AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 [Flashback] Come what may... until my dying day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 4 Fév - 19:50



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Alors qu'elle venait s'adresser au volatile, dans un commentaire qui aurait d'ailleurs pu être adapté à ce dernier comme à son cher maître d'ailleurs, elle tentait de le rassurer sur l'attention et l'affection que les deux amants avaient tout de même à son égard. En soi, c'était une tentative plutôt adorable et tout aussi véritable puisqu'Ardyn le voyait comme un frère... à défaut d'avoir de bonnes relations avec celui de sang, bien que cela avait tendance à s'améliorer peu à peu mais sûrement avec le temps, du moins jusqu'à ce qu'il apprenne tôt ou tard que Gentiana et lui... Néanmoins il pouvait remercier cette dernière de changer de sujet assez rapidement, revenant sur cette proposition de monter sur le dos d'Aquilon qui, une fois encore, se trouvait sujet à débat jusqu'à ce qu'elle accepte finalement de faire ce périple à deux, avant de passer tout aussi rapidement au sujet de cet endroit qu'il comptait lui montrer dès cette nuit.

« Ce n'est pas très galant mais très bien, cela me semble la meilleure négociation possible sur le sujet de toute façon. » en affichant un léger rire en coin, après lui avoir dérobé un tendre baiser. Tout en adressant alors un regard complice à son destrier, Ardyn ne dit mot pour le moment, réfléchissant aux dires de sa bien-aimée sur cette possible décoration d'intérieur. En ce sens, il est vrai que notre sauveur n'avait pas été des plus pragmatiques et constructifs puisqu'il n'avait pas vraiment mis la fin de cette séquestration religieuse à profit pour avancer dans les travaux.

« Certes il est vrai, j'aurais pu prendre de l'avance et trouver un prétexte quelconque, aussi gros soit-il, si quelqu'un était encore sur place... mais je ne me voyais pas mettre un ami à profit, seul et dans le froid du Nord qui plus est. » en secouant doucement la tête, aussi bien quant à cette idée terriblement égoïste que pour répondre à sa chère et tendre conjointe qui s'inquiétait de la fraîcheur nocturne afin de repousser ladite ballade... une idée pour laquelle Aquilon l'aurait maudite jusqu'à la fin des temps, au moins. « Nous n'y sommes pas encore, mais il est vrai que je m'attendais à mieux pour ta chambre. Et ne compte pas rebondir en me disant que cela est interdit car les restrictions sont terriblement surfaites, chérie. » en soufflant alors un rire provocateur avant de grimper sur le dos de son fidèle destrier, comme l'avait proposé sa séduisante interlocutrice. 

« Tout va bien se passer, n'ai crainte... Si jamais tu ne te sens pas bien, on pourra s'arrêter ou penser à une autre solution, mais je suis sûr que tu préféreras te serrer contre moi en fermant les yeux. » sur un ton bien plus sérieux et rassurant, lui tendant la main afin de l'inviter à grimper et à prendre place derrière lui. Qui plus est, Ardyn n'eut pas besoin de dire la moindre parole vis-à-vis d'Aquilon pour que ce dernier comprenne la situation et n'ose pas faire la mauvaise plaisanterie d'un départ rapide.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 5 Fév - 18:58



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Heureusement pour son orgueil, son doux fauve eu la victoire modeste, lui donnant même un baiser emprunt de tendresse en guise de réconfort, à moins que cela ne soit son trophée. Cela lui parut bien plaisant dans tous les cas et eu le mérite d'apaiser un peu son appréhension, au moins l'espace de quelques secondes.
Si elle n'était évidemment pas en train d'insinuer qu'ils allaient devoir esclavager quelques unes de leurs connaissances, il fallait bien avouer qu'ils ne pourraient pas construire un nid d'amour digne de ce nom à leurs seuls bras, aussi drogués d'amour puissent-ils être. Mais cette conversation, ils l'avaient déjà eu et l'auraient sûrement à nouveau à l'avenir pour décider du début officiels du projet. La question de la discrétion avaient encore bien le temps de se poser.
Cependant, elle eut un sourire plutôt énigmatique lorsqu'il évoqua le froid du nord et une étrange lueur malicieuse sembla raviver l'éclat de ses yeux.

— Tu admettras que cela aurait couvert nos arrières, que le froid emporte notre seul témoin … Elle garda encore un instant cet air malicieux avant de céder un léger rire plus rassurant. Je plaisante, amour.

Puisqu'il se plaisait à dire qu'elle était impitoyable, elle prenait grand plaisir à jouer le jeu, lui faisant parfois croire qu'elle était réellement capable d'un extrémisme frôlant la cruauté. Elle se plaisait à croire que c'est ainsi qu'il l'aimait, il faut dire aussi qu'il ne lui avait jamais laissé penser le contraire. Tant que ce n'était que de la dérision, bien entendu !
Elle ne chercha pas à défendre la pauvreté des décorations de sa chambre, car s'il est vrai qu'il s'agissait presque d'une règle tacite dans le temple de Shiva – les prêtresses étant censées vivre modestement – il s'agissait d'un style de vie qui lui avait toujours convenu … jusqu'à ce qu'il débarque dans sa vie, lui, ce beau diable à la chevelure insolite et au sourire à faire fondre Shiva. Entre toutes les choses qu'il avait changé en dérobant son cœur, il y avait ce sentiment d'attachement qui la poussait à chercher sa présence même lorsqu'il n'était pas là. Par soucis de discrétion, elle ne pouvait malheureusement pas se permettre d'arborer quoi que ce soit de plus que de simples fleurs aux couleurs évocatrices, devant conserver leurs autres petits souvenirs à l’abri des regards.

— C'est juste un style de vie, éluda-t-elle d'un ton dégagé, mais j'ai des attentes un peu plus sophistiquées pour notre chez-nous, il nous faudra quelque chose de chaleureux … qui nous ressemble.

Elle ne savait pas encore vraiment ce que ça voulait dire, une décoration qui leur « ressemble » mais elle savait que cette maison serait la leur et que personne ne pourra en douter en la voyant – le but n'étant cependant pas que tant de monde que cela la voient ! Le fait qu'elle soit cachée loin de la citée leur ressemblait déjà assez en soit.
Par un réflexe inconscient, elle avait joint les mains devant elle au niveau de son ventre quand son aimé s'était décidé à monter – avec une facilité déconcertante pour elle – sur le dos du brave chocobo noir qui ne bronchait pas. Elle prit alors un petit air digne pour cacher le fait qu'elle était intimidé lorsqu'il s'efforça de la rassurer, mais relever le menton ne saurait suffire à cacher à son amant l'éclat d'incertitude qui ternissait son regard émeraude tacheté.

— Je ne vois vraiment pas ce qui te fais penser que je crains quoi que ce soit. Assura-t-elle d'une clair mauvaise fois avant de finalement s'approcher du volatile pour saisir la main de son amant. Avec son aide, elle grimpa comme convenu juste derrière lui, clairement mal assurée malgré les efforts qu'elle faisait pour le cacher. Une fois installée, elle avait simplement posé une main sur l'épaule de son bien aimé, ne sachant que fait de l'autre et il suffit que Aquilon esquisse un simple pas pour qu'elle sursaute et s'agrippe fermement à la taille du cavalier expérimenté, enroulant ses bras autour de lui comme un boa se resserrant sur sa proie.

— … C'est vraiment si loin ? Demanda-t-elle avec une pointe d'appréhension mal dissimulé. Ce n'est pas très pratique, il n'y à rien pour se tenir … non pas qu'il soit désagréable de t'enlacer, amour.

Ce qu'elle venait de dire était plutôt à l'image de ce qu'elle ressentait, un mélange d'appréhension mêlé au confort de se retrouver tout contre lui, une douce consolation qui se mêlait à la crainte faute de la remplacer.



 

.:.

 
   
❝  Gentiana Narthécia, prêtresse de Shiva ❞
Trouver une citation. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 8 Fév - 14:04



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Veillant dans un premier temps à ce qu'Aquilon prenne le départ avec douceur et légèreté, afin de ne pas mettre son amante dans l'embarras bien qu'il aurait sans doute apprécié de la sentir contre lui pendant la grande majorité du trajet, mais il ne fallait pas non plus la dégoûter de cette virée, de cette chevauchée, trop rapidement. Alors qu'ils quittèrent tous les trois la sortie de la ville pour prendre la direction du Nord, la douce brise nocturne demeurait légère bien qu'un peu rafraîchissante, pas tant qu'elle allait le devenir d'ici plusieurs longues minutes, mais le silence de la nuit compensait ce petit désagrément, leur laissant le temps d'admirer le ciel étoilé durant cette échappée.

« Tu n'y penses même pas, ô impitoyable prêtresse que tu es, déjà que nous n'avons que peu d'amis... ce serait bien dommage d'en soustraire quelques-uns de la sorte. » en soufflant un rire moqueur devant cette facette factice de Gentiana, restant tout de même sincère en affirmant, au moins pour lui, que les véritables personnes de confiance demeuraient plutôt rare à son encontre, malgré sa notoriété. Ce n'est pas pour autant que celui dont ils parlaient tout deux était au courant de leur secret, du moins il ne le pensait pas, mais il avait toujours été un solide soutien pour l'un comme pour l'autre apparemment. Sans nul doute que son amante aurait pu être capable d'un tel sacrifice, d'une telle virulence, mais certainement pas envers cet homme. Quant à Ardyn... en ce temps il était bien trop pris pour ses devoirs et son don de guérison pour oser penser à user de violence envers qui que ce soit... comme le temps peut changer une personne au point de changer un martyr en véritable monstre.

« Je plaisante chérie, je ne compte pas non plus nous offrir un domaine princier mais il est vrai que ta chambre manque de sophistication, de personnalisation... on dirait qu'elle n'a pas d'âme. » en riant de bon cœur alors qu'il caressait son noble destrier qui, jusqu'à présent, avait été plutôt calme et compréhensif devant l'appréhension muette de Gentiana, les laissant discuter seul à seule tout en tendant l'oreille, plutôt enjoué de faire cette ballade en cette heure tardive et avec ses deux plus fidèles visiteurs à l'écurie. « Mais je comprends et je te ferai part de mes quelques idées une fois que nous serons arrivés, cela ne devrait pas être trop long non plus d'ailleurs. » en osant lui jeter un regard par dessus son épaule, tachant de la rassurer du mieux qu'il le pouvait alors que l'horizon voilé par la nuit affichait les premières montagnes du Nord qui semblaient comme se rapprocher à vue d’œil, le temps devenant plus hivernal.

« Avoue donc... je suis sûr que tu as déjà pensé à quelques idées pour l'intérieur, ou même pour l'agencement, n'est-ce pas ? » aussi bien par curiosité que pour lui occuper l'esprit alors que la chevauchée continuait inlassablement vers leur point d'arrivée, d'ici une bonne dizaine de minutes il se pourrait bien qu'ils trouvent refuge sur le potentiel lieu de construction de leur futur nid douillet excentré de toute civilisation.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 8 Fév - 23:06



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Incapable de bouger ou même de parler dans un premier temps, Gentiana s'était blottie contre son aimé, le serrant fermement mais visiblement pas assez pour vraiment le gêner, puisqu'il semblait toujours très à l'aise dans cette chevauchée nocturne dont elle ne voyait finalement pas grand chose. Après un moment où elle eut bien l'impression de s'être habituée, elle avait ouvert les yeux sur le paysage alpin qui entourait la Citée déjà plutôt lointaine et elle se surprit à se sentir simplement … bien. Certes, monter n'était vraiment pas son loisir favori, mais Ardyn, lui, était la personne qu'elle aimait le plus au monde et cela pouvait compenser bien des aspects négatifs. Tout était simplement parfait : l'air était frais et les effluves boisées de ces contrées presque sauvages se mêlaient à la fraîcheur de la neige et au parfum délicat de son bien-aimé qu'elle avait appris à reconnaître entre tous et qui suffisait à lui réchauffer autant le cœur que l'odeur délicieuse de la tarte aux framboises crème violette encore chaude sa mère. Peut-être bien plus encore, même.
Bientôt, le réconfort qui s'était contenté de se mêler à l'appréhension un peu plus tôt chassa la moindre once de sentiment un tant soit peu négatif, plus de peur, plus d'appréhension, même plus la moindre trace d'aversion. Sa prise sur la taille de Ardyn  s'était desserré pour enfin ressembler à une véritable étreinte, la tête posé contre son dos, elle avait fermé les yeux un instant … estimant simplement la chance qu'elle avait de l'avoir, lui, se surprenant toujours d'estimer cette chance avec tant de valeur alors que quelques mois plus tôt encore, cela ne semblait lui poser aucun problème de finir sa vie seule. Elle ne pouvait plus le concevoir aujourd'hui … Ardyn et Gentiana, c'était pour la vie. Dommage que le destin ait décidé de la rendre si courte.

Un peu plus et c'est qu'elle se serait endormi ! Enfin, elle n'en était pas encore là, car c'est que ça secourait, la démarche d'un chocobo ! Aussi délicat Aquilon soit-il de vouloir la ménager ! Elle sembla donc presque se faire réveiller lorsque son aimé se permis une petite critique sur ses appartements au temples, ce qui lui arracha un étrange sourire un peu triste qu'il ne put voir, mais qui put se sentir dans sa voix.

— A l'image de celle que j'étais avant de te rencontrer … Enfin, je ne prêtant pas que je n'avais pas d'âme, simplement … c'est toi qui m'a fait la sentir. Reposa sa tête contre lui comme si elle cherchait une position de repos confortable, elle hocha doucement la tête contre son dos. Avec plaisir, amour. Comme il était clair que Gentiana n'était pas une As de la déco, elle accueillerait toutes les idées de son aimé avec soulagement, même si elle commençait déjà à se dire qu'il serait déjà une grande source d'inspiration par sa simple présence. Semblant justement flairer cet état de fait, son bien aimé cavalier ne tarda justement pas à solliciter son imagination au sujet de leur intérieur.

— Ne crois-tu pas qu'il nous faut d'abord un extérieur avant de songer à l'intérieur ? Je ne suis pas vraiment sûre de savoir ce que je veux, je n'y réfléchis pas depuis longtemps, cela ne fait que peu de temps que je me projette dans un avenir à deux avec un chez-nous rien qu'à nous Elle sembla réfléchir un instant. Hm … mais je suppose qu'il nous faudrait au moins … une grande baignoire. Un sourire se sentit dans sa voix en disant cela, se prélassait dans le bain avec l'homme qu'elle aimait restant un de ses objectifs pour cette nouvelle vie ! Ils n'en n'avaient toujours pas eut l'occasion, car l'épisode des sources chaudes ne pouvait pas vraiment compter. Et une grande pièce à vivre où je pourrais mettre mon Guzheng, avec beaucoup de fenêtres pour profiter du paysage que tu as promis imprenable et à l'intérieur .. des guirlandes et des lampions … la lumière douce qu'ils produisent me fait penser à cette nuit où j'ai ouverts les yeux sur toi, presque autant au sens propre qu'au figuré … parce qu'il y avait des lucioles dans le jardin, cette nuit-là, tu te souviens ?

Elle repensait souvent à cette soirée, une soirée qui avait finalement beaucoup compté pour elle, même si elle ne s'en rendait vraiment compte que depuis peu de temps. Parfois, dans ses rêves, elle revivait cette soirée avec plus de sérénité, moins d’inhibition et une certitude sans complexe … et alors, elle l'embrassait. Cela ne voulait pas dire qu'elle regrettait de ne pas l'avoir fait ce soir là, cela aurait été bien trop tôt, impromptu et ce qu'ils avaient vécu par la suite, le négatif comme le positif, avait forgé leur couple. Sans doute ne serait-elle pas capable d'autant savourer leurs moments ensemble si elle n'avait pas crus l'avoir perdu part sa propre faute.

— Et un grand divan avec plein de couverture douillettes et douces et des coussins moelleux pour que nous puissions  nous prélasser en regardant la pluie ou la neige tomber …

Elle n'y pensait pas depuis longtemps, mais elle y avait pensé à toute vitesse. Le problème en évoquant ce doux rêves aux reflets de perfection, c'est que la hâte lui donnait un arrière goût de frustration.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Narthécia, prêtresse de Shiva ❞
Trouver une citation. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 11 Fév - 22:08



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Bien qu'elle s'était alors annoncée comme bien peu imaginative sur le sujet, parce qu'il fallait d'abord s'occuper des fondations et de l'architecture de l'édifice avant de rêvasser quant à la possible et potentielle décoration intérieure, cela ne fit pas illusion longtemps puisque Gentiana ne mit pas longtemps avant d'annoncer quelques idées tout à fait charmantes et appréciables. Alors qu'Aquilon voyait sa course freiner de plus en plus, sans doute parce qu'ils arrivaient donc à proximité de leur destination, il finit par se secouer les plumes brièvement après s'être arrêté au sommet d'une petite colline, les laissant alors tous les trois surplomber une plaine verdoyante, bien qu'un peu blanchâtre au loin à cause des neiges d'hiver. « Allons, c'était une petite plaisanterie... ne te dénigre pas pour autant chérie, je vais finir par croire que tu as perdu de ta superbe depuis la dernière fois. » en se voulant à la fois provocateur et moqueur, jetant un nouveau regard par dessus son épaule à l'attention de sa bien-aimée avant de profiter du panorama qui s'offrait à eux. On ne peut pas dire qu'ils étaient encore arrivés à l'endroit prévu, qui se trouvait alors à quelques lieux de là encore, là où passait ce fameux cours d'eau qui provenait en amont des montagnes enneigées, mais ce ne serait qu'une question de temps et il était tout aussi faisable de poursuivre à pied si la demoiselle ne se sentait plus d'humeur à chevauchée avec le bellâtre aux cheveux violacés, à dos de ce sombre mais joyeux emplumé.

« Tu as peut-être besoin d'un peu plus de temps pour te faire à cette idée folle ? Pourtant tu me sembles déjà avoir fixé quelques-unes de tes priorités si je ne m'abuse. » en soufflant un léger rire, se risquant à attraper un torticolis pour embrasser sa dulcinée, avant de la surprendre par un léger mouvement de rênes indiquant au noble destrier de reprendre sa route en direction de la rivière. Cela ne leur pris que quelques minutes avant d'arriver finalement à destination, sur un simple terrain vague qui n'avait même pas été délimité ou même arrangé afin de faciliter l'édification d'une quelconque maison ou  habitation, et pourtant tout demeurait parfaitement clair et limpide dans la tête de notre cher sauveur, tout avait déjà sa place malgré toute attente. « C'est néanmoins entendu pour cette fameuse grande baignoire, j'aurais peut-être même poussé jusqu'à faire en sorte d'avoir un bain extérieur mais malheureusement il n'y a pas vraiment de sources chaudes à proximité... sinon j'y aurais installé notre futur demeure, tu t'en doutes bien. » en faisant alors allusion à cette fameuse soirée où tout avait joué contre eux ou presque... c'était d'ailleurs lors de cette même nuit qu'Ardyn avait retrouvé ledit prêtre de Titan avec qui il avait peu à peu noué une solide amitié depuis lors, du moins c'est ainsi que leur rapport semblait se profiler aujourd'hui. « Pour ce qui est de la grande baie vitrée, il faudra alors l'orienter plein Est afin que tes plantes soient caressées par la lumière du jour dès l'aube... mais pour les lucioles, je me permets d'avoir quelques doutes quant à leur présence, cela dit je trouverai bien un moyen de palier à ce petit contre-temps. » dans un doux sourire avant de poser pied à terre, avant de tendre la main vers Gentiana afin de l'aider à descendre en toute sécurité, imaginant Aquilon bel et bien capable de lui jouer un bien vilain tour maintenant le trajet terminé... jusqu'au retour.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Lun 12 Fév - 20:25



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Si elle avait resserré son étreinte sur Ardyn lorsque Aquilon se secoua les plumes – de peur qu'il ne se cabre, sans nulle doute – lui pinçant d'ailleurs peut-être un peu les flancs par mégarde – ceux de Ardyn, pas du chocobo, pauvre bête … mais si, il aime ça, le Ardynouchet – elle n'avait pas émis un son, espérant certainement que son silence crispé passe pour une convaincante façon de dire qu'elle n'était pas du tout impressionnée. Desserrant donc rapidement sa prise en constatant que l'animal s'était simplement arrêté, elle prit le temps de profiter de la vue, souriant paisiblement à la remarque de son aimé, quoi qu'elle sembla un peu distraite.

— Quelle dernière fois … ? Et puis elle n'avait pas du tout perdu de sa superbe, qu'il puisse ne serait-ce qu'évoquer le fait qu'il puisse potentiellement finir par y croire était désappointant. Je ne disais pas du tout cela pour me dénigrer, au contraire … Je suis heureuse qui tu ais mis en lumière ces petites parts de moi-même que je n'aurais jamais soupçonné.

Le paysage était presque aussi plaisant que la compagnie dont elle disposait, il était déjà difficile de rivaliser avec Ardyn Izunia, mais cela l'était plus encore du point de vue d'une jeune femme amoureuse du précieux sauveur. En tout cas il était certain qu'elle se voyait très bien construire une nouvelle vie ici avec lui … cet endroit lui inspirait déjà la chaleur réconfortante d'un foyer, bien qu'elle ne pouvait pas en être bien certaine étant donné que c'était déjà la sensation que lui provoquait son irrésistible cavalier.

Elle sourit de plus belle lorsqu'il vint chercher difficilement un baiser qu'elle savoura avec autant de tendresse que d'habitude, peut-être même plus encore étant donné que la moindre once de réconfort était plus que la bienvenue en situation si peu confortable. Après avoir répondu fidèlement au baiser, elle secoua doucement la tête avant de la déposer sur son épaule d'un air songeur.

— Cela fait déjà longtemps que tu es devenu une évidence pour moi, amour, nous avons perdu assez de temps comme ça à essayer d'être raisonnable. La raison n'a pas sa place dans une relation telle que la notre.

Une fois de plus, le future soulignerait l'ironie de cette déclaration, car la raison allait bel et bien finir par ne plus être dans l'esprit de celui qu'elle aimait et l'amour qu'il lui portait deviendrait même un des principaux moteur de sa folie vengeresse. Bien sûr, Gentiana aurait souhaité que ces mots restent ceux qu'une jeune femme rêveuse qui découvre la passion et l’insouciance d'un amour nouveau mais non moins éternel.
S'agrippant de nouveau à son aimé lorsque le chocobo repris sa marche – sans pincer personne cette fois – Gentiana continuait de profiter du paysage, ravie de la présence de ce cour d'eau qui leur offrirait de paisibles moments printanier dans leur jardin qu'elle visualisait déjà dans sa tête. Le bleu intense des gentianes se mêlant à la subtile couleur entre pourpre et prune d'iris en fleur, un peu de blanc pour harmoniser le tout, rappelant la neige qui resterait à jamais une part importante de sa vie.

— Si tu n'étais pas si frileux, un bain extérieur ne serait pas un problème … Elle se moquait, bien entendue, car elle savait très bien qu'il n'y avait que les prêtresses de Shiva pour supporter et apprécier des bains aussi glacés, que ce soit en été ou en plein hiver ! Elle retenait tout de même que ces bains avaient vraiment plu à son aimé … elle devait vraiment essayer de trouver un coin de source chaude plus intime à l'occasion et tenter de lui faire à nouveau la surprise sans que cela ne dégénère. Peut-être allait-elle attendre qu'ils n'aient plus à se cacher, ce serait déjà un risque en moins.

Il ajusta les détails à partir des idées qu'elle avait évoqué, mettant pied à terre le premier. Bien qu'elle ne soit pas rassurée à l'idée de rester toute seule sur le brave destrier, elle avait gardé le sourire, baignée dans la perspective réconfortante de cette avenir qu'ils étaient en train d'évoquer. Elle les imaginait déjà dans leur chambre, dans les bras l'un de l'autre, se faisant doucement chatouiller par les premières lueurs de l'aube qui les tireraient délicatement de leur sommeil … et ainsi, chaque matin, la première chose qu'elle verrait seront ses yeux ambrés sublimés par l'aurore.

— Je n'ai pas dis que je voulais de vraies lucioles dans notre salon, précisa-t-elle, ayant tout de même compris qu'il s'agissait d'une boutade, des lampions me suffiraient, je trouve simplement cela chaleureux. Enfin, si tu tiens à m'offrir des lucioles d'intérieur éternelles, j'en serais ravie … Il n'est plus à prouver que tu es un être d'exception, je t'en pense tout à fait capable.

Alors, elle lui prit la main et se pencha doucement vers lui pour poser l'autre sur son épaule, s'agrippant un peu fermement et alors qu'elle levait une jambe pour descendre, la chocobo noir, aussi farceur que son maître, trouva bon de remuer le derrière à ce moment là, envoyant la prêtresses directement sur le cavalier, au sol. Cela aurait fait l'objet d'un habile, adorable et romantique tentative de rapprochement si les deux amants n'avaient pas déjà pleinement ouvert leur cœur, malgré tout, étendue sur lui, Gentiana ne pouvait s'empêcher de plonger son regard dans le sien comme s'ils étaient encore les jeunes gens empêtrés dans des non-dis qu'ils étaient encore il y a quelques mois. Le sourire tendre, le regard toujours aussi admiratif, elle semblait profiter de l'instant comme s'il était des plus rares … et en fait, il l'était.

— Rien de cassé ? Préféra-t-elle s'assurer, même si elle voyait bien que non. Sans vraiment attendre de réponse, son regard sembla s'approfondir à tel point qu'on aurait juré son esprit capable de ne faire plus qu'un avec celui de son aimé. Je t'aime, Ardyn Izunia … Les mots s'échappèrent spontanément de sa bouche et elle caressa doucement ses cheveux, comme hypnotisée. Tu mérites bien que je te le dis au moins une fois … et que je te le prouve des milliers d'autres. Crut-elle bon de se justifier. Finalement, le stratagème d'Aquilon aura bien mené à quelque chose, même si ce n'était sûrement pas ce qui avait été calculé … et suite à ces mots, elle l'embrassa avec tendresse.  


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Narthécia, prêtresse de Shiva ❞
Trouver une citation. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 16 Fév - 22:57



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Sans vouloir davantage s'étaler sur les quelques plaisanteries qu'il avait alors lancé à sa bien-aimée lors de sa descente du beau et noble destrier, malgré la tournure qui pouvait parfois sembler lui dire qu'elle l'avait potentiellement pris comme un léger et amer reproche, la Déesse avait alors du prendre son parti car son élu de l'époque n'eut même pas besoin de se rectifier ou de corriger ses dires que la prêtresse vint chuter en l'emportant avec lui. Alors qu'il ne demandait d'ailleurs si Minerva n'en faisait pas un peu trop, il fallait croire que non car cette chute maladroite, sans violence ni conséquence, eut le mérite de rapprocher nos deux amants comme jamais ils ne l'avaient encore été jusqu'à présent puisque Gentiana vint lui dire, plus qu'une déclaration, ces trois mots qui signifiaient tant bien que les actions de la prêtresse les avaient alors induit sans mal. Naturellement, ce nouveau baiser avait un petit goût jusqu'alors inconnu, à sa grande surprise, alors qu'ils se retrouvaient tous les deux allongés dans l'herbe malgré leur souhait d'origine. « Je ne suis pas sûr d'avoir bien entendu, pourrais-tu répéter afin que je suis certain d'avoir bien compris ? Les mots en pleine nature, ça flotte et se perd si facilement... » en esquissant un petit sourire au coin après avoir prolongé ce doux baiser, laissant ses bras enroulés autour d'elle et sa main dans la sienne, vu l'intention de départ de tout ce chaos romantique. Loin de lui l'idée qu'elle ne se sente obligée de le lui redire d'innombrables fois, mais même s'il commençait à la connaître par cœur, sous bien des aspects d'ailleurs, Gentiana était bel et bien le genre de femme à rendre ces moments si précieux et secrets qu'ils finissaient par être uniques. « Je te proposerai bien de dormir dans notre nouveau chez nous, avant que celui-ci ne soit construit d'ailleurs, mais vu qu'une certaine personne est frileuse il faudrait peut-être remettre cela à plus tard... quand il y aura au moins un toit et quatre murs. » en se voulant taquin, faisant allusion à son propre cas mais en reprenant les propos de sa bien-aimée, comme s'il voulait la faire un peu culpabiliser d'avoir eu ces mots, par envie de jeu. Bien évidemment, Ardyn ne s'en retrouvait absolument pas vexé, surtout que c'était plutôt vrai comparé à une si charmante servante de la glacéenne pour qui le froid ne voulait rien dire.

Restant allongé dans l'herbe fraîcheur sous les lueurs nocturnes de la lune, alors qu'Aquilon était venu s'étendre à côté d'eux pour ne pas être trop délaissé mais également sans s'imposer plus que nécessaire à eux, comme s'il avait compris ce qui se jouait en cet instant, Ardyn avait peut-être trouvé une solution quant à cette histoire de lucioles de jardin alors que son regard se perdait dans le ciel étoilé, parfaitement dégagé vu leur escapade en pleine nature. « Bien qu'elles semblent terriblement loin, ne feraient-elles pas de parfaites lucioles pour notre salon tranquille, lorsque l'âtre de la cheminée se retrouva mourant ? » en imaginant alors très bien ce semblant de ciel en guise de plafond où luiraient quelques éclats colorés dans la pénombre, s'y croyant d'ailleurs déjà lorsqu'il évoqua le sujet, transporté dans son imaginaire et sa projection sans doute un peu trop exigeante de leur demeure. Si cela ne tenait qu'à lui, mais auquel cas Ardyn aurait pu faire mobiliser bon nombre d'amis et connaissances afin de l'aider dans ses actions, il se voyait néanmoins parfaitement dans sa chambre, aux côtés de sa dulcinée, à dormir paisiblement alors qu'un cours d'eau artificielle passait dans ladite pièce, les bordant de ce bruit relaxant... si ce n'était ce semblant de bain extérieur, chauffé, camouflé derrière une palissade habilement tissée leur permettant alors de jouir de quelques moments agréables en toute intimité. « Je ne suis pas un faiseur de miracles pour autant, tu sais... si ce n'est que le seul que j'ai réussi à faire mien demeure le fait de t'avoir charmer, d'avoir lié ton destin au mien, en quelque sorte. » aussi bien pour répondre au précédent commentaire de Gentiana que pour se convaincre lui-même que ces fantaisies et autres idées fantasques étaient bien trop irréelles pour se faire... du moins elles l'étaient en cette époque. Plutôt occupé à reporter son attention envers ladite prêtresse, il vint doucement rouler sur le côté afin de prendre l'ascendant sur elle, plongeant son regard ambré dans le sien en lui souriant en coin... avant de reprendre ses lèvres des siennes dans un baiser passionné, n'ayant rien de plus à dire ou à ajouter pour le moment, se laissant simplement emporter par l'atmosphère et l'instant.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Sam 17 Fév - 22:25



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Elle eut ce sourire tendre que l'on accorde à un enfant trop exigeant lorsqu'il fait semblant de ne pas avoir bien entendu sa déclaration … Enfin, elle espérait bien qu'il faisait semblant, sinon il venait bel et bien de manquer quelque chose de particulièrement exceptionnel. Ce n'était pas vraiment un secret pour qui que ce soit la connaissant un tant soit peu, Gentiana était plus une femme d'acte que de mot, dans le sens où elle n'avait pas besoin de dire à quelqu'un qu'elle serait « toujours là » mais qu'elle l'était pourtant bel et bien. Finalement, il se complétait bien là-dessus, car lui avait ce don de toujours bien trouver les mots qu'il fallait, des mots qu'elle avait eu besoin d'entendre quelques fois. Cela ne le rendait pas moins sincère qu'elle, mais si elle préférait les actes à la parole, il fallait bien avouer qu'elle ne serait sûrement pas très rassurée en compagnie de quelqu'un d'aussi peu expressif qu'elle pouvait l'être. Cela l'inquiétait parfois, comme dans ce moment de pure tendresse où elle se rendait compte, toujours avec autant de surprise à chaque fois, à quel point il était exceptionnel et la chance inestimable qu'elle avait d'avoir gagné son cœur. Dans ces moments là, où elle le trouvait parfait en tout point, lui qui savait toujours quoi dire, qui était si doux, toujours si rassurant … Elle se disait que leur couple était bien peu équitable … Savait-il seulement à quel point elle tenait à lui ? Alors, elle s'en voulait un peu de ne pas savoir lui dire avec autant de talent qu'il pouvait le faire, elle s'en voulait, car elle avait l'impression qu'il ne saurait jamais tout ce qu'elle peut ressentir … car il lui disait et lui faisait comprendre avec une facilité déconcertante alors qu'elle le contraignait à le deviner.

Pourtant, la tendresse du sourire et du regard de la prêtresse n'avait pas n'égale en cet instant.

— Ces mots-là ne se perdrons jamais, sois-en certain. Considère-les comme acquis, car ils l'étaient déjà bien avant que je les prononce et ils le resteront à jamais. J'ai même le sentiment - un peu naïf, certes - qu'ils nous survivront. Je ne suis pas aussi habile que toi avec les mots … mais je ferais de mon mieux pour que tu ne l'oublie jamais.

Même dans cette société qui deviendrait une légende dans l'avenir, où sagesse et spiritualité régnaient en maîtres, l'amour n'était pas considéré par tous avec autant de ferveur que le laissait entendre Gentiana. Il existait des personnes aux mœurs plus légères – qu'elle ne blâmait pas, d'ailleurs – simplement, tout cela impliquait pour elle bien trop de changement imprévus pour que cela soit pris à la légère. Elle ne pouvait décemment pas se détourner de son devoir pour une aventure éphémère, c'est pourquoi elle s'investissait corps et âme bien qu'elle paraisse pourtant toujours si raisonnable de part son tempérament calme.

Étendue sur lui, elle pouvait de nouveau sentir cette agréable synchronicité entre leur cœur qui battaient à l'unisson et qu'elle sentait cogner doucement contre sa poitrine. C'est dans ces moments là qu'elle se sentait vraiment vivante, qu'elle se sentait exister … et qui lui donnait comme l'impression que toute sa vie avant lui n'avait finalement été qu'une sorte de rêve, une musique d'attente monotone en attendant que sa vie commence vraiment. Comme elle le lui avait avoué un peu plus tôt … c'est à partir du moment où elle avait commencé à accepter ses sentiments pour lui qu'elle avait commencé à vraiment prendre conscience de son âme et cette dernière brûlait d'un feu ardent.

Elle lâcha donc un léger rire emprunt de tendresse et presque de compassion pour le frileux qui semblait déplorer la petite critique de la belle qui passa une mains dans les cheveux violacés de son aimé comme pour le réconforter.

— Et une autre personne commence à avoir des goûts de luxe et ne saurait se contenter d'une herbe humide comme couche, aussi confortable les bras d'un compagnon parfait puissent-ils être.

Autrement dit, elle avait vraiment hâte que les travaux commencent - se terminent. Elle qui était du genre à plutôt aimer pouvoir tout contrôler, elle risquait d'avoir bien du mal à ne pas se pointer ici pour essayer de diriger les opérations ou d'empiler les pierres – ou le bois, ils n'avaient pas encore décidé de l'architecture – elle-même pour que tout aille plus vite. Leur situation sans refuge devenait tout simplement lassante.

Lorsqu'il évoqua les étoiles, la prêtresse se tourna légèrement sur le côté afin de pouvoir garder sa tête contre l'épaule de son amoureux secret tout en pouvant plonger son regard dans le ciel aux milliers de lueurs de vies lointaines. Cette vision la berça et la plongea dans un état de plénitude proche de l'enfant dans les bras parentaux, elle avait l'impression qu'ils étaient seuls en ce monde avec les étoiles … et ce sentiment était étrangement agréable. C'était une sensation égoïste, celle qui donnait l'impression qu'il n'y avait qu'eux qui comptaient, qu'eux qui importaient vraiment et que rien d'autre ne saurait subsister loin de leur regard. Un monde parfait, taillé sur mesure pour un amour parfait. Qu'il était doux de pouvoir encore s'enfermer dans de telles rêveries.

— Suggères-tu un toit transparent … ? Je ne suis pas certaine qu'il sera très supportable de vivre dans une serre en été, même ici. Mais ce serait une charmante particularité, que le ciel soit dégagé, pluvieux ou neigeux …

Elle ferma un instant les yeux pour mieux profiter de cet instant à rêver avec lui de la demeure parfaite. Elle n'avait pas peur d'être déçue, car même si ses visions lui faisait voir quelque chose de semblable à un palace d'un genre qui n'existait même pas encore à leur époque, elle savait qu'elle serait parfaitement heureuse avec lui même s'ils vivaient dans une simple grotte.
Bientôt, son fauve reprit le dessus sur elle sans qu'elle n'oppose la moindre résistance et elle ouvrit de nouveau les yeux pour plonger son regard dans le sien, souriant avec tendresse alors qu'il qualifiait leur relation de miracle.

— Il est vrai qu'à première vue, cela n'avait pas eu l'air d'être gagné d'avance … Mais je commence déjà à avoir du mal à me souvenir de ce que je pouvais ressentir lorsque cela ne me semblait pas encore une évidence …

Et elle répondit avec tendresse et ferveur à la passion du baiser qu'il vint chercher, glissant une main sous son manteau pour l'éteindre chaleureusement alors qu'elle glissait ses doigts de l'autre main dans ses cheveux violacés. Sans vraiment savoir pouquoi, elle sentit son cœur s'emballer tout à coup. Ce n'était pas comme lorsque qu'elle se laissait emporter par les affres du désir, c'était autre chose … c'était l'émotion : comme si elle n'arrivait toujours pas à se faire à l'idée de cette situation, comme si ce baiser était le premier, comme si ce moment était nouveau … mais aussi comme si ce même baiser et ce même moment pouvaient être les derniers. Le temps sembla lui manquer l'espace d'une seconde et puis son cœur se calma de nouveau car il était … et tout était calme.

Il n'y avait qu'eux et les étoiles.

Elle l'admira un instant après que leur baiser se soit rompu, puis elle frotta tendrement son nez contre le sien en souriant, restant ensuite un moment front contre front à simplement profiter de sa présence. Lorsqu'elle ouvrit à nouveau les yeux, elle observa les étoiles d'un air songeur.

— N'as-tu jamais imaginé, en regardant les étoiles, qu'il peut y avoir de la vie quelque part tout près de l'une d'elle ? Sur une autre planète comme la notre mais où … l'herbe serait rouge, par exemple et où le ciel serait orangé. Et que sur cette planète il pourrait y avoir quelqu'un exactement comme toi, qui te ressemble, sauf qu'il aurait peut-être la peau bleu et les cheveux turquoises, mais qui ferait exactement les mêmes choses que toi, en même temps que toi et qu'il penserait aussi la même chose en même temps … Et que peut-être, en ce moment, il serait allongé dans l'herbe rouge de sa planète lointaine avec sa Gentiana bleue qui lui dirait exactement ce que je te dis, tous les deux regardants les étoiles en imaginant leur future nid … Elle semblait très songeuse, ce n'était pas la première fois qu'elle songeait à la possibilité d'un double cosmique et cela lui donnait toujours une sensation très étrange … ni positive, ni négative … c'était simplement étrange.

— Ou peut-être que je suis juste bizarre de penser à des choses comme ça … Conclu-t-elle finalement sans vraiment être péjorative dans sa façon de le dire, comme si elle songeait tout simplement à voix haute sur un sujet banal.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Narthécia, prêtresse de Shiva ❞
Trouver une citation. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 23 Fév - 11:41



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Alors qu'elle venait sans aucun doute de lui offrir la plus parfaite des déclarations que l'on aurait pu faire, pendant un bref instant il ne s'en sentit pas digne avant qu'un nouveau baiser ne vienne arracher cette idée idiote de son esprit, ne lui laissant miroiter que la douce chaleur de son amante et ses formes délicates au travers de ses vêtements alors qu'ils restaient tout deux allongés à même le sol, sur l'herbe fraîche en cette nuit légèrement froide. Pour ainsi dire, même si Gentiana avait eu l'intention de lui faire oublier ses sentiments et tout ce qu'ils avaient pu vivre jusqu'à présent, il est fort probable qu'elle en aurait été incapable car en ce moment précis il eut quelques souvenirs de cette fameuse nuit sans sommeil au sein du temple de Shiva, lorsqu'il s'y était glissé en toute impunité, mais ce n'était ni le moment ni le lieu pour réitérer une telle chose, surtout qu'à devenir si fréquente elle pourrait bien perdre de sa sublime. « Pour quelqu'un qui se pense bien moins douée que moi avec les mots, je crois bien que je n'aurais pu faire mieux... ne te dénigre pas tant, chérie. » en se retenant d'ailleurs de lui signifier qu'il finirait sans doute par sévir, d'une façon assez plaisante sans doute, jusqu'à ce que sa compagne retrouve au moins l'estime qu'elle se doit.

Tandis qu'il en oubliait un peu Aquilon, qui ne s'offusqua pas vraiment, probablement parce qu'il sentait bien que ce moment était assez spécial et réservé pourra t-on dire, mais Ardyn repensait doucement à cet aspect matérialiste que la prêtresse avait soulevé, pour plaisanter à moitié. Dans un sens, ce n'était pas totalement faux car si cela lui avait été possible, notre sauveur lui aurait bel et bien décroché la lune pour l'orner de quelques étoiles par la même occasion mais cela lui était impossible évidemment... cela dit sur un plan bien plus réaliste mais pour l'heure anachronique, il se serait parfaitement vu avec Gentiana, dans une luxueuse suite d'un grand hôtel, une vie de roi et de reine pour ceux qui, malgré l'absence d'un égo-surdimensionné de sa part, la mériterait sans doute avant la fin de leur existence qu'il pensait encore très lointaine.

Sans pour autant tergiverser davantage sur les somptueuses tenues et les décorations excessives et onéreuses, sans compter sur les coupes de champagne, la musique classique et tout ce qui pourrait bien agrémenté cette vision particulièrement clichée d'une vie de riche, qu'Ardyn ne pouvait de toute façon pas imaginé puisqu'il n'avait simplement aucune idée de ce que cela pourrait être dans plusieurs siècles, son esprit revint sur une chose bien plus terre-à-terre même si paradoxalement il fut question de ce futur toit. « J'aurais plutôt imaginé quelque chose de sombre, de très nocturne, sur lequel nous pourrions accrochés quelques artifices luminescents afin de donner l'illusion d'être à ciel ouvert. » en affichant une moue légèrement pensive, comme cherchant avec minutie quel genre d'objets pourrait bien faire l'affaire par avance, ce qui l'amusait quelque peu par ailleurs. Devant les quelques récits de souvenir d'une époque récente mais pourtant encore assez floue émotionnellement et sentimentalement pour sa bien-aimée, Ardyn préféra ne rien ajouter mais plutôt simplement de l'écouter, comme il le faisait toujours. Nul besoin de revenir sur ledit sujet, elle avait peut-être besoin d'être rassurée sur ce dernier, ce qu'il ne manqua pas d'effectuer en lui offrant une tendre caresse sur la joue avant de reprendre ses lèvres d'un baiser ardent.

Laissant alors ses mains se balader sur son corps, le baiser fut donc rompu et son amant ne put une fois encore que sourire devant la parenthèse ouverte par Gentiana sur les corps célestes et ce qu'ils lui évoquaient donc. « Je t'avouerai ne jamais m'être réellement posé la question, cela ne veut pas dire que je pense cela impossible ou improbable, mais même si je me sens en symbiose avec Gaïa je ne me suis jamais dit que d'autres comme elle et comme nous pouvaient exister ailleurs... Cela dit, ta compagnie me rend toute réflexion de la sorte impossible, malheureusement l'inverse ne me semble pas tout à fait exacte. » dans un léger rire, particulièrement moqueur et provocateur d'ailleurs, jouant la carte de l'amant délaissé alors qu'Ardyn vint gentiment lui pincer le bout d'une fesse, avant de se vouloir plus doux et séducteur. 

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Sam 24 Fév - 23:06



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

C'est un bien joli compliment qu'il lui fit en assurant qu'il n'aurait pas mieux fait sur la déclaration qu'elle venait de prononcer. Cela la fit sourire, même si elle n'avait vraiment pas l'impression de se dénigrer et qu'elle n'avait pas du tout dis cela dans le but d'être rassurée d'une quelconque façon. C'était un fait, elle n'était pas à l'aise avec les mots, surtout l'orale. Il fallait bien avouer qu'elle était plutôt inspirée quand il s'agissait de son amant, mais c'était vraiment parce que c'était lui. Comme elle l'avait déjà signalé, il était capable de faire ressortir le meilleur d'elle en toute circonstance. Il n'était cependant pas négligeable de signaler qu'il était également capable de faire ressortir le pire, dans une certaine mesure, comme la jalousie – bien que ce sentiment se soit tue dès le moment où elle avait su qu'il n'avait d'yeux que pour elle, car elle ne ferait certainement pas l'affront d'en douter une seule seconde.
Son cœur était toujours secoué de ce sentiment étrange, si chaud et précieux qu'il s'en retirait presque quelque chose de … triste ? Ce n'était pas tant parce qu'elle ne savait pas profiter de l'instant présent sans penser à la possibilité de le perdre un jour, elle n'était pas du genre à se préoccuper sans cesse du pire en recevant le meilleur … Pas du tout. En fait, cela se rapprochait plus de la curiosité d'un fait tel que la glace qui brûle ou des larmes de joie. Il lui faisait ressentir des sentiments tellement forts qu'elle en perdait le nord.

— Je ne suis qu'une humble prêtresse, mais ce n'est pas mon genre de me dénigrer. Elle était simplement plutôt objective concernant ses aptitudes et leurs limites, et l'humilité qui incombait toute prêtresse de Shiva n'impliquait certainement pas un quelconque dénigrement.

Leurs rêveries purent poursuivre leurs cours et son amant évoqua d'ailleurs une idée plutôt séduisante pour leur plafond. Elle imaginait très bien la chose, dans un premier temps, elle trouva cela irréaliste et puis elle eut bientôt une image si nette de ce plafond aux airs enchanteurs de conte de fée qu'elle trouva finalement une idée pour accomplir ce rêve. Ce n'était pas si irréaliste que ça … c'était simplement un peu trop excentrique pour être vu n'importe où !

— Comme des cristaux de rivière de la vie … pensive, elle avait d'abord dit cela pour elle-même avant de se plonger à nouveau pleinement dans le regard ambré de son aimé, un sourire tendre aux lèvres. Il y en a plein dans les grottes du nord, ils éclairs naturellement les cavernes. On pourrais en récupérer quelques uns pour notre … « pièce aux lucioles » ?

En imaginant cette demeure parfaite qui leur ressemblerait, cette forteresse de tranquillité et d'intimité qui serait leur refuge, elle eut à nouveau le désir égoïste de ne garder cela que pour eux, que personne ne puisse y entrer ou découvrir ce qui serait sûrement très révélateur de leur couple. Si le secret était pesant et particulièrement contraignant, elle se plaisait encore à savourer ces instants qui n'appartenaient qu'à eux, comme le plus grand privilège qu'elle ne pourrait jamais recevoir de sa vie.

Il était bien aise d'oublier les tourments d'un doute amoureux une fois ceux-ci balayés, pourtant, il lui été encore arrivé de penser ou de cauchemarder à ce qu'elle aurait pu devenir si Ardyn n'était jamais revenu … et si il était resté sur la côte au Sud ? Et si, même si elle était venue jusqu'à lui, il n'avait plus jamais accepté de lui parler, favorisant une relation plus simple avec quelqu'un de plus simple et surtout dépourvu d'engagement spirituel aussi contraignant ? C'était de terribles cauchemars, de terribles pensées … mais tout cela était rapidement effacé, car il était revenu et elle n'avait pas laissé passé cette seconde chance.
Sous la tendre caresse de son aimé qu'elle savait emprunte de l'intention de la rassurée, elle ferma doucement les yeux en ayant une pensée pour cette triste Gentiana imaginaire qui n'aurait pas été aussi avisée qu'elle, ou qui n'aurait pas eu droit à sa seconde chance. Il était si facile de vivre sans connaître l'amour  … mais si terrible de s'en voir priver.

Un baiser ardent qui traduisait bien plus qu'une simple intention de la rassurer s'en suivit, faisant s'emballer son cœur et précipitant un retour de multiples caresses appuyées et possessives. Même s'il resta à l'écoute comme à son habitude et qu'il s'efforça de répondre avec compréhension à sa petite rêverie bien perchée, elle avait bien compris que cela était plutôt mal venu, Ardyn avouant d'ailleurs sans détour qu'il avait bien autre chose en tête. A cela, elle lui accorda un doux rire chaud en glissant tendrement sa main dans ses cheveux si particuliers, elle le regardait toujours comme si tout chez lui attisait l'admiration.

— L'amour n'a simplement pas le même effet sur toi que sur moi. Pour m'a part, il m'inspire, mais tu n'en es pas moins captivant, je te rassure, bien au contraire. Elle ne voulait pas qu'il prenne ses réflexions métaphysiques comme une sorte de besoin de meubler un moment ennuyeux, car c'était réellement tout le contraire. Être à ses côtés lui apportait simplement suffisamment de plénitude pour qu'elle ait envie de partager ce genre de songe à cœur ouvert avec lui.
Elle rit de nouveau après le léger sursaut qu'engendra le geste provocateur de son aimé.
— Mais j'ai bien compris, ton humeur n'est pas du tout à parler des étoiles pour le moment. Alors, elle l'embrassa la langoureusement, faisant volontairement durer le baiser plus que de raison en laissant vagabonder des caresses appuyées jusqu'à son fessier tout en se mouvant lascivement.
— Je crains malheureusement que l'endroit ne soit pas encore propice à plus de folies, amour … Avait-elle ensuite murmuré en déposant son index contre les lèvres de son amant qu'elle gela légèrement.

L'humidité de l'herbe fraîche dans laquelle elle était étendue commençait d'ailleurs à être dérangeante et elle poussa son amant avec douceur afin de pouvoir se redresser. Sans pour autant se relever tout de suite, elle s'était tournée vers le chocobo noir qui s'était fait plutôt discret depuis sa mauvaise farce aux conséquences bien heureuse.

— Et ne crois pas t'en sortir impunément, toi, petite canaille. Malgré tout, elle lui flatta généreusement l'encolure avant de se tourner vers son bien aimé. Une idée pour cette fin de soirée ?  


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Narthécia, prêtresse de Shiva ❞
Trouver une citation. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Sam 3 Mar - 12:21



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Sans pour autant revenir sur le sujet de l'estime de soi qu'avait pu avoir sa charmante compagne, ou qu'elle aurait pu lui inspirer, Ardyn préféra faire fit du sujet surtout qu'il avait l'air de s'être trompé sur la question. Loin de lui l'idée de la rabaisser, mais Ardyn l'apercevait assez souvent bien minimaliste à sur propre sujet ce qui lui mettant le doute en bien des occasions, néanmoins notre sauveur rebondit sur cette histoire de cristaux pour leur plafond, ce qui aurait d'ailleurs donné l'effet d'une grotte en son esprit, mais il ne voyait pas meilleure façon de représenter ce qu'il voulait construire pour lui et pour elle. « Ma foi, cela semble être une excellente idée. Tu connais déjà un peu la région ? Ce n'est pas la priorité mais je m'y aventurerai ultérieurement à cette fin. » en opinant doucement sans rompre le contact déjà établi entre leurs regards respectifs, agrémenté d'un petit sourire séducteur de la part de son aimé.

Alors qu'il remarquait que son précédent commentaire avait davantage été pris pour quelque chose d'un peu négatif plus que pour une plaisanterie, son bien-aimé essaya tant bien que mal de rattraper cela en la prenant un peu plus intensément et fermement entre ses bras. « Ce n'était qu'une boutade, même si cela reste plausible j'aime à croire que toi et moi sommes des êtres uniques, même si la vie existe ailleurs... ce qui ne me semble pas délirant car j'aime à croire que nous sommes tous des résidus d'étoiles justement, ce qui explique que tu sois ma lumière. » en venant doucement enfouir son visage dans le cou de Gentiana pour venir l'y embrasser avec douceur, préférant prolonger encore un peu cet instant avant de repartir, laissant d'ailleurs sa prêtresse s'adresser à son destrier pendant qu'il s'était affairé à quelques tendresses. « Je n'ai pas vraiment d'autres idées pour terminer la soirée, surtout qu'il se fait déjà tard... peut-être devrait-on rentrer avant que l'aube ne se lève pour ne pas attirer quelques soupçons, je reviendrais m'occuper des fondations. » en venant à son tour s'occuper d'Aquilon qui avait été quelque peu délaissé pendant quelques minutes mais qui n'allait, comme l'avait annoncé sa bien-aimée, pas s'en sortir comme ça. Finissant donc par se relever un certain temps après, il vint aider sa prêtresse à faire de même avant de s'installer tous les deux sur le dos d'Aquilon afin de retourner au sein de les cité des anciens, toujours avec cette même absence de blague de la part du destrier, ayant visiblement compris que ce ne serait pas la soirée... mais une autre fois, quand elle s'y attendra le moins !

Plusieurs jours passèrent donc, laissant les deux amants s'apercevoir en quelques occasions mais rien de bien plus intéressant que cela, si ce n'est que le fameux prêtre de Titan avait effectivement été mobilisé par son ami, en la personne d'Ardyn, pour lui donner un coup de main dans ses travaux. Naturellement les trajets devaient donc se faire à pied, étant donné la carrure du prêtre sus-nommé, et bien que le sauveur ne lui ait pas donné d'autres raisons qu'un simple « Puis-je te demander ton aide pour un projet purement personnel, cherchant à m'excentrer de la cité afin d'avoir un petit havre de paix ? » le prêtre en question n'avait rien cherché à en savoir davantage, avec une tape dans le dos, même si au-delà de tout soupçon il semblait déjà avoir une idée de ce qui se tramait. Cela faisait donc plusieurs heures qu'ils s'étaient attelés à la tache, restant torse nu alors que l'élu de la Déesse s'était simplement découvert car toujours frileux, on ne peut pas dire qu'il se sentait dans son élément et la montagne de chair semblait bien le taquiner gentiment à ce sujet.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 4 Mar - 9:52



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Son aimé approuva l'idée, ce qui lui fit plutôt chaud au cœur, car tout le monde n'aurait pas spécialement trouvé très sensé de décorer son plafond de cristaux tels que ceux-ci, cela pouvant facilement paraître comme farfelue. Farfelue, elle l'était bel et bien derrière son tempérament doux et posé et elle devait bien avouer qu'elle puisait un grand réconfort au fait que son aimé apprécie ce côté de sa personnalité … enfin, peut-être qu'il n'en avait pas encore tout à fait conscience, cela allait sûrement se révéler pleinement lorsqu'ils allaient commencer à vivre ensemble ! Mais ils s'aimaient, alors rien ne devrait être un problème pour eux, ni le froid, ni le secret et elle continuerait de l'aimer de la même façon même s'il dormait avec des chaussettes, alors elle espérait qu'en retour, il continuerait de l'aimer même si elle commençait à évoquer d'étranges vœux de décoration.

— Le seul moyen d’accéder au nord du continent est de passer par les cavernes qui sont un peu plus loin, c'est là-bas que l'ont peu en trouver en nombre … mais de t'y aventure pas seul, c'est plutôt dangereux … il y a des dragons là-bas, tu sais ?

Elle ne disait même pas ça pour lui faire peur, c'était véridique, elle en avait vu de ses propres yeux lors de ses quelques pèlerinages vers le Temple Mère du culte de Shiva. Mais même sans les dragons, ces cavernes étaient de vrais labyrinthes en plus d'imposer un terrain particulièrement périlleux … en bref, ce n'était pas le meilleur endroit pour une ballade hasardeuse ! Il fallait bien connaître le terrain et Gentiana le connaissait maintenant plutôt bien grâce à ses aînées.

— Nous irons ensemble à l'occasion, si tu veux bien … Je m'en voudrais qu'il t'arrive malheur juste pour répondre à une de mes étranges envie de décoration … Et elle avait dit cela avec tant de tendresse qu'il était impossible de prendre cela pour un quelconque dénigrement. Elle tenait simplement à lui et elle commençait à bien savoir qu'il était prêt à prendre des risques inconsidérés rien que pour elle, ce qui était particulièrement flatteur car parfaitement chevaleresque, et n'importe qui rêverait d'une âme sœur aussi dévouée, mais elle ne voulait pas le mettre en danger.

Comme son regard était toujours profondément encré dans le sien, elle ne put retenir les rougeurs qui envahirent doucement ses joues sous le compliment poétique qu'il venait de faire, heureusement, il s'était attelé à déposer un doux baiser dans son cou - qui la fit d'ailleurs doucement frissonner - la laissant espérer qu'il n'avait peut-être rien remarqué. Elle n'avait jamais été très avide de compliment, il n'y a pas si longtemps encore, cela la gênait même d'en recevoir ! Pourtant, elle adorait qu'il lui récite de si belles litanies … elle souffrirait sûrement d'un manque très douloureux si elle venait un jour à se voir priver d'un tel privilège. Inspirée par les yeux doux de son aimé et par la poésie de sa déclaration, elle surenchérit sans même y réfléchir véritablement, les mots s'échappant spontanément de sa bouche comme s'ils avaient toujours été une évidence, comme si elle les avait déjà prononcé des milliers de fois à travers les âges.

— Et j'aime à croire que nos poussières se retrouveront toujours à travers les âges …

Était-il si naïf de croire en de telles féeries à la vingtaine passée ? En tant que prêtresse don la spiritualité et la philosophie faisait partie du quotidien, c'était finalement presque normal. Après tout, Shiva n'épargnait les batifolages que des Amours véritables. Gentiana ferma les yeux un instant, imaginant leurs autres vies en se basant sur cette théorie. Et puis, son imagination tournant à toute vitesses, elle remonta le temps et se figura que leur première existence n'était peut-être pas sous une forme de vie telle que celle-ci … Car il avait tout du soleil, rayonnant et magnifique, et elle de la lune, pâle, froide, sublimée par la lumière de l'astre flamboyant qu'est son bien-aimé. C'est ainsi qu'elle se voyait avec Ardyn Izunia. Peut-être qu'à l'origine, il était un soleil et elle une lune … et qu'ils ont quitté cette forme afin d'enfin pouvoir se retrouver et se toucher. Elle rouvrit les yeux sur lui avec cette idée enchanteresse en tête et l'impression qu'elle avait de l'avoir toujours aimé et de l'avoir toujours attendu lui sembla alors plus forte. Puis, quelques secondes plus tard, elle se demanda quels champignons pouvaient bien pousser dans le coin pour lui donner des idées pareilles … Si cela venait de champignons, alors elle espérait qu'ils pousseraient toute l'année, car elle n'avait jamais rien ressenti d'aussi agréable.

Inutile de dire qu'elle fut particulièrement déçue de la réponse de son aimé sur leurs projets de fin de soirée … enfin, de fin de nuit. Elle aurait aimé qu'il propose un petit câlin au chaud dans un endroit couvert jusqu'à l'aube, mais ce désir irraisonnable, elle le garda pour elle. Elle n'aimait pas être la moins raisonnable des deux et elle ne laissait généralement pas ses désirs irraisonnés prendre le dessus sur elle, mais c'est pour cela qu'elle aimait d'autant plus se faire tenter. Elle avait donc simplement acquiescé à la proposition de son bien aimé, au moins fut-elle plus sereine sur le retour, bien qu'elle ne soit vraiment pas certaine de parvenir à s’habituer à la montée un jour.


Les jours – et les nuits – qui suivirent, Gentiana se surprit à plusieurs reprises de regarder le ciel d'un regard nouveau, levant instinctivement les yeux vers le firmament azure ou étoilé à chaque fois qu'elle pensait à Ardyn Izunia, comme si elle pouvait trouver sa présence au dessus de sa tête. Le secret et toutes les contraintes que cela impliquait était toujours aussi handicapant, malgré tout, elle avait l'impression de toujours sentir la présence de son aimé tout prêt d'elle ces derniers temps, cela rendant la distance plus facile à supporter, tout en la faisant se languir un peu plus.
Elle avait appris que Ardyn avait finalement commencé les travaux de leur futur maison et si la rumeur commençait doucement à se propager dans la citée, les indications sur sa localisation étaient - pour son plus grand soulagement - toutes erronées. Elle n'avait pas eu l'occasion de retourner là-bas avec ou sans Ardyn depuis le début de la construction et elle était particulièrement curieuse de voir à quoi cela pouvait ressembler, même si c'était le tout début. Elle aurait voulu pouvoir tout construire du début à la fin avec lui … c'était leur maison après tout, leur refuge à tous les deux, construire cela était comme construire et consolidé le début de leur nouvelle vie à deux.
Il l'avait informé qu'il avait demandé l'aide du Roc, se gardant bien s'entourer de plus de main d’œuvre par souci de discrétion. Malgré tout, quand Gentiana avait croisé le fameux Roc, il n'avait pas manqué de lui signifier quelques allusions discrètes mais qui l'inquiéta un peu sur ce qu'il pouvait bien penser de la situation … Les prêtres de Titan étaient souvent vu comme des « tas de muscles » et étaient donc très peu reconnu pour leur perspicacité, mais Gentiana connaissait suffisamment le Roc pour savoir qu'il était bien plus malin que la plupart des têtes pensantes de la Citée. Avait-il compris quelque chose … ?

Ce jour-là, en tout cas, elle avait décidé de céder à la curiosité. Elle s'était rendue aux écuries avec de quoi manger – du pain, de la salade composée, ainsi que quelques douceurs sucrées et des fruits. On lui avait laissé sortir Aquilon de son box et non, vous pensez bien qu'elle n'allait pas monter dessus ! Elle le chargea simplement de ses sacs de victuailles – car elle en avait prévu pas mal, connaissant l’appétit du Roc … Et Ardyn n'était pas en reste, elle le savait. Elle prit donc la route aux côtés du chocobo au plumage sombre qui semblait plutôt heureux de partir en ballade – comme toujours – bien qu'il sembla un peu instant pour essayer de la faire grimper sur son dos.

— N'y pense même pas, je n'ai pas oublié ta farce de l'autre jour.

Malgré tout, elle avait aussi prévu des légumes pour lui. Elle arriva sur le site de leur future nid d'amour en tout début d'après-midi et put admirer son aimé au travail pendant un moment le temps qu'elle traverse la plaine pour enfin les atteindre - faisant une courte halte près de la rivière pour récupérer un peu d'eau fraîche au passage.

— Bonjour messieurs, je me suis laissée entendre qu'un travail difficile était en œuvre par ici, je me suis donc permise d'apporter de quoi vous restaurer avant que l'un de vous ne s'effondre d'inanition. Bien que cela fut contre sa volonté, son regard resta un moment attaché à Ardyn avant de passer sur le Roc qui semblait tout sauf prêt à s'effondrer … c'était le Roc, quoi. Malgré tout, même ces titans devaient se nourrir ! Prenant un de ses paniers garnies, elle observa les fondations en prenant soin de ne pas avoir l'air aussi intéressée qu'elle ne l'était réellement.

— C'est plutôt prometteur.  


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 15 Mar - 21:38



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Alors qu'il avait été quémander de l'aide auprès de son confrère si robuste plus tôt dans la matinée, en plus du trajet qu'ils avaient du effectuer à l'aide d'un moyen de transport un peu plus conséquent afin d'apporter du petit matériel sur place, cela faisait donc plusieurs heures qu'ils avaient débuté les travaux pour le plus grand malheur du sauveur qui n'était pas tant habitué à cela malgré sa célèbre endurance. L'air demeurait frais mais l'effort était tel que tout deux avaient laissés tomber le haut pour ne pas être trempés durant le zénith qui restait éprouvant malgré la fraîcheur du Nord en plus d'être un peu complexant vu la carrure de son comparse par rapport à la sienne. Même si l'énorme roc n'était pas du genre à se vanter de sa condition, cela n'empêchait pas les deux hommes d'en parler sur le ton de l'humour de temps à autre, même si pour le coup Ardyn aurait eu bien des choses à lui envier car lui ne semblait pas suer à grosses gouttes ou du moins pas autant.

Ce n'est qu'un peu plus tard qu'Aquilon fut visible au loin, évidemment accompagné mais pas par n'importe qui d'ailleurs, ce qui n'allait pas tant arrangé sa situation dans un sens car lui et le prêtre de Titan n'avait pas reçu tant de visite que cela... et donc voir Gentiana débarquer avec son chocobo à lui serait d'autant plus suspect. Dans l'absolu, on ne peut pas dire que cela allait empirer son cas pour autant car son compère était bien loin d'être un idiot et il semblait même avoir compris depuis un moment... ce qu'Ardyn ignorait bien entendu, le laissant dans de beaux draps et essayant de trouver telle ou telle hypothèse ou théorie pour couvrir la visite de sa bien-aimée si loin de la Cité des Anciens. « Quelle bonne surprise, humble prêtresse, nous sommes tous deux flattés de votre présence, pas vrai ? » en laissant un léger silence tout en coulant un regard vers l'autre et seul homme qui comptait facilement pour trois d'ailleurs. « Hmmm ? Tu veux me dire que c'est toi qui a demandé à ce qu'elle vienne pour le déjeuner ? » alors que ce dernier croisait les bras en le toisant d'un air incrédule, pensant presque qu'il le prenait aussi idiot ou crédule qu'il aurait pensé son chocobo... qu'il n'était pas non plus d'ailleurs, attention car il est plutôt susceptible dans ses mauvais jours !

« Ce ne sont que des détails je présume, ce n'est pas bien important... Donc si je comprends bien vous nous invitez à déjeuner en cette journée de dure labeur ? Rappelez-moi de remercier votre mystérieux messager à mon retour ce soir en tous les cas. » en soufflant un léger rire tout en inclinant la tête comme si de rien n'était, ne manquant d'ailleurs pas d'effectuer une courte révérence pour ne pas manquer à ses devoirs et faux-semblants... ce qui fit rire son comparse par la même occasion, se retenant d'étaler la supercherie qu'il avait perçu au grand jour en se promettant de faire remarquer à Ardyn qu'il disait désirer une pause mais qu'il semblait néanmoins assez énergique pour faire le paon, comme d'habitude. « Prometteur je ne sais pas, mais en tout cas ce n'est pas demain la veille que ce sera terminé si vous voulez mon avis. » en soupirant alors doucement, laissant son regard se perdre sur le semblant de chantier en se mettant rapidement quelque chose sur le dos, pour ne pas offusquer la présence d'une si prude prêtresse de Shiva.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 16 Mar - 20:52



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Si Gentiana se souvenait de sa légère surprise en découvrant la véritable carrure que cachait son aimé sous ses cette multitude de couches de vêtements qui le rendait si élégant et qui lui donnait les épaules plus larges qu'il ne les avait en réalité, il fallait bien avouer que cette fois, la minceur du sauveur était plus choquante encore. Il n'était pourtant pas chétif non plus, il ne fallait pas exagérer, mais le fait était que n'importe qui ayant une carrure « normal » aurait l'air d'une brindille à côté du prêtre de Titan. Cela dit, c'était peut-être le soleil ou le fait qu'il soit en plein exercice – ou un mélange des deux, car elle ne le voyait jamais en « plein effort » sous la lumière du soleil – mais il lui semblait tout de même qu'il avait pris du muscle depuis la première fois qu'elle l'avait vu en tenue plus légère, ou même depuis le début de leur relation officieuse. C'était peut-être les travaux … ou alors les exercices d'escrime auquel elle savait qu'il s'adonnait avec Rygdea. Cela lui allait plutôt bien, dommage qu'il s'en cache si vite.

Prenant soin de ne pas laisser percevoir sa déception face à la pudeur feinte de son bien aimé, elle croisa un instant le regard du Roc qui souriait avec cette incrédulité à la fois inquiétante et réconfortante. Plus rares seront les personnes au courant de leur secret, plus facile sera-t-il de le préserver … cependant, le Roc ne lui avait jamais inspiré de la méfiance et elle avait l'intime conviction qu'il resterait un soutient de confiance s'il venait à être dans la confidence. Dans le doute – elle ne voulait pas griller leur couverture inutilement – elle n'allait pas pour autant prendre le risque de lui confirmer quoi que ce soit.

— Vous remercierez simplement votre mère. Trouva-t-elle bon d'éclaircir pour que son aimé cesse de s'inquiéter sur les questions que pourrait se poser leur ami au sujet de sa surprenante présence ici. Il s'agissait d'une simple conversation de courtoisie, mais il lui a semblé qu'une prêtresse pourrait être digne d'une telle confidence. Il m'a semblé comprendre que vous vouliez protéger ce lieu de visites intempestives. Elle s'était légèrement détournée d'eux, esquissant quelques pas pour analyser à nouveau le site comme si elle le découvrait. Je peux comprendre. La quiétude de cet endroit a beaucoup de charme. Comptez sur moi pour ne pas la trahir. Disant cela comme s'il avait vraiment besoin d'être rassuré à ce sujet, elle avait à nouveau plongé son regard dans le sien, non sans un léger sourire rassurant qu'elle s'efforça de garder cordial afin qu'il ne paraisse pas aussi tendre qu'il l'aurait été en privé.

Enfin, elle déposa son panier sur l'établie qui n'était pas très loin d'elle avant de prendre une grande couverture qu'elle étala sur le sol et de déballer tranquillement les victuailles qu'elle avait apporté. Elle servit deux grands gobelets en bois d'eau fraîche qu'elle distribua à ses deux hôtes en commençant pas le Roc – se disant que cela sauverait certainement les apparences. L'indifférence de la prêtresse face à la tenue du Roc n'avait rien de notable, ce n'était pas la première fois que le bougre se manifestait ainsi, c'était pour ainsi dire une tenue comme une autre … Et Gentiana n'avait de toute façon jamais été attiré par les corps d’athlète, seul les yeux de son bien aimé fauve la faisait chavirer. Bon et tout le reste hein, elle n'allait certainement pas dire le contraire !

Elle invita ses « camarades » à s'installer avec elle en un geste de la main élégant, s'agenouillant avec toute la grâce et la dignité dont pouvait vraiment preuve une prêtresse de Shiva intouchable et irréprochable. Elle commença par sortir un légume pour Aquilon avant d'encourager les deux hommes de chantier improvisé à commencer à manger ce qui pouvait leur faire plaisir.

— Je n'ai peut-être pas les muscles aussi saillants que vous, mais je pourrais sûrement me rendre utile. J'ai déjà participé à bon nombre de chantiers de réparation au temple, je saurais y faire. Ce serait la moindre des choses de vous aider après tout ce que vous avez fais pour notre communauté, et plus directement, pour ma propre mère. Essayant ainsi de justifier auprès du Roc sa participation à ces grands travaux et ce dernier avec le regard particulièrement rieur bien qu'il tentât de cacher son rictus en mâchant un morceau de pain qu'il avait accompagné de viande salé.

En guise de dessert, elle avait pris soin de préparer du thé grâce au feu qui avait été ravivé, dévoilant quelques biscuits ainsi qu'un gâteau à l'orange qu'elle avait tenté de faire elle-même pour la première fois après avoir emprunté la recette à sa mère. Il lui semblait avoir bien suivit les instructions, mais la tête du gâteau, bien que la couleur doré soit plutôt agréable à la lumière du soleil, était plus difforme. Comment Sylène Nathécia faisait-elle pour que ses gâteaux soit toujours si parfait ? Sans difformité ni grumeau … ?
S'il n'avait s'agit que de l'esthétique … malheureusement, elle fut forcée de constater que s'il n'était pas immangeable, il était plutôt amer. C'était peut-être une question de goût ?

— Qu'en pensez-vous … ? Demanda-t-elle en tentant vainement de cacher que la réponse pourrait facilement la vexer.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 18 Mar - 20:48



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Au moins sa chère bien-aimée avait gardé quelques raisons et excuses sous sa tunique, ce qui le rassura quelque peu puisqu'il se sentait obligé de se montrer surpris devant sa venue puisqu'il n'était seul... fort heureusement d'ailleurs car les travaux avançaient presque trois fois plus vite en si bonne compagnie. Alors que Gentiana avait montré patte blanche, en plus d'avoir apporté un déjeuner ma foi plutôt faste par rapport à ceux qu'il avait l'habitude d'engloutir sur le pouce, toujours avec cette manie à redistribuer ses cadeaux et présents à ses contemporains et aux nécessiteux, Ardyn ne se fit pas plus prier pour venir s'installer non loin de ces deux visiteurs, attisant au passage l'intérêt et l'affection de son destrier qui vint le saluer de façon bien guillerette.

« Disons que je n'ai pas pour habitude de faire des cachotteries de la sorte, mais je vous crois sur parole quand vous dites être capable de faire silence sur quelques petits secrets. » en attendant tout du moins son comparse pour commencer à se requinquer, se retenant d'ailleurs de faire un clin d'oeil à son amante de peur d'être surpris par l'homme-montagne qui n'était jamais bien loin. Malgré la situation étrange, surtout parce qu'il n'était pas en privé avec sa compagne, mais paradoxalement il était en agréable compagnie, en plus d'être particulièrement utile, notre sauveur se surprit à être un peu triste de ne pas avoir eu l'idée d'inviter son frère de la sorte... mais entre la révélation amoureuse de ce dernier et sa nouvelle promotion il aurait été assez compliqué de l'y faire venir et de rire sans gêne. « Cela dit je ne me vois pas trop vous demander de nous aider plus que vous ne le faites déjà, en nous apportant le couvert. Par ailleurs, vous m'en voyez navré mais je ne puis nous offrir le toit en cet instant, mais bientôt j'espère. » en opinant simplement avant de laisser paître un air songeur, réfléchissant à comment il allait reprendre un peu plus tard avec son merveilleux bénévole, se demandant dans un même temps combien de jours, combien de semaines allaient passer avant qu'un semblant de refuge ne soit perceptible de la bâtisse. Assurément, ses rêves de luxe et de confort allaient peut-être s'effriter avec le temps en se confrontant à la dure réalité et non à ses songes utopiques.

Autant vous dire que le repas improvisé mais particulièrement délicat et appréciable se passa sans le moindre problème, sauf peut-être si le manque de frivolité et le surplus de sérieux est un mal... officiellement non pour Ardyn mais officieusement cela le changeait beaucoup de ses rapports habituels qu'il entretenait avec Gentiana, et là encore il n'est pas question de nudité et autres détails intimes d'ailleurs. Sauf peut-être le moment fatidique du dessert qui, contre toute attente, avait été fait par son amante secrète et non pas par la mère de cette dernière. Évidemment qu'il ne pouvait pas l'annoncer si brusquement, déjà parce que notre sauveur avait du tact, mais il avait également des yeux ambres encore fonctionnels pour savoir que l'esthétique de la pâtisserie n'avait rien de ce qu'il avait déjà vu sortir du fourneau de Silène Narthécia. « Surprenant, c'est le premier mot qui me vint à dire vrai. Vous l'avez fait vous-même c'est bien cela ? » en jouant de parfait petit cobaye culinaire grâce à ce sempiternel masque qu'il continuait d'afficher le plus clair de son temps, même si intérieurement il ne se sentait que peu fier de mentir de la sorte à la femme qu'il aimait. Cela n'empêchera pas le fait que le sujet "gâteau à l'orange" fera son retour sur le tapis ultérieurement, non pas en guise de critique bien entendu mais avec un peu plus de franc parler cela dit... simplement que l'attention actuellement était si aimable qu'Ardyn ne pouvait pas tout faire voler en éclats dans un élan de sincérité.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Mar 20 Mar - 19:01



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Il y avait des situations comme celle-ci où il était difficile de garder son sérieux malgré un jeu d’acteur mutuelle aux petits oignons. C'était peut-être justement parce qu'ils jouaient particulièrement bien qu'il était difficile de garder son sérieux face à tant d'ironie … heureusement, le naturel posé et peu expressif de la prêtresse lui permettait d'y parvenir sans mal envers et contre tout. Ainsi son sourire resta-t-il discret et aussi mystérieux qu'à son habitude lorsque son aimé assura qu'il n'avait vraiment pas l'habitude de faire de tels secrets et qu'il voulait bien lui fait confiance pour garder celui-ci. D'un côté, il est vrai qu'avant de se lancer dans cette fougueuse relation, aucun d'eux n'avait eu l'habitude de garder un quelconque secret … mais l'on vient facilement à changer beaucoup de chose dans sa vie lorsque l'amour vous frappe !

Un peu plus tard, la courtoisie de notre bien aimé sauveur manqua bien de se retourner contre lui lorsqu'il tenta de décliner poliment – mais maladroitement, il fallait bien l'avouer – la proposition d'aide de Gentiana. Elle ne savait pas trop s'il avait peur de trahir leur relation en la laissant participer ouvertement aux travaux ou si c'était autre chose … mais si elle ne le connaissait pas aussi bien, elle aurait presque pu y voir du sexisme ! C'est ce qu'elle feignit d'ailleurs de comprendre, sans vraiment se vexer, elle prit tout de même un air à la fois fermé et taquin.

— Seriez vous en train d'insinuer que je ne saurais me rendre plus utile qu'en vous sustentant, sauveur ? Sa voix était aussi ambiguë que l'expression qui marquait son visage, ne laissant pas vraiment savoir si elle était vraiment contrariée par cette malheureuse allusion ou si elle plaisantait … ou si cette plaisanterait cachait une contrariété … faites vos jeux !

Toujours est-il qu'elle sourit bien plus intérieurement qu'extérieurement à la perspective qu'il pourrait « bientôt lui offrir un toit ». Qu'elle avait hâte que les premières fondations soient complète et que les premiers meubles soient installés pour qu'ils puissent enfin se retrouver dans un lieu sûr et confortable ! Plutôt que de se risquer à aller dans la chambre de l'un ou l'autre, aussi risquée l'une que l'autre, ou à aller se geler le derrière dans un bosquet humide … pas beaucoup plus sûr non plus ! Elle avait vraiment hâte qu'ils trouvent enfin leur petit confort privé.

Devant le risque diplomatique de représentait le gâteau à l'orange trop amer, Gentiana devait bien avouer que son amant secret s'en tirait à très bon compte ! Il s'en tirait bien, car il n'avait pas osé mentir effrontément mais avait pris soin de peser ses propos afin de ne pas la vexer. Elle du s'efforcer de ravaler la tendresse de son sourire et de son regard en le portant vers le Roc don les mâchoires crispées en train de mâcher en disaient tout aussi long que les précautions d'Ardyn.  Elle reporta tout de même son regard sur lui, amusée.

— Est-ce si évident ? Et comme nous l'évoquions, cette évidence en disait justement long sur le résultat. Voilà au moins la preuve qu'il vous fallait pour vous convaincre que je serais sûrement plus utile à la construction.

Elle était un peu déçue d'avoir raté ce gâteau, elle aurait voulu qu'il soit parfait pour l'homme qu'elle aime … Elle voyait presque ça comme un devoir : non pas de cuisiner pour lui, mais simplement de réussir tout ce qu'elle entreprenait pour lui, de manière générale. Elle avait le sentiment d'avoir besoin de cela pour se sentir à la hauteur, car elle l'avait en haute estime et elle voulait qu'il l'admire autant qu'elle l'admirait pour ses nombreuses qualités … bien sûr, c'était déjà le cas … mais elle devait veiller à ce que cela le reste !

Heureusement, leur amour était plus fort que l'amertume d'un gâteau à l'orange difforme.

Toujours bien décidée, cependant, à faire ses preuves sur le terrain, Gentiana avait imposé sa présence aux deux hommes pour leur porter main forte sur le chantier jusqu'à la fin de la journée. Pour son plus grand regret, elle ne put malheureusement pas réitérer ce genre de visite aussi souvent qu'elle l'aurait voulu et ce n'était même pas une question de sauver les apparences ! C'est simplement qu'une prêtresse de Shiva avait bien d'autres occupations que cela.
Parmi ces occupations, il y avait de nouveaux grands préparatifs. En vu d'exécuter sa confirmation en fin de cette année – événement qui lui permettrait enfin de quitter le temple pour vivre son idylle avec Ardyn Izunia – elle avait un certain nombre d'initiation à passer et l'une d'elle se passait au temple mère de Shiva qui se situait tout au nord du continent, dans les montagnes aux neiges éternelles. Un tel pèlerinage se déroulait chaque année, mais toutes les prêtresses du temple n'y était pas conviée, voilà trois ans que Gentiana n'avait d'ailleurs pas participé, mais elle savait cette fois qu'une grande épreuve l'attendait.
Elle en discuta bien entendu avec Ardyn, comme elle discutait à présent de tout avec lui, avouant que cela ne l'enchantait pas de se retrouver une nouvelle fois contrainte d'être séparée de lui – un tel périple l'éloignant de la Citée pour au moins deux semaines. Mais son bien aimé avait plus d'une corde à son arc et s'il assura qu'il projetait depuis un moment d’exécuter un périple dans les villages du nord, elle le soupçonna d'avoir eu cette idée que très récemment … Peu importe depuis quand il prévoyait cela, l'important … c'est que c'était décidé : le Sauveur ferait partie de l'expédition vers le temple Mère de Shiva. Un tel voyage étant plutôt dangereux vis à vis du terrain – nous rappellerons l'itinéraire impliquant des grottes à Dragons – il n'avait jamais été exclus que des individus ne faisant pas parties du culte de Shiva – y compris des hommes – accompagnent un tel cortège.

Les pèlerinages étaient toujours des voyages très importants pour les prêtresses … et cette année, Gentiana était particulièrement heureuse d'y participer aux côtés de l'homme qu'elle aimait, même si cela devait toujours rester secret. Le convoie était en route, de gros chocobos tiraient des charrettes alors que d'autres, plus taillés pour la course, étaient montés de cavaliers et cavalières qui se chargeaient de protéger le convoie, aussi bien aux devants qu'à l'arrière. Gentiana avait bien du se résigner à s'installer à l'arrière d'une des roulottes, l'air de rien, mais gardant les pieds dans le vide pour être prête à descendre rapidement à la moindre occasion. Le temps était clément et elle espérait pour leurs accompagnateurs – surtout un, il faut bien l'avouer – qu'il le resterait. Les prêtresses étaient bien les seules à ne pas craindre les tempêtes de neige et une journée ne suffirait pas pour se rendre jusqu'au temple, ils allaient être obligés de faire une escale d'une nuit avant d'arriver à destination.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 22 Mar - 19:11



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Voila que sa consœur et amante jouait à la femme plus ou moins vexée suite à son commentaire sur sa grande aide déjà offerte pour ce qui était du repas et qu'il n'était vraiment pas nécessaire qu'elle poursuive davantage en les aidant encore plus laborieusement avec la construction de son refuge personnel. Naturellement ce n'était pas du tout une apologie de la supériorité physique des hommes sur les femmes, déjà parce qu'Ardyn ne le pensait pas vraiment et qu'il n'était pas le mieux placé pour en parler vu qu'il se sentait tel un gringalet aux côtés de cette masse qu'était le prêtre de Titan. Disons que notre sauveur n'avait pas grande envie de la voir s'exténuer à faire des travaux plutôt rudes et physiques alors qu'elle n'était sans doute pas venue officiellement, mais surtout parce qu'elle n'était définitivement pas vêtue pour cela... et la dernière fois qu'il l'avait vu enlever sa longue tunique de prêtresse ce n'était pas pour présenter grand chose en-dessous, mieux vaut ne pas tenter les quelques hommes sur le chantier pour ainsi dire. Au moins il avait eut la décence et la délicatesse de dévier un peu le sujet du gâteau à l'orange qui n'était vraiment pas fameux, mais sans doute que ce dernier lui avait été un peu plus doux ou alors légèrement moins amer car elle avait du le faire avec amour... même si objectivement un sentiment n'est pas vraiment un ingrédient gustatif malgré les dogmes que racontent bon nombre d'idiots et d'imbéciles fous amoureux tels que lui l'était.

Par chance, Gentiana n'insista pas vraiment plus au sujet de son aide dévouée qu'elle aurait aimé apporté, si bien qu'Ardyn pu néanmoins profiter de ce temps de repos pour se montrer toujours aussi complice qu'affectueux envers son volatile au plumage ébène. Cependant toutes les bonnes choses ont une fin et il ne fallu que peu de temps pour les deux hommes afin de devoir se remettre au travail pour ne pas terminer le chantier pour l'hiver prochain. Plusieurs jours successifs eurent le même quotidien pour nos deux âmes masculines, parfois accompagnés de quelques volontaires qui pouvaient se compter sur les doigts d'une main, mais il n'en restait pas moins que l'endroit n'était encore que peu connu par le grand public... du moins si on enlève les différents ragots et autres dires de bouche-à-oreille au sein de la Cité des Anciens.

Alors qu'Ardyn avait eu connaissance du départ en pélerinage de sa bien-aimée prêtresse que peu de temps avant son officialisation, l'homme aux yeux ambrés avaient tout de même réussi un sacré coup de maître puisqu'il s'était greffé à la troupe d'escorte, tout comme son frère cadet l'avait également fait dans le cadre de son rôle habituel, ce qui lui permit d'aborder le sujet et donc de s'intégrer au convoi sans grande difficulté.

Avec un peu de chance il aurait peut-être l'honneur de rencontrer ces grandes créatures de Gaïa que l'on nomme dragons, et qui sait, il se pourrait même que de par son lien privilégiée avec cette dernière il se découvre alors la capacité de communiquer avec eux. Malgré ces rêveries, Ardyn fut tirée de ses songes un peu farfelus par l'un des membres du convoi qui lui annonça une halte tout prochainement puisqu'il n'avait alors pas entendu la précédente. Encore et toujours accompagné de son brave et fidèle Aquilon, un petit barda avait été ramené pour l'occasion avec quelques provisions mais également une épée qu'il s'était faite forger quelques semaines auparavant. Quoi de mieux qu'une mission d'escorte pour croiser le fer avec son frère afin de ne pas perdre la main sur ces entraînements hebdomadaires qu'il avait pris l'habitude de demander à son cadet ? Cela dit, Gentiana ne serait jamais très loin et il était fort probable que se savoir observer par la femme qu'il aimait lui ferait perdre ses moyens... ou le galvaniserait, quitte ou double comme on dit, malheureusement cela était tout aussi possible pour son jeune frère car ce dernier n'avait toujours pas vu s'éteindre la petite flamme discrète qui brillait dans son regard lorsqu'il le posait sur la charmante prêtresse de Shiva. Quelle déveine... mais cette halte leur permettrait à tous de reprendre leur place et leur rôle sans la moindre arrière pensée, de quoi faire reposer les bêtes et refroidir les esprits, sachant que le froid se faisait tout de même de plus en plus sentir alors que le Nord approchait à grands pas. Toujours aussi peu à l'aise en ce genre de climat, c'était un Ardyn emmitouflé dans une sorte de grande étoffe doublée qui se tenait à côté du sombre chocobo, n'ayant pas pour autant délaisser son chapeau qui surplombait sa crinière violacée.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 23 Mar - 21:20



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Un vent glaciale s'était levé alors que le soleil déclinait déjà dans le ciel. Gentiana marchait maintenant depuis près d'une heure, car elle en avait eu vite assez de rester assise à se faire ballotter désagréablement dans cette charrette infernale. Elle préférait vraiment marcher, alors elle autant le faire quand les chocobos ne trottaient pas.
Plus on montait vers le nord et plus rapide tombait la nuit, si bien qu'ils pressèrent légèrement la cadence pour arriver au relais habituelle, un petit espace entouré de hautes rocailles protégeant la zone de repos des rafales de vent. La plupart des prêtresses de Shiva passeraient la nuit dans les roulottes qui étaient plutôt confortables, mais pour un certain nombre de raisons, Gentiana préféra monter sa tente – un peu à l'écart – afin de pouvoir y trouver un peu d'intimité. On prit soin des bêtes, leur montant un petit abri pour la nuit et leur servant des légumes de qualité pour le repas, alors qu'un autre groupe de prêtresse s'occupait d'allumer quelques foyers. L'escorte qui les accompagnait ramenait du bois, profitant de cela pour guetter le moindre danger alentour, mais à par le vent qui semblait annoncer une tempête toute proche, aucune menace ne semblait planer sur le convoie.

Une soupe fut préparée et Gentiana se dit que c'était peut-être enfin le moment de se reposer un peu … et d'aller enfin tenir compagnie à celui qu'elle avait guetté de loin toute la journée, avec l'envie irrésistible de l'approcher plus qu'elle ne le pouvait. Une grande couverture au creux du coupe, elle portait donc deux grands bols de soupe très chaude, se dirigeant tranquillement vers lui. Elle savait que bon nombre de ses sœurs ou même des membres de la milice qui les escortait aurait aimé faire cela à sa place et elle se trouva soulagée d'être la première à en avoir eu l'occasion. Arrivée près de lui, elle lui adressa un simple sourire complice en lui tendant le bol, puis elle posa l'autre non loin le temps d'aller couvrir le brave Aquilon de la couverture qu'elle avait apporté. Elle prit le temps de le caresser avec beaucoup d'affection sous le menton avant d'aller s'installer en face du sauveur, reprenant son bol de soupe.

— As-tu prévus des vêtements plus chaud pour demain ? Il fera plus froid encore là où nous allons. Elle s'était permise de le tutoyer, car il n'y avait personne à proximité pour les entendre, et son sourire était aussi taquin que tendre. La nuit risque d'être très froide également … je te conseil d'installer ta tente près des rocs au nord est du campement, tu y seras mieux protégé du vent. Elle avait elle-même installé sa tente dans cette zone, son conseil allait donc un peu plus loin que le seul bien être de son aimé … enfin, cela restait totalement lié à son bien être, justement, mais au sien également.

En le voyant aussi emmitouflé alors qu'elle-même ne portait rien de plus que sa tunique habituelle, la prêtresse de Shiva ne pouvait s'empêcher d'éprouver une grande tendresse pour l'élu secret de son cœur. Enfin, plus que d'habitude, s'entend. Elle mourrait d'envie de le prendre dans ses bras, bien que consciente qu'elle ne pourrait pas vraiment lui être d'une grande aide pour le réchauffer, n'ayant pas un corps aussi chaud que le commun des mortels … enfin, il lui faudrait fournir des efforts inapplicables en publique afin de parvenir à lui faire oublier le froid … Cela l'embêtait un peu de ne pas pouvoir se montrer plus utile là-dessus ! Si seulement ils étaient dans le désert du continent ouest, là, elle aurait pu l'aider, là, il aurait plus que jamais apprécié ses talents et son corps plus froid que la moyenne. Manque de chance, ils vivaient sur le continent le plus froid de Gaïa … mais cela ne les empêchait pas d'avoir des été très chaud, à charge de revanche, donc.

Sans lâcher son aimé des yeux, elle avait porté son bol de soupe fumant contre ses lèvres pour souffler doucement dessus avant d'en prendre une première gorgé … trop chaud. Beaucoup trop chaud pour elle ! Il n'en paru rien, mais elle venait de se brûler la langue. Elle baissa donc son bol, renonçant à se risquer à le consommer tout de suite.
Des bruits de pas attirèrent bientôt son attention, juste à temps pour voir Rygdea tout près d'eux qui venait de tourner les talons … elle comprit aussitôt qu'il avait sûrement voulu rejoindre son frère et qu'il avait préféré rebroussé chemin en remarquant sa présence … Ils ne s'étaient pas vraiment revu depuis qu'elle avait dû lui briser le cœur une seconde fois, elle avait estimé que c'était sûrement mieux de lui laisser de l'espace le temps qu'il digère tout cela … et que ça présence ne lui soit plus insupportable.

— Bonsoir Rygdea. Interpella-t-elle pour briser la glace. Le cadet Izunia s'arrêta alors dans son élan et tourna à nouveaux les talons vers eux, l'air de rien. Joins-toi donc à nous. Après une brève hésitation, il s'approcha finalement d'eux comme si cela avait toujours été son intention. Peut-être as-tu justement une suggestion pour éviter que ton frère ne gèle sur place ?


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 29 Mar - 1:58



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Alors qu'ils ne s'étaient arrêtés que depuis quelques petites dizaines de minutes, la nuit commençait à tomber puisque les journées se faisaient de plus en plus courtes à mesure que l'on se dirigeait vers le Nord sur ce continent. Malgré la destination qui demeurait encore bien lointaine, les conditions climatiques n'étaient définitivement pas au rendez-vous, ou plutôt elles étaient de plutôt bonne augure pour les prêtresses de Shiva mais notre sauveur n'était pas vraiment un de ses favoris, malgré sa liaison secrète avec l'une des plus humbles servantes de la Glacéenne qui soit. Tous avaient vaquer à leurs occupations, certains à nourrir et protéger les bêtes et autres destriers, d'autres à installer un point de ralliement pour permettre à tout un chaque de s'installer convenablement aux environs pour se tenir chaud... mais Ardyn avait toujours eu cette facette casanière et solitaire, si bien qu'il s'était tenu en bordure extérieure du campement en devenir sans encore avoir installé sa tente, restant pensif sur une pierre froide, le laissant libre de toute action et réflexion car bien peu de monde ne passait par ici.

Visiblement ce n'était pas la présence d'Aquilon qui le trahit, puisque ce dernier avait préféré rester avec ses congénères pour une fois afin de pavaner et de se démarquer parmi les autres chocobos, mais plutôt son chapeau toujours aussi inimitable car personne n'en portait avant autant de classe et d'élégance que le sauveur lui-même, bien qu'il soit quelque peu refroidi par les conditions actuelles puisque Gentiana ne tarda pas à le rejoindre avec son visage angélique et pourtant fermé, animée d'une généreuse attention envers son bien-aimé avant de lui offrir un peu de réconfort sous la forme d'un bol et de soupe et d'un doux sourire.

« Tu sais bien que je ne suis pas vraiment du genre à traîner toute ma garde-robe avec moi lorsque je pars en expédition, encore moins lorsque j'accompagne un convoi en tant que simple civil armé et potentiellement porte-bonheur. » en se moquant aussi bien de lui que de la charmante prêtresse, expirant un peu d'air prenait la forme d'un petit filet de buée, montrant le contraste déjà présent entre son confort habituel et le froid persistant déjà ici. « J'entends ton conseil en tous les cas et je ne vais pas y manquer, il fait un peu trop froid pour jouer les fortes têtes. Autant la température est abordable en plein jour mais la nuit est vraiment... » sans finir sa propre phrase, n'en ayant d'ailleurs pas besoin pour se faire comprendre par sa chère et tendre de toute façon, mais également car une pléthore de qualificatifs aurait pu convenir. Au moins la présence de Gentiana pouvait le réchauffer un peu, presque autant que ce bol de soupe dont il bu rapidement quelques gorgées pour se requinquer, avant d'apercevoir son frère cadet rapidement apostrophé par la prêtresse de Shiva qui l'invita à les rejoindre. Tant pis, ce ne sera toujours pas ce soir là qu'ils pourront avoir quelques instants rien qu'à eux pour ne serait-ce que discuter, mais la destination de cette expédition restait le grand temple de la Glacéenne, tout au Nord, et la présence de Gentiana en ce convoi n'était pas un simple hasard. Sans doute qu'il faudrait attendre la fin de ce périple, et peut-être même la finalisation de ce petit nid qu'il cherchait à construire pour eux, afin qu'ils puissent jouir de ces moments comme autrefois... et même davantage. Alors qu'Ardyn avait laissé son regard vagabonder du côté des rochers à flanc de montagne un peu plus au Nord de sa position, il fit mine de ne pas avoir remarquer son frère en posant ensuite son regard sur lui, écoutant le peu d'échange présent entre Rygdea et la femme qu'il avait lui aussi désiré... juste autrefois ?

« Rebonsoir mon frère ! Au moins je suis content de voir que tu t'en sors un peu mieux que moi, il faut croire que ce n'est définitivement pas moi qui ait hérité de l'endurance de notre mère. » en reprenant une gorgée de soupe assez discrètement, n'ayant pas oublié que seul lui avait été servi mais après tout il avait l'air d'être le plus en difficulté cela dit. Gentiana n'avait rien fait de plus que d'agir en humble prêtresse plus qu'en amie de la famille, ou qu'en amante secrète, et pourtant le doute s'installa en lui comme si la simple présence prolongée de cette dernière à ses côtés avait le pouvoir de le faire chavirer, de le faire se trahir en cette situation.

« Prends donc place avec nous, au moins pour quelques minutes, le temps que je finisse de récupérer un tant soit peu de ce froid mordant pour installer ma tente et me reposer sans plus tarder... je n'ai plus vraiment l'habitude de ce genre d'aventure et mon âge me le rappelle tout le temps. » dans un léger rire amusé, mais également dans un semi-mensonge car il avait toujours été le premier à fuir la Cité des Anciens pour vagabonder en pleine nature, parfois même dans le Nord, mais son don l'épuisait plus rapidement qu'Ardyn lui-même l'aurait escompté. Bien qu'il ne soit que de quelques années son aîné, il s'était permis une réflexion un peu idiote sur sa vieillesse factice pour plaisanter, ce qui n'avait duper personne d'ailleurs. « Laisse moi juste le temps de me reposer, et au soleil de se lever suffisamment haut dans le ciel pour qu'il fasse un peu plus chaud, et je te montrerai mes progrès à l'épée avant de repartir en direction du temple. » en opinant alors doucement, réajustant rapidement son chapeau ainsi que sa longue et belle étoffe doublée dans laquelle il restait comme enveloppé. Ce soir, il ne serait vraiment ni en état ni d'humeur à faire quelques passes d'armes, encore moins devant le regard de Gentiana pour ne pas se ridiculiser ni laisser à son frère le plaisir d'avoir un public lorsqu'il le ferait abandonner une fois encore, mais bien juste d'un lit... ou en l’occurrence d'une couette confortable à l'abri du froid et du vent pour se perdre plusieurs heures dans un sommeil profond et réparateur jusqu'au petit matin, même si forcément loin d'elle.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 30 Mar - 21:20



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Le cadet Izunia prit place à leurs côtés et elle crut discerner un imperceptible malaise contaminer son bien-aimé, comme souvent lorsqu'ils étaient vu ensemble en publique. Finalement, peut-être qu'elle en avait trop fait en lui expliquant les risques qu'ils encourraient si ils venaient à être découverts – enfin, surtout elle. Il était finalement bien plus nerveux qu'elle à cette idée, apparemment … enfin, sauf quand il se mettait en tête de grimper jusqu'à sa chambre pendant une tempête orageuse ! Les deux frères faisaient la paire, mais elle pouvait bien comprendre cet embarra pour l'un comme pour l'autre. Elle ne pouvait même pas imaginer ce que cela pouvait faire de se faire rejeter par la personne que l'on aime et de devoir ensuite vivre près d'elle, de la croiser régulièrement et de faire comme si rien ne s'était passé … Quant à Ardyn, même s'il n'était en rien responsable de cette histoire, elle se doutait bien qu'il devait culpabiliser … 

Devant cette légère tension inavouée, le mieux qu'elle puisse faire fut de rester égale à elle-même, ce qu'elle fit tout naturellement. Retenant de justesse un sourire incrédule lorsque Ardyn prétendit manquer d'endurance, elle lui lança un simple regard, trop bref pour être remarqué de qui que ce soit d'autre que lui, mais suffisamment complice pour lui faire comprendre qu'il n'était pas crédible … pour un certain nombre de raisons : certaines que n'importe qui pourrait avancé et d'autres, plus intimes … qu'elle était la seule à connaître. Oh que si, Ardyn Izunia en avait à revendre, de l'endurance ! Mais elle n'allait pas s'étaler sur ce sujet ce soir, pas devant Rygdea en tout cas. 

Reportant son bol de soupe près de ses lèvres pour y souffler tout doucement un air glacial, elle avait fermé les yeux afin de retrouver ses habitudes, mais aussi pour éviter d'être tentée de trop regarder le visage enchanteur de celui qu'elle aimait tant. Après une gorgée qui lui sembla bien plus supportable que la première, elle se permit un de ses fameux sourires énigmatiques – qui l'était surtout grâce à ses yeux clos – lorsqu'il évoqua son prétendit « âge avancé »

— Le froid risque de ne pas arranger vos rhumatismes, dit-elle tout simplement et il était presque impossible de savoir si elle disait cela par crédulité ou par jeu, mais un homme de votre âge a dû connaître bien pire.

Elle but encore un peu de soupe et tourna la tête vers Rygdea sans pour autant ouvrir les yeux lorsque Ardyn lui promis un duel au petit matin. Leur monde, aussi beau soit-il, n'était pas dépourvu de danger, alors elle comprenait bien qu'il soit nécessaire de savoir se défendre, cependant, elle n'aimait pas la violence. Cela faisait partie de l'éducation qu'elle avait reçu, mais même au fond d'elle, elle n'aimait déjà pas cela. Elle n'éprouvait aucune excitation à la perspective de deux hommes se livrant une joute virile, aussi amical ou fraternelle soit-elle. Elle n'en avait jamais vraiment parlé directement à son amoureux secret, se contentant de subtilement lui demander de faire attention pendant ces entraînements … mais elle n'était pas certaine d'apprécier qu'il se livre à ce genre de loisir. La seule chose positive qu'elle voyait en cela, c'est que ça pourrait lui permettre de le rapprocher de son frère … Et même si elle avait été plutôt désappointée de le voir se laisser tabasser par des enragés sans broncher et qu'elle aurait préféré pour sa santé qu'il se défende au moins un peu … elle devait bien avouer que cette pureté faisait partie des petites choses qui lui plaisaient chez le Sauveur. Du coup, elle était très partagée. Cela restait bon enfant pour le moment … mais cela restait de la violence et elle craignait que cela ne dégénère tôt ou tard. 

— Une joute entre le vieux lion et le jeune … ne soit pas trop sévère, nous pourrions encore avoir besoin de lui. Elle devina le sourire de Rygdea - à qui elle s'adressait - sans avoir à ouvrir les yeux. Elle finit son bol de soupe et se leva finalement. Messieurs, je vous souhaite une bonne soirée et une bonne nuit. De mon côté, je dois encore m'acquitter de quelques tâches.

Après s'être légèrement inclinée, elle rebroussa chemin vers les roulottes de ses sœurs, toujours sans ouvrir les yeux, se privant ainsi d'un dernier regard pour son bien aimé.  Comme elle l'avait annoncé, elle s’attelât à quelques corvées, mais la nuit noire semblait avoir fait tomber un étrange poids sur ses épaules … Il était tout près d'elle et pourtant il lui manquait … le secret était parfois plus lourd à porter, même si elle parvenait à l'apprécier de ne l'avoir que pour elle toute seule.

Quand même. Il lui manquait.

Une fois ses quelques corvées accomplies et après s'être assurée que toutes les personnes du campement avait bien mangé et était assez confortablement installé pour la nuit sans risque de geler sur place, elle avait rejoint une sources tout près du campement pour s'y baigner. Oui, il n'y avait qu'une prêtresse de Shiva pour allez prendre un bain dans ces conditions climatiques et cela ne la dérangea véritablement pas ! La source était à l'abri du vent, alors elle prit même le temps d'appliquer sur son corps une crème hydratante à l'enivrant parfum d'amande et de jasmin.

Elle rentra ensuite dans sa tente, repérant que Ardyn avait bien installé la sienne non loin de là. Si ce n'est les veilleurs qui s’attelaient à leur tour de garde, le camps tout entier semblait déjà profondément endormi … mais elle ne parvint pas à trouver le sommeil. Elle attendit un moment dans le noir, les yeux ouverts, essayant de se laisser bercer par le vent … elle attendait. Elle écoutait.
Après un long moment, elle finit par se lever et passa prudemment la tête hors de sa tente : la tempête était là, mais elle voyait au loin la lueur du feu des veilleurs en garde qui surveillaient l'autre bout du camps, puisque celui où était implanté sa tente était naturellement protégé par les hautes roches. Alors, elle sortit discrètement, rejoignant un sillon de pas tracés dans la neige afin qu'il ne soit pas flagrant que quelqu'un se soit directement déplacé de sa tente à celle du sauveur. Et elle le rejoignit, bien évidemment.
Elle ouvrit discrètement la tente, juste assez pour pouvoir s'y faufiler sans laisser le vent glaciale en faire autant. Refermant avec précaution derrière elle, elle pu tout juste voir une touffe de cheveux familière dépasser d'un cocon de tissu. Bien sûr, elle ne voyait déjà pas grande chose, il y avait simplement une très légère lueur d'un feu lointain qui filtrait à travers le tissus du refuge de fortune.
Toujours en douceur, elle s'approcha de la silhouette endormie et emmitouflée, restant d'abord assise à ses côtés, à l'écouter et le regarder dormir, puis, elle s'étendit à ses côtés pour approcher son regard tout près du sien, survolant ses lèvres des siennes sans l'embrasser.

— Est-ce que tu dors vraiment … ou tu attends que je t'éveille d'un baiser enchanteur comme dans les contes ? Elle ne serait pas très étonnée qu'il dorme vraiment, il avait eu l'air sincèrement fatigué un peu plus tôt … mais de son côté, elle ne saurait se résoudre à dormir sans avoir eu son bisous et un petit câlin pour faire le plein de cette tendresse dont il l'avait rendue dépendante.
Après un instant, donc, qu'elle mit à profit pour lui caresser les cheveux, elle passa doucement son pouce sur les lèvres de son amant endormi avant de lui dérober un baiser délicat.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 5 Avr - 18:25



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Puisque la température n'allait pas vraiment en se réchauffant, Ardyn ne resta que peu de temps après le départ de Gentiana, échangeant tout de même quelques mots avec son frère avant d'aller s'occuper de cette saleté de tente et l'installer comme elle le lui avait suggéré, à l'abri du vent derrière les rochers, non loin d'où se trouvait la sienne d'ailleurs, pour se reposer un peu en cette nuit froide. Malgré quelques longues minutes de galère, sous le givre et la fatigue croissante, il ne tarda pas à se glisser sous ses nombreuses étoffes pour se tenir au chaud... pour une fois qu'il ne se surmenait pas à utiliser son don, c'était cette fois-ci à cause des nombreux travaux qu'il effectuait sans relâche quant à cette nouvelle future demeure. Si seulement cette dernière était déjà finalisée, s'il avait pu y emménagé dès à présent pour profiter pleinement de ce repos bien mérité, de son propre chez soi... même si à l'heure actuelle il aurait été compliqué de faire venir Gentiana en cet endroit, du moins pas officiellement pour l'instant, enfin était-ce seulement prévu que cela change pour l'heure ? Il est vrai que ni l'un ni l'autre n'en avait jamais vraiment parlé en ces termes, une pensée, une idée, mais rien de concret n'avait été prononcé quant à cette installation mutuelle.

Alors que le vent continuait de souffler sur la toile de sa tente, le froid s'y infiltrant constamment au point qu'il lui semblait difficile de s'endormir paisiblement et confortablement en cet endroit et en cet instant... s'il avait toujours aimé l'errance et le vagabondage, ce n'était certainement pas pour se rendre dans le Nord, mais plutôt vers les plages plus tempérées... et tout ce qui lui vint à l'esprit actuellement fut de s'imaginer effectuer une traversée du désert, aussi torride qu'étouffante, pour contrebalancer la sensation désagréable actuelle. Toujours en voyageant de pensée en pensée, notre sauveur fut bien proche de ne pas sentir quelqu'un entrer sous sa tente, à moins qu'il ne sache pertinemment de qui il s'agissait pour ne pas en être alerté de la sorte, se laissant approcher sans crainte, presque entièrement recouvert de ces longs draps rembourrés et doublés pour rester un tant soit peu au chaud. « Il n'est guère simple de s'endormir en ces contrées pour quelqu'un comme moi, malgré la fatigue... mais peut-être qu'un baiser pourrait m'y aider, sait-on jamais. » tout en souriant doucement en coin même si son visage demeure à moitié dissimulé sous ces couvertures, ne laissant que quelques mèches de cheveux dépasser.

Visiblement elle avait bravé le froid et la possibilité de se faire repérer pour le rejoindre en cette nuit solitaire et glacée, ce qui déjà lui réchauffait un peu le cœur bien qu'il caressait néanmoins l'idée qu'elle puisse rester jusqu'au petit matin même si ce n'était rien de bien raisonnable. Tout en abaissant légèrement la couverture pour pleinement faire apparaître son visage à sa chère bien-aimée, il plongea son regard dans le sien durant quelques instants, continuant à afficher ce précédent sourire en coin de quiétude et d'affection malgré la situation présente. « Cela dit, je ne suis pas très doué avec les contes mais... je ne savais pas qu'une prêtresse ferait un si séduisant prince charmant. Dois-je comprendre que tu ne passes que pour vérifier si je dors... ou tu comptes t'enfermer avec moi dans cette prison de toile pour la nuit ? » en venant quérir un doux baiser sur ses lèvres sans plus attendre et sans trop se redresser, commençant à trouver son petit confort depuis que Gentiana avait fait son entrée en ces lieux assez restreints, pour son plus grand plaisir pour le coup.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Ven 6 Avr - 21:03



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Non, il ne dormait pas : en témoigne sa jolie voix suave légèrement étouffée par les épaisses étoffes qui le recouvraient. Lorsqu'il releva finalement le visage vers elle avec sa petite mine fatiguée et ses cheveux en pagaille, le lion majestueux qu'était son amant ne lui évoqua plus qu'une sorte de petit rongeur adorable qu'elle venait déranger dans son terrier en pleine hibernation. Un sourire tendre étira ses lèvres spontanément et elle lâcha même un léger rire chaud qui contrastait avec la réalité de la température de son corps. Dès que le visage de son amoureux interdit fut accessible, elle colla doucement son front contre le sien, rien que son visage lui semblait douillet … c'était une terrible tentation pour venir se glisser dans ses couvertures et aller chercher le repos dans ses bras ! Ce n'est pas qu'elle avait besoin de chaleur … Elle avait simplement besoin de sa chaleur à lui.

D'un geste tendre, elle passa doucement le bout de ses doigts froids dans les cheveux de son amant, n'osant les y plonger pleinement de peur de le faire frisonner ou de lui faire perdre cette chaleur qu'il avait dû avoir beaucoup de mal à cumuler dans son cocon douillet. Son sourire se fit presque triste lorsqu'il lui fit son alléchante invitation et si ce n'était pas vraiment du chagrin, il était pour sûr teinté d'un sincère regret.

— Je ne ferais que te refroidir, dit-elle finalement avec une triste résignation après avoir répondu à son baiser avec toute la tendresse dont elle était capable, je ne veux pas gâcher la chaleur que tu as dû avoir du mal à garder. Elle l'observa un instant de cette façon bien à elle, toujours comme s'il était le joyaux le plus précieux de ce monde, sauf que cette fois, il semblait être un joyaux qu'elle ne pouvait se résoudre à toucher sous peine de l’abîmer. Après un instant, elle s'étendit pourtant tout près de lui, passant un bras autour de l'énorme cocon dodu dans lequel il était enroulé, profitant ainsi de sa présence et d'une étreinte sans prendre le risque de lui donner froid.

— J'avais juste besoin d'un peu de … toi. Elle avait l'impression qu'il lui manquait encore plus quand il était tout près sans qu'elle ne puisse l'éteindre ou le regarder à sa guise. Le serrant un peu en fermant les yeux, toutes les couches d'étoffe lui donnait l'impression d'enlacer une sorte de gros nounours. Un nounours très réconfortant.
Elle ne pouvait pas nier que cette impression de « manque exacerbé » était sûrement induite par la frustration de l'avoir justement si près sans pouvoir se trahir. Le fait était, aussi, que même si elle ne le montrait ni à son aimé, ni à ses sœurs, ce périple ne se présentait pas aussi sereinement qu'elle l'avait cru en apprenant que Ardyn en ferait partie. Elle avait été très enthousiaste avant le départ, car elle ne pensait toujours simplement qu'au fait qu'il serait là … mais maintenant, elle commençait à penser un peu trop aux véritables raisons de son pèlerinage … S'être laissée distraire avait peut-être bien empiré les choses, car elle était plus inquiète que d'habitude. Elle savait que l'initiation qui l'attendait était l'une des plus difficiles à traverser au temple de Shiva. Elle savait que cette étage était l'une des plus importante et que la plupart des prêtresses de Shiva en sortait changée, autant spirituellement que physiquement. Personne n'était assez vieux pour s'en proclamer témoin direct, mais il paraissait que c'était à la faveur de cette initiation que la grande Matriarche de Shiva avait perdu la vue.

Oui, tout cela, Gentiana le savait depuis l'enfance. Elle avait toujours accueilli cela avec stoïcisme, peut-être parce que cela lui semblait loin … mais aussi parce qu'elle avait toujours embrassé pleinement ce destin par le passé. Une fois encore … Ardyn avait tout changé. Elle avait la conviction qu'il avait fait ressortir le meilleur d'elle, mais elle nourrissait depuis peu des inquiétudes qui ne l'avaient jamais effleuré jusqu'alors. Elle avait peur de compromettre l'avenir qu'elle avait imaginé avec lui … et elle serait si triste de ne plus jamais revoir son visage aux yeux ambrés … Au moins pourrait-elle toujours entendre sa voix ? Mais certaine prêtresse avait précisément perdu ce sens également.

Elle était soucieuse. Pour la première fois, elle estimait réellement la valeur de chacun de ses sens. Qu'elle chance elle avait d'en bénéficier !

— Comment se passe ton voyage, malgré le froid ? S'enquit-elle, avide d'entendre sa voix. Elle n'était pas vraiment du genre à se confesser facilement sur ses inquiétudes, avec lui, elle le faisait volontiers … mais dans ce cas précis, elle n'avait pas vraiment envie de concrétiser ses inquiétudes en en parlant. Elle avait simplement envie d'être avec lui, d'entendre sa voix, de penser à autre chose … de penser à leur avenir idéal, à ce bonheur parfait et éternel que leur réservait leur avenir. Celui qu'elle imaginait en toute insouciance.


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Jeu 12 Avr - 2:43



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Maintenant que sa douce Gentiana avait trouvé son chemin jusque dans sa tente personnelle, il n'allait certainement pas la laisser repartir aussi aisément, bien qu'alors elle ne semblait pas désirer quitter les lieux pour autant, mais ses propos vinrent tout de même instaurer une distance physique tout du moins. Même s'il faisait, soyons sincère, déjà suffisamment froid pour qu'Ardyn se perde sous les couvertures pour ne presque rien laisser entrevoir de son visage et encore moins de son anatomie, la présence de sa bien-aimée, aussi habituée soit-elle à cela et affilié à la glacéenne, cela ne l'avait jamais empêcher d'y trouver une toute autre forme de chaleur... en tout bien tout honneur, bien entendu, mais pas seulement il est vrai. Sans en attendre davantage, le fameux sauveur vint sortir ses bras de sous ces chaudes étoffes de tissu pour venir la prendre dans ses bras avant même de lui répondre quoique ce soit, cherchant à la garder contre lui en cette nuit déjà si froid... profitant de ce bref moment d'intimité avec elle, ce qui relevait tout aussi bien du miracle que de l'inconscience mais il aurait été bien idiot de lui en vouloir.

« Ta sollicitude me touche mais je préfère encore cela à ne pas pouvoir te toucher ou encore te sentir contre moi, alors que nous sommes tout deux embarqués pour un trajet fastidieux en restant à cette portée de main interdite l'un de l'autre. » dans un léger sourire en revêtant alors une voix plutôt grave et suave, sans doute parce qu'il s'était récemment réveillé avant que ladite prêtresse n'entre... l'avait-il seulement pressenti ?

« Ne t'embête pas pour autant de mon petit confort personnel, j'ai bien conscience que tout ceci est important pour toi et pour ton ordre. Il est donc naturel que je sois du voyage, peu importe le froid et le givre, après tout tu as toujours été là pour veiller sur moi. » en soufflant un bref rire, oubliant volontairement de mentionner le fait qu'elle avait bien plus fière allure lorsqu'elle était seule qui veillait sur lui, contrairement à la situation présente. Néanmoins il ne tergiversa guère plus sur cet aspect presque primordial de ce pèlerinage, bien qu'ils n'en aient pas totalement parlé tous les deux en détails, mais Ardyn avait bien compris l'importance de cette épreuve... et peut-être même davantage, à savoir l'inquiétude et l'appréhension silencieuses que sa tendre moitié pouvait alors ressentir.

« Rassure-toi, j'ai déjà connu bien pire périple, et l'idée assez folle de croiser quelques dragons me réchauffe un peu... même si d'une toute autre manière que toi, et bien différente encore de mon entraînement quotidien avec mon frère d'ailleurs. » tout en opinant doucement avant de lui adresser un discret signe de tête ainsi qu'un regard assez équivoque quant à sa couche, l'invitant de ce fait à s'installer et à le soulager d'un peu de ses couvertures si l'envie lui prenait de s'étendre à ses côtés.

Alors qu'un petit moment de silence vint prendre place au sein de la tente du sauveur, ses pensées se tournèrent en direction de cette demeure qui, bien que toujours en construction, serait bientôt la leur. Là n'était pas qu'une question de confort ou peut-être d'opportunité, même si ce n'était certainement pas rien, mais la symbolique même de la chose avait une dimension d'engagement mutuel. « J'ai tout de même hâte de voir cette maison se terminer pour qu'enfin nous puissions avoir notre propre refuge. Tous mes défauts vont t'être si visibles avec la cohabitation... tu crois que tu pourrais alors t'enfuir pour ces mêmes raisons ? » en optant pour la plaisanterie afin de détendre l'atmosphère, non pas sans lui dérober un premier baiser qui serait sans doute loin d'être le dernier de la nuit, resserrant doucement son étreinte sur le corps de sa bien-aimée.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Anniversaire : 3 janvier
• Age : 35 ans depuis 2000 ans
• Résidence : Rivière de la Vie
• Localisation : Rivière de la Vie
Double compte : Tifa, Lucrecia, Reanbell
Gils : 900
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Sam 14 Avr - 20:36



Come what may... until my dying day
Gentiana ξ Ardyn



     



Gentiana
Prêtresse de Shiva

Si elle avait toujours considéré comme un avantage majeur le fait d'être parfaitement énigmatique au regard des autres, elle éprouvait un réel soulagement de se rendre compte qu'elle ne l'était pas pour lui. Il avait appris à la connaître en peu de temps finalement, peut-être aussi parce qu'elle lui avait laissé voir, dès le début, plus de chose qu'elle n'en cédait habituellement à son entourage. Ainsi brava-t-il courageusement le froid en sortant ses bras de son cocon pour la capturer tendrement, ce qui lui procura aussitôt une bouffée de chaleur réconfortante. Elle voulait le préserver du froid qui la caractérisait, mais elle se sentit plutôt stupide, voir insultante, en se retrouvant confrontée à cette évidence : ce n'est certainement pas le froid qui allait éloigner son amoureux d'elle. Après tout, ce n'est pas non plus la chaleur d'un été ardent qui pourrait la détacher de lui non plus … bien que cela ne soit pas trop comparable, même si elle supportait mal la chaleur, elle avait justement toujours plus ou moins les moyens de contrer cet inconfort grâce à la magie de Shiva. Voilà qu'elle se sentirait presque en compétition pour prouver le sens du sacrifice qui était lié à son amour pour lui … !

Un sourire tranquille et sincère habilla ses lèvres devant les paroles de son aimé qui précédèrent d'ailleurs ce rire chaud qu'elle aimait tant. Il savait définitivement toujours quoi dire pour la rassurer, même lorsqu'elle ne disait pourtant pas en avoir besoin. Toujours si humble et soucieux de mettre en lumière la valeur qu'il voyait en elle … Et de son côté, avec son visage si accoutumé à l'impassibilité et son éloquence clairement limité, parvenait-elle à le mettre si facilement à l'aise ? Son estime en ses capacités affectives lui en faisait douter, pourtant, il avait toujours l'air si paisible … sans compter cet éclat dans les yeux ambrés de son aimé qui ne semblait réservé qu'à elle. Du coup elle ne savait pas comment, mais apparemment, elle parvenait bel et bien à le mettre au moins autant à l'aise qu'elle l'était naturellement avec lui. Cela était d'ailleurs plutôt réconfortant en soit.

— Tu veux dire que tu es venu pour veiller sur moi … et pas seulement parce que tu allais te languir de nos émois ? Tenta-t-elle de traduire en plissant légèrement les yeux. Si elle avait toujours eu un caractère très indépendant, elle devait bien avouer qu'elle aimait qu'il soit là pour veiller sur elle, l'intention lui faisait chaud au cœur … et cela la rassurait clairement dans l'épreuve qui l'attendait. Même s'il ne pourrait pas être présent juste à ses côtés, ce serait tout comme. Il ne serait pas très loin … et il penserait à elle, elle le savait. Cela lui donnait la conviction qu'il serait toujours là, c'était une évidence ! Cette épreuve, quelles que soient les conséquences qu'elle pouvait impliquer, lui semblait bien moins effrayante avec cela à l'esprit.

Il était doué, le bougre.


— J'espère bien que je ne te fais pas le même effet qu'un dragon, dit-elle avec un léger rire, enfin, il est bon que tu me craignes un peu malgré tout … A cela, elle lui lança un sourire taquin, celui d'une femme fatale sans pitié … mais il y avait trop de tendresse et de gratitude dans ses yeux bicolores pour que le côté « fatale » soit pris bien au sérieux.

Après un court instant d'hésitation, elle décida finalement d'accepter l'invitation de son amant à le rejoindre dans son cocon douillet. Ne voulant cependant pas trop gâcher la chaleur qui y était cumulé, elle prit soin de retirer ses chaussures ainsi que la couche supérieur de ses vêtements – qui étaient particulièrement froids, car en contacts avec l'air extérieur – avant de venir le rejoindre en petite tenue. Son corps était plus froid que la moyenne, mais c'était toujours préférable à une tunique qui avait prit la neige.
Se blottissant confortablement contre lui – et le couple était alors presque totalement submergé par les épaisses couvertures - , elle enfouie son visage dans son cou et ferma les yeux … Qu'il faisait chaud là-dedans, tout contre lui ! Et bien qu'ils soient plus couverts que de coutume lorsqu'ils passaient une nuit ensemble, elle était ravie de sentir malgré tout parfaitement les battements de cœur de son amant interdit. Elle mourait d'envie de passer le tissu qui la séparait de sa peau pour le caresser, mais elle s'en priva, là encore par égard pour l'intégrité thermique du pauvre sauveur.

Une fois encore, elle prit le temps d'estimer sa chance.

Elle ne dégagea son visage du cou de son aimé que lorsqu'il évoqua les potentiels défauts qui pourraient se révéler à elle à la faveur de leur cohabitation prochaine. C'est vrai qu'il était plutôt connu que fréquenter quelqu'un et vivre avec était très différent, pourtant, pour ce qu'elle savait de lui, elle avait beaucoup de mal à imaginer ce qui pourrait vraiment poser problème. Même s'il s'avérait que le sauveur soit pourvu d'une hygiène de vie peu compatible avec la sienne, elle doutait que cela reste bien insurmontable !

— Hm, comme si elle avait besoin de réfléchir à la question, si je te découvre une soudaine passion pour la collection de cocatrix empaillé, peut-être bien … Elle céda un léger rire en accueillant son baiser et plongea à nouveau son regard dans le sien tout en lui caressant tendrement la joue. En fait, cela me plaît que tu ne sois pas irréprochable, car je ne le suis pas non plus. Ne prend pas ce que je vais te dire comme un genre de défis, car cela ne m'empêchera pas de te servir tes chaussettes en soupe si tu les laisses traîner n'importe où, mais les sentiments que j'ai pour toi sont inconditionnels … Alors je sais que je serais toujours bien à tes côtés … même si tu me dévoiles une collection étrange. Elle lui donna un petit cou de nez. C'est peut-être toi qui va finir par t'enfuir … enfin, dans l'hypothèse où tu réussirais à t'échapper d'entre mes griffes. Il n'est pas sans danger de contrarier une prêtresse, nous sommes au moins aussi impitoyable que notre Shiva … je ne t'apprends rien, là, hm ?


 

.:.

 
   
❝  Gentiana Izunia, prêtresse de Shiva ❞
Shhh, let's rest in peace, love. ×
          BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ Antichrist Superstar ⊷
avatar
• Anniversaire : Inconnu
• Age : Quarantaine d'années
• Résidence : Junon
• Localisation : Junon
Gils : 789

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   Dim 22 Avr - 19:51



Come what may... until my dying day

feat. Gentiana

Puisqu'elle avait alors enfin brisé la glace, du moins sur le plan bien physique voir même charnel, en osant donc se glisser dans ladite couchette de son bien-aimé après s'être assez déshabillée cela va sans dire, l'impression d'être isolés du reste du monde fut presque présente à un détail près... ils ne l'étaient pas vraiment, qui plus est leur entreprise plus ou moins innocente de ce soir pourrait leur coûter à tous les deux si le secret venait à être révélé. Bien entendu il leur resterait la possibilité de s'enfuir loin dans les terres glacées du Nord, là où le froid et l'isolement auraient été leurs meilleurs amis, mais même si Ardyn adorait jouer les amoureux transi et particulièrement romantique cela aurait été un peu trop pour sa personne, même en tant qu'élu de Minerva.

« Je crois que c'est pour les deux en même temps. Cela me permet de faire une pause et de prendre un peu l'air qui plus est... puis être à tes côtés m'a toujours apporté la plénitude dont j'ai toujours eu besoin pour affronter les rudes épreuves de l'avenir. » avant de la serrer un peu plus fortement contre lui, laissant son cœur tambouriner légèrement contre sa poitrine, alors tous deux emmitouflés dans ces épaisses couvertures.

Devant les quelques menaces amusées de Gentiana suite à cette idée que leur future vie commune allait les éloigner et laisser apparaître leurs nombreux défauts à tout deux, notre sauveur n'avait pas vraiment peur de ces éventualités puisqu'il était déjà persuadé qu'elle avait été faite pour lui, et inversement... si non à quoi bon comprendre que même les dieux avaient accepté l'interdit et peut-être même en être jaloux par moment ?

« Sans aucun doute que les prêtresses de Shiva sont plus dangereuses encore que les dragons... surtout que j'aime à croire que tu es la pire d'entre toutes pour ce qui est de cette génération, n'est-il pas vrai ? » en soufflant un bref rire avant de lui dérober un baiser en venant apposer ses lèvres sur celles de sa douce Gentiana, qui pour le coup était d'autant plus volubile qu'elle était d'ordinaire avare en mots et paroles, à croire que le froid lui déliait la langue pour le plus grand plaisir de son cher compagnon. Néanmoins la raison de ce pélerinage, ou plutôt les détails de ce dernier, demeuraient toujours très flous dans son esprit... comme toute personne autre qu'appartenant au corps dévoué des prêtresses de Shiva, mais son statut d'unique choisi par la Déesse en plus de sa liaison secrète avec l'une d'entre elles le mettait plus facilement face à l'inconnu et à la curiosité, voir peut-être même à l'appréhension et l'inquiétude bien qu'il ne souhaitait lui faire miroiter une telle chose mais bien la soutenir.

« En ce qui concerne cette épreuve à laquelle tu vas être présentée, tu en connais déjà quelques exemples ou idées de par les récits de certaines de tes aînées ? Cela doit être étrange de ma part, mais je suis interrogatif quant à tout ceci, sachant que rien de la sorte ne semble m'attendre de la sorte avec Minerva. » tout en plongeant son regard doré dans celui de sa chère et tendre, cherchant à faire taire le doute et l'anxiété de ses iris par ailleurs, ainsi qu'en laissant de côté les grandes effluves de tendresse qu'il aurait aimé lui apporté en cette nuit froide, la première qu'ils purent passer ensemble depuis un bon moment qui plus est, seulement pour l'heure, en espérant que la grande majorité du cortège dormait déjà.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] Come what may... until my dying day   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Come what may... until my dying day
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Continent Nord :: Cité des Anciens-
Sauter vers: