AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Lightning † I've seen what you're doing to me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
⊶ Chéri, ça va couper ⊷
avatar
• Anniversaire : 2 mai
• Age : 26 ans
• Résidence : Junon
• Localisation : Everywhere °°
Double compte : Vincent Sexy Valentine
Gils : 639

Inventaire
•:
MessageSujet: Lightning † I've seen what you're doing to me   Mar 21 Fév - 20:10


« Lightning » Claire Farron

       

Light


       

25 ans


       

2 mai


       

1m71


       

WRO


       

Capitaine


       

Gunblade – Une épée doublée d’une arme à feu.


       

Arme secondaire… ses poings, on peut dire.


       
Lightning, la compilou ff13

   

   
Personnaliser


      Une jeune femme dépassant de peu le mètre soixante-dix, mince et élancée, contrainte de porter une armure qui fait la moitié de son poids pour se donner de la carrure et de la crédibilité, cela résume bien mieux son physique que se contenter de pointer la beauté indéniable de Lightning. Mais tout compte fait, parlons-en, de son joli minois, puisqu’il lui a autant porté préjudice que ce corps plus destiné aux podiums qu’à la guerre : un faciès au teint pâle, aux pommettes hautes et au menton pointu, affublé de grands yeux mako en amandes avec de longs cils, un regard perçant, ainsi qu’un nez fin et droit surmontant des lèvres délicieusement pulpeuses. Oui, ce fut difficile de prétendre au SOLDAT en étant jolie, et pire, girly, avec une fichtre chevelure rose (couleur naturelle, s’il-vous-plait). On n’a pas idée de la hargne et du travail fourni ne serait-ce que pour gagner l’acceptation, lorsqu’on intègre la Shinra. Un fait avéré pour toutes les branches de métiers. Ainsi donc, c’était déjà difficile d’être une femme dans cette multinationale, Scarlet a beau être une femme aussi horripilante qu’un crissement de craie sur un tableau, on ne peut pas lui retirer sa classe de s’en être si bien tirée, mais alors être une femme au sein du SOLDAT… Lightning a eu le droit à tous les cas de figures. Intimidation, bizutage, blagues salaces, harcèlement, drague légère, drague lourde (se faire coincée contre un mur n’était pas un fait insolite) elle a mené une lutte constante contre un machisme sur lequel elle devait garder le silence à tout prix. L’avantage, c’est que les raclées qu’elle réussissait à infliger aux plus méritants n’engendraient aucune conséquence négative pour elle. Qui aurait osé se plaindre de s’être fait molesté par une femme ?

Qu’on se le dise donc, l’armure de Lightning est un subterfuge. Des épaulettes de près quinze centimètres de hauteur afin d’accroître sa carrure, des guêtres en métal revêtant ses jambes pour leur donner de l’épaisseur et dont le cliquetis annonce aux cent mètres à la ronde qu’elle est dans la place, la guerrière a un apparat qui en impose. Certes. Mais avec le haut de ses cuisses découvertes, ainsi qu’un plastron court ne protégeant que sa poitrine, et qui laisse clairement voir le body sombre qu’elle porte dessous, on comprend rapidement que le but de son habit n’est point de se protéger. Et si on lui retire, que reste t-il ? Une silhouette mince aux jolies courbes féminines, des bras fins, une taille de guêpe que même un homme moyen pourrait cercler de ses mains, des jambes longilignes... elle est presque frêle, en fait. Crédibilité bonjour. Aussi, merci de ne pas attribuer tout le mérite de sa force considérable à son dopage Mako. Le peu qu’elle a, c’est du muscle. Et elle s’entraine bien plus que quiconque. Des armures, elle en a d’autres, et toujours d’une esthétique troublante dont le but est de faire oublier sa silhouette (et non la dissimuler, car cela trahirait un sentiment de honte). Il arrive que sa jambe gauche revêtisse une cape de plumes en hommage à ceux qu’elle admirait.

Quant à la Lightning en congé ? On la verra rarement dans du moulant, il y aura bien souvent une veste pour lui donner plus de consistance, même si avoir les gambettes à l’air ne la dérange pas. Il lui arrive même d’être coquette si si je vous jure, mais la plupart du temps… elle a la flemme.

   

   
   
 
Charisme


INDÉPENDANTE mais SERVIABLE
Lightning a vite compris dans sa vie que le travail d’équipe ne lui réussissait pas. Elle n’a pas besoin de vous, elle n’a besoin de personne, et vous aurez vite fait de le comprendre. Débrouillarde, futée et fière, elle prétend faire mieux les choses quand elle est seule. Prétend. Par contre, il se peut qu’un jour, vous ayez besoin d’elle et sachez qu’elle répondra présente. Elle n’est pas avare en bons services.

FEIGNASSE mais PERTINENTE
Souvent réservée et en retrait, un mythe s’est bâti autour de sa personne. On la qualifie de mystérieuse et snobinarde. Bien qu’elle n’ait jamais démenti cette fantaisie plus attrayante que la réalité, il n’en est rien. Les silences de Lightning ne devraient pas être interprétés autrement que de la façon suivante : il lui arrive tout bonnement d’avoir la flemme de parler et de tenir des conversations. Elle n’aime pas papoter pour combler des vides, ou s'y forcer pour faire plaisir. Rien de plus agréable que ces personnes avec qui elle peut partager des silences confortables plutôt que des blancs avec des interlocuteurs gênés d’avoir pris un vent monumental quand elle n’a rien à répondre. Fidèle à cette logique de feignasse, elle ne fait jamais plus que nécessaire, n’approfondit jamais ses quêtes, ses missions, ou ses relations avec les autres, d’où le fait qu’elle a très peu, voire pas du tout d’ami. Vous savez, elle a beaucoup de vécu, elle a tout donné (peut-être a t-elle même perdu un petit bout d'âme en cours de route), alors il ne faut pas trop lui en demander dorénavant. Sa pertinence est étroitement liée à sa paresse. Quand on veut faire peu, il faut faire juste, surtout en tant que soldat de son rang. Stratégique, elle cerne rapidement les enjeux d’une mission et va toujours au cœur du problème. Quand foncer dans le tas suffit, elle le sait tout de suite. On apprécie chez elle cet art du vite fait, bien fait.

RÂLEUSE mais ATTACHANTE
S’il y a bien quelques paroles qui braveront toujours sa paresse, ce sont celles servant à exprimer son mécontentement sur tout et n’importe quoi. Elle râle contre les gens lents, indécis, ceux qui papotent dans le couloir et gênent le passage, ceux qui veulent absolument l’accompagner dans une mission et qu’elle considère comme des boulets parce qu’ils vont à leur rythme et que leur rythme ne convient jamais, elle est impatiente par dessus le marché (Pourtant, il fut un temps où elle aurait bien aimé bosser en groupe, mais n’ayant jamais été capable de trouver une vraie cohésion avec ceux qui l’accompagnaient, elle a lâché l’idée). Elle râle parce que le temps est pourri, elle grogne quand elle doit sortir ses lunettes de soleil parce qu’il fait beau j’aurais pu résumer ce caractère par « elle est chiante », mais il faut 500 mots minimums. Par ailleurs, son humeur s’adapte à son environnement. Elle a bien dormi, bien mangé ? Vous aurez affaire à un agneau disposé à parler cordialement et à faire plus d’efforts que la normale. Ce qui est triste, c’est que ça n’arrive pas souvent quand on dédie sa vie au sauvetage. Trois jours en sa compagnie, on ferait une overdose de sa chiantise et feignantise. Passé ce délai, et le temps cristallisant les choses, on pourrait finir par lui pardonner son caractère et craquer sur cette moue boudeuse souvent dessinée sur ses lèvres.

PÈTE-SEC mais DEVOUÉE
Peut-être un fait encore lié à sa paresse, c’est qu’elle ne passe pas par quatre chemins pour dire les choses. Light est honnête et va droit au but, ou alors elle se tait et garde pour elle, selon la situation. Les boniments, les discours détournés et les sous-entendus la rendent méfiante, elle y voit souvent de la manipulation (et parfois à tort). Cela n’enlève rien à sa gentillesse sincère et naturelle. Light est une altruiste maladive, elle éprouve un besoin viscéral d’aider son prochain, n’importe qui, et de se rendre utile. C’est sa vocation et elle n’en a pas d’autre. Vraiment aucune. On ne la verra jamais raccrocher son armure en décrétant : « Je lâche tout et je me lance dans la chansonnette ! » quoi. Elle éprouve une phobie de vivre dans un monde où l’on se passerait de ses services, où elle ne servirait à rien, une vie sans but, ce serait l’enfer.

SENSIBLE mais FORTE
Il y a une chose qu’on devinerait difficilement, même en la connaissant extrêmement bien, c’est que la demoiselle est ultra sensible, n’en déplaisent aux apparences. Comme tout soldat digne du nom, elle encaisse les coups avec dignité, la tête haute devant les autres, mais il lui est déjà arrivé de se retrouver à chouiner à l’abri des regards, les sanglots étouffés dans sa main. Ce n’est pas réservé qu’aux enfants. Elle en a honte d’ailleurs, tellement qu’on ne la prendra jamais sur le fait. C’est rare qu’elle craque de toute façon, même si dans certaines circonstances où elle garde la face, ce n’est pas l’envie qui manque.

PESSIMISTE mais BATTANTE
Autrefois, elle se croyait capable de décrocher la lune ou de tomber dans les étoiles en essayant, elle est mignonne cette expression. Le poids de l’expérience, ainsi que certaines rencontres, lui ont ramené les pieds sur terre. Embrasse tes rêves, ce slogan autrefois célèbre au sein du soldat, elle l’a perdu de vue depuis bien longtemps. D’ailleurs, dédouanez-vous de vos préjugés sur le pessimisme, c’est un mode de vie merveilleux, on n’est jamais déçu. L’idéal est d’en faire l’expérience comme Lightning : ne pas croire en l’aboutissement de ce qu’on entreprend, mais tout donner quand même. C’est paradoxal, car comment peut-on tout donner quand on est sûr de l’échec ? Disons qu’il s’agit d’un pessimisme forcé. Au sein d’elle, quelque part, sommeille peut-être encore cette gamine rêveuse, passionnée et optimiste. Mais elle ne se réveillera jamais.

 



 
Expérience


SEPHIROTH

Tu te regardes souvent dans le miroir comme si tu cherchais celle que t’as été, une gosse fougueuse, dynamique, rêveuse, pleine d’ambitions. Chacun sa dépression et sa façon de la gérer. Tu te remémores ton enfance, le parcours dont tu pourrais être un peu fière, dans d’autres circonstances. Puis tu repenses à Sephiroth, ton modèle. Même si tu ne l’as jamais côtoyé, c’est lui qui t’a donné envie de devenir quelqu’un. Maintenant, Sephiroth est mort, avec Angeal Hewley, avec Zack Fair, avec Genesis Rhapsodos (pour ce dernier, tu te trompes), ils sont tous morts, et toi, t’es perdue, l’orpheline. T’es trop jeune et tu ne sais plus vers qui te tourner. Une rumeur court sur ceux qui ont bénéficié de mako comme toi, une rumeur disant que tu es un monstre, que tu ne crois pas, mais que certains ont cru, au point de devenir les monstres qu’ils avaient si peur d’être. Oui, tu as peut-être été témoin de phénomènes, tu as peut-être vu des hommes ailés, mais les anges n’ont-ils pas des ailes aussi ? Toi en tout cas, tu n’en as pas. Que vaut le SOLDAT sans Sephiroth ? Personne n’a pris la relève, personne ne la prendra, la Shinra a peur de présenter une autre image forte qui s’effondrera encore et la décrédibilisera. Ces soldats disparus, tu n’étais pas la seule à les contempler de loin, certains admirateurs secrets avaient adopté la mode du cuir, d’autres se lançaient des répliques de Loveless pour se donner un genre, il y avait ceux qui scandaient encore l’hymne selon lequel il fallait embrasser ses rêves. Facile à dire ! A l'abri des regards, tu as pleuré la mort de ces idoles comme une enfant, et si ça peut te rassurer, tu ne fus pas la seule. Après, tu as eu peur de l’avenir. On est plongé dans cette période durant laquelle le SOLDAT panse ses plaies et où tu nages dans la mélancolie. Tous les jours, de ton regard d’un bleu électrique, incandescent, chimique, tu te cherches dans le miroir et c’est choquant combien tu ne te ressembles pas. Ce jour là ne fait pas exception. T’es pas glorieuse Lightning, pâle comme un linge, avec des coquards en guise de cernes, tu as la face d’un raton laveur dont le pelage s’est colorié suite à une rencontre infortune avec un flamant rose dans une machine à laver. Tu maquilles les apparences et les sauve merveilleusement car tu es belle, Lightning, quand tu sors de ta chambre, avec ton ravalement de façade. Tu es un peu différente, mais ton charme opère toujours chez la gente masculine au sein de laquelle tu as évolué une grande partie de ta vie. Ton indolence passe pour une forme de charisme telle une sournoise imposture, et ça t’arrange.

Cette soirée là, tu es la dernière arrivée dans la salle de réunion, tes semblables savent quelque chose que tu ignores encore. A ta décharge, tu n’étais pas au sein de la Tour quand on a réclamé ta présence, tu nettoyais la ville des monstres, en atteste ton armure qui ne reluit point de propreté. « Qui va reprendre le poste de Général, monsieur ? » tu demandes à ton supérieur, presque timidement.  La question te brûlait les lèvres. Tu as besoin qu’on te pointe une personne du doigt, un nouvel espoir, un nouveau modèle à suivre. La demande laisse un petit silence endeuillé parmi les directeurs de la Shinra, assis à cette grande table, quand toi et tes autres camarades soldats, vous êtes debout. « Compte tenu des... circonstances, la position de Général va rester inoccupée un certain temps ». Tu baisses la tête, le geste est interprété comme un mouvement réprobateur. « Que pensez-vous, Lightning ? », on te demande d’un ton sec et tu relèves un regard impassible, quoiqu’un peu las, vers celui qui s'est adressé à toi. « Je ne pense rien, monsieur », dis-tu avec neutralité, très sincère. Une réponse qui arrache quelques rictus moqueurs aux bureaucrates présents, imbus de leur personne à s’en dire qu’un soldat n’en aura jamais assez dans le crâne pour réfléchir par lui-même de toute façon. Eux ils rient, et nous on meurt, tu te dis amèrement. Ils sont en train de te prendre pour une idiote. Sauf que tu ne l’es pas, tu es juste fatalement, irrémédiablement, profondément blasée. Lentement, tu tournes la tête vers ceux que tu juges très subjectivement comme étant les plus grotesques. Tu as le port fier et altier à en faire pâlir de jalousie le plus grand infatué à leur table, la tension électrique que l’on sent dans l’air, c’est ta marque de fabrique : « Cela vous fait rire ? » tu demandes sèchement. L’inquisition pointant leur ridicule efface quelques sourires sous cape. On t’entend toujours quand tu parles, Lightning, tu as une impétuosité qu’on ne peut pas rater, ce doit être l’une des seules choses que t’as gardé d'avant. T’es un sacré bout de femme malgré ton jeune âge, on a vite fait de comprendre que ton sobriquet ne te vient pas que de la matéria foudre au niveau maître que tu possèdes, connue pour ses ravages. L’éclair, tu l’as aussi dans le regard, quand celui-ci perd son indolence. Tu ne seras jamais totalement une poupée de chiffon Lightning, il y aura toujours des trucs qui te révolteront. Non, cette situation n'est point drôle, seuls des idiots immatures pourraient en rire, ou ces gens d’un autre monde. Le plus grand choc de leur vie eut été d’apprendre que leurs parents plaçaient les cadeaux sous le sapin, et non le père Noël. « Lightning », on te reprend sévèrement, tu tournes la tête vers le nouveau directeur du SOLDAT, Heidegger. Ce n'est plus Lazard, ça n'arrange pas ton cas. Pour lui aussi, tu avais tant d'estime. « L’armée sera désormais répartie sous plusieurs commandements. A l'instar de vos collègues ci-présent, vous êtes promue au rang de capitaine, prétendante au commandement de Junon. Rompez, tous ». C'est drôle, qu'on prétende à ta place, mais soit, tu es prétendante, puisqu'on te l'ordonne. Tu te plaignais que le temps passe lentement dans ta dépression, désormais il passe trop vite. Un jour tu n’étais qu’une 2nd classe, brigadière, le lendemain, tu es devenue 1st classe et sergente, le surlendemain tu es devenue capitaine et la seconde d’après, potentielle commandante. Le SOLDAT va mal, mais on a reconnu que tu faisais partie de ceux qui pouvaient redorer son blason. Tu peux remercier ton acharnement à faire de Midgar une ville sécurisée, tu mets constamment ta vie en danger, tu as peur de sombrer dans l’ombre.

RUFUS SHINRA

A Junon, ta nouvelle résidence, le temps se fige à nouveau, il s’agit de former les soldats, maintenir la discipline, protéger la ville et ses alentours, une routine qui se répète. Puis le temps s’accélère à nouveau, tout d’un coup. Rufus Shinra est désigné président suite à la mort de son père assassiné. Des nouvelles de la capitale, tu apprends avec les autres qu’il s’agit de l’œuvre de Sephiroth et, derrière ton masque d’impassibilité, tu es profondément bouleversée. Tu ne peux te morfondre, car il y a une cérémonie d’investiture à préparer pour Rufus Shinra et un défilé militaire de taille est prévu. Cette coupure est étrange mais tu en as besoin. Tu te charges de l’organisation et quand tu sors en ville avec tes soldats pour répéter la marche, tu découvres la nouvelle décoration de la ville, installée dans la nuit. « C’est quoi ces bannières ? Par les flammes d’Ifrit, il y en a partout. C’est l’enfer », tu marmonnes en voyant la catastrophe. Tu viens de faire un tour complet sur toi-même, il y a quelque chose qui revit un peu chez toi, dans cette façon que t’as de râler pour des choses futiles. « Quel est le problème, Cap'tain ? » « Le problème, c’est "Rufus" ! Rufus ?! Il est le président Shinra. Pourquoi on l'appelle par son prénom partout ? Ils veulent le faire passer pour le gars avec qui l'on va prendre une bière le samedi soir ? » « Je suppose que c’est une façon de le distinguer de son père, qui était déjà appelé monsieur Shinra ». « Pff. Mouais ». Le sergent t'ébouriffe les cheveux d'une main, une manière de te prévenir que tu râles trop et que tu perds ta crédibilité de capitaine. Sauf que tu t'en fiches, il n'y a que lui pour t'entendre, et tu lui fais confiance. Dès que la cérémonie débute, la migraine menace de poindre à cause de cette musique carnavalesque et entêtante, mais étrangement, tu te sens un peu mieux dans cette ambiance festive qui t’empêche de ruminer tes idées noires. Tu es d’autant plus distraite quand tu vois un clown défiler parmi les soldats. Un clown oui, vous avez bien lu. Un soldat qui lève parfois son arme à contre-temps, ça se repère à des kilomètres et tu as des sueurs froides en comptant les bataillons qui vous séparent dans l’espoir qu’il ne soit pas sous ta "juridiction". Il ne l’est pas et c’est une victoire stupide en ta faveur, parce qu’il porte préjudice à un supérieur qui n’est pas toi et ça te fait marquer des points au dépend de l'autre. Il faut le reconnaître, ta pensée est un peu déloyale mais la compétition, ça aussi, ça t'occupe. En apprenant que Rufus est tout de même satisfait de sa cérémonie, tu esquisses même un léger sourire, ce qui ne t’était pas arrivé depuis un sacré bout de temps.

La parenthèse se referme. La répartition des tâches reprend, tantôt tu es de ceux qui doivent poursuivre Sephiroth, tantôt tu es de garde à Junon. Du point de vue du SOLDAT, Rufus est un bon leader qui n'a pas froid aux yeux. Toi-même, tu l'apprécies et tu vois en lui, peut-être, le guide que tu cherchais. Le commandement te fait moins peur en le voyant si investi. T'es pas faite pour porter un poids trop lourds, t'as toujours besoin de gens au-dessus de ta tête parce que ça te rassure. Tu te détestes pour ça, t'as l'impression d'être une petite fille, même si tu t'en caches bien. En tout cas, tu trouves que son père était moins couillu, pour ainsi dire. Mais dans le plan de Rufus, il y a plusieurs failles. Le véritable cauchemar commence le jour où tu aperçois pour la première fois le météore au-dessus de vos têtes. Tu te demandes si la fin du monde se compte en jours ou en heures et ce n’est pas le seul de vos maux à tous. La planète pousse le cri que toi, et tant d’autres aviez refusé d’entendre jusque là, libérant les armes.

AVALANCHE

« Les gars. On est tous à peu près d’accord pour dire qu’on n’est plus d’aucune utilité ici ? ». Les terroristes ont fui Junon certes, mais l’Arme a été repoussée et les monstres infiltrés ont été tués. Alors, toi, dans ta fierté de cette mission réussie, tu t’embarques dans l’une des plus grosses galères de ta vie en décidant d’aller combattre, sans autorisation préalable, une autre arme en compagnie de quatre autres soldats classés. Cinq contre un, et pourtant, l’effort requis est plus considérable que s’il avait s’agit d’une guerre entre deux armées. Les coéquipiers luttent et résistent jusqu’à l’épuisement total, avant de battre en retraite. Tu réalises vite que tu ne feras pas long feu, seule, et tu suis le mouvement. Plus difficilement, car tu n’as jamais eu de matéria d’abandon, toi. Il pleut à torrent dehors. T’es trempée jusqu’à l’os, tu trembles de rage et de froid, l’eau ne réussit même pas nettoyer la crasse et le sang incrustés sur ta peau et ton armure à l’issue du combat. « On doit y retourner ! » tu t’exclames vigoureusement à l’attention des soldats qui se posent par terre pour respirer et soigner leurs blessures. Il fut un temps où deux de ces hommes te foutaient la misère pour que tu flanches, parce que t’avais eu le malheur d’être une fille. En prouvant que t’avais autant, voire plus, ta place au SOLDAT qu’eux, ils t’avaient acceptée et tu avais pardonné en retour. Le sergent, c'est le seul qui croyait à peu près en toi, et c'est lui qui se permet toujours de t'envoyer sur les roses : « Lightning, qu’est-ce qu’il faut pour t’arrêter ? Des pertes ? Tu veux que l’un de nous crève ? Laissons le canon se charger de ce truc ! » « Le canon est trop lent, sa précision est nulle, et le temps de viser, l’Arme aura déjà fait deux fois le tour de Gaia ! » énumères-tu fortement pour couvrir l’orage. « On doit le faire, allez, debout ! », tu donnes un léger coup de pied sur la jambe de l’homme assis le plus proche. « Capitaine ! », supplie celui-ci. « On peut le faire. Rien ni personne n’est invincible ! N’importe qui peut être vaincu, et n’importe quoi ! Vous le savez, tous ! », dis-tu avec une conviction frôlant le désespoir. On devine parfaitement que le sujet de Sephiroth plane quelque part dans tes paroles, l'invaincu vaincu, le général déchu. Tu n’as jamais oublié et tu ne t’es jamais vraiment remise. « Light, s’il y avait deux ou trois kamikazes comme toi, ce serait peut-être jouable… mais tu es seule, je ne peux pas te suivre. Abandonne, s’il-te-plait. Ni Heidegger, ni même le président ne nous ont donné l’ordre d’attaquer les Armes de front, il y a une raison à cela ! Fais-leur confiance, ils savent ce qu’ils font. On a essayé, c'est bon ». Tu te dégonfles d’un coup de toute cette hargne et cette volonté de vaincre. Pas parce qu’on t’as dit que t’allais perdre, mais parce qu’on t’a dit que tu étais seule. Y a toujours eu une différence entre être solitaire et être seule, cette différence est douloureuse. Alors tu restes plantée là en te disant que, d’accord, tu as perdu, tu n’iras pas plus loin. Déconfite, dépitée, tu restes assise sur ce rocher paumé de la campagne et t’y restes perchée. Les autres sont repartis, à l’exception de celui suffisamment proche de toi pour te tenir tête. Avec lui, tu suis du regard les déplacements de l’Arme que vous avez fuie, au loin. Quand le Hautvent s’en approche, la pluie s’est calmée. Le combat acharné des terroristes contre la bestiole se déclenche. Même à cette distance, leur groupe pue l’espoir et la confiance mutuelle. « Je vais te dire…  quand je les vois… » tu marmonnes en les admirant se prendre des raclés et se relever. Le type qui se transforme en bête folle furieuse parmi eux ne te fait ni chaud ni froid, comme si le phénomène était normal. C’est peut-être le signe que tu en as déjà trop vu. « …je me demande si je n’ai pas envie de croire en eux ». « Ton devoir serait plutôt de les arrêter ». Il te dit ça pour donner le change, mais tu entends dans sa voix qu’il t’approuve. « Je n’ai pas reçu cet ordre, moi ». Il y avait les soldats anti-terroristes, le groupe de recherche des méga-matérias, et ton groupe à toi, destinée à la protection et l’encadrement de la population. Chacun son job. Contre eux, tu perdrais de toute façon. Le soleil se couche, ils ont vaincu l’arme. C’est la preuve que tu avais raison, rien ni personne n’est invincible, mais tu étais seule à y croire. Eux, ils étaient plusieurs, et soudés. Tu les envies.

Le jour de l’effondrement de tout ce pour quoi tu t’es battue, tu es à Midgar pour aider à évacuer la ville. Tu croises le costume caractéristique des turks à plusieurs reprises, et tu songes que tu ne savais pas qu’ils étaient si nombreux. En fait, la plupart étaient considérés morts, ça tu le sais parce que tu es de ceux qui s'informent. Cette mission de sauvetage te fait mal au cœur, tu dépeuples la ville de ton enfance, mais au moins, tu es utile, tu sauves des vies, tu aboutis à quelques choses, tu fraies un chemin à ceux qui n’ont pas la possibilité d’affronter les monstres qui infestent les lieux comme jamais. Et puis, le bruit d’explosion attire l’attention de tout le monde, y compris la tienne. Impuissante, tu regardes la tour s’embraser et s’effondrer suite à la riposte de l’Arme. Les poings serrés, les larmes aux yeux, tu répètes amèrement les mots de ton camarade, la mâchoire douloureusement contractée: « Laissons le canon s’en charger, Light. Fais-leur confiance, ils savent ce qu’ils font ». J’en ai marre.

SERAH FARRON

T’as perdu ce que tu considérais comme ta maison et tu te rends compte qu’elle est risible, l’époque où tu pleurais la mort de ton modèle en croyant avoir touché le fond. La menace de Sephiroth, Jenova, et du météore écartée, ça ne réussit même pas à te consoler. Tu te réveilles un matin, et une blessure que tu croyais réparée sur ton flanc s’est rouverte en suintant d’un sang noir et visqueux. Ça fait foutrement mal. Tu vas voir le premier médecin qui te tombe sous la main. L’infection est dégueulasse mais il doit être tellement habitué à toutes les crasses possibles que ton cas ne le perturbe pas outre mesure. Les soins qu’il te propose ne te font rien, même en plusieurs jours, et tu t’inquiètes un peu. Un peu mais pas tant, parce que l’infection reste local, ne se propage pas, et parfois, tu l’oublies. Tu n'as pas le temps de t'occuper de toi de toute façon, la reconstruction d’Edge est pour toi d’une importance vitale, tu veux retrouver un semblant de ta ville natale. Les quelques relents d’optimisme qu’il te reste sont tous là, l’illusion d’avoir une illusion d’autrefois. Tu dois bouger Lightning, et servir. Tu t’arrêteras parce que tu seras morte... ou alors tu seras morte de t’arrêter. Tu n’es pas la seule à souffrir de l’invasion miasmes noirs. Tu le sais quand tu en vois suinter de la peau d’un homme par tous les pores, et qu’il meurt sans que tu ne puisses rien faire. Personne n'a bronché, craignant de se faire contaminer, même toi, qui ne voulait pas voir ton propre cas empirer, t'es restée passive. Ce n'est pas ta faute, Light, t'aurais fait quoi de toute façon ? Ton inquiétude croît et tu veux revoir un médecin. Quelqu’un de compétent cette fois. On te parle d’une fille talentueuse aux doigts d’or et tu fonces sans réfléchir. Les gens ne devinent pas le mal qui te ronge, il est bien placé, à un endroit qu’il est naturel de couvrir pour ceux qui n’aiment pas se balader le ventre à l’air. Et puis, tu sais sauver les apparences, tu as l’habitude.

Une partie de toi connait déjà l’identité du médecin en question, même si on ne t’en a donné que l’adresse. Serah, la sœur que tu n’as pas vu depuis des années sous prétexte que t’avais trouvé une autre famille, ou peut-être parce que t’avais peur, il n’en demeure pas moins que tu l’aimes. Vous avez eu une sacrée chance, les soeurettes orphelines, d’avoir bénéficié d’une vie paisible au sein de l’ancienne plateforme de Midgar. Votre orphelinat haut de gamme revêtait le nom d’Institut Sociale. Quand vous sortiez de l’école privée (prépayée par un ou des bienfaiteurs inconnus), vous aviez peur que vos camarades vous surprennent rentrer à l’Institut, parce qu’on savait quel genre d’enfant y vivait: les abandonnés des catins, les enfants illégitimes d’hommes riches qui leurs faisaient l’honneur d’une place en haut de la plateforme, mais pas dans leur cœur, car ils étaient mariés à d’autres femmes que leurs mères. Tu voulais vaincre ça, passer de la môme qui se cache à celle qui n’a peur de rien. Tu rêvais d’une vie meilleure, d’aventure, une vie d’oubli des origines, t’es allée jusqu’à en perdre ton prénom et ton nom de procuration, pour porter celui de Lightning, inspiré de cette matéria foudre que tu gardes depuis presque toujours, un vestige d’un d'un des parents que t’as jamais connu, il parait. Quand t’as quitté l’Institut pour intégrer l’Académie de Midgar en tant que pensionnaire, ta sœur était entre de bonnes mains, c’est ce que tu t’es dit pour te rassurer à son sujet.  C’est ce que tu t’es encore dit en rentrant au SOLDAT, peu après. Jamais tu n'es revenue vers elle, jusqu'à aujourd'hui.

Quand Serah t’ouvre la porte, elle est choquée, et toi, tu es neutre. Cette lassitude a dû t'infecter jusqu’à l'âme. En guise de bonjour, ta petite sœur t’insulte et te saute dans les bras en disant qu’elle te déteste et que tu es une idiote sans cœur, égocentrique. Egocentrique. Le mot est tellement juste que tu es heurtée. Furieuse, mais pas vindicative, Serah t’invite à rentrer et tu oublies le motif de ta visite parce qu’elle est sacrément bavarde, et toi sacrément curieuse. Le temps perdu de sa vie est rattrapé en une heure à peine, tu lui apprends quelques bribes de la tienne juste pour qu’elle te situe. Le peu que tu dis a pour but de lui faire comprendre combien le métier de soldat t’a mangé toute ta vie il faut bien que tu te justifies. Le problème, c’est que rendre visite à Serah, ça aurait été contre ta logique d’oubli des origines, et toi l’égocentrique, ce n’était pas ce que tu voulais à l’époque. Serah dérive ensuite sur l’actualité et te parle de cette maladie inédite sur laquelle elle consacre de lourdes recherches, la Geostigma. Elle te dit tout ce qu’elle sait, parle du nombre de personnes qu’elle a vu mourir et qu’elle n’a pas pu sauver, le fait de relater cette histoire la fait fondre en larmes. Ton coeur se serre en même temps que ta gorge. Tu es touchée parce qu’elle est touchée, parce qu’elle est en train de t’annoncer, sans le savoir, que tu es condamnée, et parce que tu imagines sa réaction le jour où elle apprendra ta mort. Tu lui gratouilles l’arrière de la tête comme un petit chaton au départ, avant de l’attirer contre toi, car tu te rends compte que les larmes te montent aussi aux yeux et tu ne veux pas qu’elle te voit pleurer. « Je suis désolée c’est vraiment… ça me dépasse et je sais pas quoi faire et… et j’arrête pas de parler ! Je ne t’ai même pas demandé ce qui t’amène en plus... après toutes ces années ! ». Tu ravales la boule dans ta gorge, ça t’évite de lâcher un malencontreux sanglot. Tu attends d’être certaine que ta voix ne trahira pas tes pleurs, puis, un sourire à l'humour fade fend ton visage en larmes: « T’as pas un truc contre la grippe ? ».

T’étais partie pour le lui dire, mais maintenant que tu connais la vérité, tu n’oseras plus. Tu gardes le silence et tu passes du temps avec Serah parce qu'il ne t'en reste plus beaucoup, apparemment. Parfois, elle t’appelle Claire, parfois Lightning, sous l’influence des personnes qui t’interpellent pour te saluer. Malgré ton regard chimique, t’as réussi à te faire un peu accepter grâce à ton indiscutable serviabilité. Un beau jour, ta sœur t’emmène au 7th Heaven, un endroit sympa avec une barmaid souriante et chaleureuse, paraît-il. Quand tu rentres, tu reconnais la brune, c’est la terroriste d’AVALANCHE. Elle vous sourit à toutes les deux pour vous accueillir. Héroïne, grande gardienne de la planète avec ses amis, Tifa Lockheart sert désormais des boissons aux gens, nettoie la vaisselle, le comptoir et le sol. Même si tu t’es calmée et que tu as gagné en maturité, c’est une autre sacrée leçon d’humilité que tu te manges. T’as toujours voulu trop en faire, tu voulais tout avoir, gagner toutes les batailles, tu en as perdu de vue ce qu’il y avait d’essentiel. Tu as oublié la simplicité, les vrais valeurs. Toutefois, tu t’es un peu retrouvée, la preuve, tu passes du temps avec ta sœur. En partant, tu ne déposes pas vulgairement tes sous sur la table, mais tu les donnes à même la main de Tifa. Toi aussi tu lui souris, c’est plus réservé, moins chaleureux mais tout aussi sincère. « Merci ». Évidemment, tu la remercies pour bien plus que le cocktail qu’elle t’a servie, même si tu n’ajoutes rien et que tu t’en vas avec ta sœur, celle-ci salue les gens à la cantonade.

Depuis que t’as appris que tu es condamnée, ta condition empire à vue d’œil. Les plaies stupides que tu te fais à tes missions en tant que mercenaire ne guérissent pas. Peut-être que t’essaies d’accélérer le processus. Parfois, tu t’imagines grimper sur une falaise et te jeter du haut dans l’espoir d’avoir une mort nette parce que cette agonie est lente et putride. Tu ne te supportes plus, moins encore le jour où tu ne peux plus te lever de ton lit. Une chance pour toi que Serah n’a pas grand savoir vivre et qu’elle s’incruste dans ton appartement Edgien sans prévenir quelques jours plus tard : tu aurais baigné dans ta crasse jusqu’à ta fin. Cela dit, il y a de tristes chances qu’elle retarde ta perte à force de venir, de te virer du lit pour nettoyer tes draps et te plonger de force dans la baignoire. Cependant, au bout d’un moment, tu arrives à un point d’inconscience bien heureux, tu ne te rends plus compte de rien, tu es déconnectée, située quelque part au point de collision entre deux mondes. Tu vas bientôt en quitter un, tu ne souffres plus. Sauf qu’il y a cette fois où tu es plongée dans une eau profonde, pas ta baignoire, juste de l’eau. Comme un fleuve qui t'engloutit dans ses abysses. Au lieu d’y mourir, tes yeux s’ouvrent doucement pour la première fois depuis longtemps. Tu ne te rends pas encore compte du souci respiratoire que tu risques d’avoir dans la minute qui va suivre, mais l’on t’en sauve. Deux bras minces, à la poigne médiocre, te remontent et tu reprends ta respiration en un hoquet strident. C'est bizarre, tu as pied, tout compte fait. T’as ce regard écarquillé d’un nouveau né qui découvre le monde. La lumière de l’Église brûle ta rétine. « CLAIRE ! » ta sœur pleure « Je suis désolée, le but n’était pas de te noyer ! » grimace t-elle avant de te serrer de toute ses forces (elle n’en a pas beaucoup) « Que s’est-il passé ? » tu balbuties, ébahie, perdue. « Tu es sauvée, Light, tu es sauvée ! ».

REEVE TUESTI

Et voilà que tu retrouves peu à peu ta belle gueule d’antan, Lightning, voilà que tu te relèves à nouveau. Une bonne nouvelle en entraînant une autre, tu reprends très vite un entraînement intensif un mois durant, sans interruption. Le minimum que tu t’es fixé avant de rejoindre la World Regenesis Organisation, que tu soutiens sur tous les plans. Pas de repos pour les guerriers. Et avant de te lancer dans les investigations sur le Nord, avant d’essayer de comprendre ce qu’il se passe du côté de l'ancienne Tour avec ce beau monde sous terre dont tu ignores encore l’existence, il te faut passer par l’étape que tu juges la plus compliquée, celle où il te faut retourner à Junon et revoir Reeve. Rien ne laisse penser que t’es un peu penaude en te présentant devant lui, surtout pas quand tu lances avec une certaine désinvolture : « Je suppose que vous n’avez pas besoin de voir mon CV ? » Tu tombes bien Light, on a besoin de toi. On a besoin de beaucoup plus que toi en fait, mais on se contente de ce qu’on possède.

Des profondeurs oubliés de Midgar, au réacteur 0, émerge cette unité dont personne (ou presque) ne connaissait l’existence, Deepground. Des meurtres et des disparitions en masses engendrent un état d’alerte au sein de la WRO. Grâce aux enquêtes menées par Vincent Valentine, aidé de Reeve, on sait rapidement que rien ni personne d’autre que le premier ne pourra découdre cette situation de crise. Cela ne t’étonne pas. Certes tu ne le connais pas, mais tu sais qu’il n’est pas vraiment humain, tout comme ces Tsviets revanchards et impitoyables. Impitoyables ? Sadiques conviendrait mieux. Tu participes avec d’autres à faciliter l’infiltration de Vincent. Malgré l'invocation réussie d’Oméga, il parvient à en venir à bout, pas tout à fait seul, mais ça, c’est une autre histoire. La quiétude ne dure pas et un massacre inexpliqué au village Glaçon nécessite la préparation d'un sauvetage (du moins une tentative de sauvetage) des éventuels âmes encore en vie sur place. Tu es assez pessimiste sur la question, toi c'est plutôt par curiosité que tu te rendrais sur place. Ce qui te perturbe plus encore, ce sont les rumeurs de résurrections, que l'on vérifie en mettant en relation quelques personnes revenues à la vie avec... leurs propres actes de décès. Toi ça t’inquiète Light, que certains puissent revenir. Tu ne penses pas aux gens biens qui méritaient une plus longue vie, tu penses plutôt aux ennemis morts par ta lame. Et il y en a beaucoup.
 

   
   
   
   

           
     
Joueur

     
 

Prénom ou Pseudo : Daria  


     

Age : 21 ans


     

Anniversaire : 13 mars

 
     

Depuis combien de temps faites-vous du RP ? Mon premier RP doit remonter à l’âge de pierre, j’ai commencé avec les vieux fo HP où tout le monde avait 12—15 ans et où on se congratulait les uns les autres quand un vainqueur atteignait les 10 lignes de RP XD ! Je n'en faisais même pas partie tellement j'étais nulle, ça reste entre nous


     

Niveau de connaissance FFVII : Je fus très calée, j’ai terminé FF7 et toutes les quêtes sans exception. J'ai fini CC et DoC. J’ai vu AC version longue, et les youtube de BC. J’ai lu les passages qui m’intéressaient de On a way to a smile, et de Kids aren’t alright des Turks machin je ne sais plus le titre, vous vous contenterez de ça, bisou. Rouillée, je me remets sur les rails grâce ce forum !


     

Où nous avez-vous trouvé ? je me suis baladée de partenariats en partenariats, j’ai trouvé le vôtre sur The last of us et ça a été un vrai coup de cœur.


     

Votre avis sur notre humble repaire : j’adore, l’accueil est chaleureux, on est tout de suite plongé dedans, les gens sont passionnés, c’est comme à la maison !


     

Autre chose ? Plein de choses ! Déjà, je n’ai pas l’habitude d’utiliser la 2ème personne en RP, mais je sais pas pourquoi, je trouvais que cet espèce de ton accusateur collait bien à l’histoire, j’espère qu’on ne m’en tiendra pas rigueur… sivouplait ? Ensuite, merci d’avoir crée ce forum, sur ce jeu et avec ce contexte, je crois que j’ai à peu près tout dit à Tifa concernant le design et le codage qui tuent mais je le répète ici quand même pour que la trace reste. C’était l’instant bisounours merci de votre attention.

 
.:.
     

Code du règlement : Validé par Tifa


 
Fiche par Nika pour FF7 Lifestream's Breath
 


Dernière édition par Lightning le Sam 7 Oct - 13:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Lightning † I've seen what you're doing to me   Mar 21 Fév - 21:21

Bienvenue à toi Lightning. ^^

Bon courage pour la fiche, je dirai que tu as fini le plus dur ^^
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
⊶ Chéri, ça va couper ⊷
avatar
• Anniversaire : 2 mai
• Age : 26 ans
• Résidence : Junon
• Localisation : Everywhere °°
Double compte : Vincent Sexy Valentine
Gils : 639

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: Lightning † I've seen what you're doing to me   Mar 21 Fév - 21:32

T'as vu président, je t'ai dépassé :raah: !
Merciiiii <3

Spoiler:
 

.:.



OUR HOPES AND EXPECTATIONS
BLACK HOLES AND REVELATIONS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊶ John Cena ! ⊷
avatar
• Anniversaire : 3 mai
• Age : 23 ans
• Résidence : 7th Heaven
• Localisation : Edge
Double compte : Lucrecia Crescent & Reanbell Valdès
Gils : 609

Inventaire
•:
MessageSujet: Re: Lightning † I've seen what you're doing to me   Mer 22 Fév - 22:14

Tu es des nooOootreuh ♪


   Bello :"3 !
Diable, nous avons tellement papoté sur la CB que je n'ai même pas eu la décence de laisser un petit mot plus tôt ! Je vais me rattraper .... MAINTENANT !  :cookie:
Donc, bienvenue officiellement sur le forum, très chère Fatning ♥️ Ton histoire est impec' (du premier coup, hein =p) Donc c'est avec plaisir que nous te validons ^-^ (PS : personnellement ça ne me dérange pas la deuxième personne ♥️ Je l'ai jamais utilisé en RP, mais ça m'est arrivé pour une fic ♥️)

Je te redonnerais des nouvelles concernant la matéria maître que tu évoques dans ta fiche, comme normalement seule les matéria basique sont autorisé pour le début, il faut qu'on voit avec les copains si on peut te proposer un compromis !


Suivez le guide !


   Maintenant que ta fiche est validée, les portes du RP et du flood se sont ouvertes !
• Tu peux dès maintenant ouvrir ta fiche de relations, ton répertoire de RPs ainsi que ton sujet P.H.S si ton personnage en est équipé (n'oublie pas de commencer les titres de ces sujets par le nom de ton personnage, ils sont classés par ordre alphabétique pour des raisons pratiques).
• N'oublie pas de remplir les informations relatives à ton personnage dans ton profile et ton inventaire si ce n'est pas encore fait (rappelle : tu peux disposer de 3 matérias au début de ton aventure)
• Si tu as besoin d'aide pour un avatar, une signature ou un codage, c'est par ici !
• Et bien sûr, pour trouver un ou des partenaire.s afin de commencer à RP, c'est juste !
• Pour toute autre question, n'hésite pas à contacter le staff ou à poster tes questions directement ici en ouvrant un nouveau sujet (cela pourra toujours être utile à d'autres !).

Fiche par Nika pour FF7 Lifestream's Breath
 

.:.

Promise beyond the stars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark6nika.deviantart.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lightning † I've seen what you're doing to me   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lightning † I've seen what you're doing to me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» new dg lightning
» Lightning Nova | Terminé
» Tampa Bay Lightning.
» Alignement Tampa Bay Lightning
» Tampa Bay Lightning roster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy VII - Lifestream's Breath :: Start a new game :: Nouvelle partie :: Présentations validées-
Sauter vers: