriarche en savait presque plus que moi … et depuis plus longtemps que moi sur les sentiments que je te porte. Elle leva ensuite l'index pour signifier qu'elle avait encore quelque chose à ajouter. Mais je ne peux pas quitter mon temple tout de suite pour autant … d'ailleurs, il y a une tradition ancestrale à laquelle nous allons devoir nous plier, enfin … toi, surtout. Tu vas devoir prendre un bain avec la grande Matriarche pour recevoir sa bénédiction, c'est un grand honneur, tu sais …

Et elle était toujours aussi indéchiffrable … diable, comment cette femme faisait-elle pour semer autant le doute dans un esprit ?




 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyMer 3 Avr - 11:26



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Sans vraiment porter attention à ce qui pouvait bien se passer dehors du refuge, Ardyn n'entendit même pas son visiteur frapper à la porte comme bercé par le bruit de la pluie torrentielle et du tonnerre à l'extérieur. Mais... finalement l'effet de surprise fut quasiment intact car notre sauveur sursauta légèrement, en sortant de sa torpeur éveillée, lorsque Gentiana vint prendre la parole pour lui sortir une petite pique sans le moindre sérieux. « Ne t'en fais pas pour ça, je crois que mon aura l'aurait fait fuir si une telle personne existait. Nul vêtement n'est caché ou perdu derrière un meuble... pas comme dans mon ancienne chambre, enfin pour l'instant tout du moins. » en posant son regard ambré sur sa délicieuse promise, puis chassant tant bien que mal ces pensées qui le rongeaient de plus en plus depuis un certain temps. « Dois-je donc soupçonner un début de jalousie envers quelqu'un ? La dernière fois remonte à longtemps maintenant... mais même si je n'aime pas te savoir dans cet état, je dois avouer que c'est particulièrement adorable. » en s'efforçant un peu plus de se faire violence pour ôter alors cette humeur maussade et cette tendance à la pensée abandonnique de sa tête.

« Vraiment ? Hmmm... c'est plutôt une excellente nouvelle ! J'ignore comment tu as fais, mais c'est aussi inattendu qu'appréciable. Mais si ta grande matriarche s'en doutait tant, peut-être que d'autres aussi ? » en essayant de savoir qui pourrait également le savoir... le prêtre d'Ifrit de la parade annuelle s'il n'était pas aussi narcissique ou peut-être ses contacts et amis repartis plus au Sud, auprès du temple de Léviathan ? Pourquoi ne pas songer à ses parents d'ailleurs... et plus particulièrement à sa mère ? Cela dit, le cas échéant elle ne serait pas du genre à lancer des rumeurs, elle qui était une véritable tombe de par son caractère et son statut d'ancienne prêtresse d'Hadès. « Attends... je suis persuadé que c'est encore une vilaine plaisanterie, je n'ai jamais eu vent de quoique ce soit de la sorte. Même parmi les fidèles d'Ifrit il n'y a pas de genre de pratique, je me suis renseigné tu te doutes bien... il faut toujours que je garde tout son contrôle. » en secouant la tête, comme pour se blâmer de son propre fonctionnement interne, qui était à la fois la raison de son salut mais aussi l'origine de bien des maux. Néanmoins, malgré toute cette conviction, le doute planait encore... « N'est-ce pas...? » comme s'il attendait alors la réponse de Gentiana, tel le couperet qui viendrait appliquer une certaine sentence ou non... bien qu'il trouverait le moyen de ne pas s'y soustraire si tel était bien le triste cas ! « D'ailleurs, sois le bienvenue chez toi. Tu es trempée, tu devrais sans doute prendre des vêtements secs... sinon tu vas attraper du mal, prêtresse de Shiva ou non. Pour ma part, je crois que j'ai besoin d'un bon bain chaud... histoire de me prélasser comme le beau prince que je ne suis pas. » dans un bref rire, visiblement d'un peu meilleure humeur malgré la rude tempête qui se déchaînait hors de ces murs, tout en gardant cette condition à l'esprit...

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyJeu 4 Avr - 20:45



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Et oui, Gentiana était jalouse ! Enfin pas spécialement tout de suite et pas abusivement non plus, pas dans le sens où elle voulait arracher les yeux de toutes celles et ceux qui pourraient poser le regard sur lui – quoi que, nous avons déjà évoqué qu'elle aimait avoir l'exclusivité visuelle et tactile de certaines parties du corps pourtant banales et chastes de son aimé – mais suffisamment pour se sentir contrariée lorsqu'il fréquentait cette amie d'enfance qui lui avait un peu brisé le cœur dans son enfance. Elle pouvait également ressentir de la contrariété lorsqu'une jeune femme – ou un jeune homme, cela arrivait aussi – faisait clairement du charme à l’attractif Sauveur qu'il était et que ce dernier gardait le sourire, aimable, cordiale, charmant, comme s'il ne voyait rien ou que cela ne le dérangeait pas … elle savait qu'il ne le voyait pas toujours, elle savait aussi que parfois elle pensait voir des choses qui n'avaient pas lieu d'être – ce n'est pas pour rien qu'elle préférait garder les yeux fermés parfois – mais elle savait aussi et surtout qu'il ne pouvait pas se permettre d'être impoli ou cinglant même s'il se rendait compte de ce qu'il se passait et malgré sa contrariété elle savait aussi très bien que cela n'avait pas d'importance … parce qu'elle avait confiance en l'amour qu'il lui vouait. Et Shiva sait qu'il n'est pas aisée d'acquérir la confiance d'une prêtresse des glaces !

— Je ne vois vraiment pas de quoi tu parles. Fit-elle avec son petit air digne et impénétrable de prêtresse de Shiva, feignait la parfaite ignorance au sujet de la « supposée » jalousie qu'elle avait pu manifester par le passé … Enfin presque. Le regard de l'homme de sa vie devait maintenant être assez affûté pour remarquer cette très légère rougeur qui colora un instant ses pommettes, marque d'une mauvaise foi mal assumé, d'une honte mal dissimulée.
Non, elle n'assumait pas vraiment ce sentiment amer … parce qu'elle avait justement peur que cela soit pris – ou que cela soit effectivement – pour une marque de manque de confiance en lui, en elle, en eux ou quelque chose comme ça. C'était une sorte de faiblesse … et derrière sa grande humilité de dévote, Gentiana avait une fierté grosse qu'un chocobo. Un gros chocobo. Qu'il puisse trouver cela adorable, agaçant, navrant, flatteur ou vexant ne changeait pas grand chose au fait qu'elle n'assumait pas cela et qu'elle se sentait toujours stupide lorsqu'elle repensait à l'état dans lequel elle s'était mise en la présence de l'amie d'enfance d'Ardyn et Rygdea.

Comme son aimé évoquait la possibilité que leur relation n'était vraiment pas le secret qu'ils avaient cru gardé pendant tout ce temps, Gentiana avait légèrement penché la tête d'un air songeur, réfléchissant à qui aurait pu les percer à jour. Il y avait sa mère, bien entendu – mais on ne pouvait pas vraiment appeler ça de la lucidité, à force de soupçonner et de fantasmer sa fille avec divers hommes, elle allait bien finir par tomber juste un jour ou l'autre … enfin, sauf si elle avait vraiment fini vieille fille – mais elle soupçonnait également leur proche ami le Roc dont elle avait déjà surpris les étranges œillades complices et qui leur avaient même parfois sauvé la mise.

— Hm … je dois te dire que je l'ai annoncé à ma mère en venant ici, elle a dit qu'elle s'en doutait, mais je pense surtout qu'elle en rêvait … enfin … elle va vouloir t'inviter à dîner très vite. D'ailleurs ... je t'avouerais que je m'inquiète un peu de la réaction de tes parents ... De sa mère surtout !

Elle était alors en train d'imaginer l'annonce de l'officialisation de leur couple devant la cité et elle se figurait des visages stoïque et des « oui on sait, et alors ? » comme si on venait de mettre en scène la révélation théâtrale que le ciel est bleu … et elle commença à se dire qu'ils étaient peut-être bien les seuls à prendre cela pour un secret et qu'ils s'étaient donné toute cette peine pour rien du tout. Mais non, cela ne pouvait pas être si flagrant ! Rygdea avait bien été surpris, lui …

Elle lui lança alors un regard imperturbable de prêtresse impitoyable et fière – de ceux qui faisaient pétiller ses yeux d'une lueur froide et lui donnait ce charisme irrésistible – lorsqu'il prétendit s'être bien renseigné sur les traditions du temple de Shiva – particulièrement celles entourant les prêtresses qui se mettent en ménage, apparemment.

— Prétendez-vous en savoir plus que moi sur le temple de la Glacéenne, cher Sauveur ? Elle marqua un petit silence impérieux. Cette pratiques implique un pacte de silence absolue, parler de cela à quelqu'un de non concerné directement reviendrait à briser la bénédiction de Shiva, ce serait terrible …

Franchement, elle s'impressionnait elle-même, garder ce calme, cette constance en inventant sur le tas … Elle le regarda droit dans les yeux un moment, scrutant sa réaction, l'hésitation dans son regard, la déconfiture de son visage, l'hésitation qui persistait et le fervent espoir qu'elle le faisait marcher ...  et puis au bout d'un moment un léger rictus fit frémir le coin de ses lèvres et elle éclata finalement de rire. Un rire doux et franc comme elle en avait rarement.

— Avoue, tu y a cru …

Elle aurait bien aimé pouvoir tenir assez longtemps pour savoir si il était près à aller jusque-là … mais elle l'avait assez torturé, le pauvre ! Son regard se réchauffa rapidement, il avait la faculté de passer d’iceberg à feu ardent en quelques secondes quand elle était en la présence de l'élu de son cœur. La perspective d'un bain chaud avec lui l'enchantait beaucoup, bien plus que cette fausse tradition de « bénédiction ». Enfin, si ça se trouve, il existait vraiment une tradition secrète de ce genre dont elle ignorait encore tout …

— Serait-ce une invitation ou dois-je m'imposer ?

Laissez-là dans une cellule en pierre par 0°c ou nue dans la neige et elle se portera bien, mais trempée par une pluie diluvienne après une longue marche … c'était différent, c'était un froid différent, humide et plutôt désagréable … donc oui, on pouvait dire que la prêtresse de Shiva avait un peu froid. Sans grelotter, mais c'est surtout la perspective d'être dans ses bras qui rendait toutes les autres situations froides et peu enviables.



 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyLun 8 Avr - 14:32



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Ainsi donc Gentiana donnait dans le déni maintenant ? Ce n'était que plus adorable de sa part quand on connaît la vérité, mais également à se demander si elle n'avait pas un problème avec sa propre image... car soyons honnêtes, il demeurait bien difficile de trouver une femme dont la beauté pouvait égaler la sienne. Cela eut au moins pour but de faire cesser cet élan de jalousie, à croire qu'elle en jouait un tant soit peu tout en étant parfaitement consciente de son apparence... même s'il était question du sauveur et que sa notoriété, associée à cette impression d'être inaccessible et hors de portée de ce genre de divagation mortelle, lui attirait le regard de bien du monde. Sans vouloir reparler du passé, et de cette première fois où elle l'avait plus ou moins espionné jusqu'au domicile de l'une de ses anciennes consœurs, persuadée qu'il fricotait avec elle en l'absence de son époux, Ardyn se contenta de tendre l'oreille dans un premier temps suite aux quelques événements et interrogations qu'il avait donc manqué depuis son départ. « Que ta mère en rêvait pour toi... ou pour elle ? » dans un souffle moqueur, repensant à cet accueil qu'il avait eu la première fois qu'il s'était rendu chez elle pour discuter avec sa fille adorée. Juste de quoi la piquer un peu et de voir sa réaction, ni plus ni moins ! « J'imagine que tu la penses capable de garder cette information avec toute discrétion... n'est-ce pas ? » car après tout elle connaissait sa mère mieux que lui, bien qu'elle semblait du genre joviale et guillerette, cela ne lui ôtait pas cette bienveillance envers sa fille... mais peut-être que la fierté l'emporterait sur le secret ? Espérons que non !

« Tu sais... mes parents ont peut-être connu la même situation, je ne leur ai jamais demandé de détails sur le sujet mais ils n'appartenaient pas au même monde non plus à l'origine. Tout dépend de ce que mon frère va bien pouvoir leur dire, explicitement ou non... » même s'il supposait que Rygdea ne dirait rien du tout pour le coup, sachant que son père ne serait pas intéressé par ces rivalités fraternelles et qu'il serait tout simplement ravi d'apprendre que son fils aîné avait trouvé quelqu'un pour l'épauler et le soutenir. Quant à sa chère mère... il est vrai qu'elle a toujours été très mystérieuse, avare en paroles et tout ce que l'on peut associé au cliché de l'ancienne prêtresse d'Hadès. Plus réservée sur le sujet, elle serait davantage le genre de femme à prendre parti pour sa future belle-fille, de par sa condition et de tout ce que cela incombe en cette situation.

« Presque... mais je te sais suffisamment respectueuse de ta matriarche pour penser que ce n'était qu'une mauvaise blague. Après tout... ce n'est pas le temple d'Ifrit et je crois que tu avais des tas d'idées pré-conçues sur ce genre d'interactions entre homme et femme. Sans compter ta jalousie, tu ne t'en serais jamais remise ! » et lui non plus d'ailleurs, mais cela il ne le dira pas pour autant... mais tout le monde avait compris le message et personne n'aurait accepté une telle chose, coutume ou pas, cela n'aurait été qu'un prétexte immoral pour arriver à ses fins. Telles pourraient être les préceptes de Shiva ? Uniquement avec les prêtres torrides d'Ifrit peut-être, au vu de la relation ambiguë entre ces deux divinités, mais tout de même... il en aurait sans doute déjà entendu parler au préalable !

« T'imposer ? Je vois que cette conversation au temple te rend d'autant plus assurée, tel un passe-droit officiel qui te permet de faire tomber ce statut de prêtresse à mes côtés... Dois-je prendre peur devant cet élan hédoniste et lascif ? » tout en quittant donc le salon sans rien dire de plus, afin de se rendre dans cette fameuse salle de bains où il souhaitait donc se prélasser... et peut-être pas aussi seul qu'il l'aurait imaginé en premier lieu. Sans refermer derrière lui, l'eau chaude se mit alors à couler dans cette grande cuve creusée en fonte... à croire qu'il s'agissait d'un élément particulièrement important et ce depuis les premiers plans d'architecture.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyMar 9 Avr - 11:02



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Si Gentiana se préoccupait vraiment de son apparence et si elle estimait que cela avait une importance centrale pour son bien-aimé, alors oui, elle aurait sûrement beaucoup plus de raisons d'être jalouse et cela deviendrait certainement invivable, autant pour lui que pour elle ! Pourquoi ? Et bien parce qu'elle ne s'était jamais considérée comme spécialement belle – bien sûr, ses parents lui avaient souvent dit qu'elle était magnifique, qu'elle était la plus belle, mais c'était ses parents, ils n'étaient pas spécialement objectifs la concernant et à côté de ça il y avait sa chère cousine Rosa qui lui avait toujours fait comprendre à la première occasion qu'elle était une grosse mocheté patibulaire – elle n'avait jamais jugé la question très importante avant de rencontrer Ardyn d'ailleurs et même si aujourd'hui elle ressentait le besoin de se sentir belle à ses yeux, c'était loin d'être une obsession. Cela n'avait pas vraiment d'importance à ses yeux et si elle lui faisait confiance, ce n'était pas par certitude qu'il ne pourrait pas trouver plus belle qu'elle, mais simplement parce qu'elle savait qu'ils étaient « faits l'un pour l'autre ». Elle avait tout simplement confiance en ces sentiments puissants qui les liaient, qu'ils soient une bénédiction ou une malédiction.
Soit, maintenant qu'elle le fréquentait, elle trouvait son amant désirable et c'est donc pour cela qu'elle espérait bien l'être tout autant à ses yeux en retour … Oui, j'ai dis « maintenant », car en effet, ce n'est pas le physique – pourtant reconnu par la plupart des gens comme avantageux – qui l'avait attiré en premier. En fait, au tout début, quand elle ne le connaissait pas encore vraiment et qu'elle ne le voyait que de loin, elle ne lui trouvait rien de spéciale et son esprit de contradiction l'avait même poussé à le trouver plutôt banal face à toutes ces groupies qui le noyait sous les éloges. Gentiana ne regardait pas vraiment les hommes de toute façon, à la base, elle avait beaucoup plus de facilité à trouver du charme, de l'harmonie et de la beauté chez une femme … Et ce n'est pas qu'elle trouvait donc Ardyn efféminée ou que c'est une quelconque part de féminité en lui qui l'attirait vraiment – quoi que cela ne serait pas dramatique, l'histoire future nous donnera des androgynes parfaitement séduisants -  ce n'était d'ailleurs plus un scoop qu'elle le préférait mal rasé ! Tout ça pour dire que Gentiana avait eu besoin d'apprendre à le connaître avant de le trouver attirant, charmant … beau. Elle ne saurait se contenter d'une surface bien sculptée ! Alors oui, aujourd'hui il était le plus bel homme au monde et de tous les temps à ses yeux et non, elle ne se trouvait pas spécialement séduisante pour autant, car c'est lui la rendait belle … aucune chance que cela soit un facteur de jalousie, sauf si il venait vraiment à lui faire sentir qu'il portait plus d'intérêt à une autre qu'elle, ce qui avait très peu de chance d'arriver un jour ! C'est pourquoi elle n'avait été "jalouse" de cette ancienne prêtresse, c'était avant qu'elle apprenne vraiment à le connaitre - et de toute façon elle refusait toujours d'admettre qu'il s'agissait bien de jalousie à ce moment là - et qu'elle fut ensuite un peu plus jalouse de l'amie d'enfance d'Ardyn étant donné leur passé ...

« Que ta mère en rêvait pour toi... ou pour elle ? »
— Hm, un peu des deux, je crois … Elle avait légèrement pouffé à cette remarque pertinente qu'elle approuva effectivement à tous les niveaux : elle avait espéré pour sa fille qu'elle fonde une famille, elle avait espéré pour elle-même avoir un jour un superbe gendre qui lui permettrait d'avoir des petits enfants … et elle avait sûrement un peu rêvé d'être à la place de sa fille sur ce coup-là. Chacun est libre de rêver après tout … enfin, pas trop quand même quand il s'agissait de son amoureux.
— Il y a encore un an je n'aurais pas été si confiante … mais je pense qu'elle a beaucoup trop de respect pour nous pour risquer de nous mettre dans une situation délicate … Et mon père est là pour la calmer si jamais ça la démange vraiment trop d'en parler à certaines personnes.

Il tenta ensuite de la rassurer sur la réaction de la famille Izunia et elle acquiesça d'un air songeur … c'est vrai que la mère d'Ardyn avait dû elle aussi quitter son temple et même si le culte d'Hadès est un peu moins restrictif que celui de Shiva, ils ont dû eux aussi vivre leur lots de « scandale » et de fuite passionnée … ils étaient donc supposés être plus orientés vers la compréhension et l'indulgence à ce sujet. Cela dit … elle savait très bien qu'une mère ou qu'un père étaient déjà beaucoup moins indulgent quand un de leur enfant souffre … Elle n'avait vraiment pas envie que sa belle-mère devienne une ennemie.


— Ce n'était pas si absurde, tu sais … rebondit-elle devant l'incrédulité de son aimé face à sa mauvaise farce, les bains rituels font partie d'un bon nombre de nos traditions, alors qu'il me semble que les prêtres d'Ifrit préfère plutôt le sauna. Elle le tenait de Kazan, donc elle pesait ses mots, mais elle ne voyait pas pourquoi il aurait été raconter des bobards à ce sujet. Le prêtre d'Ifrit n'était finalement pas si terrible que ça, excluant les quelques tentatives graveleuses qu'il avaient eu à son encontre, il était finalement plutôt sympathique.

Gentiana avait donc reçu une éducation qui apporte beaucoup d'importance aux bains, ce qui expliquait finalement pas mal de ses penchant dans sa vie intime – dont l'endroit qu'elle avait choisi pour se dévoiler pour la première fois. Elle aimait sincèrement cela au sein de son temple, elle trouvait que l'eau froide était à la fois délassante et vivifiante … mais les bains chauds qu'elle avait découvert avec Ardyn lui plaisait encore plus pour une raison qu'il est inutile d'expliquer – et qui n'est pas forcément ce que vous croyez ! Tout est bien mieux à deux quand on est amoureux de toute façon !

— Peur ? C'est vraiment tout ce que je t'inspire … ? Déplora-t-elle devant le manque d’engouement de son bien aimé qui devait se venger pour l'image qu'elle avait dû lui mettre en tête.

Il s'enfuit tranquillement vers sa salle de bain et elle le suivit après avoir retiré et déposé la plus grande partie de sa tunique devant la cheminée. Elle passa par la chambre pour enfiler une très douillet et confortable peignoir qui appartenait au Sauveur après avoir fini de se dévêtir : ses vêtements à lui était toujours plus confortables le soir venu et de toute façon elle n'avait pas vraiment eu le temps de se constituer une garde robe en ces lieux, juste une tunique de rechange et quelques sous-vêtements. Elle rejoignit donc son bien aimé qui commençait tout juste à rentrer dans la baignoire qui continuait de se remplir et elle prit le temps d'ajuster ses cheveux avant de s'approcher de lui. Elle d’accroupi dans son dos sans venir le rejoindre dans l'eau, laissa ses mains tremper dans l'eau un instant pour les réchauffer avant d’enlacer son bien aimé. Le vêtement qu'elle portait était confortable et sentait bon son odeur et il était à présent dans ses bras, le corps chaud ... Elle aurait pu s'endormir sur place.

— Tu sais, je vais finir par croire que tu es avec moi parce que tu avais peur de dire non à la prêtresse impitoyable que je suis … Elle l'embrassa tendrement sur la tempe et commença tranquillement à le masser. Le corps de son aimé était marqué par de nombreuses épreuves passées, tout comme le sien, d'ailleurs, même si ce n'était pas toujours de la même nature. Le savoir meurtri à s'épuiser chaque jour pour le bien de leur peuple lui donnait toujours cette envie viscérale de le cacher tout au fond d'une grotte aussi secrète que douillette pour le cajoler. Les muscles de ses épaules étaient d'ailleurs toujours plus durs que la pierre.
— Détends-toi amour, commença-t-elle à murmurer comme si elle cherchait à le bercer, toi qui voue ta vie à prendre soin des autres, laisse-moi prendre un peu soin de toi. Il était temps que je trouve un moment rien que pour ça … je t'en consacrerai autant que nécessaire à l'avenir.

Lui qui était toujours si rayonnant, qui faisait toujours bonne figure, qui affrontait l'adversité aux yeux de leur peuple, qui soignait, sauvait, aidait plus que de raison … Elle le savait fragile au fond … et c'était pourquoi elle avait envie de le protéger. Elle le savait en proie au doute et même si il faisait des efforts avec elle – et que cela la touchait d'un sens – elle ne voulait pas voir de masque sur son visage quand ils étaient tous les deux. Elle ne voulait pas qu'il se sente obligé de faire bonne figure avec elle, elle voulait juste prendre le temps de s'occuper de lui, qu'il puisse lui parler de tout … Dans ses bras et sous ses caresses attentionnées, elle ressentait juste le besoin viscérale de le protéger de tout, des autres, du monde … des dieux s'il le fallait. Car il était la chose la plus précieuse qu'elle avait, si sa mère lui avait donné naissance, c'est avec lui qu'elle avait commencé à vivre … et franchement, elle ne connaissait personne qui puisse mériter plus que lui d'être heureux. Elle espérait simplement être à la hauteur.  



 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyVen 19 Avr - 4:39



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Sans trop s'étendre alors sur les précédentes allégations de sa bien-aimée, Ardyn était d'ores-et-déjà confortablement installé dans cette fameuse baignoire, peut-être un peu trop grand pour lui d'ailleurs, tout en repensant à ces petites informations que venait de lui livrer Gentiana... qui semblait de moins en moins apparaître comme une prêtresse de Shiva innocente et prude au fur et à mesure que sa dernière épreuve approchait... à moins que ce ne soit l'officialisation future de leur relation qui la firent s'enflammer dans ces travers qu'il ne lui aurait alors pas soupçonné jusqu'à présent. « Pas le moins du monde, pour être franc je trouve cela d'autant plus amusant et excitant de te découvrir de nouvelles facettes encore aujourd'hui... nullement de la peur, juste une petite plaisanterie dans laquelle tu t'es engouffrée, une fois de plus. » dans un long soupir de fatigue, profitant de ces premiers instants de traitement de faveur pour se prélasser en fermant les yeux, un léger sourire sur les lèvres alors qu'il sentait la peau et le toucher un peu froid de son amante... plus si interdite que cela désormais. « Je sais pertinemment que tu peux te révéler impitoyable et peut-être en ai-je d'ailleurs besoin par moment, mais ce n'est absolument pas ainsi que m'apparait l'essence de ta personne, chérie. » en penchant légèrement la tête sur le côté pour lui laisser la place et le loisir de déposer autant de baisers qu'elle le voulait, en posant ses mains sur les siennes dans un contact tendre et amoureux. « Et puis... il me semble que je peux toujours dire "non" à l'heure actuelle, alors si tel était le cas je ne serai pas ici, en cet instant, avec une effroyable tortionnaire. Même si sa beauté est redoutable et laisserait sans doute planer l'ombre de quelques désirs déviants uniquement pour la garder à ses côtés quelques secondes de plus. » dans un rire moqueur en prime abord mais aussi fortement emprunt de désir dans un même temps, profitant de la situation pour complimenter son physique dont elle semblait ignorer tout de sa superbe... et peut-être pourrait-elle le croire, lui qui l'avait déjà aperçu à quelques reprises dans son plus simple appareil.

« Malgré la fatigue physique que l'on peut percevoir, sache que je suis on ne peut plus détendu... comme à chaque fois que tu te trouves dans les parages, m'emprisonnant agréablement de ton aura dont je ne pourrais me passer aujourd'hui. » en penchant légèrement la tête en arrière avant de rouvrir les yeux, au moins pour contempler le visage de sa promise qui pourrait presque le faire culpabiliser de tant profiter actuellement sans rien lui apporter en retour. « Ne serait-ce pas plutôt à moi de m'occuper de toi ? Parfois... j'ai l'impression de courir après le monde entier mais également de te laisser au second plan dans cette triste démarche. Aucune femme ne désire un homme absent ou trop peu investi dans une relation... » en se retournant alors, laissant les mains de Gentiana sur ses épaules alors qu'il lui faisait désormais face, posant sa propre main sur la joue pâle de cette dernière pour lui offrir une légère et douce caresse. « Rejoins-moi donc ? Loin des divinités et de nos devoirs... si ce n'est celui d'un homme envers sa femme ? » dans une invitation plutôt directe voir même assez explicite, laissant néanmoins quelques instants à son amante pour alors prendre sa décision avant de porter ses mains audit peignoir qu'elle portait... avec l'intention de le lui enlever. Après tout ce trajet sous la tempête, elle devait en avoir autant besoin que lui... et puis Ardyn éprouvait toujours autant de difficultés à recevoir de telles attentions sans culpabiliser.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyDim 21 Avr - 19:08



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Le côté « prêtresse impitoyable » avait toujours semblé être une des facettes que Ardyn préférait chez sa chère et tendre, ce n'était pas un secret et elle aimait d'ailleurs en jouer. Cela dit, cela la rassurait de l'entendre dire de temps en temps qu'elle n'était pas si terrible que ça et les doux compliments du Sauveur lui arrachèrent un sourire tendre alors que ses mains continuaient justement de parcourir les épaules trop tendues de son précieux amant. Chose inhabituelle chez elle – mais qui était le privilège d'Ardyn Izunia – ses joues se teintèrent d'un léger rouge diffus lorsqu'il venta sa grande beauté, ce qu'elle essaya de cacher derrière un sourire amusé, espérant qu'il ne repère pas cette petite faiblesse du coin de l’œil. Elle avait instinctivement secoué la tête, comme s'il venait de raconter une mauvaise blague.

— Vous n'êtes qu'un beau parleur, Ardyn Izunia. Le réprimanda-t-elle gentiment pour avoir réussi à la décontenancer par trop de compliments. Elle aimait qu'il lui en fasse, qu'il lui dise qu'elle lui était indispensable, mais il parvenait parfois à la surprendre en la mettant sur un trop haut piédestal. Même si elle aimait jouer les fières prêtresses un peu vaniteuse, elle restait  réellement humble malgré une certaine fierté qui servait surtout à la garder inaccessible.

Elle déposa tout de même un doux baisé dans son cou à découvert, reconnaissante d'être apparemment au moins aussi irrésistible et merveilleuse à ses yeux qu'il ne l'était aux siens. Elle fut plutôt soulagée de savoir que sa présence suffisait apparemment pour le soulager et le détendre, mais elle le soupçonnait d'exagérer un peu. Les choses allaient peut-être s'améliorer à partir de maintenant, mais jusque-là, chacune de leur rencontres se déroulait sous le joug du risque et de la crainte d'être découvert … cela ne pouvait pas être si relaxant qu'il le disait. Cela dit, elle comprenait ce qu'il voulait dire … car même elle, de son côté, le simple fait de le voir, de le savoir non loin même si elle ne pouvait pas l'aborder en publique suffisait à la combler d'un sentiment de sécurité et de confort malgré la frustration.
Elle sourit de plus belle lorsqu'il pencha la tête en arrière pour la regarder et elle lui caressa tendrement les cheveux alors qu'il s'inquiétait déjà de recevoir trop de soin.

— Je ne me sens aucunement délaissée, rassure-toi, secouant doucement la tête, et si un jour cela arrive, tu te doutes bien que je te le ferais savoir. Pour l'instant, c'est surtout toi-même que tu délaisses et si aucune femme n'aime se sentir négligée, moi, je n'aime pas que tu négliges ta santé. A ces mots, elle lui donna un petit coup de nez sur le sien.

Cela dit, l'un n'empêchait pas forcément l'autre et il le lui signifia en se tournant vers elle pour l'inviter officiellement à le rejoindre. Son regard se fit plus perçant et son sourire plus espiègle alors qu'il la qualifiait comme étant « sa femme », déposant doucement sa main contre sa joue. Il avait définitivement du mal à accepter que l'on prenne soin de lui sans un retour des choses, mais le compromis lui semblait honnête et peut-être même encore mieux que l'intention initiale.

Sa femme ? Aurait-je manqué quelque chose d'important nous concernant … ? Elle avait murmuré cela contre ses lèvres, rejetant doucement les épaules en arrière pour accompagner le geste de son amant, l'autorisant bien volontiers à retirer le seul vêtement qu'elle portait. Elle vint ensuite se glisser avec lui dans la baignoire, l'eau chaude picotait sa peau froide comme ce soir aux sources thermales. La luminosité correcte laissait cependant voir bien plus de détails de son corps que ce soir où ils s'étaient découverts pour la première fois … La cicatrice au niveau de sa clavicule et ces petites tâches plus claires, comme des flocons, qui parsemaient ses épaules et ses cuisses. Bien que les nombreuses balafres qui marquaient le corps de son aimé ne la dérangeait pas – et qu'elle irait même jusqu'à dire que ça lui allait bien si elle ne regrettait pas autant qu'il ait subit tant de sévices - elle était assez complexée par celle qu'elle portait et qu'elle trouvait disgracieuse, s'arrangeant d'ailleurs la plupart du temps pour que Ardyn ne la voit pas. C'est ainsi qu'elle vint se blottir dos contre lui en se couvrant du bras de son aimé en le caressant tranquillement.

— Hm … Shiva me pardonne, mais l'eau chaude n'est pas si mal finalement.



 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyMar 23 Avr - 13:47



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Beau-parleur ? Sans doute l'était-il un peu, mais envers sa compagne il n'avait jamais vraiment abusé de ces talents pour quoique ce soit, on pourrait même dire qu'il faisait alors preuve d'une honnêteté ainsi que d'une sincérité sans pareilles... bien que Gentiana ne veuille réellement accepter de se voir tel que lui pouvait la contempler. Et même si cette dernière affirmait ne pas être délaissée, cela relevait de la difficulté d'Ardyn à faire fit de son devoir sur les temps de vie privée dont il pouvait alors jouir un tant soit peu avec son amante... Sans doute que ces deux-là ne pourraient jamais passer outre ces obstacles, mais cela initiait entre eux une dynamique toujours aussi bienveillante que parfaitement délicate.

« Je te connais assez pour savoir que tu es capable d'une extraordinaire abnégation de soi et que tu te sentirais coupable de me le dire... en osant penser faire obstacle à ce que la Déesse me demande de faire... n'est-ce pas ? » en lui dérobant un bref baiser, après ce petit jeu du bout du nez, avant qu'elle ne vienne le rejoindre de par sa nudité mais aussi dans ce bain chaud... devenant d'ailleurs un peu plus tiède par la suite.

Naturellement, notre cher sauveur ne se priva pas le moindre instant de ce spectacle aussi simpliste que sensuel, ne pouvant que dépeindre la beauté surnaturelle de sa promise plus si interdite avec son regard ambré qui était alors emprunt de douce tendresse à son égard. « Vais-je un peu trop vite en besogne à ton goût ? Même si cela n'est pas encore officiel, sache que c'est ainsi que je te vois depuis bien longtemps. » en ôtant délicatement la main de la belle Gentiana qui voulait dissimuler ce qu'elle pensait être des imperfections sur son corps, avant de déposer ses lèvres sur ces petites marques glacées sur l'une de ses épaules. « Nul besoin de te dérober à mon regard non plus... car tu l'attires autant que je te trouve parfaite. » tout en poursuivant sur sa seconde épaule, passant l'un de ses bras autour de la taille de la sublime prêtresse aux cheveux de jais afin de la garder contre lui, frissonnant d'ailleurs sous le petit choc de température qui lui remontait jusqu'à l'échine, dans une sensation douce et étrange qu'il avait appris à apprécier depuis le temps. « Tu crois réellement que la Glacéenne te tiendrait davantage rigueur quant à la température de l'eau plutôt qu'à ma présence ? Ce serait bien mal nous connaître... surtout en sachant le pouvoir que tu exerces sur moi. » dans un souffle moqueur et provocateur, dans une expiration chaude sur le cou de sa bien-aimée alors qu'il vint poser son front sur l'épaule de cette dernière. Sans rien dire ou expliciter de plus, Ardyn vint faire silence pour profiter de l'atmosphère calme et relaxante de ce moment... laissant simplement l'eau tiède caresser son corps fatigué alors que ses propres doigts vinrent effleurer le corps froid et pur de Gentiana, dans un geste emprunt de désir et de retenu, illustrant à la fois l'intensité de ses sentiments pour elle mais également l'immense respect qu'il lui portait, en tant que prêtresse et en tant que femme.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyMer 24 Avr - 11:12



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Il paraît que certaines personnes très proches de nous arrivent à nous connaître mieux que nous-même … c'est ce qui plongea Gentiana dans une certaine réflexion lorsqu'il la soupçonna d'avoir trop de respect pour son devoir et rôle de Sauveur pour un jour oser exiger plus d'attention de sa part … C'était sûrement vrai en partie, il était certain qu'elle ne voulait pas se mettre en travers de son devoir et ce n'était même pas pour une question de peur des retombées divines ! Elle était simplement consciente des enjeux que tout cela représentait, cela les dépassaient … Mais il était aussi certain qu'elle n'accepterait jamais de tirer sur la corde juste pour qu'il prenne un peu plus soin d'elle, elle serait en revanche bien capable de mettre tout devoir divin de côté pour qu'il accepte de se reposer un peu. Après tout, c'était autant dans leur intérêt personnel que pour le bien de ce devoir divin qu'il devait prendre soin de lui, il ne pourrait plus utiliser son précieux don s'il venait à se tuer bêtement de fatigue …

— Hm … peut-être. Mais j'ai beaucoup changé à ton contact … tu me rends dissidente et presque égoïste. Elle eut un léger rire chaud pour bien faire comprendre que ce n'était pas une critique ni une quelconque remarque négative. Et puis … tout dépend de ce que la Déesse de demande de faire. Comme elle ne voulait pas rentrer dans un débat trop sérieux, elle avait dit cela d'une voix légère pour plutôt suggérer des idées absurdes.

Elle se reposa tranquillement contre lui, souriant paisiblement alors qu'il assurait qu'il la considérait déjà comme sa femme « depuis longtemps ». Ça alors, et dire qu'elle le considérait comme un grand romantique … C'est comme ça qu'il faisait sa demande ?

— Depuis si longtemps que ça … ? S'amusa-t-elle en penchant la tête en arrière, contre l'épaule de son bien-aimé pour caresser doucement son visage du sien. Il disait ça comme si il se fréquentait depuis plusieurs années déjà et cela lui fit remarquer que cela ne faisait effectivement pas encore un an ! Pourtant elle avait bien l'impression que tout avait toujours été ainsi, qu'elle l'avait toujours aimé …
— Mais cela me convient parfaitement, rassure-toi …

Puis elle détourna légèrement la tête pour cacher le picotement de ses joues lorsqu'il venta à nouveau sa perfection, acceptant finalement qu'il dévoile la cicatrice qu'elle avait encore du mal à assumer, mais qu'il lui apprendrait à ignorer avec le temps. Elle qui était si peu sensible aux compliments de la part des autres, elle se sentait toujours bête quand il lui en faisait. Elle perdait ses moyens et ne savait même pas quoi répondre – à par qu'il est un beau parleur, ce qu'il était de toute façon. Elle se rendait bien compte qu'il en faisait toujours plus qu'elle de ce côté-là et elle avait conscience que cela lui ferait sûrement plaisir d'entendre plus de mots doux venant d'elle … mais même si il lui inspirait des sentiments aussi forts qu'uniques et inédits, elle était la plupart du temps bien incapable de les exprimer correctement.
Heureusement, il l'aida à rebondir sur le compliment en évoquant le fait que cela pouvait effectivement paraître absurde de demander pardon pour un peu d'eau chaude et pas pour l'amant avec qui elle la partageait … Elle eut d'ailleurs un nouveau rire en s'en rendant compte, mais se rattrapa bien vite dans ses propos.

— Il y a bien longtemps que Shiva est tombée sous ton charme providentiel, Amour … tout comme moi. Elle ferma les yeux en sentant son souffle chaud glisser délicatement contre son cou. Hm … en fait, je ne suis pas sûre que cela soit vraiment un motif de pardon … plutôt qu'un mobile pour se venger que je puisse t'avoir et pas elle … Enfin, dans sa grande sagesse, je suis sûre que la Glacéeenne ne connaît pas la jalousie. Et puis en tant que prêtresse, je suis considérée comme une petite partie d'elle. Ça doit compter.

Et elle ferma les yeux avec lui, se reposant paisiblement dans ses bras un instant, profitant de sa simple présence et de ses douces caresses, elle-même laissant glisser ses doigts le long des bras de son amant. C'est à ça que leur vie allait ressembler, maintenant ? Enfin, ils n'allaient pas passer tout leur temps dans la baignoire, mais il était fort à parier que cela allait arriver régulièrement et que même en dehors elle se sentirait tout aussi bien … parce qu'elle serait libre à ses côtés, libre de l'aimer.
Elle était si paisible qu'elle manqua presque de s'endormir, réagissant au dernier moment en se rendant compte qu'elle l'avait suivit jusque là pour prendre soin de lui, à la base. Continuant de faire courir ses doigts sur sa peau humide, elle tourna doucement la tête vers lui pour l'embrasser tendrement dans le cou.

— Tu sais que je serais capable de faire n'importe quoi pour toi … ? Genre mettre du rose ! Et si il y avait bien quelque chose à savoir sur Gentiana, c'est qu'elle n'aimait ni le rose, ni les roses.
A ce doux murmure, elle se tourna pour lui faire face et contempler ses superbes yeux ambrés, caressa ses lèvres de son pouce avant de les embrasser tendrement, laissant ses mains parcourir son corps ankylosée par la fatigue afin d'essayer à nouveau de le soulager … même si elle savait que « sa présence suffisait ».



 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyVen 10 Mai - 16:45



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Voilà donc qu'il redevenait alors le bien mauvais objet de ces divinités, corrupteur de l'une des plus fidèles adeptes de Shiva ? Tout ceci n'était qu'une petite plaisanterie, mais cela étant qu'elle demeure emprunte de vérité, même si par chance il avait alors obtenu les grâces et faveurs de ces êtres supérieurs et célestes... du moins de ce qu'il en pensait à l'époque, par moment en tout cas. Néanmoins Gentiana vint tourner la situation un peu plus encore à la plaisanterie en lui faisant remarquer que la Glacéenne avait peut-être son mot à dire et ses objectifs pour lui, pour lui avoir accordé l'amour d'une femme si parfaite et dévouée, ce qui n'était pas forcément impossible non plus ! Cependant, bien que cette idée soit moralement discutable, Ardyn ne serait pas offusqué de la moindre façon si cela s'avérait exacte... tant que cela lui permettait de vivre avec sa muse et bien-aimée prêtresse en cette vie mortelle. « Sans doute, mais je te préfère ainsi ! Cela va sans dire que je pourrais aisément poursuivre sur cette voie alors... à moins que tu n'y vois une objection ? » dans un rire amusé et volontairement séducteur, en lui caressant la joue de son pouce pour pleinement profiter de la douceur de sa peau mais aussi de l'intensité de son doux regard dont il pouvait s'enorgueillir de percevoir si souvent.

Et puis réfléchissant à ce qu'il venait de dire, Ardyn n'eut le temps de se raviser lorsqu'il comprit alors l'ampleur de ses mots, aussi sincères soient-ils. Évidemment qu'il percevait Gentiana comme son âme sœur, l'être avec qui il pourrait aisément passer le restant de son existence même si celle-ci devenait un véritable enfer... mais peut-être pas le verbaliser ainsi.

« Oui... mais non, ce n'est pas de cette façon que je souhaite te l'annoncer. Il est possible que je vienne de parler sans réfléchir... alors pourrais-tu simplement oublier ce que je viens de dire ? Je veux dire... Quelque chose d'aussi simpliste et égoïste ne devrait en aucun cas te suffire » tout en secouant alors doucement la tête à la suite de cette erreur de romantisme si l'on pouvait dire, même si Gentiana vint le rassurer sur ce lien entre elle et sa déesse, et indirectement l'accord tacite qui existait entre elles.

« Peut-être bien mais, ne lui déplaise, il n'y a qu'une infime partie d'elle qui m'intéresse en ce cas... Puisse t-elle l'accepter car cela ne changera. » en essayant alors de passer outre son erreur précédente pour affirmer un peu plus son engagement envers son amante anciennement interdite, avant de se laisser emporter par la magie de cette scène sans doute simple et banale mais pourtant gorgée de merveilles, l'embrassant également avec autant de tendresse et d'ardeur qu'il lui était possible, veillant à la garder contre lui... en plus de cet effet apaisant que le froid pouvait avoir sur ces quelques marques d'usure présentes sur son corps. « Et je te crois... tout simplement car je me sens également capable de telles folies pour toi. » alors abandonné à sa charmante prêtresse, essayant donc de profiter de cela sans trop se faire insistant pour prendre soin d'elle, contrairement à l'idée de départ. Bien décidé à lui faire plaisir, bien que cela impliquait avant tout sa personne dans un sens, Ardyn vint la laisser prendre l'ascendant en s'allongeant un peu plus encore dans l'eau tiède, non sans profiter même si assez brièvement de ce chef d'œuvre magnifique et si harmonieux que pouvait être le corps de Gentiana totalement mis à nu.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptySam 18 Mai - 22:53



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Bien sûr qu'il la préférait ainsi, ce n'était pas difficile à comprendre et elle voyait très bien en quoi ce changement lui plaisait. Après tout, si elle était restée bornée sur ses idées de dévote, elle ne serait jamais venue s'excuser de l'avoir rejeté et ils n'en seraient pas là aujourd'hui ! Sans se départir de son sourire tendre, comme envoûtée par le beau diable tentateur qu'il était, elle secoua doucement la tête avant de la pencher légèrement vers son pouce qui la caressait.

— N'y va pas trop fort non plus, ou je ne ressemblerais plus du tout à l'impitoyable prêtresse qui t'a fait tomber à ses pieds dès le premier jour …

Elle aimait l'influence qu'il avait sur elle et elle espérait en avoir une aussi positive sur lui en retour. Elle aimait qu'il fasse ressortir le meilleure d'elle, qu'il dévoile ce qu'elle-même n'aurait pas soupçonné. Grâce à lui elle avait compris que le meilleur moyen de servir les dieux et les desseins de ce monde n'était pas forcément de consacrer son entière existence à la prière, de se priver de vivre ou de se cloîtrer dans une quelconque pieuse solitude. Sa foi ferait toujours partie d'elle et malgré le tournant de leur vie à deux, elle n'avait pas perdu une once de respect ou d'estime pour les Dieux, elle avait simplement changé son regard sur ce qu'elle pensait être leurs exigences et sur le devoir des Cétras envers eux. Elle n'avait cependant jamais pensé qu'ils puissent avoir une omnipotence sur leur vie, contrairement à son bien-aimé qui semblait convaincu que la Déesse détenait son entière existence et la manipulait comme un pion sur un échiquier. La vision de Gentiana était celle de toutes les autres prêtresses de Shiva, les Dieux étaient primordiales, mais ils étaient des esprits de la planète, ils commandaient aux éléments, au climat et à la nature de manière général … mais pas au destin. Elle avait vraiment du mal à imaginer qu'ils s'y intéressent en détail. Mais ce n'était qu'une vision des choses, elle en était consciente … personne ne pouvait vraiment comprendre les véritables pouvoirs et intentions de ces êtres éternels.

Déjà promis pour la vie – et bien au-delà – sans même qu'elle n'ait pu profiter de la cérémonie officielle, elle s'amusait de la spontanéité de son bien-aimé qu'elle trouvait plutôt préférable à une demande officielle paramétré pour un romantisme parfait, finalement. Cela était la parfaite illustration de ce qui caractérisait leur intimité … Le théâtrale il en jouait en publique, c'est ce que leurs contemporains aimaient voir et attendaient de lui, mais elle aimait voir ce contraste en lui, lorsqu'ils étaient seuls il était beaucoup plus spontané, doux et même discret. Il gardait sa formidable éloquence face à laquelle elle se retrouvait toujours démunie pour lui exprimer correctement ses sentiments, mais il ne calculait pas, il ne jouait pas – enfin pas toujours, et pas dans le même registre qu'en publique. Du coup, le fait qu'il avoue déjà considérer leur union comme acquise et évidente la touchait et ne lui faisait pas vraiment regretter que cela ait été plus travaillé et réfléchit … mais lui voulait beaucoup plus, comme très souvent. Elle était convaincue qu'il la couronnerait si il en avait le pouvoir, peut-être même qu'il irait juste qu'à la faire Déesse officielle s'il en avait l'occasion ! Soit, elle voulait bien lui laisser une chance de faire les choses de manière plus officielle et sophistiqué, elle était curieuse de voir quel grand jeu il allait sortir … Cela dit, elle était également très tentée de lui couper l'herbe sous le pied. Après tout, elle avait de qui tenir : c'était sa mère qui avait demandé son père en mariage.

— Tu m'as beaucoup changé, amour, mais tu ne m'as pas rendue cupide. Elle se contentait de peu ; elle se contentait de lui. Mais comme tu voudras … oublié quoi, déjà ? Un rire chaleureux tenta de le rassurer. Mais j'aime bien quand tu parles spontanément … je pense que ça peut être bon pour toi, de moins réfléchir à tout ce que tu fais et dis … De plus, cela promet des révélations intéressantes.

Elle accepta ensuite bien volontiers le compliment suivant sans y répondre autrement que par des baisers et des caresses plus douces encore. Ses doigts passaient plusieurs fois aux mêmes endroits, suivant de plus en plus facilement les chemins que traçaient les diverses cicatrices sur le corps de l'élu de son cœur. Elle voulait tout apprendre par cœur de lui, pas seulement les moindres reliefs de son corps meurtri, elle voulait aussi apprendre l'histoire de chacun des affres qui avaient marqué sa peau. Elle sourit en se demandant si lui aussi pensait à des choses aussi folles qu'elle par « n'importe quoi pour toi », à autant de sacrifices épiques que de petits détails insignifiants voir ridicules ; bien qu'au fond, évidemment, elle priait pour que ni lui ni elle n'aient vraiment à faire quoi que ce soit de répréhensible ou de moralement douteux.
Elle sentait la peau de son aimé frissonner sous son touché et elle ne put que remarquer la chair de poule qu'elle lui donnait par endroit. Bien sûr, il y avait le désir et excitation en jeu, mais elle avait conscience que le froid était quelque chose de rarement apprécié par les non-initiés à l'éteinte de la Glacéenne, et c'était rarement synonyme de confort ! Et elle, elle était si bien dans ses bras chauds … Elle voulait que ce confort soit partagé.

— J'aimerais que mon corps soit plus chaud pour toi … même si tu joues déjà beaucoup à le réchauffer. Elle en jouait parfois, mais elle ne voulait pas que son touché lui devienne désagréable. Tu veux que l'on réchauffe un peu l'eau ? Passant délicatement ses doigts dans ses longs cheveux violacés alors qu'il prenait soin de la garder bien contre lui tout en s'avachissant un peu plus en arrière. Elle en profita pour aller caresser ses côtes immergées et lui mordiller le lobe de l'oreille.



 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptySam 25 Mai - 16:17



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Ainsi continua ce petit moment de tranquillité et de tendresse entre nos deux protagonistes et amants de l'époque, même si la prêtresse aimait plaisanter en lui rappelant qu'il a été le premier à se retrouver aux pieds du second... en occultant la raison initiale de cette scène qui, en se rappelant bien, n'avait rien de très chevaleresque mais plutôt d'une situation maladroite. En ce temps, on ne pouvait pas dire que Gentiana avait réellement d'yeux pour lui, à cela près qu'elle l'avait trouvé aussi pompeux que méprisable avec toutes ces arabesques gestuelles.

Néanmoins les propos de Gentiana et ces souvenirs eurent le mérite de lui tirer un nouveau sourire au coin des lèvres, gardant les yeux fermés alors qu'il continuait de se prélasser dans l'eau tiède, bercer par la voix de sa bien-aimée et comblé sous son toucher délicat à cela près que s'en deviendrait presque lascif, ce qu'il exprima et laissa entendre dans un long soupir d'aise et de repos. « J'espère bien ne pas t'avoir rendu ainsi tout de même ! Mais si ce sont des révélations que tu souhaites entendre alors demande-moi donc ce que tu veux savoir ? » dans un petit rire moqueur, se questionnant sur ce qui pourrait encore attirer sa curiosité à son sujet car elle en savait déjà énormément... ou peut-être pas tant lorsque l'on pense à ce qu'il sera capable de faire à l'avenir. De ce fait il est fort probable que toutes ces actions et pensées ne lui sont pas venues comme par magie et qu'intérieurement, refoulées très loin au plus profond de lui, demeurait une part sombre comme en chaque personne... Sauf peut-être en Gentiana, même s'il aurait été intéressant de la découvrir d'ailleurs.

« Ce n'est pas nécessaire tu sais, je pense être assez bien placé pour te connaître et pouvoir affirmer qu'il n'existe certainement pas de prêtresse de la Glacéenne aussi brûlante et embrasée que toi. » dans un petit et fin commentaire taquin alors, posant sa main sur celle de son amante comme pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à se restreindre de la sorte ou d'une quelconque autre façon pour juste quelques frissons.

« Je peux toujours attendre un peu avant de me réchauffer davantage, dans nos draps secs et chauds, à moins que tu ne préfères t'y rendre sans plus tarder ? » dans une pique provocatrice en utilisant alors cet aspect malicieux qu'elle lui connaissait également. Alors qu'elle continuait ses gestes tendres, Ardyn vint néanmoins participer à cette ambiance douce romantique lorsqu'il l'attira un peu plus vers lui, comme pour la faire se pencher en avant, alors que ses propres mains caressent le dos puis le charmant fessier de sa promise avant de remonter sur les flancs de cette dernière. Une nouvelle fois, si le temps pouvait s'arrêter, cela aurait été le moment rêver pour qu'un tel phénomène survienne... malheureusement il ne survint jamais, ni aujourd'hui ni n'importe quel autre jour... ou presque.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Gentiana
⊶ Immortal Photobomb ⊷
Gentiana
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 29 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Credits avatar : NightysWolf & moi
Gils : 1416

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 EmptyDim 2 Juin - 20:15



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


L'esprit de contradiction était un trait de caractère assez léger mais bien présent chez notre impitoyable prêtresse et c'était quelque chose qu'elle allait transmettre sans le savoir à ses enfants … oui, même à celle qu'elle ne mettrait jamais au monde. Cela dit, si les gens pouvaient parfois s'y perdre dans ce qu'elle voulait, ce n'était pas qu'elle ne savait pas se décider, mais qu'au contraire elle savait très exactement ce qu'elle souhaitait et elle n'était généralement pas très encline à faire des compromis. Du coup, lorsqu'il lui proposa de lui dévoiler tout ce qu'elle voulait, elle ne réfléchit que quelques secondes avant d'en déduire qu'un simple interrogatoire serait bien moins amusant et divertissant que le prendre au dépourvu ça et là, et puis cela permettrait d'étaler les surprises dans le temps. Et puis là, comme ça, elle ne voyait pas vraiment quoi lui demander … sauf peut-être si ses cheveux étaient vraiment violacés naturellement ou si il les teignait secrètement – mais encore une fois, dans l'optique où ce serait une teinture, ce serait bien plus amusant de le prendre sur le fait un jour ! - Enfin, elle doutait fortement que cela soit factice, tout de même !

— Hm, non, je préfère réserver ces surprises pour plus tard, la spontanéité a un charme que l'on ne peut imiter sur une simple demande … Te découvrir dans les moindres détails sera la quête de toute une vie.

De toute une vie et bien après, mais ça elle ne le savait pas encore … même si elle estimait déjà que leurs âmes étaient sûrement liées et le resteraient bien après leur existence charnelle actuelle – oui, cela pouvait paraître niais, voir assez idéaliste et stupide, mais c'était dans leurs croyances de l'époque … et elle n'avait pas tellement tore. C'est juste qu'elle se figurait cela d'une manière plus positive … moins dramatique et tragique. 

Elle eut un rire chaud en réponse au compliment rassurant de son bien aimé, même si elle était à peu près sûre qu'il disait cela pour qu'elle ne se sente pas gênée et que d'un point de vue confort pur il n'aurait sûrement pas été contre un petit coup de réchaud. 

— Ce serait presque un blasphème, ça, tu sais ? Hm, je devrais me renseigner …

Bien que la température était très agréable pour elle et que son amour des bains à deux n'était plus un secret, elle était bientôt prête à accepter le repli vers les draps, car elle ne voulait pas qu'il finisse frigorifié et malgré ce qu'il disait, elle savait qu'il serait bien mieux – plus au chaud en tout cas – dans un lit sec et douillet … mais voilà, elle avait commencé à prendre cette décision juste au moment où il avait trouvé la bonne idée de faire courir ses mains jusqu'à son fessier puis ses cuisses qu'elle avait de plutôt sensibles aux caresses. Elle se retrouva encore un peu plus blottie contre lui, succombant à l’enivrante attraction des lèvres de son amant pour les embrasser et les mordiller légèrement tout en poursuivant ses douces caresses un peu plus fermes à présent. Elle céda à la tentation langoureuse qui planait sur eux depuis qu'elle était entrer dans cette salle de bain – et peut-être bien depuis qu'elle était entrer dans cette maison – et l'adage qui déconseille de réaliser un fantasme sous peine d'être fortement déçu ne fut pas vrai pour elle … car elle fut parfaitement satisfaite de leurs ébats dans la baignoire ! D'ailleurs, cela ne les empêcha pas de céder à nouveau une fois au sec sous leurs draps couleur prune. Cette fois, ils n'avaient pas à se cacher, à faire attention à l'heure ou aux moindres bruits qui pourraient signaler l'arrivée de quelqu'un … Enfin, de son côté, Gentiana y faisait encore un peu attention, car même si elle était libérée de son devoir d'abstinence et de célibat, peu de gens étaient au courant pour l'instant … et même lorsque tout le monde le saurait, elle n'apprécierait pas beaucoup d'être surprise dans cette situation ! Enfin, il n'y avait pas vraiment de raison pour que quelqu'un se permette de rentrer comme ça pour monter directement dans la chambre ! 

Elle s'endormit paisiblement dans les bras de son bien-aimé, la main encore dans ses cheveux violacés qu'elle caressait jusque-là. C'est bercé d'un amour insouciant, de tendresse et de sécurité qu'elle sombra dans les limbes du sommeil, y rejoignant des rêves aussi doux mais emprunts de passion qu'avait été leur étreinte.
Cette nuit là, le rêve qui la marqua fut plutôt étrange. Elle flottait dans le vide en ayant conscience de ne plus vraiment être celle qu'elle était sur Gaïa. Elle avait l'impression de n'être qu'une sorte d'esprit éthéré. Tout était noir autour d'elle, mais étrangement, ce n'était pas inquiétant, car elle pouvait distinguer des petites étincelles tout autour d'elle, très loin dans tous les horizons. Elle mit un moment avant de comprendre qu'elle flottait dans le Cosmos, car elle vit finalement une petite sphère majoritaire bleu qui tournait doucement sur elle même. Elle eut un étrange sentiment maternelle à l'égard de ce qu'elle pensa être Gaïa. Puis elle vit le soleil, flamboyant et magnifique et elle sut étrangement qu'il s'agissait de la personne qu'elle aimait le plus au monde … Elle prit alors conscience qu'elle était pâle et froide, et que le soleil, son bien-aimé, était à la fois le jour et la nuit, il l'irradiait de sa lumière pour la dévoiler au monde, mais pour cela il savait également se retirer pour que la nuit la rende plus belle encore. Dans son rêve il n'y avait qu'eux, ils étaient à la fois le Soleil et la Lune, Ardyn et Gentiana … et bien plus encore. Comme des Dieux qui n'auraient pour seul objectif que de s'aimer.

C'était un rêve étrange, mais chargé de sentiments tendres et positifs qui lui apporta un repos paisible incroyablement réparateur. Elle avait l'impression de sentir la chaleur de ses rayons sur elle, mais c'était la chaleur du corps contre lequel elle était blottie. Elle était si bien …
Jusqu'à ce qu'un météorite lui atterrisse en plein milieu du front. Bon, cette météorite était en réalité un coude mal placé et cela eut le mérite de la réveiller assez brusquement pour que les souvenirs de son rêve restent bien frais dans son esprit. Elle avait ouvert les yeux, un peu hébété et en voyant le visage endormit de son bien-aimé, un bras replié au-dessus de la tête, elle comprit finalement qu'il avait dû la cogner dans le mouvement. Peu rancunière, elle se contenta de le regarder dormir avec un sourire tendre aux lèvres : la vue était bien trop belle pour la gâcher avec une scène de ménage. En fait, elle trouvait même cela plutôt amusant … et elle réalisait surtout que ce matin était le premier d'une longue série … et elle aimerait vraiment qu'ils ressemblent tous à cela. Bon, au bout de la dixième fois consécutive elle allait peut-être commencer à se lasser des coups de coude dans la face, mais elle réalisait sa chance de pouvoir vivre ce genre de moment avec la personne qu'elle aime … ce quotidien féerique à sa façon, avec tous ses aléas.
Elle remonta la couette jusqu'à son nez en retournant se blottir contre lui, comme si elle cherchait à le cacher au monde à le garder jalousement rien que pour elle toute seule – ce qui était un peu vrai. Elle referma les yeux un instant, caressant doucement les côtes de son amant endormi … Les premières lueurs de l'aube étaient visibles derrière les rideaux, mais elle n'avait vraiment pas envie de précipiter le levé … Elle prit le temps de profiter de ce moment de tendresse et de repenser à son agréable rêve céleste …



 

.:.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   [Flashback] Come what may... until my dying day - Page 16 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Come what may... until my dying day
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Friends zone :: Ecraser la partie ? :: Archives RP abandonnés-
Sauter vers: