AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 You think you're bad, don't cha? - April Matengarde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: You think you're bad, don't cha? - April Matengarde   Lun 31 Juil - 1:25


 
April MATENGARDE

         

Ap'. Ou 'Vril.


         

24 ans


         

23 juillet  


         

1m67


         

Deathstream


         

Scientifique


         

Une batte  


         

Une gourde d'alcool fort et un briquet pour mettre le feu à sa batte


         
No more heroes - Bad Girl

     

     
Personnaliser


Songer à un scientifique, c'est imaginer la longueur de sa blouse tantôt blanche tantôt crasseuse, marronnâtre, puis en tirer des conclusions hâtives. De loin comme de près, on imagine le binoclard trop centré sur lui-même, trop "là", un je-sais-tout qu'on ne manquerait pas de jeter par dessus bord d'un bateau. Et on ferait bien!

Bien loin s'en fait avec la jeune April, tout juste sortie de longues études qui n'ont eu de cesse de l'harasser dans ses mémoires. Autrefois, elle avait le chignon dressé sur le haut de son crâne, des cheveux correctement rabattus dont une mèche plus touffu, un peu rebelle. C'était sans compter le tailleur ajusté et la blouse jamais kitsch qu'elle enfilait avec soin, ce qui lui valait probablement tous les compliments du monde.

Jusqu'au jour où l'Appel s'est fait ressentir. Jusqu'au jour où la Terre avait dressé ses plus naturelles barrières face au joug de la Grande Calamité des Cieux.

Aujourd'hui, April n'est plus la même. Plus féminine et bien moins contrainte par sa vie d'antan, elle est Celle qui a rompu ses chaines, celle qui s'est extrait de cet ennui fou, de cette dépendance au train-train quotidien et au luxe. Le tailleur a cédé à la robe étrangement féminine et enfantine tout à la fois, héritage des quelques jobs qu'elle exécute ça et là, oscillant éternellement entre son statut, cette vile impression de Liberté et puis de ce qu'elle était: Elle, enfant de Mère.

A observer ainsi, la jeune femme n'en reste pas moins relativement propre sur elle en apparence. Et si de folles boucles d'or entrelacées dégringolent de ses épaules en cascade, son visage n'a rien de désordonné, pas plus qu'il ne prête à l'inquiétude.

"April, c'est une amie un peu garçon manqué de caractère."  

En supposant cela dit que cette jeune femme de taille moyenne puisse être votre amie. L'azur de ses eux prêterait davantage à accentuer le teint d'albâtre de la jeune femme, pas plus fou que ne l'est le reste de son attirail. La robe n'en demeure pas moins peut-être un peu courte, bien que ses jambes soient le plus souvent recouvert de longues socks. Bien sûr, ce n'est pas assez pour la jeune femme, alors elle rabat souvent ses cheveux en une petite queue, faisant écho au nœud se situant dans le dos.

Finalement, en s'habillant ainsi, surplus de rose et batte à la main, ça serait se demander si elle ne se moque pas de tout le monde.
     

     
     
   
Charisme


April, c'est le doute de vos soucis, la perle de vos rires, la froideur d'une amitié chaleureuse. Il n'y a pas plus contradictoire que ce brin de femme peu à même de montrer réellement ce qu'elle est: un pantin. Et ce n'est pas tant une question d'apparence, mais une question de conditions. Car si vous aussi, quelques cellules de la Calamité parcoureraient votre corps tout entier, alors la main mise sur une liberté avec un grand L ne serait plus dans vos esprits. Adieu, vain espoir d'identité, adieu symphonie du grand air libre. Bonjour cette éternelle recherche à quelque chose qui a été partiellement vaincu il y a de cela...Trop longtemps. On ne pense jamais assez à ceux qui n'ont pas eu leur mot à dire sur leurs conditions de vie. Ou même d'existence. Vivre en soi devient alors une malédiction, une fatalité qui régit nos faiblesses, nos grandeurs d'âme mais surtout la façon dont tout être se dressera face aux montagnes de toute une espérance de vie.

Alors ainsi coquette, la jeune femme se montre sous un beau jour on ne peut plus faux. En un sourire radieux et enfantin, se cache une force presque glaciale, une volonté à atteindre le moindre désir. Bien évidemment, April n'a pas peur de verser le sang, pas plus qu'elle ne contrôle la portée de ses mots. Trop triviale en ce monde, attentionnée n'est pas le mot qui définit ce qui ressemble à s'y méprendre à une véritable petite poupée de porcelaine. Et que JENOVA vous garde bien de juger le moine à son habit: "mademoiselle Matengarde est grossière. Mademoiselle Matengarde n'a pas la langue dans sa poche", qu'on veut dira. Il est vrai que la robe rose et les froufrous en dentelles immaculées n'ont jamais stoppé la petite dame dans sa consommation d'alcool et de bière, pas plus qu'ils ne l'incitaient à battre des cils pour amadouer quelqu'un.

En tout cela, la blonde préfère "trancher dans le lard", pour reprendre ses bonnes paroles. En dépit d'une indéniable sociabilité, April, ce n'est pas quelqu'un d'agréable, ni même avec qui il est aisé de tisser un lien. Ce n'est pas quelqu'un qui peut prétendre la pitié facile, le pardon immédiat.

Malheureusement, la jeune femme a ses faiblesses. Ou plutôt, longuement, elle les eut embrassé sans jamais parvenir à y aller jusqu'au bout. sa volonté vacillait à chaque fois, alors elle trouve refuge en cette stupide croyance, cette quasi-obsession qu'ont tous ses pairs.

Leur Mère à eux.
   


 
   
Expérience


  Lentement mais sûrement, je déploie mes yeux vers le vaste de ce taudis sans nom. Je m'étire à tour de rôle pour organiser ces viles pensées harassantes qui ne cesse de me revenir à l'esprit. Inutile de penser à Clémence, ma chère batte: aujourd'hui, elle a décidé de ne pas me répondre. Il y a trop de monde dans cet ancien secteur, qu'elle dit. Trop pour se détendre réellement, même avec une bière à la main. Et elle a peut-être raison.

Je n'aime plus beaucoup de gens, contrairement à avant. On m'avait dit à mille reprises que chacune de mes expériences était d'autant plus déconcertantes qu'elle ne me permettait d'évoluer, de franchir le cap de nos difficultés...Mais je ne suis pas sûre que ça soit vraiment le cas. Mère attend cela de moi. De nous tous, d'ailleurs. Ca me parait important de le préciser, quelques part, parce que depuis peu, à chaque mois qui passe, je me sens pousser des liens de fraternité de nulle part. Des frères, des sœurs, des gens à gogo...Que j'ai p'tet envie de voir. Ou pas.

Putain, j'ai juste envie de déconnecter tout ça. De cesser de cogiter, de revenir à moi-même. Une, deux, une deux! Inspire, expire jeune fille. Juste, souviens-toi de comment une scientifique est devenue une pseudo-tarée qui entend "Mère" partout.

Ou comment t'es arrivé à ce gros bordel.

Ma life avec un grand L

On n'en termine pas d'auto-centrer nos putains d'événements comme une chose unique au monde, alors que toi, moi, moi, toi, on a presque la même valeur: peu de choses. Ouais, je te vois venir avec ton diagnostic "phobie", meuf qu'aime pas les gens mais ce n'est pas du tout ça! Moi ce que je veux, c'est juste oublier, vivre et ressentir. Faire des trucs funs, me dire que je peux établir pleins de fichus projets sans que je ne sois indéniablement liée à quelqu'un. Ce qui en soit est très différent.

Je suis née fille à papa, avec un papa que j'ai moyennement vu. De ce temps-là, je n'avais pas fière allure toute garçon manqué que j'étais, mais on ne vivait pas dans les taudis, fort heureusement pour moi. En fait, j'ai reçu une bonne éducation, sans savoir que j'étais destinée à rejoindre Mère, celle que je n'ai jamais eu. Je voulais des cours de chant? Papa grattait et tirait le chèque avant de recevoir un caprice. Des cours de dressage de chocobo à la ferme? Rebelotte, même discours d'un parent qui exauce le vœu d'une petite fille. Et la shinra seule savait à quel point je pouvais adorer les chocobos: des figurines et des blagues à ce sujet, ça allait bon train!

Pour autant, à cette époque, je n'ai jamais été très capricieuse. Je souriais comme les autres gosses, je crois. J'avais un rêve, beaucoup de logique également, petite fille terre à terre dès mes débuts que j'étais. C'est ainsi que j'eus grandi calmement -du moins dans une ville telle que Midgar-, à passer plus de temps à faire quelques exercices de réflexion plutôt que m'amuser dans la gadoue: le fait était que je n'aimais pas me salir.

Heureusement, et pauvre April vous me direz, la maturité aura réussi à faire quelque chose de moi. Petit à petit et au fil de mes recherches et intérêts, je m'étais penchée sur le département du développement urbain et scientifique. En particulier ce qui concernait les programmes, et puis finalement, le fonctionnement de la ville et ses machines.

Ce fut ainsi que je devins une analyste, le genre de personnes qui dédiait sa vie à établir des tableaux en tout genre pour veiller à la bonne élévation de Midgar et de ses industries. Je me souviens clairement que lorsqu'on m'annonça mon embauche, un sourire mutin et bêta s'était formé le long de mes petites lippes. Tout un univers s'offrait à moi, après tout! Du rire des commerçants à leurs pleurs. Ca leur arrivait dans les locaux de notre grande Tour, à l'entente d'un banqueroute qui ressemblaient davantage à un douloureux hululement de chouette. Un soupir, une moquerie parfois en réponse. En dépit de tout cela, j'aspirais là trouver toute la stratégie et l'intelligence de la Compagnie.

"Oh putain les enfants! Misez sur ce commerce-là, on en aura besoin."

Malheureusement, tout ceci devait tôt ou tard s'effacer. Et tandis que la Shin-Ra remplaça son "pas-très-regretté Président" par son beau-gosse de fils pourri gâté, il me semble que les événements étaient allés trop vites et mes oreilles, elles, avaient trop vagabondé.

"A ce qui parait...Sephiroth est venu."

Le nom m'avait fait tiquer en réalité. Je ne savais pas ce qu'il était advenu cette légende urbaine, mais cela faisait si longtemps que le mythe semblait avoir disparu que je n'eus pas compris tout de suite que son passage coïncidait avec les troubles ressentis.

Ce fut uniquement lorsque mes rêves s'imposèrent que je commençais à comprendre que rien n'était advenu du néant. Pas même-moi. Pas même cette voix qui commençait à me conter ses péripéties. Ce n'était pas le hululement néfaste d'une chouette qui s'imposaient dans mes songes de traders, mais la voix d'une...Femme? Ah oui, Mère. Mère.

Mère.

C'est une réponse qui me vient à l'esprit quand je tente de ne pas céder face à l'inconnu. Comme ma peine devenait grande! Comme il m'était insupportable de la savoir seule! La misère de ce monde s'ouvrait à moi.
   

     
     
     
     
 

             
       
Joueur

       
 

Prénom ou Pseudo : Emma  


       

Age : 20 ans


       

Anniversaire : [i]Mon profil suffit :p

 
     

Depuis combien de temps faites-vous du RP ? Trois ans


     

Niveau de connaissance FFVII : Bonne. Je ne connais pas Dirge of Cerberus, le reste mieux.


       

Où nous avez-vous trouvé ? Partenariat


       

Votre avis sur notre humble repaire : J'aime beaucoup la couleur. ^^


       

Autre chose ? Hâte de jouer avec vous <3

 
.:.
     

Code du règlement : Un truc avec un chocobot je crois. Mais je revérifierai °°


 
[/i]
Fiche par Nika pour FF7 Lifestream's Breath

 


Dernière édition par April Matengarde le Dim 3 Sep - 12:48, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
⊶ John Cena ! ⊷
avatar
• Anniversaire : 3 mai
• Age : 23 ans
• Résidence : 7th Heaven
• Localisation : Edge
Double compte : Lucrecia Crescent & Reanbell Valdès
Gils : 635

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: You think you're bad, don't cha? - April Matengarde   Lun 31 Juil - 9:36

Bienvenuuuuuuue Apriiil \^o^/

Serais-tu déjà passé par là y a quelques mois ? Parce que le code du règlement ce n'est plus une histoire de chocobo depuis quelques temps =p (Et comme on a eut pas mal de venu grâce à nos partenaires pendant un moment, ça se trouve on s'est déjà vu et je ne t'ai pas reconnu =O)

En tout cas, je te souhaite beaucoup d'inspiration pour ta fiche ! :cookie: :cookie: :cookie:

N'hésite pas à me contacter si tu as besoin de quoi que ce soit !

PS : Fufu, l'anniversaire de ton personnage est juste le lendemain de celui de Lucrecia *w*

.:.

Promise beyond the stars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: You think you're bad, don't cha? - April Matengarde   Lun 31 Juil - 12:23

Merci! Je n'hésiterai pas à poser les questions si j'en ai. ^^

Oui, j'ai longtemps hésité avant de m'inscrire -sous recommandation jadis-, quand il était tout noir, mais disons qu'un rôle m'était passé sous le nez et que je n'avais pas eu le courage de me tourner vers une autre fiche. Et puis je l'ai redécouvert et j'ai eu envie. Voilà tout pour l'anecdote Wink

Je prie pour que l'inspiration vienne illuminer mes chandelles et que ce lendemain d'anniversaire involontaire me porte bonheur. Mais peut-on considérer que Lucrecia est elle-même chanceuse? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
⊶ Free as a wild chocobo ⊷
avatar
• Anniversaire : 4 Décembre
• Age : 61 ans
Gils : 195

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: You think you're bad, don't cha? - April Matengarde   Lun 31 Juil - 22:41

BIENVENUE :duckyy:

Bon courage pour ta fiche Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You think you're bad, don't cha? - April Matengarde   

Revenir en haut Aller en bas
 
You think you're bad, don't cha? - April Matengarde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lè yo touye ti kochon kreyòl yo, yo fini ak klass peyizan yo.
» Hallie Halloway | Fiche Achevée
» Haiti and the Danger of the Responsibility to Protect
» 05. En route pour une soirée alcoolisé ! [PV APRIL]
» APRIL L. WORTHLEBERRY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Friends zone :: Ecraser la partie ? :: Présentations abandonnées-
Sauter vers: