AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 [Flashback] Come what may... until my dying day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 23 Avr - 22:10



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Le besoin d'évasion de son bien aimé lui été rapidement apparu comme la conséquence du poids qu'il portait sur ses épaules en tant que seul élu de la Déesse. Elle l'avait chargé d'un don qui était loin d'être une bénédiction pour le Sauveur qui se voyait alors taxé du devoir de sauver tout le monde et qui se rendait responsable, aux yeux de certains mais surtout de son propre avis, de toutes les vies qu'il ne sauvait pas. Avant qu'elle n'apprenne à bien le connaître, elle trouvait ce besoin de voyager – passant pour une véritable star partout où il allait – comme un trait de caractère prétentieux. Aujourd'hui elle savait que chacun de ses périples n'étaient vraiment pas de tout repos, mais qu'il lui procurait un sentiment d'évasion éphémère indispensable pour qu'il se ressource.
Le présent périple était une première : ce n'était ni la première fois qu'elle se rendait au temple mère, ni la première fois que Ardyn se rendait dans les paisibles petits villages du nord … mais c'était bien la première fois qu'ils y allaient ensemble. Elle était vraiment heureuse de l'entendre dire que sa présence lui apportait du réconfort et du soutien, car c'était un juste retour des choses pour tous les bienfaits que sa seule présence lui procurait également.

Une nouvelle bouffée d'appréhension la quitta lorsqu'il la serra un peu plus fort contre lui.

— La « pire » dis-tu ? Voilà qui n'est pas très flatteur. Feignant d'être légèrement froissée par l'étrange adjectif qu'elle savait être un compliment dans la bouche de son bien-aimé. Dit comme ça, il y avait pourtant de quoi se vexer … la pire quoi, d'ailleurs ? La pire prêtresse en terme de foi, de cruauté, de dévotion, de talent ? Elle savait qu'il voulait dire qu'elle était la plus redoutable, dans le bon sens du terme et puis c'est elle qui l'avait cherché, à se prétendre aussi dangereuse qu'un dragon.

Elle accepta donc volontiers le baiser, ne pouvant s'empêcher de sourire alors que le rire chaud et son aimé venait s'étouffer doucement contre ses lèvres. Elle lui rendit même longuement un baiser emprunt de tendresse, cette nuit glaciale et surtout le contexte actuel ne leur permettait pas de s'aventurer à plus de folies, mais elle avait simplement envie, comme à chaque fois, que cet instant dans ses bras dure toujours. Que voulez-vous ? Cet homme était d'un confort incomparable ! Qu'il était jubilatoire de se dire qu'elle serait à jamais la seule à pouvoir en attester ! Enfin presque. Si ils avaient des enfants, ou plutôt quand ils auraient des enfants – car elle était certaine de vouloir fonder une famille avec lui, même s'il était encore trop tôt pour en parler de vive voix – ils seraient très certainement autorisés à dormir avec eux … En fermant les yeux un instant, elle avait d'ailleurs une image très clair de cet avenir radieux qu'elle voulait pour eux, son bien-aimé Ardyn, endormi sur le sofa de leur confortable salon avec leur premier enfant, encore minuscule, dormant aussi profondément que son père, juste sur son torse, maintenu par une main protectrice posée sur son dos.

C'est avec un nouveau sourire tendre et confiant qu'elle ouvrit à nouveau les yeux sur lui, distinguant très bien l'éclat ambré de ses yeux malgré la pénombre. Elle se perdit dans la contemplation des motifs subtiles qui marquaient ses iris, des tracés réguliers, comme des plumes de paon qui cerclaient sa pupille dilatée par la pénombre. Elle voulait connaître par cœur le moindre détail de ces fresques discrètes.
Il décida alors de parler ouvertement de l’événement à venir, mais Gentiana ne se laissa pas surprendre par l'angoisse ou l'appréhension, toujours trop occupée à l'apprendre par cœur.

— La Déesse t'envoie ses propres épreuves, chaque jour en est une. Elle passait doucement son pouce sous les yeux de son amant secret. J'ai déjà assisté à cette cérémonie lors de mon premier pèlerinage au temple Mère, je n'avais que dix ans et j'étais alors simple spectatrice de l’épreuve que devaient passer mes sœurs aînées … Je sais que ça ne sera pas facile, mais cela ne serait pas une épreuve si ça l'était.

Elle se rendait compte qu'alors qu'elle essayait de le rassurer pour qu'il ne s'inquiète pas trop pour elle, cela la rassurait elle-même. Elle commençait à le connaître, le bougre et il fallait bien avouer qu'elle avait un peu crainte qu'il ne fasse des bêtises s'il avait peur pour sa santé ou sa survie.
Après avoir pris soin un moment d'apprendre les traits de ce visage qu'elle connaissait pourtant déjà très bien, elle l'embrassa à nouveau, longuement, comme si c'était la dernière fois qu'elle pouvait goûter ses lèvres … car elle allait effectivement sûrement devoir attendre un moment si elle ne parvenait pas à le rejoindre de nouveau aussi discrètement. Elle aurait voulu rester plus longtemps, au moins jusqu'au petit matin … et bien qu'elle retarda l'échéance, elle se résigna à ne pas s'endormir ici, aussi confortables les bras de Ardyn Izunia soient-ils.

— Voilà une nouvelle épreuve, murmura-t-elle contre ses lèvres avant de s'en détacher tout doucement. Je dois retourner à ma tente … Lui glissant la main dans les cheveux. J'aurais bien du mal à expliquer à mes sœurs ce que je faisais dans la tente du sauveur au petit matin. Elle l'embrassa encore, plus brièvement et se fit violence pour s'extirper de ses bras et des couvertures, veillant à ce qu'il reste bien emmitouflé alors qu'elle revêtait sa tunique et ses chaussures, lui tournant à moitié le dos. Lorsqu'elle eut terminé, elle se tourna vers lui avec un regard tendre, remontant une des couvertures qui le couvrait jusqu'au nez avant de l'enlacer et de déposer une dernière fois ses lèvres sur son front – une des seules parcelles de peaux encore accessible.

— Fais de beaux rêves, amour … de moi, de préférence.

Elle ne su jamais s'il avait rêvé d'elle cette nuit-là, mais elle rêva bel et bien de lui, avec tendresse et simplicité. Un rêve si fort qu'en se réveillant au petit matin, elle aurait juré se trouver dans ses bras … mais non, ce n'était que ses couvertures.
Le vent s'était essoufflé et le ciel était parfaitement dégagé, facilitant la tâche au cortège pour lever le campement et reprendre la route. En s'attelant à ses tâches après une infusion bien chaude, Gentiana avait croisé les frères Izunia engagés dans le maniement du fer. Elle préféra ne pas trop s'attarder, passant discrètement sans qu'ils ne remarque la présence, elle craignait que ses œillades ne se fassent remarquer de bon matin avec tout le passage qu'il y avait. Non, Gentiana n'aimait pas les armes … mais elle était vraiment heureuse de les voir aussi complice, pourvu que cela dure toujours.

Plusieurs heures et un dragon endormi plus tard – qui ne fut heureusement pas dérangé – le cortège arriva enfin à bon port. Un petit village s'étendait au pied d'un immense édifice de pierre blanche - ou peut-être était-ce de la glace ? - imposant, austère et presque inquiétant. Il était si immense qu'il semblait bien plus près du village qu'il ne l'était en réalité, car il y avait encore bien quinze minutes à parcourir pour l'atteindre. Les membres de l'escorte purent prendre place dans l'auberge alors que les prêtresses installaient leurs roulottes près de quelques huttes prêtent à les accueillir. Gentiana et ses sœurs se rendirent ensuite au temple pour une première soirée dédiée à leur accueille et à quelques prièrent et autres bains rituelles. Les choses sérieuses ne commencèrent que le lendemain … Et Gentiana n'eut le temps de croiser son bien aimé qu'une seule fois, très brièvement … mais un regard suffit à lui donner le courage suffisant.

Plusieurs longues journées s'annonçaient devant elle. Trois jours et trois nuits de méditation sans interruption, sans repos, sans se sustenter. Trois jours et trois nuits dans le froid du temple à exercer son esprit, à affûter la manipulation de la magie de la matéria glacier qu'elle portait, pour sa part, dans la main gauche. Les chants des prêtresses s'élevaient à des kilomètres à la ronde en de doux échos à l'aube et au crépuscule, ils évoquaient les murmures de la planète qui faisaient partie du décor quotidien de ce peuple antique.
La troisième nuit, peut avant l'aube, le givre avait totalement recouvert le corps nue de Gentiana qui se tenait, aux côtés de quelques unes de ses sœurs, devant une fontaine gelée dont le flot formait la silhouette de l'esprit vénéré. Aux premières lueurs, Shiva leur apparut pour les bénir et si il sembla à Gentiana plutôt normal de sentir son sang se geler, elle ne commença à s'inquiétant qu'en sentant une larme geler sur sa joue alors que l'aura de l'esprit l'éblouissait. Le froid lui piqua les yeux et cela devint soudainement terriblement douloureux. Une lueur vive émana de ses orbites et un cri se fit entendre dans toute la vallée.

La lumière la plongea dans les ténèbres.

Lorsqu'elle reprit connaissance, elle ne voyait plus. La première chose à laquelle elle pensa fut qu'elle ne reverrait plus jamais les yeux d'Ardyn Izunia et les siens avaient d'ailleurs pâlit de manière inquiétante, comme voilé d'une fine pellicule blanche. Ses pupilles étaient aussi clairs que la neige.

Son visage allait lui manquer …

Malgré cela, Gentiana resta étrangement stoïque. Elle n'était pas la première à qui cela arrivait, mais rare étaient les prêtresses qui acceptaient si facilement la cécité, même si c'était la marque d'un intérêt certain de la part de Shiva. C'est ainsi qu'elles l'interprétaient généralement … mais elle commençait à se demander si elle n'était pas allée trop loin avec son bien aimé. Shiva lui avait donné sa bénédiction, mais n'avait-elle pas abusé de cette bonté ? Quelles que soient les raisons de son sort … elle l'accepterait. Elle n'avait pas vraiment d'autre choix, cela ne lui servait plus à rien de paniquer, le mal était fait. Finalement, peut-être que son stoïcisme n'était dû qu'au choc qu'elle n'avait pas encore vraiment réalisé.
Elle ne pouvait évidemment pas le constater par elle-même, mais elle avait hérité de cette épreuve d'autres marques indélébile : des petites tâches blanches évoquant des flocons ou des éclats de glace marquaient à présent ses cuisses et ses épaules.
Après une journée de convalescence au sein-même du temple, elle fut reconduite au village où on l'installa dans une petite hutte destinée à accueillir les prêtresses en pèlerinage, elle gardait les yeux clos, comme elle l'avait souvent fait par le passé … ne voulant inquiéter ni ses sœurs, ni les personnes du cortège qu'elle connaissait … Installée confortablement dans un lit douillet, elle attendait patiemment en silence, elle n'avait que la mélodie du vent pour s'occuper … elle qui aimait lire … Elle allait devoir trouver une alternative. Elle attendait, car elle savait qu'il ne tarderait pas à arriver …


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 30 Avr - 11:22



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Malgré le froid mordant hivernal et la fatigue, le départ précipité de sa Gentiana le perturba quelque peu même s'il savait qu'ils n'auraient pas pu en demander davantage l'un comme l'autre, toujours est-il que son esprit des plus complexes vagabonda une bonne partie de la nuit sur des points et des détails alors soulevés par la petite discussion qu'ils avaient eu dans cette tente. Si elle avait eu raison en disant que chaque nouveau jour était une épreuve nouvelle pour lui, cela voulait-il dire qu'ils ne lui laisseraient donc jamais vraiment de repos et de répit ? Depuis longtemps Ardyn s'était demandé si cette relation n'allait pas à l'encontre de ce que les divinités avaient prévu, mais si là était bien ce qu'elles avaient planifié pour lui, à bien y réfléchir, cela ressemblerait à de l'acharnement, à de l'épuisement, voir même à une certaine forme de cruauté de leur part alors que leur sauveur ne les avait sans doute jamais vraiment déçu. Si la création même de ces épreuves, auprès des autres divinités, résidait dans la guidance de leurs suivants, pourquoi Minerva ne lui avait jamais tendu la main ou ne l'avait jamais puni de la sorte lorsqu'il s'était trompé de voie ? Sans doute y avait-il une explication logique à tout ceci, mais la fatigue fut plus rapide que ses neurones en cette fin de nuit où il sombra dans les bras de Morphée pour se reposer.

Le lendemain matin, après leur petit entrainement fraternel où son cadet continuait inlassablement de le dominer au maniement de la lame, même si des progrès notables étaient visibles chez le sauveur si bien qu'il pouvait égaler avec certains des hommes de son frère,  le convoi repartit en direction du Nord, bravant la glace au cours d'un temps plus dégagé et tempéré qu'il n'aurait pu l'espérer. Lors de cette nouvelle traversée, le plus surprenant fut la rencontre d'un dragon malheureusement endormi, avec qui il ne put essayer de réveiller, de dialoguer ou même alors d'en apprendre davantage, mais ces créatures l'avait toujours fasciné.

Magnifique... Époustouflant... Rien d'autre n'aurait pu être dit en face de l'immense édifice de pierre blanche qui avait été érigé en ces lieux, alors que le petit village avoisinant était leur destination et serait donc leur lieu de repos pour quelques temps, celui des épreuves des prêtresses et donc de son amante secrète également. Malheureusement, à peine étaient-ils arrivées que cette dernière fut menée au temple avec ses consœurs, ne lui offrant que le temps d'échanger un bref regard qui brillait d'une vive chaleur et d'un intense soutien pour cette étape mystérieuse dans la vie de la magnifique jeune femme, le laissant alors dans le vague et dans l'attente du dénouement durant de nombreuses heures, puis pendant quelques jours. Malgré l'entrainement et l'échange qu'il pouvait avoir aussi bien avec son frère qu'avec les autres membres du convoi, tout semblait être bien morne depuis son départ vers le majestueux temple, le faisant se plonger dans de longues lectures puisque le temps n'était pas très propice à de petites explorations et aventures à dos de chocobo, le froid lui n'était pas parti avec les prêtresses visiblement.

Alors que les journées semblaient être composée de centaines d'heures et non plus de ces vingt-quatre habituelles, la troisième nuit lui fut par contre bien plus agréable, pour une raison inconnue d'ailleurs... nuit durant laquelle son esprit et ses songes le menèrent vers Gentiana, le faisant se remémorer une de ces fameuses rencontres nocturnes où le désir et la volupté s'étaient invités sous les draps avec eux sans leur permettre de connaître le sommeil avant l'aube. Même si cela n'était qu'un rêve, Ardyn retrouvait néanmoins la douceur et le goût des lèvres de sa bien-aimée, mais il sentit également la douce et faible chaleur de son corps contre le sien ainsi que ses courbes et ses formes sous ses doigts pour le plus grand ravissement de ses sens... jusqu'à ce cri résonnait dans toute la vallée, peu avant le lever du soleil en ces derniers reculées, qui ressemblait étrangement à la voix de sa prêtresse d'ailleurs.

N'ayant refermé l’œil de la nuit suite à cet événement, le sauveur fit les cents pas dans cette chambre de fortune au sein de l'auberge, avant de s'aventurer seul jusqu'au temple où rien ni personne ne semblait choqué ou surpris de ce cri... était-ce juste son imagination ? Ou alors cette épreuve s'était terminée en jugement auprès de son amante à cause de leur faute, de leur relation ? Personne n'en dit rien et bien évidemment il ne put entrer au sein de l'édifice immaculé et glacial. Ensuite vint l'heure de l'entrainement qui, pour une fois, lui aurait été d'un grand secours pour évacuer cette anxiété et cette colère tapie dans son ombre, si bien que la passe d'armes devint un peu trop sérieuse qu'à l'accoutumée... acculé par ses pensées et ses émotions, une réaction défensive un peu tardive le fit être touché à l'épaule de ma main de son cadet, dans un petit éclat de douleur accompagné d'un léger filet de sang. La chaleur de ce liquide ruisselant sur sa peau, le rouge qui venait légèrement tâché ses étoffes et la neige environnante lui donna comme un coup de fouet, mettant sous tension tout ce bouillon d'émotions et de ressentis qu'il éprouvait déjà depuis longtemps, si bien que la passe d'armes devint une fraction de duel parmi lequel le fer des lames était l'un contre l'autre avec fracas.

« Excuse-moi mon frère, je ne me sens pas de poursuivre aujourd'hui... j'ai été bien inadapté à ton enseignement, accepte donc mes excuses et permets moi de me retirer pour l'heure. » en affichant un air désolé, presque accablé par sa propre réaction, alors que quelques instants auparavant son visage était tiraillé par une grimace limite colérique qui aurait très bien pu être accompagné d'un virulent message.

Alors qu'un convoi de prêtresses revint à l'auberge pour s'y reposer, un bon nombre se trouvant dans un état second, Ardyn put apercevoir que Gentiana n'en avait pas réchappé pour autant et... bien que l'envie de s'élancer à sa rencontre fut des plus grandes, il allait devoir s'enquérir de l'état de quelques-unes autres avant elle afin de ne pas attirer l'attention sur eux et briser leur secret. Chaque visite était d'autant plus longue et ennuyante que celle de Gentiana approchait, ne portant que de brèves attentions à ce qui pouvait lui être annoncé car intérieurement il n'en avait que faire... puis vint son tour à elle, lorsqu'il fit irruption dans la pièce en se voulant aussi naturel que possible bien que l'envie de la faire sortir du lit et de s'enfuir fut gigantesque, partir loin de ces rituels et devoirs, de ces responsabilités et de se couper à la vue des divinités qui semblait alors porter un regard terriblement culpabilisant sur eux deux, se pensant la cible d'un jugement cruel. Et encore, il n'avait pas connaissance de l'état de son amante suite à cette épreuve, ce qui viendrait sans doute attiser un peu plus les flammes qu'il nourrissait alors depuis bien longtemps.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 1 Mai - 10:10



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Le vent hurlait toujours dehors, comme un appel acharné, faisant craquer le bois de sa hutte dont elle ne pouvait qu'imaginer la décoration et la structure. Elle était à peu près certaine que la pièce et ses meubles n'étaient constitués que de bois, à l'odeur. Elle devinait également que l'on avait allumé quelques chandelles autour d'elle, cela suffisait à réchauffer la pièce bien isolée, mais si on lui avait demandé son avis, elle aurait avoué que cela était bien inutile : elle n'avait plus besoin de lumière et le froid … allons, même si un peu de chaleur était appréciable après ces trois jours, ce n'était plus rien pour elle – ce n'était déjà pas grand chose depuis son enfance !
Toujours aussi calme et stoïque – et c'en était presque dérangeant, même venant d'elle – elle écoutait attentivement ce qui l'entourait, comme si le vent et le bois tentaient de lui dire quelque chose d'important. Elle ne savait pas trop comment appréhender sa cécité, elle avait un peu de mal à croire qu'elle ne verrait jamais de ses propres yeux tout ce qu'elle avait imaginé avec soin pour son avenir avec Ardyn Izunia. Et puis, elle n'avait pas très envie de réfléchir au sens de tout ceci … était-ce une épreuve, une punition ou une sorte de récompense dont-elle ne comprenait pas encore la teneur ? Ou peut-être que c'était juste le hasard, peut-être aussi était-elle simplement moins résistante que ses sœurs, ou qu'elle avait été sur le chemin hasardeux d'une trop forte affluence de mana lors de l'apparition de Shiva. Elle préférait ne pas trop y penser, effectivement parce que cela faisait un peu peur, mais aussi parce qu'elle savait que les réponses se révéleraient d'elles-mêmes le temps venu. A quoi bon se torturer l'esprit ?
Quand même. Le fait qu'elle perde précisément la vue avait l'air d'une bien trop étrange coïncidence, lors-même que cela avait fait l'objet d'un jeu sulfureux entre elle et son amant au sein du temple de l'esprit glacial. Peut-être qu'elle était allée trop loin … Elle en avait pourtant eu conscience dès le moment où cela se produisait, mais que voulez-vous … même une prêtresse comme elle n'était pas immunisée à la fougue d'un amour jeune. La passion. Et puis, elle avait toujours dis que Ardyn Izunia, leur sauveur à tous, dit le porteur de lumière de la Déesse, était pour elle comme la nuit : il révélait des merveilles mystérieuses et invisibles aux yeux de la plupart des gens. Il révélait le meilleur d'elle, comme une nuit révèle la beauté cachée des étoiles. Aujourd'hui, elle était plongée dans l'obscurité, les ténèbres profonde …

Soit.

Elle n'avait jamais eu peur de la nuit, ni des ténèbres, alors sa situation ne l'effrayait pas plus. Elle n'avait pas peur, car il était là, elle le savait, il n'était plus très loin … Elle entendit des bruits de pas approcher et elle le reconnu à sa seule façon de frapper à la porte. Assise bien droite dans son lit, les yeux clos, elle l'accueillit avec l'un de ses traditionnels sourires énigmatiques. Elle était finalement plus inquiète de sa réaction que de cet avenir qui était à présent potentiellement modifié par cette cécité inattendue.

— Sauveur, quel plaisir. D'un ton plutôt formel, elle avait rattraper habillement sa phrase pour la terminer ainsi de manière naturelle, ravalant bien assez tôt le « de vous voir » qui était un usage de parole qu'elle allait devoir vite oublier. Elle attendit d'entendre la porte se refermer, s'assurant sans mal qu'il était bien seul, cela s'entendait. Elle avait l'impression que l'odeur du bois de la pièce avait déjà était chassé par le doux parfum de son amant secret, elle sourit de plus belle en l'entendant approcher.

— Tu m'as manqué, amour. Parlant plus bas. Elle tendit la main vers lui pour réclamer la sienne, son expérience l'aidait à garder des gestes naturelles même les yeux clos. Elle avait besoin de sentir sa chaleur, le bout de ses doigts et ses ongles étaient encore légèrement violacés.
— Viens t'asseoir, elle voulait dire près d'elle, bien entendu, et  raconte moi à quel point je t'ai manqué également. Elle voulait détendre un peu l'ambiance pour préparer le terrain sur l'annonce qui allait finir par tomber assez vite, inéluctablement.  


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 3 Mai - 12:12



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Depuis son entrée dans ladite petite chambre de l'auberge dans laquelle sa douce Gentiana était alitée depuis alors quelques temps déjà, n'ayant pas pu venir la voir dès qu'il l'avait souhaité, ainsi ses pensées avaient toutes été tourné vers elle depuis un bon moment, y compris durant son entrainement matinal... lui ayant aussi bien causé du tort puisqu'il s'en était pris à son frère cadet mais aussi qu'il avait été légèrement touché et blessé au bras gauche durant la passe d'armes.

« Permettez-moi de m'enquérir de votre état, humble prêtresse, comme j'ai pu le faire auprès de vos consœurs... dont certaines ne semblent pas vraiment au mieux de leur forme d'ailleurs. » en s'assurant dans un même temps qu'ils ne se trouvaient alors que tous les deux en cette pièce, avant de faire taire ce ton et ces mots un peu trop cérémonieux et distants pour s'approcher d'elle et reprendre comme ils le faisaient habituellement.

En d'autres circonstances, Ardyn aurait tout à fait plaisanter sur le fait qu'il allait l'ausculté comme il avait du le faire auprès des autres prêtresses, aussi bien pour rajouter un peu de légèreté à l'atmosphère que pour la voir une fois de plus devenir quelque peu jalouse, ce qui la rendait encore plus séduisante et désirable qu'elle ne l'était déjà... mais son esprit était ailleurs, surtout depuis ce cri nocturne et cette impression de devoir craindre quelque chose d'invisible même si presque tout semblait aller au mieux en ce moment présent. « Je crains fortement que les mots me manquent actuellement pour répondre à ta requête, chérie... mais je peux toujours essayer et... et tu es frigorifiée. » dans un long soupir, alors qu'il venait de lier ses doigts aux siens avant de remarquer sa condition encore convalescente et affaiblie, se faisant violence pour ne pas céder à cette appréhension latente qu'il ressentait depuis la nuit précédente.

Sans davantage s'impliquer dans la réponse verbale que Gentiana espérait, son amant s'était alors assit au bord de son lit avant de se pencher vers elle, toujours en gardant ses doigts entremêlés aux siens, pour venir la réchauffer légèrement en gardant une certaine distance mais en venant l'embrasser avec passion... sans véritable retenue... à un tel point que ces flammes qui grandissaient en son for intérieur aurait pu nourrir ses pulsions, de la dévorer toute entière en ce moment précis, en ces retrouvailles éprouvantes, sans offrir le moindre intérêt à la présence d'autres prêtresses aux alentours et aux chambres avoisinantes. Alors que ce désir faisait écho en lui, en lui remémorant les songes qu'il avait alors vécu la nuit précédente, ce n'était plus des pulsions charnelles et amoureuses que ce feu venait attiser mais bien cette colère muette qu'il continuait à dissimuler dans ce tendre et ardent baiser. Malgré l'envie d'en savoir plus, de lui demander ce qu'il s'était passé en cet édifice pendant ces quelques jours, Ardyn garda la silence comme si le fait de ne pas en parler pouvait lui faire oublier cette ignorance, pressentant qu'il s'agirait là d'informations qui ne l'aideraient pas à garder la tête froide.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 4 Mai - 20:31



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

A mesure qu'il s'approchait et avant même qu'il ne prononce le moindre mot pouvant le trahir, Gentiana commençait déjà à sentir quelque chose d'anormal. Une sorte de malaise qui résonnait dans ses pas, lors-même qu'elle était bien incapable de dire en quoi il ne marchait pas comme d'habitude pour en déduire cela. Elle avait bien entendu parler de ces sens qui se développent quand l'un se trouve affecté et c'était d'ailleurs en partie pour cela qu'elle s’exerçait si souvent à garder les yeux clos dans son quotidien, mais elle n'aurait pas imaginé que cela puisse être si rapide. Peut-être le connaissait-elle encore bien plus qu'elle ne l'imaginait … voilà la preuve que malgré ses appréhensions, elle n'avait pas besoin de le voir pour le décrypter ! Enfin, cela n'avait jamais vraiment été question de ça, le fait est, tout simplement, qu'elle aimait le regarder, lui, son visage, ses yeux, ses lèvres, son nez … tout. Mais elle constaterait également très bientôt qu'elle n'avait pas besoin de voir tout cela pour profiter du réconfort qu'il pouvait lui apporter.

Deux sentiments aussi forts que contradictoire l'envahirent lorsqu'il lui prit doucement la main et elle lui parut presque brûlante, mais d'une manière agréable. Comme évoqué plus tôt, il y avait un grand réconfort, ce sentiment familier de chaleur et de sécurité dont il était la parfaite incarnation à ses yeux … mais son cœur s'était également serré d'une profonde inquiétude : sûrement parce qu'elle sentait son regard soucieux sur elle, sa détresse de la voir en si piteux état malgré ses efforts pour avoir l'air en forme. Elle sourit donc paisiblement à la remarque presque dévasté de son aimé qui s'installait à ses côtés.

— C'est plutôt bon signe pour une prêtresse de Shiva, tu sais … Bon, même elles avaient leurs limites, mais elle voulait le rassurer. Mais j'apprécie toujours ta chaleur, cela aussi, ça m'a manqué. Et c'était un doux euphémisme quand on savait dans quel condition elle avait passé ces trois derniers jours ! Elle n'avait qu'une envie à l'instant, qu'ils se trouvent une confortable peau de bête bien douce à étendre devant une cheminé et qu'ils s'emmitouflent tous les deux sous d'épaisses couvertures en tenue d'Adam et d'Eve, qu'elle puisse pleinement profiter de la chaleur de sa peau après que le froid de Shiva ait mordu si longtemps la sienne.

Une fois encore, elle n'eut pas besoin de ses yeux pour deviner qu'elle n'était pas parvenue à le faire sourire, mais le baiser qu'il lui déroba avec ardeur la laissa à nouveau dans la confusion la plus totale. Ses lèvres étaient toujours aussi douce et délicieuse ... bien avide, cette fois. Elle pouvait bien sentir à quel point elle lui avait manqué, sans doute plus qu'il ne lui était permis d'en plaisanter, finalement. Il y avait également quelque chose de plus possessif que jamais, comme s'il avait besoin de faire comprendre – pas à elle – qu'elle était sienne et que rien ne pourrait les séparer. Elle en vint à se demander s'il ne c'était pas passé quelque chose de grave pendant ces trois jours de séparation … ou peut-être qu'il commençait à lui en vouloir d'avoir des devoirs aussi contraignants ?
Elle répondait avec autant de tendresse qu'elle le pouvait à la fougue furieuse de son bien-aimé, glissant doucement sa main libre dans ses cheveux, comme l'on aurait tenté d’apaiser un chocobo paniqué. Elle garda son front contre le sien lorsque leurs lèvres se séparèrent, les yeux toujours clos. Elle aurait pourtant tellement voulu pouvoir plonger son regard dans le sien … elle se disait qu'elle aurait pu alors comprendre bien plus de chose en se plongeant dans sa contemplation de ses prunelles dorés dont elle se souvenait parfaitement des moindres détails. Faute de mieux, elle passa doucement son pouce contre les lèvres du Sauveur, ses lèvres qui ne dessinaient aucun sourire. Elle le connaissait peut-être suffisamment pour comprendre que quelque chose n'allait pas sans avoir à le regarder, il n'empêche qu'il lui était impossible de constater la blessure qui handicapait pour le moment, peut-être pourrait-elle sentir son bandage s'il daignait se découvrir un peu ?

— Qu'y a-t-il, amour … ? Je te sens préoccupé …    Disant cela, elle avait enrouler doucement ses bras autour de lui pour l'enlacer, cachant ainsi habilement son visage dans son cou pour y chercher de la chaleur ... et aussi pour ne pas trop attirer son attention sur ses yeux clos.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mer 9 Mai - 15:24



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Malgré la charmante tentative de Gentiana pour alors le rassurer, cela n'eut pas trop l'effet escompté surtout que même à titre personnel nul n'aurait pas vraiment apprécié que son amante s'en retrouve bien plus froide même si cela signifiait une bonne chose pour une femme et servante de Shiva. Néanmoins ladite prêtresse devait avoir saisi que quelque chose n'allait pas comme d'habitude ou du moins qu'Ardyn n'était pas aussi calme et apaisé qu'il en avait l'air habituellement. Sans pour autant qu'elle ne pose directement le regard sur lui, gardant les yeux clos depuis son arrivée dans la chambre, elle semblait lui cacher quelque chose comme lui le faisait jusqu'à présent mais Ardyn décida alors de jouer cartes sur table et ne plus poursuivre davantage dans ces non-dits.

« Je ne peux que te croire mais ce n'est pas quelque chose qui m'aurait enchanté pour autant... surtout que la nuit dernière a été particulièrement compliquée, en particulier lorsqu'un cri a percé le silence de la nuit. » non sans faiblir dans son étreinte physique qu'il exerçait envers Gentiana, attendant simplement qu'elle lui affirme s'il s'agissait ou non d'elle car malgré le sommeil et son état de torpeur c'était bien la sienne qu'il avait cru entendre. Délaissant une fois de plus la blessure encore un peu sanguinolente du reste de la situation, jugeant qu'elle n'était absolument pas prioritaire et purement superficielle, Ardyn ne pouvait plus vraiment s'empêcher de cogiter sur le même sujet que précédemment...

« N'as-tu jamais eu l'impression de faire don de ta personne et de tout ce que tu possédais... et que même en cette triste situation quelque chose s'efforçait de te faire comprendre que ce n'était pas suffisant ? » dans un nouveau soupir avant de poursuivre cette mise à nue de ses angoisses actuelles. « Que tu n'es qu'un outil céleste qui ne doit connaître aucun attachement car cela ne fait pas parti du "plan" ou du "destin" auquel tu es attaché, comme emprisonné ? » tout en conservant la main de Gentiana dans la sienne en espérant alors qu'il était le seul à penser ainsi, au moins pour qu'elle soit exemptée de cette persécution divine qu'il pensait s'abattre sur lui en cet instant... pendant que la foi s'estompe pour laisser place à une colère muette mais véritable, une injuste amertume.

Depuis bien trop longtemps il avait accepté cette tâche en mettant un point d'honneur à sauver tout ceux qu'il pouvait, quitte à délaisser sa propre santé et son développement social personnel, mais peut-être que cela n'aurait jamais pris de telles proportions s'il s'était manifesté plus tôt... ou si Minerva avait daigné lui expliqué clairement la raison de ses don et condition uniques. Contrairement aux différentes autres divinités et êtres supérieurs qu'il connaissait, qui avaient l'air de s'exprimer indirectement et par le biais de visions et autres énigmes étranges, celle-ci n'avait pas lever le moindre petit doigt si bien que tout reposait sur cette foi ébranlée.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 10 Mai - 20:30



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Ses yeux pâles s'ouvrirent sur le néant lorsque son aimé évoqua un cri qui avait percé dans la nuit jusqu'à troubler son sommeil. Elle comprit alors aussi que, sans se l'avouer ni l'assumer, il savait. C'est ça qui l'inquiétait et elle n'était malheureusement pas en position de le rassurer à ce sujet : son but n'était pas de lui mentir ou de lui cacher la vérité, elle n'irait de toute façon pas bien loin ainsi … mais elle voulait simplement faire preuve de tact, surtout que son cœur semblait déjà en proie à des tourments métaphysiques. Par sa faute, il avait déjà était confronté à la colère et à la rancœur, l'ayant une première fois repoussé au nom de son devoir envers Shiva. Même si c'était du passé et qu'elle lui avait prouvé depuis que son devoir de prêtresse n'était que peu de chose face à l'amour qu'elle éprouvait pour lui – en tout cas, elle espérait qu'il le savait – peut-être qu'elle avait déclenché chez lui une succession de doute dont il ne pourrait plus jamais revenir.

Une main plongé dans les cheveux de son aimé, elle s'était un peu plus blotti contre lui tout en serrant la main presque brûlante qui avait capturé la sienne. Il souligna alors des doutes et des tourments qui étaient tout nouveaux pour elle et si il n'en parlait sérieusement que maintenant, elle se doutait que cela devait lui peser depuis bien plus longtemps. Lui : le Sauveur. L'unique. Le Seul. Ayant très vite fait retombé le voile de ses paupières sur ses prunelles pâles et dénaturées, elle frotta doucement son visage contre le cou de son bien aimé … elle aurait voulu avoir le pouvoir de le rassurer, mais son état risquait malheureusement d’aggraver les choses. Comment le convaincre que ce n'était pas si dramatique que cela en avait l'air ? Seul le temps lui permettrait d'y parvenir … enfin, avec un peu de chance.

— Tout ça n'était pas un problème pour moi … avant.

Elle avait beau relativiser et faire face aux épreuves de la vie avec sagesse, il serait mentir que de dire qu'elle n'avait pas peur de l'avenir. Quelque chose en elle avait la certitude qu'ils seraient heureux, mais elle avait également toujours vécu avec cette impression que le temps lui manquait. Que son futur serait court. Jusque-là, cela ne l'avait pourtant jamais incité à vivre dans l'excès sous prétexte que « la vie est courte » et qu'elle devait « en profiter ». Avant qu'il ne change tout, son devoir n'avait jamais été un poids, ou en tout cas, elle était parvenue à se convaincre que sa vie était très bien comme elle était. Même s'il avait alors tout changé, sa relation avec Ardyn Izunia ne lui avait cependant pas donné tore : elle avait eut bien raison de vivre ainsi, paisiblement, attendant pour lui.

Alors non, cela ne l'avait jamais vraiment dérangé d'être une sorte « d'outil céleste », car au fond, elle n'était pas certaine de pouvoir tenir les dieux pour véritables responsables de tout ce qui pouvait lui arriver de bien ou de mal dans sa vie. Certaine chose arrive tout simplement comme ça … Alors peut-être que les dieux choisissaient des émissaires « particuliers » pour affronter des dangers tout aussi particuliers … mais les péripéties de leur existence n'appartenait qu'à eux.

— Peut-être que les entités choisissent des êtres exceptionnelles pour affronter des situations d'exception … mais je ne pense pas qu'elles se préoccupent des chemins que nous empruntons, du moment que notre destination reste la même. Il y a cependant certaines épreuves que nous nous devons de passer afin de devenir plus fort … et pour être prêt à franchir la ligne d'arrivée.

Elle espérait pouvoir le faire relativiser sur son sentiment d'emprisonnement mais aussi et surtout le rassurer sur l'état qu'elle allait bientôt lui dévoiler. Cependant, elle n'était pas certaine que cela soit totalement rassurant … car cela impliquait bel et bien qu'il n'avait pas été choisi par hasard, qu'il n'était pas simplement là pour soigner quelques maux … cela impliquait qu'il était bel et bien destiné à quelque chose de plus grand et cela impliquait sûrement quelque chose de dangereux, de difficile et peut-être même douloureux … Si la Déesse l'avait vraiment choisi pour quelque chose d'important et si elle voulait le préparer … alors c'est qu'un avenir assez sombre les attendait : tôt ou tard.

Soit. Elle restait convaincue que cela ne les empêcherait pas d'être heureux.

— Ardyn … Elle se décolla doucement de lui, venant à nouveau poser son front contre le sien. Tant que nous serons ensemble, rien ne pourra nous rendre prisonnier, car ce qui nous lie dépasse de loin toutes les chaînes, toutes les prisons qui soient ou puissent être. Les épreuves qui nous attendent, qu'elles soient envoyées par les dieux ou fruits de mauvaise fortune, ne me font pas peur, tant que je te sais près de moi. Elle décolla doucement son front du sien, les yeux toujours clos. Même si elle ne comptait pas lui cacher, elle n'avait aucune envie de lui montrer à quoi ressemblait ses yeux aujourd'hui, car elle savait que ce n'était pas très beau à voir et elle préférait qu'il garde intacte le souvenir de ses prunelles vertes mouchetées de noisettes.

— Je suis privée de ton visage, mais pas de ta personne, elle lui caressait doucement la joue, son regard semblait plonger profondément dans le sien à travers ses paupières, je n'ai besoin de rien d'autre. Elle sourit avec tendresse. Même si la vue de certaines parties de ton corps vont certainement me manquer plus que d'autres … Elle pensait surtout à ses yeux, en fait, mais la remarque était volontairement ambiguë … enfin, elle n'était pas bien sûre qu'il le prenne suffisamment bien pour en plaisanter si vite.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 14 Mai - 11:13



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Bien évidemment elle n'avait pas de réponses claires et certaines à lui offrir car nul ne connaissait réellement les plans de ces entités et lui n'avait fait que caresser ce lien qui pouvait exister entre elles et les humains malgré son statut. Même si sa bien-aimée essayait alors de le rassurer, il comprenait également que toutes ces choses étaient nouvelles pour elle aussi, qu'elle n'avait jamais vu les choses sous cet angle ni même du affronter son destin de prêtresse avec appréhension, chose qui lui était arrivée par sa faute et à cette relation qu'il avait tissé avec elle. Naturellement qu'il aurait pu s'en vouloir, se sentir coupable de l'avoir alors fait tomber dans ses travers "d'être exceptionnel" pour utiliser ses propres termes... un statut dont il pourrait bien l'éclabousser de par ses répercutions alors que lui-même n'avait jamais demandé à l'être. Se pourrait-il que les divinités ne soient pas aussi puissantes qu'elles voudraient le faire croire et qu'elles aient littéralement besoin des mortels pour accomplir ce qu'eux ne peuvent ? Ou sont-elles alors trop lâches pour oser se mouiller et laisser d'autres pâtir d'un destin non-souhaité ? Si tel était le cas, pourquoi accepterait-il d'être l'envoyé et l'intermédiaire d'une entité qui devait sans doute le mépriser pour le forger en un homme qu'il n'aurait jamais voulu alors ?

« Je te remercie d'essayer de me remonter le moral, même si tes dires vont dans le sens où le pire est encore à venir et que je ne suis pas suffisamment fort, bon ou prêt pour elle, pour eux... Je suis las de devoir accepter cette voie, une voie que je méprise au fond de moi car elle tend à me rendre tel que je ne suis pas. Un homme ne peut-il simplement pas changer son destin ? Peut-être que je serai un jour capable de faire ce pourquoi on m'en demande tant, mais si pour cela il faut que je devienne impersonnel et sans attaches, je ne le pourrais jamais. » en la serrant un peu plus fortement dans ses bras, laissant la tête de Gentiana se poser sur son épaule, proche de son cou, tout en miroitant ce supposé destin approcher peu à peu tel un brasier ravageur. Peut-être que ce n'était qu'une pensée néfaste qui germait dans son esprit, mais il ressentait également cette impression dans le cœur de son amante, comme si un triste destin les attendait tous les deux... pour les prendre tôt ou tard.

« Gentiana... Je n'ai pas peur de mourir, pas si cela alimente l'espoir ou se voit être la conclusion d'une bonne action... J'ai davantage peur d'être séparé de toi, cela me donnerait l'impression de vivre dans une cage à tout jamais, sans qu'aucun rayon de soleil ne puisse percer à travers les barreaux. » tout en secouant doucement la tête, sachant pourtant que nul n'était immortel et qu'un jour ou l'autre tout le monde doit bien finir par mourir et retourner à la planète... mais il était encore jeune, et surtout éperdument amoureux, au point de ne pas vouloir accepter un tel destin funeste et inéluctable. « Malheureusement nous aurons sans doute des épreuves à passer seul, chacun notre tour, où l'autre ne pourra pas toujours être présent pour lui offrir le soutien mérité... mais dans le cas présent, je ferai tout ce qu'il y a en mon piètre pouvoir pour te rendre ce qui t'a été dérobé, je te le promets. » tout en accentuant une fois de plus son étreinte sur son interdite promise alors alitée et dont la vue avait été volé lors de cette fameuse épreuve. Bien que soufflant un léger rire nerveux à la dernière réflexion ambiguë de sa bien-aimée, Ardyn ne put le garder plus longtemps que cela... attrapant délicatement la main de Gentiana pour venir la poser sur son propre visage, ayant bien compris qu'elle ne pouvait le voir avec ses yeux, afin qu'elle puisse le détailler et ainsi donc le voir du bout des doigts, en embrassant alors sa paume.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 15 Mai - 12:08



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Gentiana avait toujours si facilement accepté son destin, qu'il soit heureux ou terrible, qu'elle ne savait pas trop comment rassurer son bien-aimé dans ses tourments. Elle le savait depuis longtemps, il ne se plaisait pas autant qu'il n'y paraissait dans son rôle de Sauveur et cela faisait partie des choses qu'elle aimait chez lui … Ardyn Izunia, son lion insoumis. Même si elle tendait plutôt à le faire relativiser pour rejoindre sa vision des choses, au fond, elle comptait un peu sur lui pour l'inspirer à l’émancipation de ses devoirs, lui donner goût à la liberté et peut-être même à une pointe d'anarchie et d’insouciance. Cela faisait partie des belles choses qu'il avait révélé en elle, du lâché prise, tout simplement. La vie, quelle qu'elle soit, est en continuelle évolution, elle change toujours au fil du temps, c'est pourquoi elle ne se sentait pas mal à l'aise à l'idée qu'il la change, il était simplement le rayon de soleil qui la faisait fleurir. Elle changeait, mais elle restait elle-même.

— Je ne pense pas que tu as été choisi pour être modelé à une image qui ne te correspond pas … je pense que tu as tout simplement été choisi pour ce que tu es, alors … soit simplement toi-même. Si le pire est à venir, alors ça veut dire que nous pouvons encore vivre le meilleur … il est inutile d'entacher les bons moments avec l'appréhension de potentiels mauvais à venir … tu ne crois pas ? Notre vie nous appartient, peu importe ce qui nous attend.

Malgré les doutes et le sentiments d'emprisonnement dont souffrait manifestement son bien-aimé, il semblait toujours bel et bien détenir son esprit de sacrifice, cette profonde bonté qui, malgré ses doutes, faisait partie de lui. C'était son côté éblouissant : pas celui qu'elle préférait si cela pouvait le conduire à sa perte. D'ailleurs, cela la poussa à se poser une terrible question : elle qui acceptait si facilement les aléas de sa vie, tous les sévices qui pouvaient lui être infligés et qui ne se sentait même pas de se rebeller face au sentiment qu'elle avait que sa vie serait courte … serait-elle toujours aussi stoïque face à la perte de celui qu'elle aime le plus au monde ? Elle ne saurait l'imaginer, elle ne voulait pas y penser … Elle venait de se rendre compte que cela la terrifiait plus qu'elle ne l'avait jamais été.

— Je ne compte aller nulle part sans toi, amour. Alors, elle aurait voulu lui dire que même si ils venaient un jour à être séparé contre leur gré, même si elle venait à rejoindre la rivière de la vie avant lui … elle voudrait qu'il continue à vivre pour eux-deux. Et c'était vrai, c'est ce qu'elle voudrait, qu'il vive, qu'il continue à illuminer la vie de leur peuple comme il avait magnifié la sienne … mais elle ne voulait pas envisager une telle chose, elle ne voulait pas lui faire penser à cela, car une situation inverse lui inspirait le plus profond désarroi.

Afin d'essayer de le convaincre, elle lui adressa un sourire tendre avant de l'embrasser avec tout autant de tendresse. Il resta bien calme en apprenant sa cécité, révélant une fois de plus son âme de sauveur. Elle eut un nouveau sourire, plus triste celui-ci et il s'attendrit lorsqu'il l'aida à trouver son visage qu'elle caressa doucement. Elle passa son pouce sur ses lèvres et son index glissa sous ses yeux et sur son nez, elle semblait véritablement le contempler et ce, pendant un long moment.

— Pas « tout » ce qui est en ton « pouvoir », d'accord ? Elle voulait bien entendu parler de son don qu'il avait déjà utiliser sur elle contre son gré – pour un bien moindre mal – et dont il avait déjà été privé à son égard. Quelle qu'en soit la véritable raison, c'est la magie de Shiva qui m'a plongé dans cet état, qui sait ce qui t'arriverait si tu essayais d'utiliser ton don sur moi … Et puis, rien ne nous dit que cela sera définitif, je ne suis pas la première à me retrouver dans cet état après cette initiation et la plupart finissent par recouvrer la vue. Elle l'embrassa à nouveau avec tendresse. En revanche, j'accepte volontiers que tu prennes soin de moi et que tu me donnes le bras pour me guider … personne ne pourra nous le reprocher, n'est-ce pas ? Passant alors son pouce sur ses lèvres pour essayer de sentir si elle allait enfin parvenir à chasser cet air soucieux de ses traits.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 21 Mai - 15:31



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Devant une telle forme de positivité et de dévotion à son égard, Ardyn se sentit alors un peu plus léger, comme libéré d'un peu de ce poids qui pesait autant sur ses épaules que sur son cœur... Et pensait-elle réellement que rien ne pourrait les séparer ? Sur le plan spirituel tout du moins car la mort viendrait inlassablement les prendre un jour ou l'autre, en espérant qu'elle ne survienne que le plus tard possible. Malgré tout ce qu'il avait pu penser, tout ce qu'elle venait de dire, quelque chose s'était forcément brisé dans cette foi aveugle qu'il avait envers ces entités et cette déesse, qui ne se réparerait peut-être jamais, mais Gentiana serait au moins toujours là pour continuer à être son phare, sa lumière dans les ombres... et Gaïa sait à quel point les ombres l'appréciaient.

« S'il y a bien une chose que je comprends actuellement, c'est certes que je ne devrais pas me focaliser sur ce qui pourrait survenir de mauvais... mais c'est surtout que j'ai désormais autant besoin de toi que je t'aime, Gentiana. Si tu me crois assez fort pour supporter tant de choses, c'est uniquement grâce à toi, je ne le suis pas autant que tu le crois. » en la tirant doucement contre lui, quitte à lui faire perdre un peu de ce cocon de couvertures, pour la sentir pleinement contre lui, comme s'il souhaitait vérifier qu'il ne se trouvait toujours pas dans un rêve... ou un cauchemar d'ailleurs. En effet, si Gentiana le prenait pour une lumière éclatante qui baignait les leurs, cela faisait déjà un moment que la lueur s'était quelque peu ternie mais qui poursuivait son oeuvre, en illuminant d'autant plus fortement qu'elle en était devenue comme son inséparable catalyseur.

« Très bien, je te promets de ne pas aller jusque-là... mais je me permets de faire tout le reste si nécessaire et ce n'est pas négociable. » tout en venant l'embrasser dans le cou, dans un premier temps seulement. Même si Gentiana avait l'air de croire que ce n'était rien, que ce n'était pas important ou même que Shiva reviendrait sur ce qu'elle lui avait infligé, Ardyn ne pouvait pas s'offrir le luxe de croire à une telle générosité de cette entité, après tout... elle venait de lui dire indirectement que c'était à eux de construire leur propre avenir en parallèle à leur destinée.

« En attendant, que dirais-tu de sortir de ce lit, qui au passage te donne l'image d'être une estropiée affaiblie, pour aller faire un tour dehors et profiter un peu de cette région ? » même si dans un sens la température locale assez glaciale n'était pas vraiment quelque chose qu'il appréciait réellement. Alors qu'il venait tout juste de le lui proposer, il se mit donc à la découvrir puis à l'aider à se vêtir... car ils n'étaient plus vraiment à cela prêt depuis le temps, non sans déposer en quelques endroits de petits baisers sur sa peau douce et laiteuse. Après plusieurs bonnes minutes, il vint enfin l'aider à sortir de ladite chambre dans laquelle elle était censée se reposer pour prendre la direction de l'étage inférieur puis enfin de la sortie du bâtiment. Peu importe qui ils allaient bien pouvoir rencontrer, qui pourraient bien les apercevoir, les mots de Gentiana continuaient de résonner en sa tête et il était plus que d'accord avec ce concept.

Tout en l'aidant à se mouvoir avec parcimonie, ne cherchant pas non plus à la rendre plus handicapée qu'elle ne l'était, ils allèrent à leur rythme au sein dudit village sous le glacier pour se rendre d'ailleurs vers le fameux temple de Shiva dans lequel son amante avait été enfermé plusieurs jours durant pour son épreuve. « Asseyons-nous donc sur les marches, j'imagine que tu as compris où nous étions par la même occasion, tu dois le ressentir. » en opinant alors doucement de la tête tout en l'aidant donc à s'installer avec délicatesse, faisant de même l'instant d'après... profitant néanmoins de la vue avant de lever les yeux vers le temple et la pointe du glacier, comme dans un air de défi. Ardyn toisait l'invisible avec une vive lueur dans le regard, comme se voulant protecteur envers Gentiana et à la fois rancunier envers celle qui l'avait alors blessé... peut-être ne comprenait-il pas ces événements, mais la bête sauvage qui sommeillait en lui ne cessait de grogner, tel un lion prêt à rugir avec férocité.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 21 Mai - 22:32



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Une bouffée de tendresse réchauffa son corps glacé lorsqu'il lui fit cette belle mais inquiétante déclaration. Il était flatteur de savoir qu'elle était sa force et d'ailleurs, c'était parfaitement réciproque, mais cela signifiait aussi fatalement qu'il pourrait ne jamais se remettre s'il venait à la perdre … Allons, pourquoi penser au pire, elle qui s'efforçait justement de lui ouvrir les yeux sur le meilleur ? « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » dit-on ! Mais non, elle ne voulait pas se laisser abattre et si elle avait peur de ce qui pourrait advenir de son aimé si jamais ils venaient à être séparés … alors c'était à elle de faire en sorte que cela n'arrive pas. Peut-être que leur destination était déjà décidé par elle-ne-savait quelle force mystique, mais elle était sincère en assurant qu'ils n'appartenaient qu'à eux de décider de leur chemin … et elle comptait bien prendre le chemin le plus long. Peut-être aussi que son bien-aimé avait raison de ne pas se laisser faire, de ne pas accepter que l'on décide de son sort à sa place, aussi infime soit le détail décidé …

Elle se contenta de profiter de l'étreinte qu'il vint chercher en la serrant contre lui, sentant son corps se réchauffer un peu plus encore. Il n'avait pas besoin d'utiliser son don sur elle pour la faire aller mieux, elle sentait d'ailleurs à l'instant un doux regain d'énergie, comme si cette simplement étreinte suffisait à la recharger à bloc. C'est ce genre de chose qui la convainquait que tant qu'il serait à ses côtés, rien ne serait impossible pour eux.

— Je veux bien te croire, même si je suis convaincue que tu restes plus fort que tu ne le penses. Et tu sais bien que … tu m'es tout aussi indispensable, n'est-ce pas ?

Elle se sentait bien mieux et avait bien plus chaud dans ses bras que dans n'importe quelle couverture, aussi douce et douillette soit-elle, puisse-t-elle reposer près du foyer le plus ardent. Ainsi dans ses bras, son dos était découvert et même si ce n'était pas la position la plus confortable, il est certain qu'elle aurait pu rester ainsi pendant des heures. Elle aurait dû commencer à avoir l'habitude mais … il n'y avait rien à faire : ce qu'elle ressentait pour lui et tout ce que cela pouvait susciter en elle était toujours aussi surprenant.
Un rire chaud franchit ce sourire tendre qu'il ne put pas voir – car elle était toujours contre-lui – lorsqu'il la dissuada d'essayer de l'empêcher faire tout « le reste » qui était en son pouvoir – sauf utiliser le don de la Déesse, du coup – afin de l'aider à traverser cette épreuve.

— Je ne négocie pas pour le reste D'un ton chaud et emprunt d'intérêt, elle poursuivit. Tu peux donc tout te permettre … Même de l'enlever sur le dos de son fidèle chocobo pour mener une vie d’exil paisible rien que tous les deux.

Qu'elle se plaisait dans cette dangereuse illusion que rien ne pouvait leur arriver, qu'il n'y avait qu'eux à des kilomètres à la ronde et que le temps s'était arrêté pour les laisser pleinement profiter l'un de l'autre … un jour, dans pas si longtemps, tout ça leur serait enfin permis. Elle avait hâte que tout cela ne soit plus une illusion.

— Une estropiée affaiblie … Répéta-t-elle avec un faux air vexé, toi on peut dire que tu as les mots pour flatter la femme qui te donne tant de force. Elle sourit pour confirmer qu'elle plaisantait, mais elle était tout de même un peu inquiète de son image, tout à coup. Elle n'avait jamais vraiment été coquette et ne s'était jamais vraiment posé de question sur son apparence : c'était contraire aux principes qu'on lui avait enseigné, à savoir, l'humilité. Mais bon, si elle se fichait bien de ce que l'on pouvait penser d'elle, elle s'était découvert un certain plaisir à se sentir belle aux yeux de celui qu'elle aimait … et elle aurait aimé le rester, car lui, il était toujours à ses yeux la plus belle merveille du monde.
Comme pour remédier à cette piètre image qu'elle renvoyait, elle se passa la main dans les cheveux après s'être décollée de lui alors qu'il s'apprêtait à l'aider à se préparer. L'exercice fut bien plus plaisant qu'elle n'aurait pu l'imaginer, elle qui avait sa fierté et qui n'était donc pas particulièrement enchantée à l'idée de devenir une pauvre assistée ! Mais Ardyn Izunia dépassait toutes les règles. Quelques très légers rires chauds lui échappèrent même lorsqu'il s'aventura à déposer ça et là quelques baisers sur elle. C'était injuste, car il la prenait par surprise à chaque fois … mais ce n'était pas désagréable.

— Suis-je présentable, à présent ? Et à votre goût, amour ? Demanda-elle avec le sourire, balayant rapidement sa tunique de la main afin de s'assurer qu'elle était correctement vêtue. Tu ne m'as pas habillé en rose, j'espère ?

C'est dans la bonne humeur que la prêtresse convalescente sorti de son gîte, s'armant de ce masque énigmatique qui ne laisserait ni paraître la difficile épreuve qu'elle était en train de traverser, ni le bonheur qu'elle ressentait à être librement au bras du Sauveur. Sur le chemin, elle rassura quelques unes de ses sœurs inquiètes pour sa santé, elle avait véritablement l'air d'aller mieux et le fait qu'elle garde les yeux clos ne perturbait pas tant que ça ceux qui la connaissaient. Les gens mettraient sûrement son regain d'énergie sur le compte du sauveur – et ils avaient bien raison, même si ce n'était pas tout à fait de la manière qu'ils pourraient penser. Au bruit ambiant des lieux qu'ils traversaient et aux peu de rayons de soleil qui perçaient l’épais mentaux de nuages du ciel, Gentiana put reconnaître la direction qu'ils empruntaient. Elle ne savait pas vraiment pourquoi Ardyn la guidait vers cet endroit qui ne devait lui inspirer nulle sympathie, mais elle se laissa faire tout en espérant qu'il ne ferait pas soudainement éclater un quelconque scandale. Ce n'était pas trop son genre, car même si cela lui coûtait, il était respectueux des croyances de sa bien aimée et même si cela devait le ronger, elle savait qu'il resterait correct pour elle.

C'est sans accroc qu'ils arrivèrent devant le temple qu'elle ne pouvait voir, mais dont elle sentait la puissance. Elle accepta de s'asseoir avec précaution, non sans l'aide aimable du sauveur qui prit place à ses côtés. Profitant des murmures du vent froid du nord et de la présence de son aimé à ses côtés - sur qui elle ne pouvait malheureusement pas reposer sa tête, bien que l'envie soit bien là - elle attendit un moment en silence. Elle se demandait toujours pourquoi il avait choisi cette destination …

— Tu ne comptes quand même pas m'abandonner aux portes du temple pour t'être lassé de moi, hm ? Mon affreuse mine d'estropiée t'aurait-elle effrayé à ce point ?   Elle hoqueta un léger rire, mais l'air de rien, elle n'arrêtait pas d'en reparler, de ce « compliment » !

 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 22 Mai - 3:38



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Malgré les doux mots de Gentiana et son moral qui s'était amélioré depuis qu'il l'avait alors revu, dans un état bien inférieur à celui qu'il lui connaissait mais heureusement pas aussi lamentable et tragique qu'il l'avait imaginé, il avait tout de même gardé le silence une bonne partie de leur trajet jusqu'aux marches devant le temple de Shiva. Même si la situation aurait pu être bien pire, cela n'empêchait pas notre sauveur de rester sur ses gardes, ne sachant plus vraiment à qui ou à quoi faire confiance si ce n'était elle. Brisant enfin le silence qu'il s'était imposé, ramenant son regard sur son amante après avoir longtemps observé le ciel sans vraiment savoir quoi penser, ni sur quel pied danser désormais.

« Si j'avais osé te vêtir de rose, crois-moi que l'on serait venu nous voir pour demander des explications... et cela veut-il dire que tu dissimules quelques étoffes de cette couleur quelque part ? Me voila curieux, un secret que j'ignorais ? » en soufflant d'ailleurs un léger rire car jusqu'à présent elle n'avait pas vraiment eu de secret pour lui, poursuivant doucement la plaisanterie quelques instants tout en essayant de se rappeler si les affaires les plus intimes de Gentiana ne l'étaient pas non plus. Quel dommage que cette dernière ne puisse voir le visage de son amant en pleine réflexion sur le sujet, enfin... elle n'en avait sans doute pas besoin pour comprendre la teneur de ce moment assez pensif.

« Pourquoi t'abandonnerais-je ? Et encore plus dans ce lieu ? Non... j'essaie juste de comprendre à ma manière ce qui a bien pu se passer de l'autre côté de ces murs, de savoir pourquoi la glacéenne agit ainsi. » tout en se massant délicatement le menton, revenant donc à ce sujet et non plus sur le précédent bien moins sérieux. « J'aurais tout aussi bien pu faire preuve de rage et de colère mais je doute qu'elle ne me réponde dans tous les cas... alors je ne sais pas si c'est moi, mais je crois avoir besoin de repos et de tranquillité, en grandes quantités... » alors qu'il se voyait déjà prendre sa retraite dans cette future masure excentrée du reste de la cité des anciens, un lieu où il pourrait bientôt vivre avec elle dans un semblant de vie normale, loin de toutes ces épreuves.

« Quelle est la suite du programme par la même occasion ? Aussi bien pour l'expédition que pour nous deux. As-tu seulement vu quelque chose durant cette épreuve ? Une vision ou sensation, sait-on jamais ? » même si Ardyn n'était pas du tout convaincu que tout s'était réellement passé comme prévu, que ce n'était pas une épreuve mais bel et bien un procès. D'ici quelques jours, allaient-ils tous rentrés au bercail en faisant comme si de rien n'était, ou alors Gentiana allait devoir rester davantage pour tenter de guérir sa cécité ? Ils venaient tout juste de pouvoir réellement se côtoyer tous les deux, sans compter l'une des nuits précédentes dans la tente et passée en coup de vent, mais le sauveur n'avait décidément plus envie d'essayer de comprendre ces entités divines qui agissaient sans la moindre compassion ni même cohérence. « Le plus tôt serait peut-être le mieux après tout... ou alors nous pourrions partir dès aujourd'hui, dès maintenant même, sans savoir où nous allons, juste nous deux... » en caressant de plus en plus cette idée comme quoi seule l'isolation de cette manière pourrait leur apporter ce qu'ils méritaient tout deux, la paix...

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 22 Mai - 18:34



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


La réaction – ou plutôt le manque de réaction – des quelques personnes qu'ils avaient croisé la confortait effectivement dans l'idée que son bien aimé ne lui avait fait aucune mauvaise blague concernant sa tenue … sa cécité était sûrement encore trop récente et trop prise au sérieux par le Sauveur pour qu'il ne laisse libre court à sa débordante imagination de farceur. C'est qu'elle regretterait presque qu'il n'ait pas pensé à lui faire de farce – bonne ou mauvaise – cela aurait au moins prouvé qu'il n'allait pas si mal ! Mais bon, à sa place, ce n'est pas non plus ce à quoi elle aurait pensé aussitôt. Ce serait tiré par les cheveux « Eh, chérie, je suis aveugle » « Lol, c'est pour ça que tu n'as pas remarqué cette moustache sous ton nez, ni ce manteau rose vif que je viens de t'apporter ». Même si « lol » n’existait pas à leur époque.

— Tu es très loin de la vérité, elle du réprimé un « amour », même si elle se permettait de lui parler de façon assez familière, elle ne voulait pas non plus prendre trop de risque, le peu de vêtement de cette couleur que j'ai eu ont tous fini au feu … j'ai un problème sérieux avec couleur, c'est une longue histoire … que tu finiras bien par apprendre un jour, elle murmura plus bas, malheureusement.

Elle ne voulait pas entendre par-là qu'elle regrettait qu'il apprenne les faits en eux-même, qu'elle appréhendait cela ou qu'elle aurait aimé qu'il n'en sache rien … non, en fait, elle n'était simplement pas enchantée à l'idée qu'il soit un jour impliqué dans cette vieille querelle familiale qui impliquait une cousine cruelle et envieuse qui l'avait toujours détesté depuis l'enfance. Cette fameuse cousine adorait s'habiller en rose et, connaissant l'aversion de Gentiana pour cette couleur, s'arrangeait toujours pour lui offrir quelque chose dans ces tons à diverses occasions. A la base, quand elle était petite, c'était simplement la couleur qu'elle appréciait le moins, surtout ces roses barbie bien vifs ou pâle comme la barbe à papa. Le vrai rose-rose. Elle préférait de loin le bleu, le noir ou le violet, même le magenta, qui était pourtant une teinte de rose, trouvait généralement grâce à ses yeux … non, ce qui l'avait véritablement fait détester cette couleur, c'est que sa cousine avait très vite pris un malin plaisir à la charrier sans cesse avec ça. Des histoires de gamines … elle n'était pas parfaite. Mais sa cousine était vraiment du genre exécrable, aussi.

Évidemment, son aimé ne l'avait pas emmené ici dans le but de l'abandonner, mais cette taquinerie qui relevait de l'absurde eut le mérite de l'inciter à confesser ses sentiments. Il était perdu, peut-être plus qu'elle … Mais cette ballade pourtant simple et banale avait fini de la convaincre que sa nouvelle condition n'était pas si dramatique. Cela lui permettait de se rapprocher de lui en publique sans enclencher de scandale ! Car aux yeux de tous, il serait normal qu'elle ait besoin d'un guide et qu'elle cherche à être rassurée par un être pure et rassurant comme le Sauveur, surtout qu'on lui prêtait une sagesse très réconfortante quant à la proximité qu'on l'imaginait avoir avec la Déesse. Si leurs semblables savaient à quel point il était seul, en vérité … enfin, presque. Elle était là, elle.

— Tu vois bien que ce n'est pas si dramatique … cela nous a permis d'être ensemble sous les yeux de tous sans créer de scandale … cela pourrait même aider à les habitués à nous voir ainsi et minimiser le choc quand nous officialiserons notre condition … sans que nous soyons inquiété pour autant en attendant ce jour.

En quête de réponse, son amoureux transit se tourna désespérément vers un signe qu'elle aurait pu percevoir pendant son initiation. Elle prit le temps de réfléchir à la question, elle savait par expérience que les signes pouvaient être trompeurs – comme ils l'avaient été quand elle avait cru bon de le repousser – mais aussi qu'ils pouvaient totalement nous échapper. Il fallait parfois du temps pour les voir ou les comprendre … et si certains s'étaient présenté à elle pendant ses méditations, alors c'est qu'elle manquait de temps.

— Je ne peux pas dire que j'ai pu avoir une quelconque vision clair et précise sur quoi que ce soit … Mais j'en suis sortie avec le sentiment … la certitude que nous n'avons pas de soucis à nous faire pour notre avenir proche. L'attente et les contraintes de notre situation nous paraissent intenables pour le moment, mais tous va s'arranger … dans moins d'un an maintenant. En ce qui concerne le programme de cette expédition … l'initiation étant passé, nous devrions bientôt reprendre la route du retour, il doit y avoir une fête, je ne sais pas si ça sera ce soir ou demain …et pour nous deux … de la patience et des travaux … même si je risque de pouvoir encore moins t'aider qu'avant pendant un moment, j'en suis désolée. Mais tu as dis que tu avais besoin de repos … peut-être devrais-tu songer à sous-traiter pour la construction ? Tu dois prendre soin de toi ... mais tu as le droit de faire quelques exceptions pour prendre soin de moi, si tu veux.

Elle eut un sourire indulgent à l'idée de fuite de son bien aimé … elle aussi, elle en rêvait et ce n'était pas la première fois qu'ils en parlaient, mais cela restait un fantasme fous, ses devoirs enfin son temple, sa famille et sa cité ne lui permettait pas de céder à cette tentation … et ce n'était pas parce que tout cela représentait une contrainte ! C'est juste que sa vie n'était pas si mal comme elle l'était et elle savait qu'elle deviendrait meilleure encore au prochain solstice d'hiver.

— Tu voudrais vraiment partir comme ça … ? Tout abandonner : ta familles, tes amis, ta maison ? Elle savait que ce qu'il voulait fuir avant tout, c'était son devoir de Sauveur et les devoirs de prêtresse de sa chère et tendre qui les entravaient … mais elle trouvait bien plus judicieux de lui ouvrir les yeux sur le meilleur plutôt que réprimer une envie qui ne ferait qu'enfler sous l’oppression.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 28 Mai - 12:04



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Au moins le ton de l'humour et la plaisanterie étaient encore utiles et accessibles entre eux et Gentiana semblait d'ailleurs bien plus calme et sereine vis-à-vis de son statut que ne l'était encore son amant. La prêtresse avait l'air de penser que ce ne serait que temporaire et que bien vite sa vue lui serait rendue... malheureusement rien ne pouvait le certifier pour autant et le cas échéant tout deux devraient apprendre à vivre ainsi, sans pouvoir profiter du regard de l'autre. Même s'il est vrai que ladite prêtresse de Shiva avait pour habitude de garder les yeux fermés, ce n'était pas une raison pour se réjouir des événements récents, surtout que cela demeurait assez différent dans leur intimité. Qui plus est, en parlant d'intimité, voila que Gentiana venait de lui répondre quant à cette idée un peu absurde d'être trompée et vêtue de rose par les petits soins de notre sauveur. « Comme tu veux, sachant que nous avons actuellement tout notre temps pour ce genre d'histoires en tous les cas, haha... et si cela peut te rassurer, ce n'est pas forcément une couleur que j'affectionne non plus. » en essayant alors de suivre le mouvement et de rire un peu, plutôt que de rester focaliser sur la cécité fataliste de son amante qui lui avait alors été offerte par celle qu'elle servait depuis sa plus tendre enfance, si l'on peut vraiment parler de cadeau...

« Je le conçois, mon amour, mais malgré ma patience assez mitigée j'aurais été tout à fait capable de devoir rester quelques jours de plus loin de toi... quelques semaines voir même mois, si cela t'avait permis de conserver la vue. » tout en haussant doucement les épaules avant de glisser discrètement un de ses bras derrière elle pour l'enlacer, prenant néanmoins garde à ce que personne ne puisse les voir ainsi... pour l'embrasser délicatement par la même occasion. « Un an semble à la fois si proche et si loin... Tu as néanmoins raison, nous ne pouvons pas tout quitter comme cela sur le un coup de tête, même si l'envie est plaisante cela implique bien trop de choses et de sacrifices dans un sens. » en se massant le menton avant de lentement secouer la tête, il est on ne peut plus vrai que c'était une idée un peu trop impulsive et déraisonnable.

« Quant à la construction de notre abri dans la montagne, rien ne change. Tu sais comme moi que je ne suis pas du genre à remettre à demain ce que je peux faire aujourd'hui, même si cela implique d'être fatigué physiquement et mentalement... je pense que c'est de plus en plus nécessaire, pour nous deux. » en venant la prendre dans ses bras une nouvelle fois, accentuant l'étreinte avec tendresse avant de lentement la relâcher, appréhendant toujours la présence d'une tierce personne, tout particulièrement une autre prêtresse aux abords du temple de Shiva.

« Peut-être ne devrions nous pas rester ici et seuls trop longtemps... même si nous avons un prétexte, ce serait dommage s'ils se posent trop de questions, surtout que nous allons probablement bientôt entamer le voyage de retour. » en se redressant alors lentement avant de venir délicatement sa main pour l'attirer vers lui et la faire se lever à son tour.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 29 Mai - 20:02



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


C'était puéril de sa part, elle s'en rendait bien compte, mais cela la réconfortait effectivement que son bien-aimé soit de son avis en ce qui concerne cette couleur rose qu'elle méprisait tant, prenant son partie avant même de connaître toute l'histoire. Peut-être qu'il disait ça pour lui faire plaisir, parce qu'il l'aimait ou par égard étant donné son état … mais peu importe, elle appréciait qu'il soit de son côté à ce sujet. Enfin, si ce n'était pas ce qu'il pensait vraiment, elle espérait tout de même qu'il faisait plus cela par amour que par pitié pour sa cécité ! Elle ne dirait certainement pas non à ce qu'il s'occupe un peu d'elle, mais il n'était pas question de se laisser traiter comme une impotente totalement dépendante. Soit, elle lui parlerait de cette histoire … il fallait bien qu'il soit au courant avant de rencontrer l'animal et qu'il ne se laisse surprendre.
La déclaration suivante la laissa légèrement songeuse. Plusieurs mois loin de lui pour conserver la vue ? Oh non, elle aurait été d'autant plus perdante ! Dans son état, elle ne pouvait peut-être pas voir ses yeux dorés – qui lui manquait affreusement – mais au moins pouvait-elle encore entendre sa voix suave et chaleureuse, sentir sa peau pour se réchauffer et sa barbe naissante sur son menton dont-elle pouvait encore parfaitement voir la courbe dans sa tête. Tout ça, elle en aurait été privée si elle avait gardé la vue en restant loin de lui.

— Hm. Je crois que je préfère les choses comme elles sont. J'aurais été privé de bien plus si j'avais gardé la vue mais que l'on m'avait emmené loin de toi. La chaleur envahi ses veines lorsqu'elle le sentit passer son bras autour d'elle pour l'enlacer. Elle était un peu inquiète à l'idée qu'on les voit, car si elle n'entendait rien autour d'eux à par le vent, ce dernier pouvait justement cacher quelques présences et elle n'avait pas l'ouïe assez fine pour détecter d'éventuel curieux à d'éventuelles fenêtres. Mais elle lui faisait confiance. Elle avait beau parfaitement assumer son état – et ceux, sans vraiment avoir l'impression de prendre sur elle pour faire bonne figure – elle était bien forcée de constater que les petites preuves d'affections de son bien-aimé lui apporter bien plus de satisfaction que d'habitude, car elle se serait presque sentie de ronronner lorsqu'il l'embrassa.

Comme son aimé retrouva la raison par lui même, elle ne trouva rien à redire sur le sujet, mais elle eut beaucoup plus à s'en faire lorsqu'il affirma qu'il ne comptait pas changer d'approche pour la construction de leur future refuge. Son sourire se fana légèrement pour laisser apparaître une mine soucieuse sur son visage aux yeux clos, elle n'aimait pas qu'il néglige sa santé, que ce soit en abusant de son don ou en s'entêtant à ne pas demander l'aide dont il avait besoin. Elle devait déjà s'estimer heureuse qu'il se soit tourné vers le Roc pour l'aider ! Cela la dérangeait encore plus lorsqu'il se mettait en danger pour elle, même si dans ce cas, c'était clairement autour pour elle que pour lui.

— Essaie de te ménager un peu, nous ne seront pas perdant à demander un peu d'aide supplémentaire.

Elle savait bien que le but de cette construction en sous-effectif était de garder leur refuge secret, mais elle était convaincue que ce n'était pas en demandant quelques paires de mains de plus qu'ils seraient envahi, il y avait bien d'autres personnes de confiance dans leur cité à qui il pourrait demander assistance ! Mais bon. Son amoureux était du genre têtu, elle allait devoir attendre que l'idée vienne de lui, ou qu'elle le menace plus sérieusement pour qu'il daigne l'écouter.

Après avoir profité d'une nouvelle étreinte réconfortante, bien que dangereuse, il fut temps pour les deux amants secrets de rentrer auprès de leurs semblables. C'est sur le trajet, se promenant tranquillement à son bras, que Gentiana choisit de lui raconter enfin l'histoire de sa cousine Rosa. Elles avaient le même âge et auraient donc pu devenir très proche si leur caractère respectif ne les avait pas tant éloigné. Essayant de reste le plus objective possible, Gentiana raconta à Ardyn la fois où Rosa l'avait enfermé dans les toilettes de l'école – elle y été restée coincée tout l'après-midi et s'était faite disputer par l'enseignante pour avoir manqué le cours – ainsi que celle où elle avait jeté un gros pot de teinture rose sur elle juste avant une grande fête familial. Elle raconta aussi ses petites vengeances, comme lorsqu'elle avait « malencontreusement » renversé sont pot d'encre noir sur la nouvelle robe – rose, vous vous en doutez bien – de Rosa qui en était si fière à se pavaner avec. Mais elle précisa que les vrais conflits étaient arrivés après qu'elle eut rejoint le temple de Shiva. Rosa l'avait toujours jalousé pour ça, car elle n'avait jamais pu rejoindre aucun temple. En bref, sa cousine n'avait que des critiques mesquines à la bouche la concernant et elle se portait bien mieux depuis qu'elle avait déménagé sur le continent. Mais bon … elle la voyait toujours pour les réunions de famille …

La fête évoqué par Gentiana se déroula donc bien le lendemain soir et le convoie reprit la route vers la Citée le matin suivant. Chacun retrouva son quotidien et Gentiana s'adapta plutôt facilement à sa nouvelle condition malgré quelques inévitables maladresses. Une des difficultés de sa cécité se présenta très rapidement à elle : elle ne pouvait plus échanger de lettre avait son bien-aimé par l'intermédiaire d'Aquilon … cela lui manqua très vite de ne plus échanger de nouvelles avec son amant, mais ils trouvèrent tout de même rapidement une parade pour continuer de communiquer, au moins pour se donner rendez-vous, par l'intermédiaire de petits objets faciles à reconnaître au touché et qui signifiaient lieux et heures de rendez-vous.

Le printemps arrivait et finalement, après presque deux mois de noir total, Gentiana se réveilla un matin surprise par la lumière du soleil qui baignait sa chambre et filtrait à travers ses paupières. Elle fit un bon terrible dans son lit lorsque, ouvrant les yeux pas réflexe, elle se rendit compte qu'elle voyait parfaitement son environnement. Elle se précipita vers la fenêtre pour admirer la nature qui s'étendait autour du temple, mais il n'y a qu'une seule chose qu'elle avait hâte de voir …

Ses yeux.

Elle s'efforça de se remettre rapidement de ses émotions et de ne pas se laisser emballer par l'impatience. Après avoir vérifié dans le miroir que le vert moucheté de noisette de ses yeux était redevenu comme avant, elle décida de fermer les paupières et de les garder sceller jusqu'à nouvel ordre, gardant donc son secret auprès de ses sœurs et de toutes autres personnes qu'elle croisa dans la matinée. C'est vers midi qu'elle se rendit vers les écuries, elle savait que Ardyn aimait se rendre là-bas au moment où tous les employés des écuries étaient en pause afin d'être tranquille avec son destrier – et en intimité si jamais elle passait par là, sans doute. Écoutant attentivement son environnement comme elle avait apprit à le faire, elle s'assura qu'il n'y avait personne d'autre que lui et quelques chocobos avant de s'approcher des box, s’approchant de lui à pas de loup. Elle ne put s'empêcher d'ouvrir les yeux lorsqu'elle l'entendit s'adresser à Aquilon, comme il le faisait souvent et le découvrit de dos : il n'était pas habillé comme d'habitude, moins élégant … il avait peut-être prévu de faire quelques tâches ingrates à l'écurie avant de se rendre à leur refuge pour poursuivre les travaux en cours. Un sourire étira aussitôt ses lèvres et elle s'efforça de refermer les yeux.

— C'est moi ou tu négliges légèrement ton apparence depuis quelques temps … ? Lança-t-elle en guise de bonjour, gardant donc les yeux clos afin de le laisser se demander le pourquoi de cette réflexion tout en gardant la surprise pour plus tard. Il faut dire qu'elle l'avait surpris à plusieurs reprises sur certaines choses qu'elle devinaient avec talent, juste au touché, à l’ouïe, à sa façon de bouger, ce genre de chose … Elle s'était souvent amusée à lui dire qu'elle devinait ces détails – souvent très visuels, donc – à l'odeur, non sans en rire ensemble. En vrai, son amoureux sentait toujours très bon, même si c'était présentement assez difficile à dire avec l'odeur des gros volatils qui imprégnait les lieux.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 5 Juin - 14:05



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Cela n'avait été que de courte durée mais ils avaient tout deux pu profiter d'un petit temps ensemble, sans forcément donner grâce à la cécité de Gentiana, mais elle avait tout de même été utile en cette occasion. Alors qu'ils prirent tout deux la destination du petit village présent au pied du glacier, là où toute l'expédition avait trouvé domicile, sa bien-aimée lui exposa la situation et sa relation actuelle avec cette fameuse cousine... celle responsable de sa hantise du rose, une femme tout à fait charmante vous en conviendrez, mais un tantinet superficielle peut-être ? Une chose était sûre, cela ne s'était pas vraiment arrangé avec le temps, les laissant dans une relation passive-agressive même, au point de rendre les réunions de famille quelque peu désagréables pour ladite prêtresse de Shiva... avant qu'elle ne parle de la fatigue qu'elle trouvait à Ardyn en le conseillant alors de prendre un peu plus de repos et autant de main d'oeuvre supplémentaire pour finir la construction.

Le lendemain, une petite fête fut organisée afin de marquer le départ du convoi qui reprendrait rapidement la route en direction de la cité des anciens pour que tout un chacun retrouve ce dont il avait été privé pendant quelques jours... tous sauf Gentiana qui devait encore composer avec cette affreuse cécité. Par chance, sa bien-aimée se trouvait pleine de ressources et s'habitua plutôt rapidement à cette nouvelle condition, même si Ardyn aurait préféré qu'elle ne le fasse pas car cela lui semblait être une forme d'abandon et de résignation quant à sa vue. Malgré toute cette mascarade pour faire croire à tous que tout allait bien, ils purent néanmoins se retrouver en quelques occasions après avoir mis en place un nouveau système de rendez-vous à l'aide de petits objets. On ne peut pas dire que cela était aussi romantique et charmeur que l'était la précédente méthode épistolaire à laquelle ils avaient convié Aquilon mais c'était toujours mieux que rien vous me direz... non ?

Ayant écouté sa chère et tendre en prenant un peu de recul quant à l'édification de son logement au Nord de la cité, Ardyn avait peut-être poussé un poil trop loin dans la nonchalance et la négligence... au niveau de sa barbe qui était à peine plus longue que d'habitude mais également sur sa tenue vestimentaire qui n'était plus aussi pimpante, habillé de façon plus adaptée à une longue matinée passée aux écuries. Depuis plusieurs semaines, il avait senti son compagnon un peu délaissé par rapport à tout ce qui se passait et même si le volatile était plein de bonne volonté et de compréhension, cela n'avait pas empêché le sauveur de le chouchouter un peu. Quelques pas s'approchèrent soudain, un bruit qu'il aurait pu reconnaître d'entre des milliers... que faisait-elle ici ? Ce n'était pas pour lui déplaire mais ce cher Ardyn ne semblait pas avoir laissé un quelconque indice pour une rencontre en ces lieux, à cette heure.

Avant qu'il ne puisse dire quoique ce soit, Gentiana prit les devants et vint lui faire remarquer cette fameuse négligence à laquelle il avait succombé depuis quelques matins à peine... chose assez étrange car cela faisait tout autant de journées que les deux amants n'avaient pu se retrouver. Bien évidemment, la récupération du sens de la vision ne lui vint pas directement à l'esprit... lui aussi semblait s'être fait une raison malgré sa réticence. Sans que cela lui semble trop étrange, car il pourrait tout aussi bien s'agir d'une pointe d'humour à la coïncidence pourtant exacte, Ardyn se redressa lentement avant de lui faire face. « Hmmmm ? Bonjour mon amour, néanmoins qu'est ce qui te fait dire cela de si bon matin ? Je ne m'attendais vraiment pas à te voir avant cet après-midi, comme convenu... à moins que je ne me sois trompé ? J'avoue ne plus avoir l'esprit très clair en ce moment. » après avoir vérifié qu'ils n'étaient que tous les deux, et Aquilon, aux abords de l'écurie extérieure, en se grattant légèrement la nuque comme quelque peu nerveux d'être percé à jour si facilement. Enfin, cécité ou pas, il faut dire que la prêtresse de Shiva le connaissait comme personne d'autre... mais tout de même, ce n'était pas si anodin !

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mer 6 Juin - 11:56



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Les mains jointes devant elle au niveau de son bas-ventre, seules ses lèvres s'animèrent d'un très léger sourire lorsqu'il la remarqua enfin, curieux de sa présence prématurée. Ses grands airs posés et dignes de prêtresse ne laissaient vraiment pas deviner que tout au fond d'elle, une jeune femme espiègle mourrait d'envie d'ouvrir les yeux en criant « surpriiiise !». Mais Gentiana était dotée d'une espièglerie bien plus subtile que ça et si elle n'avait pas tant de considération et d'amour pour le pauvre Ardyn, elle aurait bien été capable de le faire mariner toute la journée à l'arroser abondement de sous-entendus sans vraiment daigner lui cracher le morceau. Mais bon, ce serait bien cruel de sa part, elle savait bien qu'il ne vivait pas très bien sa cécité et qu'il se sentait coupable … elle n'avait jamais vraiment réussi à lui faire tourner cette situation en dérision. Enfin, elle le soupçonnait quand même d'en profiter, parfois.

— Moi non plus. Répondit-elle avec une malice bien dissimulée lorsqu'il avoua qu'il ne s'attendait pas à la « voir ». Mais c'était bien vrai, elle était bien la dernière qui se serait attendu à le voir ce matin.

En tout cas il avait l'air bien embêté, elle aurait pensé que cela lui ferait bien plus plaisir de la voir, même en la pensant toujours aveugle ! Les imprévus étaient cependant rarement bon signe entres-eux, ou alors ça avait tendance à ne pas se finir très bien, avec une pointe de risque, alors peut-être qu'il s'inquiétait. Il ne fallait pas non plus oublier qu'il était toujours très fatigué et préoccupé ces derniers temps. Cela fini de la convaincre de ne pas trop jouer avec ses nerfs pour lui apprendre la bonne nouvelle, il en avait bien trop besoin.
D'un pas tranquille – qui n'avait toujours été qu'un bon prétexte pour marcher avec prudence, histoire de ne pas se vautrer dans la paille – elle s'approcha doucement de lui, tendant doucement la main vers lui pour qu'il la saisisse lorsqu'elle serait à sa portée.

— Tu as l'air préoccupé, amour … et on dirait que tu n'es pas si content de me voir. Attendrais-tu une autre de tes conquêtes ? Elle avait quand même tenté une petite blague pour essayer de le détendre un peu, disant bien évidemment cela sur le ton évident de la plaisanterie, bien qu'elle feignit une légère moue faussement soupçonneuse.

Comme elle en avait l'habitude, elle posa ensuite ses mains sur chaque côté du visage de son aimé, sentant l'expression de son regard du bouts des doigts et caressant doucement le coin de ses lèvres de ses pouces, tout cela lui donnant une bonne idée de quel tête il pouvait bien faire. Ce n'est pas la seule chose qu'elle constata.

— Tu t'essaies à la barbe courte ? Oui, elle surveillait toujours la pilosité faciale de son amoureux et alors ? Chacun ses vices. Tu me laisserais donner mon avis ? Et enfin, elle ouvrit les yeux et ses prunelles aux nuances de vert feuille et de noisette plongèrent dans les yeux dorés de son bien aimé. Qu'est-ce qu'il lui avait manqué … et la barbe un peu plus longue ne lui allait pas si mal, cela le vieillissait … ou peut-être que cela venait de ses cernes.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 1 Juil - 1:57



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Toute cette situation avait quelque chose de presque inquiétant ou du moins de mystérieux pour Ardyn, ne sachant plus vraiment par quoi penser ni où donner de la tête alors que la fatigue était clairement visible sur ses traits... suffisamment pour qu'une humble et séduisante prêtresse de Shiva, qu'il pensait toujours aveugle, le remarque alors qu'il n'avait pas encore dit mot. Naturellement, le sauveur avait alors interprété les propos de sa chère et tendre comme une affirmation quant à sa propre fatigue et confusion, ne se doutant absolument pas que cette dernière avait retrouvé la vue lorsqu'elle s'était réveillée... et qu'elle avait plus ou moins accourue vers lui pour lui annoncer la nouvelle, ou disons lui faire la surprise. Mais comme toujours, Gentiana vint balayer d'elle-même cette interprétation en lui faisant comprendre qu'elle le sentait préoccupé, comme partout à la fois... et naturellement nulle part aussi.

« Évidemment que je suis content de te voir, et si tu pouvais faire l'inverse tu saurais que je ne suis pas en état d'attendre quiconque, pas même une autre relation secrète. » en faisant allusion à son inhabituelle négligence alors qu'il venant délicatement saisir les mains de Gentiana dans les siennes pour la mener vers lui, sous le regard distrait d'Aquilon. En bien peu de temps, la prêtresse décida de déposer ses mains sur le visage de son amant, le dessinant sous ses doigts comme elle en avait l'habitude depuis très longtemps, avant même qu'elle ne tombe dans la cécité.

« C'est juste que je ne suis pas non plus assez propre sur moi pour te rendre hommage, je ressemble sans doute à l'un de ces égarés dans les bas-quartiers de la cité, voir peut-être même pire... » en embrassant doucement l'une des mains de sa bien-aimée pendant son geste, continuant de l'observer faire avec un regard quelque peu triste et exténué. Même s'il avait laissé de côté la finalisation personnelle de cette bâtisse qui serait la leur, en déléguant un peu pour profiter d'un repos qu'il ne connaissait pas, pas même la nuit, il avait prit de ce temps pour son compagnon mais également pour venir en aide à ses contemporains lorsqu'il n'était pas si négligé. En ce jour, il n'aurait certainement pas pu le faire, de crainte d'affoler ces derniers de par son apparence qui n'avait rien de cette sempiternelle élégance et de leur permettre de comprendre en quoi consistait vraiment ses pouvoirs... toujours embourbé dans le mystère et le secret au détriment de sa propre vie, en effet.

« Je ne m'essaie à rien du tout, j'ai juste manqué à mes habitudes et je n'ai alors que l'air d'un pouilleux dans le meilleur des cas... mais tu peux néanmoins émettre un avis sur la question si le cœur t'en dit. » en posant tendrement ses mains sur celles de son amante interdite qui continuait de parcourir son visage, se voulant réceptif à ces caresses ô combien agréables. Seulement quelques instants plus tard, ce fut au tour de Gentiana d'ouvrir les yeux, dans un geste presque miraculeux, permettant alors à Ardyn de revoir une nouvelle fois la couleur de ces derniers... ne sachant plus à quand remontait la dernière fois tant cela lui semblait être une éternité. Malgré ses talents d'acteur, notre sauveur fut incapable de dissimuler sa surprise à défaut de réussir à la faire taire malgré l'intensité de la chose, venant à son tour poser ses mains sur les joues de sa prêtresse. « Que... Comment ?! Quand ?! » en se reprenant tout aussi rapidement sans ôter ses mains du visage de Gentiana. « Que s'est-il donc passé ? Excuse-moi si je manque de mots ou de vocabulaire mais... c'est si inattendu et tout aussi magnifique de revoir tes yeux ! » alors que, malgré les traits tirés et la fatigue perceptibles en lui, il semblait presque aussitôt reprendre quelques forces dans cette douce contemplation, comme si jusqu'alors l'existence ne lui était apparu qu'en nuances de noir et de blanc... comme si la cécité de son amante l'avait recraché dans un monde bien morne et déprimant, et qu'en cet instant précis il venait de retrouver un chemin vers la surface, aidé par ces prunelles colorées en tant que phare dont Gentiana était la gardienne... sa seule vraie lumière.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 1 Juil - 18:09



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Il y avait un phénomène étrange mais plutôt courant qu'elle avait déjà pu observer à plusieurs reprises par le passé et dont sa mère et Ardyn semblaient particulièrement souffrir : ils supportaient encore moins qu'elle la cécité dont elle souffrait. Elle ne pouvait pas prétendre ne pas comprendre ce phénomène, car elle avait sûrement elle-même plus mal vécu la maladie de sa mère que cette dernière elle-même, dans le sens où elle avait peur de la perdre – malgré son talent pour relativiser et accepter le sort tel qu'il vient – et aussi du fait que les enfants ont souvent du mal à accepter que leurs parents vieillissent et s'affaiblissent. Elle avait pourtant redoublé d’effort pour montrer à ses proches qu'elle s'en sortait très bien malgré ce handicape, venant presque – et je dis bien presque – à se convaincre elle-même que les beautés de ce monde ne lui manquait pas tant que ça. Il lui avait suffit d'ouvrir les yeux ce matin pour s'en rendre compte :  la cité paisible, le ciel sous tous ses aspects, le vert des arbres, la silhouette des montagnes … les yeux de celui qu'elle aime ; tous ça lui avait vraiment manqué. Son cœur s'était d'ailleurs emballé, la submergeant d'une émotion à l'intensité rare alors qu'elle voyait le visage fatigué de Ardyn Izunia s'illuminer de ce même genre d'émerveillement que ceux des proches qu'il pouvait soigner. Elle n'avait vraiment pas l'habitude de ressentir les choses ainsi, aussi forte et intense … elle sentit même les larmes lui montrer aux yeux … Elle était heureuse de pouvoir enfin le revoir, mais elle était surtout comblée qu'il ait retrouvé le sourire ! Elle l'avait sentit décliné de jour en jour, elle n'avait pas eu besoin de voir sa mine fatiguée pour se rendre compte qu'il plongeait à pique vers la dépression, perdant peu à peu sa dérision flegmatique qui l'avait intrigué et son humour unique qui avait ouvert son esprit jusque là plutôt étriqué … Shiva merci, elle pouvait enfin lui rendre le sourire.

La commissure de ses lèvres s'étirèrent un peu plus et elle plissa légèrement les yeux dans un effort de retenir ses larmes d'émotions alors qu'il s'émerveillait sans pour autant comprendre la situation. Elle l'observa un moment en silence, le temps de desserrer le nœud de sa gorge afin de s'assurer que sa voix serait normale lorsqu'elle répondrait. Elle ne s'était pas attendu à ressentir cela … de cette façon, lorsqu'elle allait lui dévoiler sa surprise. Elle s'était plutôt attendu à se moquer gentiment de sa tête ahuri, mais elle devait avoir l'air aussi peu maligne que lui à l'instant. Elle avait un peu honte … mais d'un autre côté, elle était heureuse qu'il la voix ainsi, qu'il soit le seul à découvrir une nouvelle facette de son être qu'elle-même n'aurait pas soupçonner.

— Je me suis juste réveillée comme ça ce matin … Elle ferma les yeux un bref instant en secouant la tête, mais une petite gouttelette d'émotion perla au coin de son œil malgré ses efforts, ce qu'elle rattrapa par sa dérision naturelle en reposant son regard sur lui. Je pense que Shiva a dû se dire qu'il devenait urgent d'envoyer quelqu'un pour te reprendre sur tes nouvelles habitudes vestimentaires. Caressant sa barbe plus longue que d'habitude avec un sourire tendre et replaçant machinalement une des mèches sauvages de son aimé. Ce geste lui avait manqué.
— Mais je suis en train de me dire que cette apparence de vagabond débraillé ne te va pas si mal … enfin, je ne suis pas sûre d'être très objective.

Elle venait de retrouver la vue, elle l'aimait et il était à ses yeux la plus belle merveille du monde … alors non, elle n'était certainement pas la plus objective ! Elle était même en train de se demander si elle n'aurait pas été capable de le trouver aussi beau même si il avait été rasé de près – ce qu'elle n'aimait normalement pas du tout sur lui – mais … non. Elle préférait encore cette barbe à pas de barbe du tout. Et de loin.

— Vous m'avez vraiment manqué, Ardyn Izunia. Attirée par un piaillement aigu, elle prêta enfin attention au Chocobo noir juste à côté d'eux. Toi aussi tu m'as manqué, Aquilon. Avec un léger rire affectueux, elle tendit la main vers lui pour lui caresser le bec.

Il était rare qu'elle exprime ses sentiments aussi clairement, mais la situation le valait bien. Avoir perdu la vue l'avait aidé à affûter son ouïe et à sentir plus intensément les moindres contactes avec son amant, mais elle ne semblait pas avoir perdu de cela en la retrouvant … carte les doigts de son aimé sur ses joues semblait lui procurer un picotement agréable lui lui réchauffait le corps et le cœur.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 10 Juil - 10:30



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Pouvait-on dire ou enfin croire que tout commençait alors à retrouver sa place et rentrer dans l'ordre... ? Jamais il n'allait avoir de réponses quant au pourquoi la cécité avait alors frappé son amante, ni même pourquoi ce phénomène ne s'était pas attardé sur cette dernière, mais même s'il voyait l'ignorance comme le plus grand défaut qu'il puisse être Ardyn préféra se satisfaire de ce nouveau présent qui l'éclaboussait de cette douce lumière. Cependant elle ne se sentait pas la force nécessaire pour agir comme à l'accoutumé et le moquer légèrement comme elle en avait l'habitude, mais elle aussi n'avait pas l'air de comprendre ce qui se passait alors, mais se réjouissant de la tournure de ces événements alors que le sauveur vint récupérer la petite larme perlant au coin des yeux de la jeune prêtresse. « Depuis ton réveil, sans le moindre ressenti au préalable ? Comme par magie ? C'est en effet plutôt étrange mais qui suis-je pour m'en plaindre ?! Quelqu'un d'autre est déjà au courant, ta mère peut-être ? » alors qu'il la conservait toujours contre lui, ne faisant pas trop de places à quiconque d'autre, pas même à Aquilon pour le coup qui semblait un peu boudeur de ne pas être convié à ces retrouvailles.

« Shiva... je ne doute pas qu'elle puisse être à l'oeuvre de tout cela, dans un sens comme dans l'autre, du coup je ne sais que penser... mais je devrais être heureux qu'elle t'ait rendu la vue. Cela n'a pas toujours été le cas pour certaines de tes consœurs, non ? » en essayant tant bien que mal de ne pas voir la divinité de Gentiana comme un être qui avait voulu lui dérober la seule personne qui comptait pour lui. Peut-être était-ce une façon de leur rappeler à tous que leur statut de mortel, aussi grandiose puisse t-il être, n'était rien comparé à ce qu'ils étaient eux. « J'avoue avoir fait preuve de laisser aller, de façon assez conséquente je le reconnais... je n'avais pas fait attention et maintenant que tu le dis, je remarque effectivement que je ne peux pas laisser passer une telle chose. » comme s'il avait été aveugle à bien des choses pendant la cécité de Gentiana et maintenant que cette dernière avait recouvré la vue il connaissait le même processus, d'une façon différente mais appuyant cette symbiose, cette complicité et complémentarité qui existait entre ces deux êtres.

« Comptes-tu garder cette nouvelle secrète encore un moment ? Ce n'est qu'une curiosité de ma part et non une hypothèse, même si je te connais assez pour savoir que tu as déjà réfléchi à cette question et apprécié l'idée de faire semblant jusqu'au moment le plus opportun. » en imaginant une telle scène auprès de ses sœurs et du temple, contrairement à sa mère qu'elle informerait aussitôt selon lui, mais l'avait-elle seulement prévenue avant de venir le voir ? Il en doutait fortement, mais maintenant qu'elle était avec lui, Ardyn souhaitait la retenir même si cela chamboulait toute leur organisation de la journée. « Souhaites-tu profiter de cette récupération de sens d'une certaine façon ? Je pourrais te laisser retrouver ta serre au sein du temple si tu le désires... ou alors nous pourrions prendre le large et aller où bon te semble ! Je crains malheureusement que notre foyer ne soit encore prêt, mais bientôt. » en se grattant doucement la barbe naissante, se disant qu'il allait rapidement devoir s'en séparer pour retrouver une apparence décente et digne de celui qu'il devait être, presque autant que par envie de rester séduisant aux yeux de celle qu'il aimait. Malgré toutes ces demandes et envies de prendre un peu l'air, d'avoir laisser les choses en plan ou à d'autres, ce revirement de situation l'avait suffisamment restauré pour qu'il caresse aussitôt le désir de tout reprendre et même de terminer ce qu'il avait commencé depuis quelques temps... dont leur domicile qui prenait forme.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mer 11 Juil - 8:54



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Et oui, comme par magie. Elle n'avait rien senti de différent ces derniers jours, si ce n'est chez sa mère et son bien aimé qui n'étaient pas au meilleur de leur forme. Elle n'avait pas non plus l'impression d'avoir passer une quelconque épreuve lui accordant ce retour à la normal, elle n'avait rien fait de particulier depuis le jour de son initiation, toujours égale à elle même, calme, patiente … positive à son humble façon. Elle n'avait pas laissé ses émotions ni le manque lui faire perdre le contrôle d'elle-même, elle n'avait pas fait preuve de plus de sentimentalisme … ni moins, d'ailleurs. Vraiment, elle ne savait pas ce que Shiva avait attendu d'elle, ni ce qu'elle avait cru trouver. Peu importe, comme le disait si bien son amoureux débraillé, ils ne pouvaient que s'en réjouir !
Ne comprenant pas plus la situation que lui, elle se contenta de secouer doucement la tête en signe de négation à ses questions, gardant toujours le même sourire heureux et le même regard humide d'émotion.

— Je voulais que tu sois le premier à savoir. Après un instant, elle ajoutant. C'est toi que je voulais revoir en premier.

Mais il soulevait effectivement un point important : sa mère. Elle ne devrait pas trop tarder à lui annoncer, elle n'y comptait pas. Elle avait d'ailleurs l'intention d'aller la voir en fin de journée, après avoir profité de son sens retrouvé en compagnie de son cavalier vagabond préféré … et puis elle l'annoncerait à ses sœurs. Elle ne comptait pas vraiment en faire un secret, mais elle ne voulait pas non plus se mettre en spectacle au temple … le spectacle, c'était seulement pour Lui.

— Tu sais que j'aurais fini par m'en rendre compte même si je n'avais pas recouvré la vue, hm ? Au sujet de ce laisser aller, elle le balaya d'un regard taquin de la tête au pied. D'ailleurs, j'avais déjà remarqué que tu avais perdu du poids, tu vas finir par devenir aussi sec qu'une branche de roseau …

N'étant elle-même pas du genre « maigrichonne » sans que l'on puisse la qualifier de ronde, elle avait tout de même des formes assez prononcées. S'il était certain qu'elle l'aimerait toujours de la même manière qu'il soit squelettique ou obèse, barbue ou imberbe, élégant ou débraillé … elle avait tout de même des préférences et surtout, le fait de le voir amaigri en disant bien trop long sur son morale des dernières semaines … et elle n'aimait pas cela. Décidément, son amoureux était un vrai gosse, si elle n'était pas derrière lui il avait tendance à faire n'importe quoi ! Mais bon. Elle ne pouvait pas vraiment dire que cela lui déplaisait … cela avait quelque chose d'assez flatteur de se sentir indispensable. Non et puis, si il continuait à maigrir elle allait finir par se sentir obèse, elle ! Ce n'était pas le genre de chose qui la préoccupait, mais encore une fois … Ardyn Izunia change tout.

— Je ne compte pas vraiment le cacher, j'irais voir ma mère un peu plus tard dans la journée … mais en attendant je veux juste profiter de cette journée avec toi.

Elle comme il l'avait jalousement gardé contre lui sans lui laisser l'occasion d'accorder un peu d'attention au chocobo noir, ce dernier avait pris un air courroucé lorsque la main de Gentiana lui fut dérobée avant la moindre caresse. Les plumes se dressèrent sur sa tête et il leur tourna le dos sans que son cavalier ne semble même le remarquer. Pauvre Aquilon.
Pensant à la même chose, Ardyn évoqua justement le programme de la journée et Gentiana ne put empêcher un rictus taquin de soulever le coin de ses lèvres à sa première question. « D'une certaine façon », cela lui fit aussi penser à une façon bien agréable de profiter d'un après-midi et sa pensée fut trahit par son regard qui balaya une nouvelle fois son aimé de haut en bas, avec plus d'intérêt cette fois. Mais elle ne dit rien de plus et cet éclair fugace de lubricité disparut aussi vite qu'il était apparu. L'idée d'une ballade lui plaisait et elle se montra aussitôt intéressé par le sujet de leur foyer encore inachevé.

— Est-ce que tu accepterais de me le montrer quand même … ou tu tiens à me faire la surprise ? Elle sourit de plus belle. Ce n'est pas que je ne te fait pas confiance et tu sais que je n'ai rien contre le violet … Mais je voudrais quand même m'assurer que tu ne l'a pas encore totalement peinte de cette façon.

Là encore, ce n'est pas parce qu'elle l'aimait suffisamment pour être heureuse dans n'importe quel endroit, du moment que c'était avec lui, qu'elle apprécierait vraiment de vivre dans une aubergine géante. Quoi que, cela pourrait donner lieu à un concept, dans le cadre de leur hypothétique reconversion … « l'Aubergine, l'auberge de l'amour ». Elle sourit à cette pensée sans pour autant la dévoiler. Elle posa son regard derrière Ardyn, sur les grande plus du derrière d'Aquilon qui boudait sévèrement.

— Enfin, toute ballade risque d'être compromise si nous continuons à ignorer notre compagnon.  


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mer 18 Juil - 10:52



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Encore une fois, Gentiana venait de le surprendre avec cet élan sentimental qui l'avait alors mis en première position pour cette douce révélation, avant même sa mère d'ailleurs qui pourtant occupait une place tout aussi importante en sa vie. Néanmoins s'il avait su cela, Ardyn aurait fait un effort pour se reprendre en main au préalable car il ne donnait pas cher de l'image qu'il lui offrait en ce jour... et malgré ses dires sur son envie de ne pas trop chercher le pourquoi du comment, cette même question continuait de tournoyer dans son esprit insomniaque.

« Je n'avais pas trop la tête à penser à de telles choses, c'est tout ce que je peux offrir en guise d'excuses même si je sais que c'est bien mince, mais cela ira mieux d'ici quelques jours tu verras... quoiqu'il en soit je suis honoré, comme toujours, mon amour. » en évitant d'être alors obsédé par l'idée de faire un détour par chez lui afin de régler ce problème esthétique, surtout que là où ils allaient donc se rendre cela ne serait pas possible... pas encore en tout cas, mais prochainement assurément. « Tu as peur que je perde de mes capacités physiques pour quelques raisons peut-être ? Je te vois venir... et ça te dit prêtresse ? » en soufflant un rire moqueur après avoir desceller comme une petite étincelle dans ce regard qui lui avait tant manqué, un quelque chose d'assez lubrique d'ailleurs, ce qui l'amusait beaucoup... se demandant même s'il n'avait pas plus ou moins corrompu cette pure prêtresse de par sa présence et son esprit plus pragmatique que spirituel malgré son statut de sauveur.

« Nous pouvons nous y rendre, cela fait quelques jours que je n'y suis pas allé et que j'ai demandé à ceux qui me donnaient un coup de main de ne pas faire de zèle... ainsi donc nous ne risquons pas d'y croiser grand monde, pour ainsi dire il se peut que nous soyons seuls. » en gardant à l'esprit qu'il pouvait néanmoins rester quelques irréductibles qui n'écoutaient rien à rien, pour les beaux yeux et faveurs de leur sauveur, mais à part leur ami prêtre de Titan qui connaissait déjà leur petit secret, il ne voyait personne d'autre susceptible d'y être resté... Rygdea aurait pu mais son aîné avait eu vent qu'il a été demandé auprès des siens pour préparer une quelconque mission, une patrouille peut-être. « Si cela te fait peur, alors nous parlerons de tes recommandations en terme de couleur et de décorations en ce cas, tu sais bien que je ne suis pas un tyran pour autant... et ne t'en fais pas, je ne l'oublie pas pour autant alors il va nous accompagner, pas vrai ? » alors qu'Aquilon faisait toujours mine de faire la tête, approchant néanmoins d'eux comme si cette nouvelle n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd, naturellement. « Peut-être devrais-tu choisir une compagne d'ailleurs... avant que je ne le fasse pour toi, en guise de présent à Gentiana pour qu'elle puisse chevaucher avec nous, lorsqu'elle en aura vaincu sa peur bleue. » pour le taquiner un peu plus, de façon à le faire râler pour lui faire retrouver son entrain habituel et sa bonne humeur, assez pour pouvoir entamer ce petit voyage en toute sérénité, en adéquation avec l'état d'esprit de nos deux amants.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mer 18 Juil - 18:59



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


S'il est vrai qu'il ne devait pas être très agréable de s'étendre sur un tas d'os, ce n'est pas vraiment à cela que Gentiana avait pensé en faisant sa remarque sur le poids de son aimé … enfin, pas en premier lieu. Elle n'aimerait pas non plus qu'il devienne une montagne de muscle, soit dit en passant ! Non, il était très bien comme au début de leur relation … quoi que, qu'il soit un peu plus dodu ne la dérangerait pas, mais elle n'était pas là pour exiger un poids et une masse corporelle exact : tant qu'il se sentait bien et qu'il restait en bonne santé, c'est tout ce qui lui importait.
Un sourire sincère vint retirer la crédibilité du regard réprobateur qu'elle feint de lui adresser à l'allusion lubrique et la légèreté soudaine qui venait enfin les soulager lui arracha un léger rire spontané, réduisant à néant ses chances de se faire passer pour une prêtresse prude et intransigeante.

— Sauveur, après s'être reprise pour arborer cet air digne et énigmatique qui lui allait si bien, se détachant donc de son amant pour joindre ses mains devant elle au niveau de son bas-ventre, vos allusions frôlent l'indécence et le blasphème.

Bien sûr qu'elle voulait le garder en forme pour un tas de raisons ! Plus ou moins chastes et louables, certes … mais elle ne pensait pas qu'à cela non plus. Même si là, il était difficile de ne pas y penser … beaucoup. Allez savoir si c'était juste le fait de le revoir, son rire ou son petit air lubrique – qu'elle redécouvrait avec délice – ou même si c'était cette apparence de vagabond débraillé qui lui plaisait finalement un peu plus que ce qu'elle voulait bien admettre … Quoi qu'il en soit, une chose était certaine : c'était de sa faute, à Lui. Et oui. Il l'avait dévergondé en la faisant succomber à son charme irrésistible !

Heureusement, elle savait se tenir, car ce n'était pas l'envie qui manquait de le faire basculer dans le foin pour vérifier tout de suite si sa perte de poids ne l'avait pas trop affaibli ! Elle n'en fit rien, ne laissant même pas cette envie paraître sur son visage et fermant les yeux avec précaution pour qu'il ne puisse pas non plus le lire dans son regard. Un bref rictus la trahit cependant une nouvelle fois lorsqu'il évoqua le fait qu'ils pourraient être « seuls » une fois arrivés sur le lieux des fondations bien avancées de leur futur nid d'amour.

— Très bien, j'accepte l'invitation, sa voix était innocente et formelle, tu auras peut-être remarqué que la décoration n'est pas mon fort … mais voilà déjà un moment que j'avais hâte d'en arriver à ce genre de banalités qui constitues une vie à deux. Elle ouvrit les yeux, sincère et tendre. Vraiment hâte.

C'était ça aussi, une vie épanouie … apprécier les moments simples, banals tel que choisir la couleur d'un tapis, des rideaux ou de la hauteur d'un meuble. C'était d'autant plus important pour elle aujourd'hui qu'il ne fut pas toujours certain qu'elle pourrait en arriver là un jour … Comment débattre sur la couleur des rideaux si elle ne voyait pas ? C'était le genre de choses sans importances capables de nous rendre aussi heureux qu'à noël en déballant les cadeaux parfaits.

Le chocobo reçu enfin un peu d'attention et ce fut à Gentiana de se courroucer légèrement lorsque sont amant balança sans ménagement la peur secrète de sa chère et tendre. Cette dernière prit aussitôt son air digne et intransigeant de prêtresse impitoyable en se redressant et bombant légèrement le torse.

— Je n'ai pas peur. Rétorqua-t-elle d'un ton sec qui ne balayait pas totalement la dérision de la situation. Je ne vois vraiment pas où tu as été chercher une idée pareille. Elle s'approcha d'Aquilon, comme si elle préférait soudainement la présence de l'animal à celle de son amant. Ne l'écoute pas, Aquilon et prend ton temps ; lui flattant l'encolure, il n'est pas évident de trouver la perle rare et même quand on l'a trouvé, ce n'est pas facile tous les jours … elle sourit finalement à nouveau avec tendresse en reportant son regard vers son amant. Mais l'attente en vaut largement la peine.

D'une signe de tête, elle l'invita à lever le camps.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 764

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 24 Juil - 18:33



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Après quelques légers préparatifs s'ensuit un assez long périple en direction de leur future tanière, en un peu plus classieux et distingué tout de même. D'ailleurs on ne pouvait pas réellement dire que le trajet serait des plus complexes et chronophages, mais par rapport à une ballade en ville cela faisait son petit effet tout de même... par chance la météo était clémente ce jour-là, ni trop étouffant ni trop humide, juste une petite brise rafraîchissante... bref, tout ce qu'il fallait ! Ce ne fut donc qu'après plusieurs dizaines de minutes de trajet, à leur rythme modeste naturellement, que la bâtisse se trouva enfin en vue, ressemblant déjà bien plus à une demeure quasiment terminée qu'à un vaste et vague chantier comme cela avait pu être le cas quelques mois auparavant.

« Nous y voila, comme tu peux enfin le constater il ne manque pas grand chose... mais toujours est-il que cet endroit aura besoin d'un nom, je te laisse le privilège de le trouver d'ailleurs. » en affichant un petit sourire narquois alors qu'ils s'avançaient tous les trois en direction de la vallée soutenant la fameuse maisonnette, les environs avaient également été travaillé afin de dessiner un semblant de chemin propre ainsi qu'un espace encore assez vague autour pour en faire un futur jardin. « J'ai pris mes libertés quant aux plans... ainsi donc il y aura de la place pour laisser libre court à nos petites fantaisies, si jamais nous souhaitons posséder un bain extérieur par exemple. » en soufflant alors un rire moqueur et pourtant parfaitement sérieux, au moins cela leur éviterait de reproduire la situation déplaisante de la dernière fois, lors de leur escapade quelque peu foireuse aux sources chaudes qui servaient de lieu de rendez-vous à bien du monde malgré tout ce que l'on pouvait penser sur ces personnes.

« Bien entendu, il restera suffisamment de place pour posséder un jardin plus ou moins conséquent, selon nos envies, ainsi qu'une écurie pour ce cher Aquilon... et qui sait, peut-être d'autres compagnons d'aventure. » en taquinant doucement son partenaire de toujours d'un petit coup de coude, ce à quoi le chocobo vint répondre en lui donnant un léger coup de tête comme s'il se trouvait un peu gêné de la remarque... quelle pudeur !

« Pour ce qui est du salon, il est assez grand pour une cheminée et j'ai quelques idées pour décorer et illuminer la pièce par la même occasion. Naturellement il y aura notre chambre, mais il y aura aussi suffisamment de place pour aménager une chambre d'ami ou deux... ou autre, sait-on jamais. » en haussant les épaules comme si de rien n'était, même si intérieurement Ardyn avait parfaitement compris ce que cela pouvait également impliqué, ce à quoi il n'était définitivement pas contre mais cela semblait assez prématuré pour le verbaliser... surtout ne sachant aucunement l'avis de Gentiana à ce sujet. « Pour le reste... je te laisse découvrir mais surtout imaginer, tu n'es pas obligée de me donner tes recommandations tout de suite non plus, mais que je sache sur quoi me baser pour la finalité de la chose. » avant de laisser réapparaître ce fameux sourire en coin, errant ça et là sur le terrain qui était d'ores-et-déjà le sien, même si actuellement cela ne lui permettrait pas de passer une nuit au sec entre quatre murs et avec un toit au-dessus de la tête.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 885
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mer 25 Juil - 20:00



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva


Non, elle n'aimait toujours pas les transports, que ce soit en charrette ou à dos de ces adorables chocobos – qu'elle appréciait beaucoup du moment qu'elle avait les pieds sur le planché. Pourtant … elle apprécia assez le trajet qui les mena vers leur futur refuge. Peut-être parce que c'était justement un pas concret vers leur avenir à deux, vers un avenir heureux … ou alors c'était le fait de se trouver blottie contre son aimé, car comme à chaque fois, elle enroulait ses bras autour de sa taille – peut-être un peu trop fort, pauvre garçon – et déposait sa tête contre son dos. Elle appréciait sa chaleur, son odeur – qu'il avait eut de plus agréable, mais il ne sentait pas le chocobo non plus, alors cela lui convenait. Elle avait gardé les yeux clos le temps de sortir des limites de la cité, bénéficiant encore de sa cécité présumé pour être innocentée aux yeux des quelques passants qu'ils auraient pu croiser. Une fois bien éloigné, elle descendit tout de même assez vite du dos du volatil pour terminer le trajet à pied tranquillement alors que la silhouette de la demeure presque achevée se précisait au loin.

Elle resta parfaitement silencieuse alors que son aimé lui présentait les lieux et se contenta d'observer sans laisser paraître la moindre émotion pouvant traduire un avis quelconque. Elle fit tranquillement le tour, observant la structure de haut en bas, toujours les mains jointes devant elle au niveau du bas-ventre, sans avis apparent. Un sourire n'étira ses lèvres que lorsque son aimé évoqua la possibilité d'un bain extérieur et elle dodelina légèrement des épaules pour lui montrer son intérêt, mais elle restait toujours silencieuse.
Elle s'amusa de la nouvelle chamaillerie entre les deux incorrigibles vagabonds et entra dans l'édifice pour constater que s'il manquait un toit, l'étage était déjà presque fonctionnel. Elle se planta au milieu de ce futur salon qu'évoquait justement son aimé et plongea son regard dans le sien lorsqu'il évoqua « des chambres d'amis ». Elle comprenait très bien l'allusion qu'il avait en tête en prévoyant un tel espace et c'était certain que ce n'était pas vraiment voué à inviter le Roc indéfiniment chez eux ! Son regard se fit tendre, son sourire aussi.

— Une ou deux … et suffisamment d'espace pour agrandir … Elle haussa les épaules en détournant le regard pour observer la pièce en toute innocence, ne souhaitant pas plus que lui mettre les pieds dans le plat si tôt, mais elle voulait qu'il sache que fonder une famille avec lui faisait déjà partie de ses projets, au cas où le besoin s'en ferait sentir …

Elle lui prit la main, entrelaçant ses doigts aux siens, enlaça son bras et déposa sa tête contre son épaule, regardant toujours la pièce sans réelle expression si ce n'est un léger air rêveur. Elle voyait déjà la cheminée et le divan moelleux sur lequel ils pourraient se prélasser lors de longues journées d'hiver où les tempêtes de neige les isoleraient du monde. Un paradis douillet, sûr, rien qu'à eux … parfait. Elle ferma les yeux un instant, réfléchissant à ce nom qu'il lui avait demandé un peu plus tôt ainsi qu'aux recommandations qu'il sollicitait … Elle sourit en repensant à l'auberge Aubergine et ouvrit les yeux à nouveau.

— Tout me semble parfait. Les pièces me plaisent et nous avons tout l'espace dont on pourrait avoir besoin. On pourra même installer une petite serre par ici. elle désigna un espace au sud du jardin. Concernant le nom ... intérieurement je crois que j'ai toujours désigné cet endroit comme un nid ou un refuge. Elle ajouta finalement, beaucoup plus bas : ou une aubergine... sans savoir si il avait entendu.

Puis elle resta encore un instant silencieuse, elle semblait réfléchir … mais en fait, elle profitait simplement du moment. Leur petit havre de paix était calme et aucun regard indiscret ne risquait de les surprendre  à tout moment – si cette tension avait quelque chose de palpitant, il était bien reposant de s'en défaire ! - elle releva ensuite les yeux vers lui, gardant sa tête contre son épaule et un léger sourire tendre franchit ses lèvres alors qu'elle lui lâchait la main – mais pas le bras – pour venir passer ses doigts dans les cheveux sauvage de son bien aimé vagabond. Elle se redressa finalement en observant le plafond et les murs avec intérêt, comme si elle cherchait quelque chose.

— J'ai repensé à ces cristaux qu'on avait évoqué y a un moment maintenant … et je pense qu'on pourrait en trouver dans les cavernes qui sont de l'autre côté de cette vallée. On dirait qu'on a la journée devant nous, alors … ça te dit ?

Comme la plupart des cavernes ou des terres éloignées des cités, ces régions avaient une réputation assez dangereuse … mais Gentiana s'en était assurée, au moins, là bas, il n'y avait pas de dragon ! Enfin, pas à sa connaissance ni aux dernières nouvelles ! De toute façon, c'était le retour des beaux jours, alors ces créatures ne restaient plus enfermées toute la journée dans leur grotte à hiberner, même si ils tombaient sur une tanière, le ou les occupants seraient certainement absents au moins jusqu'au crépuscule. C'était le moment idéal pour partir à la cueillette de cristaux !


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Come what may... until my dying day
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Continent Nord :: Cité des Anciens-
Sauter vers: